M.U.S.E Unofficial

Muse. The line between amusement & inspiration.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Au temps suspendu [Fiction en cours]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Oct - 22:09

J'ai écris un big com mais j'ai merdé !!



Donc :

* Je passe en coup de vent

* Sorry, pas de suite pour le moment je n'ai pas eu le temps d'écrire, si je trouve déjà celui de dormir ce serai pas mal ... Oui oui 8h-12h ... 14h-18h30 en sachant que g une heure de route et que je déjeune pas correctement U_U ... De plus j'ai eu la bonne idée de continuer le comte de Monté machin ... Vu ce qu'il m'a couté et croyez le ou non : Là ou j'en suis JE KIFFE !!! Je me tatouerai bien la tete de dumas sur la fesse gauche ( NAAAAAAAAAN JE DECONNE !! )

* Lili, vraiment aucune idée sur l'identité de la mère ? Ni du père ? Je suis déçue je te croyais plus perspicace ... Pourtant tout est en face de toi !!

* Ludi ma puce ravale ta joie, si j'avais du talent je serai pas là :'(

Je vous aime

( A un de ces 4; samedi aussi c'est dans le brouillard - Neu expression xD ça m'arrange pas l'intenat- je passe la nuit de vendredi aussi donc ... )


JE VOUS AIME ( ça j'ai dis )

Votre Nou' qui meme fatiguée et décoiffée pense fort à vous

++

Ps :
LILI SI TU FINIS PAS MON OS AVEC DAVID JE TE TUE ( Mince t'es déjà morte ici ) MAIS JE TROUVERAI UN MOYEN Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Oct - 22:49

Mdr com a ra longue génialisime. J'ai adoré le "Votre Nou' qui meme fatiguée et décoiffée pense fort à vous". Là c'est mortel^^.

Tu me manque et non je ne ravalerais pas ma joie, car tu à du talent ma puce et j'en démordrais pas. Tout comme Lili.

Je t'aime ma puce.

++
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Oct - 23:52

Lili aussi, elle pense que TU AS DU TALENT MA COCONNE D AMOUREUH! What a Face
Un gros talent... Faut juste que tu l'exploites en dehors des machins que l'on écrit.... Suspect C'est tout! Vivement la suite de Rosenrot tiens! j'ai hate de voir...de lire.... et de l'acheter. I love you

Je vous aime fort mes puces!

LILI....(si jamais quelqu'un n'avait pas compris que c'était moi! Mdr)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Oct - 0:39

Chap seven :


Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Banvanessahuss6

Lina Li



Lina, recroquevillée sur elle-même se laissait aller au gré de sa douleur ventrale. Des picotements tantôt condensés en un seul point, tantôt diffusés sur toute la surface de son ventre la brûlaient de l’intérieur. Elle plissa ses yeux larmoyants puis enfouit sa tête sous l’oreiller afin d’étouffer ses cris de douleur.

Elle sentait chaque membrane, de chaque cellule composant chaque organe de son corps tout entier se resserrer sur son noyau. S’auto étouffant par une convulsion tordante.

- Ahhh . Souffla-t-elle en se retournant.


La jeune femme se sentait brûlante, elle passa sa main sur son front mouillé de sueur puis s’allongea sur son lit. L’ignorance, de la cause de ce mal atroce la poussait à marmonner quelques unes de ces prières de désespoir implorant la grâce céleste d’un peu plus de clémence. Mais plus les secondes défilaient, plus elle avait le sentiment que sa douleur allait en s’accroissant, dupliquant ainsi une mer déchaînée toujours affamée de corps solides : Elle broyaient, frictionnait chacun des navires qui avaient le malheur de la tenter puis finissait par les engloutir dans un bruit mat et creux.

Lina soupira en essuyant les larmes de ses yeux, quand trois coups se firent entendre dans la porte de sa chambre.

- Qui que ce soit, ce n’est pas le moment. Lança-t-elle.
- Lina c’est moi. Résonna la voix hésitante mais tout de même apaisante de Linke.

Le cœur de Lina rata un battement.

- S’il te plait on parlera demain. Supplia-t-elle.
- Non, demain ce sera trop tard.
- J’ai mal. Pleura-t-elle. Vraiment trop mal … Demain Linke.
- Mais moi aussi j’ai mal, mal de toi …

Elle étouffa un sanglot.

- Pars !
- C’est ton denier mot ?
- Demain ! Insista-t-elle.
- Maintenant ou jamais !!
- Alors jamais. Réussit-elle à souffler folle de douleur.

Le jeune homme posa sa main sur la poignée de la porte, près à l’ouvrir.

- Lina je vais entrer.
- NON !! Cria-t-elle. C’est bon casse-toi, j’ai dis jamais alors c’est jamais !! Brailla-t-elle mi- stressée, mi- en colère.

Linke ne discuta pas plus. Il fit volte face puis se dirigea vers l’escalier.

A peine Lina, eut-elle entendit le son de ses pas s’éloigner qu’elle éclata en sanglots, elle tenta de se calmer mais rien à faire. Assaillit entre deux douleurs, de natures complètement opposées mais pourtant aussi amers l’une que l’autre.

Elle essaya de se redresser, et ne réussit à se lever qu’avec toutes les peines du monde. Elle passa ses mains moites et pourtant froides sur ses cheveux puis se retourna afin de faire son lit.
A cet instant là, son visage se figea dans une expression d’infinie horreur. Elle ouvrit sa bouche, avec la ferme intention de crier à s’en faire tordre, encore plus si possible, le ventre mais un flux d’amertume semblait bloquer le transit entre ses entrailles et sa gorge.

Après quelques instants de béatitude, elle réussit à laisser échapper un soupir d’affliction. Elle s’approcha d’un pas vers l’immense lit puis regarda un peu mieux la marre de sang qui teintait ses draps jaune de malheur.

- Non, non, non … Commença-t-elle en secouant la tête. NOOOOOON. Cria-t-elle avec une étincelle démonique dans les yeux. Elle s’approcha du foetus encore minuscule puis l’enroula dans les draps.

- AHHHHHHHHHHHH !! Pleura-t-elle complètement aliénée par le chagrin. Un frisson d’effroi roula le long de son corps, et Lina posa ce qu’était devenu son enfant sur le lit. Elle recula puis le pointa du doigt en pleurs.

Voilà, c’est ainsi que la découvrit Linke, qui alarmé par les cris déchirants de celle qu’il aimait, avait accouru vers la chambre. Il avait ouvert la porte à la volée sur une Lina ruisselante de sang. La jeune femme qui jusqu’à présent ne semblait pas avoir remarqué l’état pitoyable de son shorty devenu rouge, lui lança un regard perdu.

- Je suis désolée, je suis désolée … Implora-t-elle en sautant sur place. Elle fit un pas vers lui. Le pas de trop. Sentant tout à coup son corps trop pesant pour être manipulé, Lina laissa échappé un dernier gloussement avant de s’évanouir sur le sol inerte. Ce ne fut que lorsque sa tête heurta le sol que Linke pensa à agir. Il s’approcha d’elle et la prit dans ses bras sans rien comprendre. Tout ce sang ? D’où venait-il ? Etait-ce une tentative de suicide ? Tant d’hypothèses toutes aussi absurdes les unes que les autres s’entrechoquaient dans sa tête aussi lourde que du plomb.

Lud’, David, Juri et Jan arrivèrent quelques minutes plus tard à la rescousse. La jeune femme ne compris rien, elle s’accroupit à la hauteur de Linke et de Lina puis le questionna du regard. Le jeune homme secoua la tête négativement. Elle se releva et se dirigea vers le lit.


- Ah mon Dieu !! Lança-t-elle horrifiée. Elle l’a perdu. Pleura-t-elle en paquant ses mains sur sa bouche.

Les garçons se retournèrent tous vers elle.

- Elle était enceinte ? Demanda le jeune DJ.

Lud’ hocha la tête.

Un silence oppressant prit possession de la pièce. Ils se regardèrent tous quand Juri se racla la gorge.

- Je crois qu’il est préférable de l’emmener à l’hôpital pour l’instant!

Linke ne répondit rien. Il porta Lina et se dirigea vers la porte sans manquer de fusiller Lud’ du regard.



--


- Elle s’en remettra sans trop de mal. Affirma le médecin. Du moins physiquement, son corps reprendra peu à peu de force. Sourit-il. Mais il lui faudra beaucoup de temps avant de s’en remettre émotionnellement, ses amis devront être la à tout moment … En général, après une fausse couche beaucoup de femmes, dépriment, crisent et songent même au suicide. Une thérapie ne serait pas mal vue.
- Merci, Docteur. Formula David qui était le seul apte à parler à ce moment là.

Lud’ elle, après le départ du médecin s’était isolée. Un peu à l’écart du groupe puis s’était laissé glissé le long du fur aussi froid que blanc.

- Tu le savais. La surprit une voix familière.
- Disons que oui. Avoua-t-elle.
- Et tu n’as rien dis .Accusa-t-il.
- Non. Répondit-elle tout simplement.
- Tu n’avais pas le droit. Couina le jeune homme au bord des larmes. C’était mon bébé moi aussi … N’est-ce pas que c’était le mien ? Trembla-t-il.
- Bien sur que c’était le tien espèce d’idiot ! S’énerva Lud’. Linke, ne confond pas tout.
- Je ne confonds rien, je me pose des questions.
- Hélas tu ne fais fonctionner ta cervelle que trop tard. Comme toujours. Ironisa-t-elle.
- Tu aurais du me le dire !!
- Elle ne voulait pas, je ne pouvais pas la trahir …
- Et depuis combien de temps comptiez vous me le cacher ?
- Comptions-nous ?
- Oui !
- Tu es vraiment idiot parfois !
- Alors éclaire moi, toi qui sais tout … Qu’ai-je laissé passé cette fois ? Je l’ai aimé, je l’ai demandé en mariage, je l’ai soutenu tant bien que mal et elle ne cesse de me mettre à l’écart !!
- Tu ne comprends pas !
- Ça je sais que je ne comprends pas … Alors dis- moi !!
- Elle avait peur de vous. Lina a toujours été une coureuse de jupons, elle ne sait pas aimer les autres mais toi tu as su te faufiler et te trouver une place à l’intérieur d’elle … Tout à coup votre relation prenait un nouveau tournant … Et c’est là qu’elle est partie. Le vide, l’absence. Tu sais Linke, ce sentiment d’être là mais dépourvue de tout … Parfois, je me sens si vide que j’ai l’impression que qui conque me touche pourrait sentir le creux qui emplie mon cœur… C’est là que tu as eu la bonne idée de la laisser respirer !
- Elle disait vouloir être seule.
- Elle a embrassé Jan !!
- QUOI ? S’indigna-t-il.
- Oui, un matin où elle n’arrêtait pas de crier qu’elle voulait que tu cherches ses ballerines avec elle et où Jan s’est dévoué.
- Elle n’a pas prononcé mon nom ! Se défendit-elle.
- Elle t’as transpercé du regard … Depuis des mois elle ne cesse de te chercher sans te trouver vraiment ! Franchement et c’est moi que tu viens blâmer ? Au lieu de t’apitoyer sur ton sort tu devrais essayer de trouver un moyen pour la sauver. Tu ne réalises peut-être pas encore qu’elle est entrain de vivre les pires moments de sa vie, ici, dans ce même couloir, dans la chambre voisine où Lili nous a quitté !!
- Je …
- As-tu déjà demandé à Lina qu’elle était sa pire phobie ? Demanda-t-elle tout simplement.
- L’eau ! Et je ne vois pas le lien. S’énerva-t-il.

Ludmia lui lança un regard de mépris puis se leva. Elle alla vers la chambre de Lina, mais s’arrêta devant la porte précédente. La « 115 ». Elle s’effondra en larmes sur le sol quand deux bras vinrent l’attirer vers une source de chaleur. Lud’ se laissa aller à sa peine, tandis que Timo qui venait d’arriver la serrait un peu plus contre lui. La jeune femme enfouit sa tête dans son cou en silence.

Ce silence dura …


« Le tout avait commencé avec un léger silence,
Un de ces silences imposés par la limpidité de deux pensées
Juste deux ; Lui et elle.

Tel que je l’avais toujours cru l’homme est la pensée
Ce qui s’en suit n’est que développement de cette même idée au sein d’un spicule de vie tournoyant
Incessamment tournoyant, De façon à faire vibrer ce silence

Et dans la rectitude des mots muets
Et dans la noblesse des chiffres sourds
Et dans la catalepsie des secondes meurtries
Chaque absence de bruit se met à siffloter gaiement

De plus en plus fort,
Jusqu’à ce silence cité auparavant se transforme en une mêlée d’espoirs qui évoluent en sentiments.
»

Lud’ lança un regard noyé de doutes au jeune MC. Au moment où il était apparut au coin de ce couloir son cœur écorché et fatigué par tant d’épreuves avait fait une douce pause. Comme suspendu dans l’espace-temps la jeune femme avait presque oublié qu’elle se trouvait dans ce même hôpital qui avait, il y a quelques 3 mois, vu s’éteindre sa meilleure amie. Elle enfouit sa tête dans le cou du jeune homme puis respira son odeur à plein poumons. Cette simple senteur comme échappée d’une jarre d’élixir de vie qu’on venait d’utiliser, lui suffisait afin de s’insuffler de courage encore.

Elle se redressa, tremblante et perdue. Ludmia osa à peine connecter ses yeux à ceux de Timo qui protecteur continuait de la border.

- Je suis content aujourd’hui.

Elle haussa un sourcil.

- Comment ? S’indigna-t-elle.
- Je ne savais plus comment réagir après « le baiser »
- Quel baiser ? Déglutit-elle.
- Le jumeau de celui-là. Souffla-t-il en se penchant vers elle. Au fur et à mesure que ses lèvres frémissantes s’approchaient de ceux de la jeune femme il sentait une petite colonie d’atomes oxydés s’adsorber au fond de sa gorge. Assoiffé par cette chaleur indulgente il ravala un peu de sa salive avant de frôler la bouche de l a jeune femme. Timo passa ses mains dans les cheveux couleur feu de Lud’, et put sentir l’épiderme externe de sa main s’embraser avec douceur.

Elle se détacha de lui les yeux globuleux, l’esprit presque passif. Un état second. Oui voilà, un état autre qui jonglait avec ses sens tantôt actifs, tantôt inertes.

- JE …O…A…O…Balbutia-t-elle.
- Tu ?
- Timo. Souffla-t-elle les joues en feu.

Il sourit. Ne dit rien mais sourit en la reprenant dans ses bras.

- Un jour, pas aujourd’hui mais un jour tu réaliseras que je suis l’homme de ta vie … Et ce jour là … Moi je l’attendrait non pas avec impatience mais avec dévotion.

Ludmia se laissa calmer par ses caresses en couinant : Mais, je l’ai déjà réaliser …

- Qu’attendons-nous alors ?
- Je ne sais pas, toi qu’attendus-tu ?
- Un sourire !

Un fin rictus naquit sur le visage maussade de la jeune femme.

- Voila, maintenant je crois bien que je n’attends plus rien.
- Mais …
- Je m’engage à ne plus jamais fuir ! Promit-il.

Elle sourit encore.

- Si j’avais su …
- Oui ?
- Si j’avais su j’aurai fixé mon corps près de toi à tout jamais, car mon esprit lui ne te quitte plus depuis si longtemps Ludmia, je te l’avoue, aujourd’hui je suis fatigué d’être sans repères. Je te le demande, même si ce n’est pas le bon jour, de m’aider s’il te plait à me situer.
- Timo, que veux-tu que je dise ?
- Qu tu m’aimes autant que moi je t’aime ? Hasarda-t-il sans oser soutenir son regard.
- Je ne peux pas …
- Tu ne peux pas. Répéta-t-il.
- Je ne peux pas le dire.
- Serai-ce trop importun de demander pourquoi ?
- Non, mais ce qui le serai serait de te répondre.

Ludmia se détacha de lui et fit volte face. Elle resta stoïque quelques secondes, attendant stupidement qu’il la retienne puis elle se dirigea vers la chambre de Lina.

--

« Tu as fais un choix,
Tu as tenu un engagement
Mais t’ai-je jamais fait promettre quelque chose ?
»


Frank qui s’était recueilli devant la tombe de Lili depuis très tôt le matin, n’avait cessé de fixer le marbre blanc sans décrocher un mot. Il semblait hésiter à parler. Choisir ses mots lui paraissait si pénible tandis que formuler ses phrases était carrément mission impossible.

Il soupira pour la énième fois puis finit par sourire bêtement.

- Lili. Commença-t-il.

Il marqua un léger silence puis continua : Tu sais que je t’aime n’est-ce pas ? Ria-t-il mal à l’aise. Tu sais ma Olivia te ressemble tant, elle a cette petite étincelle de malice qui brille sans jamais se ternir au fond de ses yeux aussi foncé que les tiens. Cette meme intensité chocolat qui contraste subtilement avec l’innocence de ses traits, la blancheur de son teint. Parfois, je m’en veux presque de ne pas être son vrai père mais tu es sa mère et c’est ce qui compte le plus à mes yeux. Cette petite fille est une seconde partie de toi, toujours en vie avec moi. La première étant ce cœur rabougri qu’est le mien. Crois-le ou non, j’ai vraiment la sensation de te garder au fond de moi, et je ne peux m’empêcher de me blâmer ; de me réjouir de la sorte de te garder ainsi captive en moi. Au fond, tu ne seras jamais libre. Lili, je suis la prison de chair qui emprisonne chaque souvenir, chaque pensée de toi. Et toutes ses petites parcelles de toi me suffisent à te ressusciter dans ma mémoire. A te sentir avec moi. Près de moi. Je t’aime. Le répéterai-je jamais assez ? Je ne crois pas. Me pardonnerais-je un jour d’avoir causé ta perte autant que la mienne ? Je ne crois pas non plus. Une seule minute de mon inattention avait suffit pour te voler à moi, cette fois je compte consacrer chaque fraction de seconde à nous jusqu’à ce qu’à mon tour. Moi aussi je me meurs croulé sous le point des diverses épreuves de la vie.

Il posa un baiser sur la paume de sa main puis il frôla la tombe en marbre froid.

- Je ne dirai qu’A dieu ma Lili. Et parfois j’ai si hâte d’y être …

Frank sourit attristé puis se leva.
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Oct - 0:59

Nou' je suis en larme. Tes écrits me touchent. Et ce passage, mon dieu que j'ai eu mal. Il est écrit de la meilleure des façons.
Les larmes et les frisons, puis pour finir a nouveau les larmes.
Là, les mots me manquent vraiment beaucoup. Ce chapitre 7 me laisse vraiment sans voix.

Un seul mot: BRAVO

Je t'aime, je vous aimes mes L

Ludi
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 26 Oct - 2:30

il n'y a pas de mots pour décrire ce que j'ai ressentis. Tu nous as touché comme jamais ce soir. Very Happy
J'ai eu les larmes aux yeux (j'aurais sangloté si mon frère n'avait pas été là je t'assure).
Oo... Lili et David ont eu Olivia? Oh la vache! XD. j'avais eu un doute le chapitre précédent mais c'est bien ce que j'avais compris en fait. lol!
Pauvre Kyky. Je lui en fais voir! Nif!
Vivement la suite.

je t'aime ma nounou....
Je t'aime ma ludinette...
Je vous aime mes L....

Lili.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeMar 28 Oct - 1:01

Chap Eight

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Img-202154whbia

L'arrache-coeur ...




« Je cours, je me cache
Je réapparais
Puis je me déchire encore

Aujourd’hui je raconterai bien une histoire
Cette même histoire !
Celle d’une fuite perpétuelle dans une sombre ruelle
Au bout de laquelle naquit un simple filament de lumière
Cet éclat me guidera vers l’infini
Mais l’infini n’est hélas qu’un point fixe
Et le bonheur qui ne dure qu’un court instant
N’est autre qu’un tas de petits fragments de malheurs
Pourtant perçus positivement, ils s’enrobent d’un sourire complaisant
Et nous le gardons !
Nous voulons le garder à l’intérieur de nous
Quitte à s’en briser la mâchoire
Quitte à s’en rompre les os
Nous voulons tous être heureux

Tout ce meurt,
Le chaos rempli le passé
Le doute gouverne le présent
Et l’inconnu se tortille subtilement entre les ruines du futur

Où trouver ?
Où chercher ?

J’ose me le demander encore
Pourtant maintenant je réalise
Tout n’est que futilités
Les problèmes d’aujourd’hui seront les leçons de demain

Si demain il y a…


Des blessures invisibles. Un froid meurtrissant et quelques crépitements inaudibles. Pourtant si chacun s’était fait silencieux, si chacun s’était fait moindre, le tout aurait pu sentir si ce n’est entendre. Entre deux battements continus s’immisçait un temps mort durant lequel résonnait un sifflement dérangeant.

Boom Boom* / * Lui* / * Boom Boom* / * Lui*


Je te l’avais dis petite Li.
La pensée ne quitte jamais les grands esprits
Et même fatiguée
Lessivée
Tu resteras à jamais là
Par chaque pincement d’ingéniosité
»


Comme si une tempête de neige étaient intervenue dans ce discours. Un froid indétrônable frappa la platitude de la chambre d’hôpital. Toute la chair de Lina, endormie, frissonna mais la jeune femme ne bougea pourtant pas. Toujours suspendu dans l’absence d’objets matériels qui l’avait brusquement submergée.

« Pourtant de l’autre coté de cette porte
Il y avait tous ces objets palpables que tu cherchais

Réveille toi !!

Tu le sais mieux que personne,
Ta Lili n’est point un exemple à suivre

Toi tu l’as
Il est resté ici
»

Il avait passé la nuit ici. Adossé à cette même porte depuis des heures. Combien ? Linke n’avait pas su compter. La pendule en face de lui semblait tourner à contre sens en s’arrêtant chaque fois au dessus du mauvais numéro. Le temps était une notion préétablie dans un cadre corollaire aux mouvements. Or lui il ne bougeait pas. Il restait ici immobile et placide.

- Christian, rentre te coucher je resterais là avec David. Murmura Juri qui venait d’arriver.

Le jeune bassiste, toujours dans son état de stoïcisme frugale ne broncha pas. Son ami posa une main sur son épaule.

- Christian !!

Linke leva ses yeux meurtris vers la pendule.

- Elle avait dit qu’elle avait mal, très mal et moi je suis parti. Finit-il par souffler.
- Ce n’est pas de ta faute.
- J’ai répondit que moi aussi j’avais mal, mal d’elle. Je croyais qu’elle parlait de nous mais elle était entrain de perdre ce que nous avions crée à deux.
- Tu ne pouvais pas savoir, Linke.
- Elle me l’avait dit. Au fond j’ai toujours su qu’elle était enceinte, elle avait essayé de me le dire de tellement de façons que je n’ai rien vu.
- Linke, tu ne pouvais pas lire dans ses pensées. Lina est comme ça, elle ne dit jamais ce qu’elle veut, elle le sous-entend.
- Elle croyait que j’étais différent. Elle croyait que je la comprenais mieux que personne c’est pour ça qu’elle m’a choisi …
- Linke. Soupira Juri.
- Je ne sais plus comment lui parler, comment lui annoncer. Murmura-t-il d’une voix rouillée.

Son jeune ami ne parla plus. Linke se laissa glissa le long du mur puis enfouit son visage dans ses mains.

« Tu vois je te l’avais dit,
Certains ne réalisent la teneur de leurs péchés qu’une fois commis

Moi aussi,
J’ai péché
J’ai commis
Puis je suis partie

Ai-je réalisé ??
»


--

Frank avait su pour Lina dès qu’il était rentré. Cependant, la lâcheté, l’empêchait de fouler le sol de cet hôpital une seconde fois. Il demandait des nouvelles toutes les 2 minutes mais se refusait de frôler ces mêmes murs d’amertumes qui avaient emprisonné l’esprit de Lili.

Il soupira puis prit son portable.

Ses yeux défilèrent le long de son répertoire mais au lieu d’appuyer sur le prénom de l’un de ses camarades, malgré lui la pointe du stylet de son palm phone se posa sur « Anabel ».

Il mit le haut parleur puis attendit que la jeune perceptrice décroche.

- Bonjour, Monsieur Ziegler. Retentit la voix douce d’Ana.
- Ana, qu’avions-nous convenu ?
- Désolé, Frank. Murmura-t-elle en rougissant derrière son téléphone.
- Vous êtes plus âgée que moi, je crois bien que c’est moi qui devrai recourir aux modalités de politesse et non vous.
- Vous êtes mon employeur.
- Vous êtes ma sauveuse !
- Merci. Murmura-t-elle encore. La petite attendait cet appel avec impatience.
- C’est vrai, je suis désolé. J’ai eu quelques problèmes ici.
- Rien de grave j’espère.
- Ne vous inquiétez pas. Passez moi Oli s’il vous plait.
- Elle est sur mes genoux. Sourit-elle. Voilà.

La petite voix aigue de la petite fille résonna dans le cœur de Frank.

- Oh ma chérie !
- Papa tu viens quand ? Demanda-t-elle avec une touche d’espièglerie.
- Bientôt mon ange, bientôt.
- C’est combien en dodo bientôt ?

Frank rigola.

- Petite chipie va !
- Je suis pas une chipie, je suis une princesse d’abord.
- Tu as raison. Tu es une belle princesse. Alors tu as été sage avec Ana ?
- Non. Avoua-t-elle. Et elle m’a punit hier, parce que je voulais plus me réveiller.
- Et pourquoi ? S’inquiéta-t-il.
- Parce que j’ai eu une idée. Un grand dodo c’est comme pleins de petits dodo, alors si je fais un grand dodo quand je serai réveillé tu sera ici.

Il sourit.

- C’est vrai que c’est bien pensé ! Laissa-t-il échappé. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche petite puce.
- Ça marche comment alors ?
- Tu fais tes petits dodos comme tout le monde, et tu attends sagement.
- Et tu viendras comme ça ?
- Promis !
- Alors je te crois. Ria la petite.
- Tu savais que tu étais très mignonne ?
- Euh …Oui. Pensa-t-elle.
- Bon petite, c’est l’heure de dormir.
- Mais…
- Olivia !! Gronda-t-il.
- D’accord. Couina-t-elle.
- Bonne nuit mon ange.
- Bonne nuit papa.

La petite passa le combiné à sa perceptrice.

- Au revoir Frank. Fit Ana.
- A bientôt cher Ana.

Frank posa son portable sur sa table de chevet puis s’allongea sur son lit. L’esprit trouble et le cœur battant.

« Penses-tu à moi ?

Oh !

Certains amours sont donc bel et bien faits pour durer ?
»

--


Ludmia passa devant la salle de musique. Depuis deux jours elle n’était pas rentrée, guettant le moindre souffle de Lina toujours comateuse. Il frôla la porte en bois verni. Sa main glissa le long de ce bois lisse et chaud, puis s’arrêta au niveau de la poignée. Bizarrement, cette fois ci elle ne ressentit pas le besoin de pénétrer dans son monde de musique. La jeune femme éprouvée qu’elle devenait peu à peu avait un petit quelque chose de sombre en elle. Ce petit quelque chose qui refreinait chacune de ses envies et plaisirs. Elle ne l’aurai jamais cru, mais aujourd’hui après avoir vu et vécu Ludmia était effarée .Une étincelle de peur émettant quelque rayonnement vibratile, la faisait trembler de tout son être sans qu’elle puisse y remédier.

- Le temps de redevenir l’unique. Souffla-t-elle en grelottant.

Elle fit un faible sourire, qui assombrissait un peu plus son visage. Les cernes bleuâtres qui tatouaient la fatigue sur sa peau mate ne semblaient point la dérangeaient. Ses cheveux qui pendouillaient comme morts sur ses épaules non plus n’étaient pas un souci majeur. Même leur teinte feu dont elle était si fière et qui avait ternit tout à coup ne semblait point l’agacer. Mais, ce spasme. Ce spasme de froid qui ébréchait son cœur à chaque seconde lui, était bien considérable. Pourtant même si l‘envie de le négliger était bien là, ferme et immuable, Ludmia ne pouvait oublier cette démangeaison urticante qui semblait la dévorer intérieurement.

- Ludmia !! Cria Timo qui venait de rentrer à son tour.

Elle ne se retourna point. Ses jambes comme figés refusaient de suivre les mouvements contigus de son cœur, qui faut-il le mentionner avait encore une fois martelé sa poitrine.

- Ludmia. Répéta-t-il en se postant face à elle. Tu devrais te reposer, tu as une mine effroyable. Remarqua-t-il en la regardant.

Elle ricana.

- Je suis venu me changer, puis j’y retourne.
- Tu n’as pas dormi depuis 48 heures !
- Toi non plus. Fit-elle remarquée.
- Oui, mais moi j’arrive encore à troquer une petite heure ou deux par journée, pas toi !
- Timo, toi aussi tu devrai rentrer plus souvent.
- Je ne peux pas te laisser seule là-bas.
- Linke est là !
- Raison de plus, tu menaces de lui arracher les yeux à chaque seconde.
- C’est pas de ma faute s’il est con ! Comment peut-elle aimer un âne pareil ?!
- Sûrement pour la même raison que toi tu ne peux m’aimer. Soupira-t-il affligé.
- Je …
- Laisse tombé. J’ai promis de t’attendre alors j’attendrai. Sourit-il enfin.

Ludmia le dévisagea du regard. Ce type était si bizarre. Adorablement bizarre. Là à ce moment là, elle se serait bien jetée dans ses bras. Elle l’aurai bien plaqué contre l’un de ces quatre murs puis elle aurait avoué. Oui, par un seul baiser elle aurai ôter ce voile opaque qui aveuglait ses sentiments. Mais elle n’en fit rien. Pourquoi ?

« Et tout pourquoi
Implique-t-il forcément un parce que ?

Malheureusement, non !
»

- Timo, pas une fois tu ne m’as menti. Ce n’est pas de ta faute si je ne peux plus croire.
- Mais …
- Chut. Siffla-t-elle en plaquant ses mains sur sa bouche. Ce n’est pas en toi, c’est en moi. C’est dans mon passé, ma vie. Expliqua-t-elle en larmes.

Il la transperça du regard pendant quelques instants. Puis il effleura sa main qui était sur sa bouche. Il la bisouta puis s’avança.

- Je sais qui je veux … Si ton passé t’a brisé une fois, mais je serai ton présent. A ce moment là tu seras bien obligée d’y croire petite Julie.

Julie ? L’avait-il appelé Julie ? Ludmia, de dos à lui fit brusquement volte face. Elle écarquilla les yeux. Il savait. Il savait tout et pourtant il continuait de l’aimer. Dans la rafale de sentiments qui faisait chavirer son cœur apparut une douce brise presque apaisante.

- Attends, Timo !! Qui te la dit ?? Demanda-t-elle. Mais trop tard il avait déjà disparut.

Elle soupira.


Dernière édition par L.Nou' le Ven 31 Oct - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeMar 28 Oct - 1:12

Oo qu'est ce que s'est cette histoire??? Me faut la suiteuhhhhh. Ahhhhh

Toujours aussi bien écrit ma puce!!! Et je reste sur ma position, tu as un don pour l'écriture.

Jtm, jtm jtm
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeMar 28 Oct - 2:14

c'est vrai que je n'ai pas été très présente poiur toi et je m'en excuse.... Désolée! U_U je suis une gourdasse!

JTM ma nounou. J'adore ce que tu as écris.... Comme d'habitude. Plus ça avance plus j'aime et mon coeur palpite encore plus.
Vite une suite avant qu'il ne s'arrête! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeJeu 30 Oct - 22:40

Hey mes gourdasses Very Happy

Suite demain promis, je suis chez moi mais je dois bosser ... J'écrirais demain après ma visite médicale Shocked

Je vous aimeuuh
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeVen 31 Oct - 0:57

Sniffffffff pas de suite ce soir.
Hate de lire ma puce.
Tu me manques fort. J'espère te voir demain.

Je t'aimeuhhhhhhhh

++

Ludi
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeVen 31 Oct - 18:32

Chap Nine

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Daultn10

David Bonk



« Ce n’est qu’un sentiment
Et il me guidera loin de là
Loin de toi …
»

Le jeune pianiste avait fermé les yeux, dans l’espoir de se couper de toute parcelle de lumière. Ses doigts glissaient sur le clavier avec tant de volupté, tant de souplesse qu’un spectateur d’à peine quelques rangées plus loin aurait presque eut l’illusion qu’il ne frôlait même pas le piano. Que son esprit était seul maestro de cette suave petite mélodie et que les palpitations de ses pensées répondaient à chacun de ses ordres artistiques.

Mais ce n’aurait été qu’une chimère. Une image bien trop poétique pour David. Lui, savait qu’il n’avait rien de spécial. Il l’avouait même avec tant de spontanéité ; il n’était que le simple usager d’un instrument qui à force d’acharnement et de travail avait fini par lui faire confiance en lui offrant ses plus belles résonances.

Le jeune brun tâtonna encore une fois ou deux la même touche puis il se leva en arborant un sourire satisfait. C’est à ce moment là qu’il ouvrit les yeux sur son public. Son regard azur ne se voulait point perçant pourtant il suffisait de rencontrer ses yeux afin de sentir le froid gronder à l’intérieur de soi. Une telle tristesse ! Un tel chagrin ne pouvait être le propre que d’un artiste voleur qui aurait puisé son talent dans le regard d’une autre.

« Pourquoi as-tu jurer m’aimer ?
Si tu savais que ce n’était pas éternel ?

Où est-ce de cette façon que nous sommes ?
Voués à un mutisme bien enivrant ?
»


--

- Toi ? Souffla-t-elle froidement.

Lud’ ramena ses cheveux en arrière puis s’approcha du lit de Lina en snobant le bassiste à son chevet.

- Qu’est-ce que tu me fais là ?
- Oh rien, je contre attaque Linke !
- D’accord. Fit-il en serrant la main froide de la jeune comateuse.

Lud’ le fusilla du regard.

- Tu vois ? C’est ton jmenfoutisme de monsieur je suis au dessus de tout qui te perdra !!
- D’accord ! Répéta-t-il sans lui prêter attention.
- Ecoute espèce d’idiot, moi je ne suis pas Lina et je ne me contenterais pas de menaces comme elle le fait. Crois-moi la couleur de mon pays tu verra !!

Le jeune bassiste ricana.

- Et moi je ne suis pas Timo, je ne me contenterais pas de rougir en baissant les yeux Mademoiselle où plutôt Monsieur devrais-je dire.
- Ce qui veux dire ?
- Que tu ferais mieux de sortir d’ici et d’attendre ton tour !
- Mon tour c’est maintenant ! Alors TU te casses une jambe …
- Alors la tu rêves !

Linke lâcha la main de Lina puis mesura Ludmia du regard. Il se leva mais resta sur place, de l’autre coté du lit.

- Tu as de la chance qu’un lit nous sépare !
- Oh que oui j’ai de la chance, manquerez plus qu’il nous réunisse !
- T’inquiètes pas, j’ai pas encore de la merde dans les yeux.
- Tu sais, ça ça reste à voire. Tu as mis combien de temps pour voire que le MC crevait pour toi ? Euh … Je crois qu’aujourd’hui encore tu n’as rien remarqué !
- Oh s’il te plait épargne toi ce genre de discours, monsieur ma fiancée est enceinte depuis 4 mois et moi je suis dans la lune !!

Une courant d’air chaud vint brûler chaque parcelle de la peau du jeune homme. Un mépris, une haine presque palpable prit possession des lieux.

- De toute façon tu t’en fous Ludmia ! Peu importe à quel point j’essaye de m’améliorer … Tu t’en fous !!
- Oui, je m’en fous mais pas ELLE !! Cria-t-elle en pointant Lina du regard.


« Je ne peux pas m'échapper de cet enfer
Plusieurs fois j'ai essayé
Mais j'y suis toujours enfermé
Quelqu'un peut-il me faire sortir de ce bruit
Le désordre est complet et JE NE PEUX ME CONTROLER !!
»

A cet instant là, comme animé par une présence invisible le corps de Lina se cambra. Elle n’ouvrit pas les yeux mais la machine branchée à son bras droit se mit à sonner. Chacun de ses muscles se mit à vibrer sous l’effet d’une fermentation électrique qui était naît au creux de son cœur en hibernation. Linke lança un regard de détresse à Ludmia qui grimaçait, paralysée par la peur.

- Je vais chercher de l’aide !! Informa-t-il en sortant de la chambre en courrant.

La jeune femme elle, regarda le corps de sa meilleure amie arrêté entre la vie et la mort. Et si elle la perdait aussi ? Oh non ! Ce serait trop …

Les larmes se mirent à rouler sur ses joues.


--

Frank passa devant la chambre de Lili. Cette porte violette était restée close pendant trop de temps et aujourd’hui il se risquait à l’ouvrir, quitte à libérer tous les péchés qu’entraînent ses souvenirs.

Il poussa la porte puis écrasa la moquette par ses pas lourds et mesurés.

- Lili tu es là ? Chuchota-t-il sottement.

Le vent siffla en dehors de la villa collective puis vint se presser contre la fenêtre fermée. Frank avança et l’ouvrit. L’air frais effleura lentement chaque courbe de son visage. Le jeune homme, épris par cette douce vague de nostalgie ferma les yeux et se laissa aller par ce sentiment qu’il refreinait depuis si longtemps; et qui en l’espace de quelques secondes s’insinua à nouveau dans son âme.

« Et ce vent avait cette fine senteur
Emanation d’un cœur hardi
Mémoire d’un amour parti
»

Frank soupira puis rouvrit ses yeux. Rien n’avait changé. Chaque parcelle, de chaque atome de chaque molécule qui formait chaque objet était restée tel quel. Le long tapis aux apparences bleus mais qui n’était autre qu’un violet foncé descendait le long du mur en lançant toujours ces aspects trompe l’œil aux visiteurs. Le jeune homme s’approcha de lui et le caressa du bout des doigts. Lili … Trompe cœur !

Ça lui faisait tellement mal de devoir chambouler cet espace spécialement aménagé par ses soins à elle. Mais il se le devait.

« Frank, soit le changement !! »

- J’espère que tu ne m’en voudra pas … Oli dormira ici ; j’espère qu’ainsi elle pourra sentir un peu de toi en elle.

« Mais je suis en elle »

Il sourit puis sortit en laissant la chambre s’aérer. Aujourd’hui les travaux allaient commencer.

--

« Il y a une chanson au fond de mon cœur,
Un petit air populaire qui ne me quitte jamais
J’essaye de le récrire, de le développer
Mais mes efforts sont vains
Cette mélodie devient lassante
Ce refrain se fait épuisant

Pourtant cette chanson me pointe toujours du doigt
C’est MA chanson !
»

« Oui c’est Ta chanson,
Quand tes rêves paraissent si lointains
Tend tes deux bras et prend là !!

Elle sera ton seul espoir
»

« Il fait froid,
En réalité je fais froid

Mes bras sont engourdis,
Lourds à porter
Impossible à manipuler

Et chaque résonance rythme mes efforts
Je n’y arriverai jamais !
»

« Je pourrai te parler de la vie
Je pourrai t’appendre mes prières mues
Mais tu dois te lever seule

Chante !
Chante là-moi …

Inspire et fais la vibrer
Réanime cette chanson …
»

« Es ist nur ein Gefühl
Das mir sagt was ich nicht will
Bin total aufgewühlt
Ich steh jetzt auf und bin nicht mehr still du erwartest viel
Ich kann nicht alles für dich sein
Obwohl ich dir verfiel
Ist meine Welt für dich zu klein
Meistens ist es ganz egal wohin ich geh
Ich komm aus der gleichen Tür heraus
Diese Spielchen tun mir ziemlich weh

Himmel hilf, wohin treibt's mich heut' Nacht?
»*

«Ich weiß ganz genau
weg von hier
»**

« Cette fois aussi personne ne m’entendra
N’est-ce pas ?
»

« Le tempo correspond au rythme de tes paroles
Au cours de chaque pause musicale
Tu pourras percevoir un silence dosé
Là seront cachés les applaudissement muets de ton public

Maintenant,

Je te supplie de bouger
Tout le monde t’attend
»

Lina ouvrit ses yeux ambre dans un bruit mat. Elle se redressa suffocante, tel un noyé qui venait de sortir la tête de l’eau saumâtre qui le tenait prisonnier. La jeune femme regarda le vide en face d’elle. Ses pensées se perdirent. Son esprit s’égara à nouveau dans une nouvelle piscine de désespoir.

« La providence est là !! »

- Il y a toujours un obstacle à franchir, un faux mouvement à filtrer … Et parfois l’ignorance sonne si juste.

« Ta chanson sera ton seul espoir ! »

- C’est tout ce que je sais, l’espoir n’est plus ce que j’attend …

Lina se recoucha en silence. Demain ils découvriront qu’elle est de retour, ce soir elle préfèrait baigner encore un peu entre deux instants d’oubli.

« Egocentrisme bestiale ! »

- Non blessure béante !


--

« Le train entre dans la gare de Marseille dans quelques instants … Le train entre dans la gare de Marseille dans quelques instants … »

Le jeune homme rajusta sa casquette puis descendu de la voiture A13. Il n’avait aucun bagage, autre que son cœur avide d’informations. Il soupira puis avança vers la sortie, là ou sa silhouette se fendit dans l’obscurité de minuit.



--


*


"C'est seulement un sentiment.
Qui me dit ce que je ne veux pas
Je suis complètement cassé
Je me lève maintenant et je ne suis plus calme, tu attends trop
Je ne peux pas être tout pour toi
Bien que je périsse
mon monde est trop petit pour toi
La plupart du temps c'est pas important ou je vais
Je sors par la même porte.
Ces petits jeux me font plutôt mal

Le ciel aide, où irais-je cette nuit ?"



**


"loin d'ici
Je le sais pertinemment "


Dernière édition par L.Nou' le Dim 2 Nov - 17:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeVen 31 Oct - 22:40

Non mais où est passé la suite?
Snifffffff j'en veux encore. Steu plaissss ma sauveuse.

Je t'aimeeeeee forttttt
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeSam 1 Nov - 3:11

Oo... je veux la suite et les explications qui vont avec... Demain soir je veux tout! >< Sinon je bude très fort et longtemps... lol!

Je vous naime mes puces....

P.S.: ça me donn des idées de fic! miuhahahahahahhaha!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeSam 1 Nov - 16:02

Je crois pas ce soir non plus, y a un gars qui occupe toute mes pensées ^^ il me résiste et ça va me rendre folle donc ...


Je me co pas le soir non plus mais quand il y aura la suite je signalerai l'edit ^^


Kissss

pig
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeSam 1 Nov - 23:59

Le vilain garçon, il est mechant avec notre Nouha chérie. Brrrrrr

Je veux une suiteuhhhhhhh...

Jtmeuhhhhhhh
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 2 Nov - 0:00

Je crois que c'est faisable ^^ mais le résultat sera morpiant ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 2 Nov - 1:23

Morpiant??? Oo comme dans Morpions???

Beurk! XD

(mon humour est débile ce soir) mdr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 2 Nov - 13:57

Je crois que le mien étqit pire hier soir , désolé pas de suite ... J'ai choppé la crève, une cuillère de sirop un suppositoire, 3 comprimés et me voila tombée dans un coma profond qui a duré 14 heures U__U
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 2 Nov - 16:47

Ma Nou' j'espère que sa va vite s'aranger.

Je t'aime fort

Biz
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 2 Nov - 17:46

J'ai édité voila ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeDim 2 Nov - 20:18

Nannnnnnnnnnn ta pas le droit de finir comme ça. La suiteuhhhhhhh viteuhhhhh
S'il te plaisssssssss

J'aime j'aime j'aime

Je t'aime fort fort fort

++
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeLun 3 Nov - 0:19

Frank est l'homme de ma vie et ma non vie ><..... J'adore!
comme d'habitude tout simplement sublime ma nounou! Nif!

JTM fort! tu me manques... ca fait trop longtemps que l'on ne s'est pas croisé sur msn....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeJeu 6 Nov - 21:28

No next pour le moment

Mes pensées sont trop occupées et mon cœur aussi ... & comme je tente de mettre un peu de mon âme dans mes écrits ben ... Je ne peux écrire dans ces conditions ^^



I miss You quite terribly girls !!

Kisseuh
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitimeSam 8 Nov - 1:25

Nif! Je suis toute déçue.... Crying or Very sad
Je veux la suite! tu peux pas laisser comme ça...

CRUELLE! Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Au temps suspendu [Fiction en cours]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.U.S.E Unofficial :: Flood :: Fan fiction :: Les hors Muse [ Fanfic' ou OS ]-
Sauter vers: