M.U.S.E Unofficial

Muse. The line between amusement & inspiration.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 J'ai besoin de.... (Linke/...)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

J'ai besoin de.... (Linke/...) Empty
MessageSujet: J'ai besoin de.... (Linke/...)   J'ai besoin de.... (Linke/...) Icon_minitimeDim 12 Avr - 0:25

Moi, j'ai besoin de....


Non ! Non ! Moi, j’ai besoin de ça, de ces « je t’aime » complètement stupides, de moments tendres, de calins n’importe où, n’importe quand.
Moi, j’ai besoin de ses bras, de son sourire, de sa voix pour me sentir moi.
Moi, j’ai besoin de…


Linke bailla à s’en décrocher la mâchoire quand le bus fit un arrêt brutal.
Un hurlement retentit dans l’abitacle.

« SALETE DE CHAUFFEUR DE MERDE ! »

David sortit de la salle de bain, une marque rouge sur la joue gauche. Linke éclata de rire suivit de Timo et Jan qui jouaient à la Play un peu plus loin.

« C’est pas drôle. » Grogna le guitariste.

« Ben si ! On peut lire la marque du fer à lisser maintenant. » Se moqua Timo.

David tira la tronche jusqu’au moment d’arrivée. Chacun prit son instrument ou aida à les porter puis les mit en place sur scène et en coulisse.

« J’espère qu’il y aura plus de monde cette fois-ci. » Soupira David.

« Tu te lasses déjà. » Rigola Frank.

« Non mais ce sont toujours les mêmes filles qui reviennent. A croire qu’elles n’ont que ça à faire. »

Les autres garçons levèrent les yeux au ciel, amusés. Linke ne fit aucun commentaire mais n’en pensait pas moins.

« Tu boudes toujours ? » Lui demanda Jan.

« Toi, celui qui sert à rien, va te trancher la gorge avec tes disques de merde. » Bougonna-t-il les faisant éclater de rire.

Le bassiste mit les voiles sans leurs moqueries. Ses abrutits de copains avaient cru amusant de débrancher les files de sa basse en plein milieu de concert. Il sortit hors de la salle de concert et marcha un petit instant avant de se poser sur le muret en face de la salle.
Il ne leur en voulait pas à ces stupides mecs mais là, il avait envie d’un peu de calme avant d’entendre les cris, d’être dans la foule et tout ce qui suivait la vie de star. Même s’il n’était pas internationellement connu. Il fronça les sourcils en entendant un tapotement lointain mais assez proche pour que cela lui porte sur les nerfs. Il tourna la tête en direction du bruit et vit une jeune femme, écouteurs aux oreilles, ordinateurs portable sur les genoux, écrire à une vitesse hallucinante. Elle semblait complètement hapée dans son monde. Il la fixa un temps avant qu’elle ne relève un regard sceptique sur lui. Ses yeux noirs le regardèrent avec surprise pendant quelques secondes avant de redevenir indifférents. Elle l’avait sans doute reconnue mais elle ne fit aucune remarque et retourna à ses écrits. Linke se sentit un peu désarçonné face à cette réaction.

« EYH ! Linke, on t’attend. » Hurla Timo, surexcité.

Linke leva les yeux au ciel, un demi sourire aux lèvres. Il jeta un dernier regard vers l’inconnue. Elle remballait ses affaires en vitesse.

« Lili, grouille ! » Cria une jeune femme plus loin, en français.

La jeune femme passa à côté de lui. Leurs regards se croisèrent. Linke se sentit transpercer pour une raison inconnue. Il la regarde s’éloigner avant de rentrer dans la salle, enfoncé dans ses pensés. Il finit par en sortir et rejoignit la scène pour débuter leur concert. Cette fois-ci, il s’assura que personne ne touchait à sa basse sous les moqueries de ses amis.


Je pensais… Je croyais….
A ce rêve qui nous a fait…
Essayé… Contre tout…
A ce noir qui nous entoure…
Rentre avec moi…
Moi j’ai besoin de….


Le concert était enfin terminé. Linke les adorait mais certaines soirs, elles lui tapaient vraiment sur le système nerveux.
Pourquoi hurlaient-elles de cette façon alors qu’il ne les connaissait même pas ?
C’était au-dessus de sa compréhension. Ce n’ était pas faute d’avoir l’esprit large pourtant.

« Pardon. » Le fit sursauter une voix féminine dans son dos.

Il se décala en se retournant pour voir la personne. Elle le regarda à peine et passa son chemin en le remerciant platement. Il n’y prit pas plus attention et se mit en quête de ses camarades qui avaient déserté quelques secondes après la fin du rappel. Il finit par les trouver derrière la salle de concert en compagnie six filles dont celle qui se prénomait Lili. Il reconnut Marie et Ludmia, deux jeunes femmes qu’ils avaient déjà eu l’occasion de cotoyer au paravant. Il s’approcha et salua tout le monde. Il s’assit sur le muret contre lequel était appuyé David discutant avec une dénommée Alexa. Il vit Lili absorber par son portable, ses écouteurs bien accrochés dans ses oreilles. Il la regarda un lon moment, incertain. Il y avait, à ses yeux, deux solutions au comportement de cette fille : première, elle se moquait complètement d’eux ; deuxième, elle faisait semblant pour attirer l’attention sur elle.
Au vue du manque de réactions de ses amis, la deuxième solution ne devait pas être la bonne sinon elle aurait changé de tactique.
Linke fit une moue sceptique. D’un autre côté, elle pouvait être complètement cinglée et croire qu’en continuant comme ça, ils allaient la remarquer. Il avait du la fixer pendant trop de minutes car au moment de revenir sur terre, il la vit le dévisager avec une curiosité et une pointe de froideur dans le regard.

« Dis Linke, tu veux venir avec nous manger ou tu restes planter là haut? » Demanda Jan, un brin curieux de savoir pourquoi ces deux-là se fixaient sans un mot depuis cinq bonnes minutes.

Le bassiste sembla vraiment perdu en répondant.

« Oui ! Oui ! J’arrive. »

« Lili, on y va. » Lança Ludmia, tout sourire.

Linke fut surpris de voir sourire Lili tendrement à l’autre jeune femme. Il comprit de suite que le lien qui les unissait était au-delà de la simple amitié de fans. Elle descendit du muret et rejoignit son amie. Lui se mit en route avec les siens. Tout le long du trajet jusqu’au snak, il ne put s’empêcher de fixer son dos, se demandant ce qu’elles pouvaient bien se raconter de si important pour rester à l’écart. Marie discutait vivement avec Jan et parfois Franky. David, Jen et Alexa se tenaient le crachoir depuis le début de leur rencontre à ce qu’il pouvait comprendre. Juri, lui, envoyait des vanes à Alecia qui n’y prétait pas attention, trop occupé à tenter de discuter avec le bassiste. Sauf que, pour une raison inconnue, la seule chose qui tracassait ce dernier, était cette jeune femme devant lui qui ne parlait avec personne qu’avec Ludmia.
Ils s’attablèrent autour d’une table gigantesque et commandèrent chacun à leur tour. David et Juri lançèrent la conversation commune sur le concert passé.

« Tu en pinces pour Mademoiselle Frigo ? » Lui glissa Timo à l’oreille.

Linke haussa un sourcil, surpris.

« Qui ça ? »

Timo montra discrètement Lili qui parlait, cette fois, avec Jen sous les yeux incroyablement assassin de Ludmia.

« Pourquoi l’appelles-tu comme ça ? »

« David l’a dragué, elle l’a remballé. Depuis il la surnomme comme ça. Je trouve que ça lui va bien. » Expliqua le rappeur, amusé. « Elle ne parle qu’à peu de gens mais aucun d’entre nous. »

« Et que voudrais-tu que je te dise Timo ? » Lança Lili en le regardant droit dans les yeux.

Timo rougit furieusement, gêné comme jamais. Un silence de mort s’étendit sur tout le groupe.

« Pourquoi ne nous parles-tu pas ? »

« Peut-être parce que je n’ai rien à vous dire de très constructif. »

Timo sembla se ratatiner sur son siège. Juri éclata, subitement de rire. Les filles le suivirent de près dans son hilarité. Timo fit une moue vexée.

« Excuse-moi, Timo mais je n’ai pas grand-chose à vous dire que vos fans ne vous crient déjà. » Sourit-elle.

Chacun reprit sa conversation là où il les avait laissés.

« Tu es toujours comme ça ? » Finit par demander Linke à la jeune femme.

« Ca dépend de ta signification de « comme ça » ! »

« Posée, calme et tranchante. »

Il la regarda droit dans les yeux, scrutateur.

« Pas toujours mais souvent. » S’amusa Ludmia. « Elle cache bien son jeux en réalité. »

Lili rougit légèrement le surprenant. Elle bougonna un peu, tendue. Ludmia rigola avant d’être coupé par David. Linke sourit à Lili qui détourna la tête froidement.
Il savait ce qu’était de cacher son jeux. Il le comprenait si bien.

Mais tu sais je ne peux…
Ne pas penser…
Ne pas me souvenir….
Je ne peux pas partir…
Parce que j’ai besoin de…


Ils marchaient au bord du canal, certains calmement, d’autres en courant et riant. Linke jeta un coup d’œil à Lili marchant paisiblement à côté de lui. Elle regardait simplement, intervenant dans les délires de ses amies de temps à autres.

« J’ai quelque chose sur le visage ? » Le fit-elle rire.

« Non ! »

Elle sourit avec lui, pour la première fois, depuis le début de la journée.

« Si nous vous demandions de nous suivre jusqu’au prochain concert, tu accepterais ? » Les coupa David qui avait passé un bras autour des épaules de Lili, visiblement mécontente. Elle enleva le bras gênant.

« Si c’est toi, ça sera non. » Se moqua-t-elle.

Tous éclatèrent de rire sauf le guitariste et Linke.

« Elle rigole, Didou. » Intervint Jen, morte de rire.

David la regarda à peine mais la suivit pour rejoindre Alexa.
Linke se retrouva à nouveau seul avec Lili qui soupira.

« Ce n’était pas très gentil. » Fit-il remarquer, mine de rien.

Elle sourit à nouveau.

« Je n’ai jamais dit l’être. »

Il rigola.

« Ce n’est pas faux. »

Pour la seconde première fois de la journée, ils se mirent à parler de tout et de riene, tranquillement.
Ils débouchèrent devant l’hôtel des garçons. Ils montèrent jusqu’à leurs chambres après maintes discussion pour forcer les filles à les suivre.
Linke arrêta Lili qui allait suivre ses amies dans la chambre de David. La seule assez grande.

« Et si moi, je te demandais de nous suivre ? De rester ? » Demanda-t-il subitement en la retenant par la main.

« Essaye pour voir. » Sourit-elle après un moment de surprise.

Il sourit à son tour, la tira dans la chambre dont il ferma la porte en la poussant contre pour lui ravir les lèvres. La jeune femme entoura son cou de ses bras et lui rendit son étreinte.

_________________
J'ai besoin de.... (Linke/...) 9aywn910

le chemin de croix que je traverse....
Couvert de ce sang...
Mon sang...
Frappez tant qu'il m'en reste encore!
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

J'ai besoin de.... (Linke/...) Empty
MessageSujet: Re: J'ai besoin de.... (Linke/...)   J'ai besoin de.... (Linke/...) Icon_minitimeDim 12 Avr - 0:25

Mais tu sais Juste un regard….
Juste un souffle…
Et un résumé…
Cette nuit passée…
Parce que j’ai besoin de…


Linke évita de s’étendre trop brutallement en sentant un poids sur son côté gauche et au travers de son torse. Il tourna la tête et sourit en la voyant endormi paisiblement. Il regarda le plafond, pensif. Il voulait qu’elle le suive. Il voulait rester auprès d’elle.
Cependant…
Avait-il le droit de la tirer de son monde pour l’emmener de force dans le sien ?
Il trouva cela injuste pour elle.

« Tu fronces les sourcils. » Le surprit-elle. « A quoi penses-tu de si préoccupant ? »

Il sourit, amusé qu’elle puisse le déchiffrer si vite et si facilement… Comme cette nuit.
Il revint sur terre quand elle s’assit dans le lit lui montrant son dos.

« Et toi, à quoi penses-tu qui t’éloigne déjà de moi ? »

Elle tourna son visage neutre vers lui, le sondant de ses yeux bruns. Linke se surprit à souhaiter revenir plusieurs heures en arrière pour la revoir bien plus expressive. Il la fit tomber sur lui et l’embrassa passionnément. Baiser qu’elle lui rendit sans hésitation. Ils se séparèrent à bout de souffle et se fixèrent droit dans les yeux.

« Viens avec moi. » Lâcha-t-il subitement.

Elle le regarda, effarée. Il se sentit soudainement honteux.

« Désolé, ça m’a échappé. » S’excusa-t-il en allant s’enfermer la salle de bain.

Il se glissa sous la douche, l’esprit embrumé, sans se douter qu’il laissait, derrière lui, une jeune femme tiraillée au possible.
Il ouvrit de grands yeux en sentant deux bras entourer sa taille et un visage se presser contre son dos. Un sourire triste se dessina sur sa figure trempée. Il la fit venir devant lui. Son cœur fut brisé en milles morceaux en lisant dans ses yeux bruns foncés toute la douleur qui l’habitait. Il la fit fermer les yeux en l’embrassant. Il ne voulait pas la laisser partir mais avait-il le choix ?
Ce fut différent de la nuit passée.
Ce fut un aurevoir plus qu’un adieu.
Ce fut leur désespoir et leur lien.
Ils s’accrochèrent l’un à l’autre avec une énergie qu’ils ne se seraient jamais soupçonnées avant ce jour.

J’ai besoin de…
Tant besoin…
Plus qu’une prière…
C’est mon cri…
Parce que j’ai besoin de….


« Passez la journée avec nous. » Lança David. « Jusqu’au soir. Le bus revient nous chercher à vingt et une heure. »

Les filles se regardèrent, incertaines. Linke croisa le regard de Lili et lui fit passer son souhait qu’elle accepte grâce à cela.

« C’est d’accord mais uniquement parce que ces deux zigotos me font pitier. » Les surprit Ludmia.

Marie éclata de rire alors que les autres filles fixaient Lili et Linke avec effarement.

« On ne peut rien te cacher. » Soupira Lili.

« Comme si je le pouvais quand ça me concerne. »

Les deux filles se sourirent, sur la même longueur d’onde.

« Ca ne vous dérange pas ? » S’inquiéta Jan.

Marie se mit à le taquiner le faisant râler puis rire.

« Allons-y alors. » Décréta Franky. « La journée a déjà bien débuttée. »

Ils sortirent hors de l’hôtel après avoir déménagé leurs affaires et se rendirent au centre-ville. Linke s’approcha de Lili et prit sa main discrètement. Un sourire se dessina sur le visage de la jeune femme. Elle la lui serra en retour.
Ils visitèrent la ville, plein de fou rire, de déconnade mais un brin d’envie de ne jamais voir la fin de la journée. Plus qu’un brin, certains en faisaient le souhait silencieux. Linke et Lili passèrent leur temps l’un près de l’autre, sans réel besoin de mots pour réconforter ou de promesses factices. Rien qu’eux et leurs prochaines souvenirs imprimés dans leurs cœurs.


Aussi facile que fut la rencontre…
Aussi difficile que fut la séparation…
Jamais…Non, jamais…
Parce que j’ai besoin de…


Lili fixa son regard dans celui de Linke qui, tout comme elle, essayait de cacher son désarrois. Ils avaient su dès le début qu’ils ne seraient de taille contre le temps mais ils y avaient crû. Maintenant, ils étaient rattrapés, face à l’échéance. Linke posa sa main sur la joue de la jeune femme qui ferma à moitié les yeux.

« Crois-tu aux rencontres d’une vie ? » Demanda-t-il dans un souffle.

Elle rouvrit ses yeux vascillant sous le poids du déchirement.

« J’y suis obligée maintenant. » Répondit-elle aussi bas que fut la question.

« Alorrs on se reverra. Ca tiendra. Non ? »

Lili essaya de sourire mais n’y parvint pas. Comment savoir cela ? Comment en être certain ?
Tout comme lui, elle commençait à vouloir croire à ce Destin auquel ils n’avaient cru parce que trop terre à terre. Et ça faisait mal. Trop mal.
Lili le tira vers elle et l’embrassa à pleine bouche. Ils se retrouvèrent à croire ce Destin, à essayer d’imprimer en l’autre leur propre emprunte. Espérer que l’autre ne l’oublierait pas, c’est tout ce qu’ils leur restent de cette nuit et cette journée.
Lili le regarda monter dans le bus. Leurs masques respectifs se remirent en place quand ils se retrouvèrent seuls.
Ludmia prit Lili dans ses bras se voulant rassurante.

« A la maison ; » Souffla cette dernière en se détachant aussitôt.

Ludmia lui sourit, compréhensive.

« Je n’aurais jamais cru qu’entre toi et Linke ça puisse coller. » Déclara Jen, toujours sous le choc.

« Vous allez vous revoir ? » Demanda Alexa toute sautillante.

Marie et Ludmia se jettèrent un regard entendu.

« Et vous avez pensé quoi de la visite ? » Lança Ludmia.

« J’en savais plus qu’eux. C’était affligeant. » S’amusa Alexa, oubliant Lili qui remercia ses amies.

« Ce qui était affligeant, c’était David essayant de nous persuader qu’il savait quelque chose. » Ricana Jen.

Elles se mirent à se moquer des garçons avec amusement.
Lili resta en retrait, plongée dans ses pensés.

Me souvenir…
Y croire encore…
Penser à ce nous d’une nuit….
Parce que j’ai besoin de…


« Ca va Linke ? » S’enquit Juri, surpris du silence du bassiste, habituellement plus loquace une fois seul avec eux.

« Il se demande quand il va revoir sa Lili. » S’amusa David, assis derrière Juri et Linke.

Ce dernier, trop plongé dans ses pensés, ne fit pas attention à ses camarades, inquiets.
David alla pour le secouer mais Juri l’arrêta. Le guitariste se rencogna dans son siège en silence. Ils se regardèrent tous, impuissants.


Ca passera…
Le temps efface tout…
Parce que j’ai besoin….
De TOI…De NOUS….
Parce que j’avais besoin de ça…
Un moment volé
Un cœur brisé
Une vie volée
Ce fut notre nuit secrète
A nous seuls.
Tu le sais :
J’aurai toujours besoin de toi.

_________________
J'ai besoin de.... (Linke/...) 9aywn910

le chemin de croix que je traverse....
Couvert de ce sang...
Mon sang...
Frappez tant qu'il m'en reste encore!
Revenir en haut Aller en bas
Kailiana
Muse Fan
Muse Fan
Kailiana

Messages : 95
Date d'inscription : 06/12/2008
Age : 30
Localisation : Dans ton c** au fond à gauche là ou il y a de la lumière parce qu'il fait trop noir on y voit rien

J'ai besoin de.... (Linke/...) Empty
MessageSujet: Re: J'ai besoin de.... (Linke/...)   J'ai besoin de.... (Linke/...) Icon_minitimeDim 12 Avr - 19:11

trop beau ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/kailianamorodashi
Contenu sponsorisé




J'ai besoin de.... (Linke/...) Empty
MessageSujet: Re: J'ai besoin de.... (Linke/...)   J'ai besoin de.... (Linke/...) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai besoin de.... (Linke/...)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.U.S.E Unofficial :: Flood :: Fan fiction :: Les hors Muse [ Fanfic' ou OS ]-
Sauter vers: