M.U.S.E Unofficial

Muse. The line between amusement & inspiration.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Au temps suspendu [Fiction en cours]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeDim 12 Oct - 19:24

Cette fiction était sensé être un Os réponse à celui de Lili : " Au temps suspendu" mais il a prit des proportions autres oO



Au temps suspendu By Lili :



Spoiler:
 


Dernière édition par Lina Li le Sam 18 Oct - 18:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeDim 12 Oct - 19:25

Chap ONE :


Au temps suspendu [Fiction en cours] Deuil110



« Un cœur brisé par un dernier au revoir
Ce genre d’au revoir promis à Dieu
Seulement Adieu …
»

Le chemin de retour fut le plus pénible. Sûrement plus que celui qui guidait vers cette tombe de marbre blanc. Lina serra ses deux mains l’une contre l’autre entremêlant ainsi ses doigts dans une douloureuse inflexion. Son visage gardait une expression medium. Une sorte de grimace à mi-chemin entre le désarroi et la surprise. Sa bouche entrouverte dans une convulsion de douleur figée témoignait de son humeur passive. Elle soupira puis réprima une marrée de larmes qui menaçaient d’inonder son visage avachi. Depuis deux jours elle n’avait pas pleuré. Elle avait été la seule d’ailleurs, prisonnière de son trop plein de haine et de peine.

Des bras se posèrent sur ses épaules la faisant sursauter. Lina leva un regard terne sur son dis « fiancé ».

- Lâche-toi ! Souffla-t-il. Pleure et libère toi ma puce …

Pour seule réponse, il n’eut droit qu’à un maigre sourire. Lina baissa ses yeux ambrés. Toujours silencieuse elle jeta une rose blanche sur la tombe puis fit volte face, semant ainsi les autres.

« Je réalise que je t’ai laissé tombé
Mais je prends un peu sur moi
Et je reviens te crier : Pardonne-moi
»


--


Un souffle de vent froid vint ébouriffer les cheveux rouges feu de Ludmia. Depuis 15 minutes elle était restée stoïque face à la tombe, lisant et relisant l’inscription sur l’épitaphe. Encore et encore.

« A mon écrivaine déchue
Tu es lâchement partie avec ma plume
»

Lud’ gloussa fortement en se laissant tomber à genoux. Elle posa ses mains sur la terre mouillée par la pluie battante. Ses larmes se mélangeaient à l’acidité de la pluie.

- Tu es forte Miss !! Murmura un jeune homme derrière elle.

Le cœur de la jeune femme rata un battement. Elle se hait à cet instant là. Comment pouvait-elle encore se laisser déstabiliser par ce timbre si chaud ?

- C’est trop facile. Ragea-t-elle en enfonçant ses doigts dans la boue.
- Je sais mais …

Timo se tut pendant quelques instants.
- Ludmia je suis là ! Murmura-t-il en l’aidant à se relever.

Lud’ ne rechigna pas. Elle se laissa faire puis s’accouda à lui une fois sur ses deux jambes.

- Elle est cruelle ! Pleura-t-elle en enfouissant son visage dans son cou. Lina est cruelle …
- Je sais, c’est sa façon d’avoir mal.
- En inscrivant ça dans sa tombe ?
- Tu la connais, elle souffre en blâmant les autres et en réprimant ses larmes.
- Sa fierté la perdra voila !!

La jeune femme se décala de lui.

- Oh Timo …

Elle respira un bon coup avant d’éclater en sanglots une deuxième fois. Une sensation bizarre s’était faufilée entre son cœur et la paroi qui lui servait de support. Lud’ se sentait à la fois ramollie et dépourvue de force, comme victime d’une énorme injustice.

Timo la serra contre lui sans un mot et la guida vers la voiture qui les attendait à la sortie du cimetière.

--

Frank se laissa tomber sur son lit. Il se sentait en froid, entouré d’un halo de gelée qui faisait chavirer ses émotions les plus composites. Un mélange de culpabilité, d’amertume et de honte le rouait de coups tous plus douloureux les uns que les autres. Une lame mal aiguisée s’enfonçait avec une lenteur maladif dans ce qui lui restait de cœur et ça lui faisait mal … Mal à en crever …

Il y a deux jours, seulement deux jours il avait pu sentir ses lèvres sèches frôler les siennes. Il avait sentit son dernier souffle de vie la quitter alors qu’elle était encore dans ses bras. Lili si proche et pourtant si loin de lui. Il n’avait rien pu faire pour contrer cela. Rien. Aujourd’hui elle était juste hors d’atteinte de lui.

Il se mordit la paume de la main afin de matérialiser sa douleur puis renifla afin d’arrêter ses larmes.

- Avant-hier encore je te suppliais de rester avec moi …

« Et c’était la dernière fois
La dernière fois que tu invoquais ma clémence
Je suis désolée …
»

Frank ferma ses yeux bleus sur l’image de Lili qui ne quittait plus ses paupières. Il se couvrit à peine d’un fin drap puis tenta d’affronter sa nuit agitée par un tumulte de pensées toutes aussi noires que son destin sans elle.

- Lili … Conjura-t-il dans un souffle ensommeillé.

Même endormi il pouvait ressentir le désarroi marteler son âme comme un marteau piqueur assoiffé de sang. Pourtant de douces vibrations apaisaient légèrement ses maux sans pour autant les étouffer. Une suave berceuse chantée par une voix intelligible.

« Je suis désolé mon amour
Désolé d’avoir piétiner ton cœur
Juste par … Insouciance ?
»


--


Seule assise devant la fenêtre Lina s’amusait à faire glisser son 13 le long de sa chaîne en argent. Pour la première fois depuis 4 ans elle avait osée le retirer. Croyant qu’au point où ils en étaient tous elle ne pouvait plus attirer encore plus de malheur. Elle soupira.


Spoiler:
 


Lina se mit à chanter malgré elle. Au fond d’elle-même elle pouvait entendre le son si particulier d’une cornemuse vibrer en réponse à sa complainte. Tel une affirmation non épuisée chaque ton était une suite suspendue qui refusait de compléter sa petite mélodie. Elle se tut oppressée.

- Pourquoi tu t’es arrêté ? Sourit Linke.
- Parce que je ne sais pas chanter … C’était la seule idiote à croire que j’avais du talent … Chouina-t-elle au bord des larmes.

« Retiens !! Retiens encore!! »

Il s’approcha doucement d’elle et effleura ses lèvres du bout des doigts.

- Pourtant tu en as …
- Pour elle pas pour toi !! Râla-t-elle en le repoussant.

Linke l’interrogea du regard tout de même vexé.

- Je vous déteste tous !! Fit-elle en se levant. Elle tenait toujours son 13 dans ses mains, elle le regarda avec mépris puis le jeta dans un coin de la pièce.
- Mais tu vas arrêter de te faire mal oui ? Tu vis dans le passé Lina !!
- Avant d’avoir un présent il faut créer le passé !!
- Et tu recommences … Tu crois que c’est avec tes belles phrases que tu vas la faire revenir ?
- OUI !! Avoua-t-elle. OUI ELLE REVIENDRA !! MAITENANT SORS DE CETTE CHAMBRE … S’il te plait ! Finit-elle en chuchotant.

Linke s’exécuta. A peine eut-il fermé la porte derrière lui qu’elle se laissa glisser le long du mur. Elle se recroquevilla sur elle-même puis se mit à se balancer au rythme de ses pensées. Lina mordit son genoux puis laissa ses larmes creuser leur chemin le long de ses joues froides. Même en pleurs elle refusait de reprendre son souffle, de crier, ou de glousser. Au bout de quelques instants elle sa cage thoracique se mit à la touiller. Lina se traîna jusqu’à son lit le souffle haletant puis empoigna sa « vantoline ».

« Tu auras tenu 3 jours coconne !! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 14 Oct - 12:47

Vous dites ce que vous en pensez ici, je me co plus oO



Chap Two :


Au temps suspendu [Fiction en cours] Y83e0110



« Le deuil,
Non ce n’est pas une souffrance en plus
C’est juste un simple processus de …
D’oubli ?!
Mais je ne veux pas que vous m’oubliiez !!
»


- Personne n’a vu mes ballerines marron ?? Beugla Lina.

Les autres la regardèrent bizarrement. Ce matin là, comme par enchantement elle s’était levée aussi bruyante que d’habitude. Elle avait enfilé un jean délavé qui l’amincissait et une chemise d’un marron foncé qui contrastait tellement avec la douceur de ses yeux clairs.

« Ma Li …
Que t’arrive-t-il ?
»

- Je vais être en retard !! Se lamenta-t-elle.

Jan sourit en la voyant s’exciter toute seule.

- Je veux mes ballerines !! Souffla-t-elle boudeuse en se laissant tomber sur le sol. Sinon je vais devoir tout changer !!
- Rho je vais t’aider à les trouver tes ballerines !! Ria Jan en se levant.
- Oh c’est trop chou !!

Il sourit et monta avec elle à l’étage.

- Tu as cherché partout ?
- Oui partout partout !! Promit-elle.
- Même ici ? Hasarda-t-il en pointant une porte du doigt.

Lina suivit la direction de ses yeux. Son cœur rata un battement lorsque ses yeux heurtèrent la porte mauve au fond du couloir. Elle inspira puis lança un regard empli de détresse au jeune DJ.

- Non pas ici ! Siffla-t-elle au bord de la crise de nerfs.
- Je suis désolé …
- Tu n’as pas à l’être mais elle si !! TU ENTENDS LILI ? TU DEVRAIS ETRE DESOLE!! S’énerva-t-elle en frappant contre la porte de toutes ses forces. Tout à coup, elle avait ressentit tout le vide, toute l’absence de sa défunte amie la submerger de toute part. Et comme toujours elle avait exorcisé sa douleur sous forme d’une colère démesurée.

Elle regarda Jan le souffle haletant, puis elle baissa les yeux soudain honteuse.

- Elles sont dans ma chambre. Marmonna-t-elle avec peine.
- Quoi ? Questionna-t-il bêtement.
- Mes ballerines marrons, elles sont sous mon lit je viens de m’en souvenir. Mentit-elle.
- D’accord ! Soupira-t-il pas très convaincu.

Jan se tut pendant quelques instants. Il savait qu’en ce moment là Lina préférait rester seule, juste parce que lui aussi ce jour-là il avait préféré rester seul, néanmoins avant de la laisser il se devait de lui rappeler qu’il était là.

- Mais Li si tu as be…
- Non Jan, je vais très bien ! Je vais aller dans ma chambre, mettre mes ballerines et aller travailler toute la journée … Ce soir vers 20h je reviendrai, je serai épuisée mais j’aurai le sourire parce que j’aurai parfaitement accomplie ma tache, à cet instant là je me laisserai tomber sur mon lit puis je m’endormirai dans l’attente de demain afin de recommencer une nouvelle journée !
- Et tu n’écris pas ? Avant tu écrivais tout le temps !

Lina s’esclaffa de rire.

- Je ne sais pas écrire Jan, elle est partie avec mon faux semblant de talent ! Elle a brisé ses promesses et s’en est allé !

« Remplie de tourment
Emplie d’amertume
Ce sentiment de glaire
Je patauge dans cette matière visqueuse
Je me noie à chacun de tes blâmes
Mais je te supplie de pardonner
Toutes ces promesses éternelles que je n’ai pu tenir
Tous ces serments bafoués que je n’ai pu honorer
»

- Elle n’avait pas le choix Lina ! Contra-t-il.
- Si elle l’avait, et elle a préférée céder plutôt que de rester … Pourtant une fois je lui avais très expliqué le rôle de chacune d’entre nous …
- Tu lui imposé une explication ! Lina pourquoi tu ne veux pas comprendre que c’était son du, son destin et que nous n’y pouvons rien !
- Ne parle pas de destin ! Je n’ai pas de leçons à recevoir d’un type qui s’est tatoué le signe des produits réactifs en croyant que c’était destinus !!
- D’accord, je vois quand ce n’est pas Linke c’est moi …
- De quoi Linke ?
- Ton souffre douleur !! Depuis 2 mois tu ne le laisse plus s’approcher de toi, il dort sur le divan comme un malpropre et pourtant il supporte tout pour toi !
- Je ne l’ai pas chassé, il est parti de lui-même !
- Disons que tu ne l’as pas forcément retenu …
- Je n’en voyait pas l’intérêt, je n’ai pas besoin de vous pour combler le vide merde ! Lili est partie et c’est tout !
- Tu vois tu t’obstines à tout ramener à elle, à tout rejeter sur elle … Lina elle n’est pas partie faire du ski elle est morte !!

Lina le dévisagea puis le coup parti tout seul, sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle l’avait giflé de toutes ses forces.

- ARRÊTEZ TOUS DE DIRE QU’ELLE EST MORTE … ELLE EST JUSTE PARTIE ET ELLE REVIENDRA … JE LA TROUVERAI … J’INVENTERAI UNE MACHINE QUI LA FERA REVENIR … J’IRAI JUSQU’EN ENFER POUR LA RAMENER AVEC MOI !! Pleura-t-elle. Je le jure … Je le jure !! Répéta-t-elle inlassablement.

Jan la regarda attendri. Sa vision ressemblait fortement à celle d’une petite fille rêveuse qui se refusait de croire que sa maman l’avait quitté. Une petite fille perdue qui se refusait de voire la réalité dites des « adultes ». Il s’approcha d’elle et la serra dans ses bras.

- Chut ! Murmura-t-il. Lina tant que tu te refusera d’y croire tu ne guérira jamais !
- Je veux pas guérir, je veux pas l’oublier …
- Tu ne l’oubliera pas tu vivras juste avec le fait qu’elle n’est plus là !
- Non … Chaque jour qui passe me fait oublier un de ces petits détails qui là faisait elle, les traits de son visage m’échappent peu à peu … L’écho qui précédait son rire si spéciale ne bourdonne plus dans mon cœur … Je veux pas ! Jan …

Elle leva ses yeux imbibés de larmes sur lui. Comme un phare dans une brume aveuglante elle décela dans la profondeur de son regard, dans la finesse de ses traits un petit éclair salvateur. Lina s’approcha doucement de lui, elle frôla innocemment ses lèvres puis enchaîna avec un demi rotation de la tête afin de couvrir toute sa bouche. Elle entrouvrit ses lèvres et posa sa main sur sa nuque afin de le rapprocher d’elle. Jan comme figé, sentit un courant d’électricité à la résistance nulle parcourir tout son corps. Il en mit du temps avant de répondre à son baiser. Si sucré, si doux …

- Qu’est-ce que tu fais ? Murmura-t-il en posant son front contre le sien.
- Je ne sais pas. Avoua-t-elle en se décalant. Je ne sais vraiment pas …
- Ce n’est pas grave ! Sourit-il tristement.
- Oui ce n’est pas grave…

« Ce n’est pas grave,
C’est ma phrase ça !!
»

Lina regarda Jan encore une fois. Elle sourit timidement puis se pencha afin de le smacker rapidement. Elle fit volte face et s’enfuit en courant vers la salle de bain, laissant le jeune homme seul, face à son doute et à son incompréhension.


--


- Hey Lil’ … Aujourd’hui cela fait deux mois jour pour jour que tu nous as quitté, et moi je suis toujours là. Fidèle à mon statut de victime désemparée. Tu nous manques à tous, surtout à Lina.

Ludmia sourit bêtement face à la tombe de son amie.

- Oui surtout elle, c’est dingue comment elle continue de se voiler la face … Sans arrêt. Elle n’arrête pas de dire que tu reviendra, qu’elle te ramènera … Au fond j’espère tellement que ce soit possible, mais tu vois moi ‘rêver’ n’a jamais été mon fort … Mes illusions m’ont été fauché par une tornade de réalité superflue … La même qui t’as prise …Lili je m’inquiète pour elle … Elle joue avec le feu, elle se veut forte et désinvolte mais elle ne mange plus, n’écrit plus et ne chante plus … Chaque soir je l’entend se lever au beau milieu de la nuit afin de rendre puis son teint se rapproche de plus en plus de celui d’un vulgaire cadavre …

« Autant pour moi ^^ »

Ludmia rougit : Oh je suis désolée … C’est pas ce que je voulais dire… Enfin ... Lili je dois y aller, Timo m’attend dehors … Tu sais, il n’est plus le type agaçant et irritant de jadis… Il est devenu si doux que parfois j'ai l'impression qu'il ressent ma peine, qu'il ressent cette pluie de souvenirs s'abattre crûment sur moi chaque jour sans toi ...Il est devenu si gentil que parfois j’ai presque l’impression qu’il a pitié de ce que nous sommes devenue toute les trois … Remarque même moi j’ai pitié de nous ! Soupira-t-elle. A demain ma belle.

Lud’ s’avança vers la tombe et remarqua un bouquet de roses rouges qui gracieusement se tenait sur le coté droit de l’épitaphe.

Lud’ : Rosenrot ... Je savais qu’elle venait elle aussi …

« Oui tout les jours
Mais elle ne décroche jamais un mot
Ces pleurs sont muets
Et pourtant déchirants …
»


--


" Les voyageurs du vol 3088 à destination de Venise sont prié de rejoindre les portes d'embarquements C et D ... L'avion décolle dans quelques instants"


Le jeune homme émoustillé dans son écharpe bleu marine se leva brusquement. Il plia son journal et posa son regard électrique sur la baie vitrée qui le séparait de la sortie de l'aéroport.

Il soupira puis se dirigea vers la porte C.

Un tas de pensées venaient picoter son esprit. Avec une finesse, une douceur tel qu’il en avait presque chaud au cœur. Il passa sa main autour de son cou puis empoigna un pendentif en forme de cœur, il l’ouvrit et posa un regard brumeux sur le portrait de la jeune brune qui y logeait. Il aimait cette photo, peut-être était-ce parce que c’était lui qui l’avait prise où seulement parce que c’était elle … Lili, resplendissante dans son chemisier de soie d’un blanc aussi pur que son regard pétillant de malice.

Il la regarda encore quelques minutes puis frôla son visage du bout de ses doigts. A cet instant là il aurait pu jurer sentir une douce brise d’été caresser finement ses lèvres. Une légèreté tel qu’il en avait presque mal … Mal de cette absence qui durait trop à son goût … Qui durera encore trop …

« Et l'absence de ce qu'on aime,
Quelque peu qu'elle dure,
A toujours trop duré.
-Molière-
»

Frank soupira.

- J’ose encore te demander de revenir, pourtant tu suis déjà ta propre voie. Siffla-t-il la voix nouée par le chagrin.


Il fit volte face puis se dirigea vers la porte d’embarquement, il tendit son passeport de la main droite à la jeune hôtesse derrière le comptoir tout en continuant de serrer son pendentif de la gauche. Il monta dans son avion en souriant, tant qu’elle était là, cachée entre les deux revêtements en argent de ce cœur, jamais, jamais il ne se sentira seul.

Il s’assit sur son siège, tout près du hublot à son plus grand enchantement. Depuis quelques temps, deux mois exactement, Frank s’était trouvé une nouvelle passion : Voyager en avion. Juste pour le plus grand plaisir de se sentir près du ciel. Il voulait contempler ces touffes de nuages aux formes biscornues dans l’illusion qu’elle puisse se trouver sur l’un deux, flottante et pensive.

- Et si tu pouvais penser, penserais-tu à moi ? Se demanda-t-il incertain.

« La mort est vide de pensée
Elle ne peut pas être pensée
Et pourtant ton sourire
Ton sourire,
Il ne quitte jamais mes songes
»

Frank se mordilla la lèvre inférieure puis posa sa tête sur l’accoudoir. Le sommeil l’emporta bien vite.

--

Quelques heures plus tard.

--

Frank se leva en titubant, il avait si mal au crâne. Il rendit son sourire à l’hôtesse de l’air puis descendu de l’avion.

« Venise :
La citée des Doges
Des rêveries
Et de l’amour ?
»

Il se sentit tout à coup si loin d’elle lorsqu’il posa pied sur le sol.

- Je ne savais pas ce que le futur cachait mais je sais que tu n’es plus avec moi maintenant.

Son cœur se serra, Venise. Il y était venu avec Lili. Une courte fois, c’était le jour de ces 24 ans, les dernières années de sa vie.

- Pourquoi ?

« Tu dois aller au travers
De tout cela !!
»

- Comment ?

« Oubli ! »

- Dis moi si tu n’es pas celle promise à mon âme, alors pourquoi les soupirs du vent répondent à mes appels ? Comment oublier ce qui me suis partout ? Je ne peux plus comprendre …

Il foula le sol d’un pas décidé puis entra dans l’enceinte de l’aéroport italien. Il alla chercher sa valise puis se dirigea vers l’entrée. A peine s’eut-il arrêté qu’une petite fille de neuf ans lui sauta dans les bras.

- PAPA !! S’exclama-t-elle folle de joie.
- Ma chérie !! Répondit-il chaleureusement en la serrant dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 14 Oct - 16:47

Oo...atta... je crois que j'ai du avoir une hallucination..je reviens
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 14 Oct - 16:49

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH TU VAS CREVER CREVARDE! >< je te hais... je te maudis.... COCONNE.... je veux la suite.
C'est qui cette petite fille? Elle est de qui?? Non mais en fait, tu te venges... c'est dégueulasse... je t'aime pus! No No No No
Je vais me pendre vilà.... comme ça, tu pourras souffrir...Nif!

JE VEUX LA SUITE ET COMPRENDREUH ><.... vilaine....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 15 Oct - 0:00

Sympa c'est tout ce que t'as retenu ?? Oo
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 15 Oct - 2:00

Oo ouais... rien que pour t'emmerder! Ca t'apprendra à garder des secrets... >< moi j'en ai pas pour Zero Roses et toi, t'en as alors que sans moi, cette fic aurait jamais vu le jour! Nif! je suis une mal aimée.... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 15 Oct - 22:01

Je ne dirai que ça : Suite demain matin oO
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeJeu 16 Oct - 3:34

ouais et je serai pas là... Crying or Very sad enfin tu as été gentil en me dévoilant des trucs.... ^^
j'ai hate de revenir pour lire! mais la prochaine fois je m'abstiens d'écrire un truc pareil... lol!

je t'aime fort ma nounou! bisoux je pense fort à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeJeu 16 Oct - 13:13

C'est nulle mais j'avais promis donc ...


Chap : Three

Au temps suspendu [Fiction en cours] Y83e0110



Ce matin là, Ludmia se leva difficilement. Elle se redressa tristement. Une douleur secrète s’était abattue sur elle depuis quelque temps déjà ; Un simple filament d’une lumière nacre qui s’enroulait et se déroulaient sur son cœur. Tantôt il serrait, tantôt il relâchait son étreinte dans un mutisme presque grisant. Commençait-elle à s’habituer à ses maux ou à les surmonter ? Sûrement ni l’un ni l’autre. Ce matin elle pouvait bien se l’avouer, elle pouvait bien l’admettre : Les apparences sont terriblement fallacieuses.

Elle se laissa retomber sur son lit puis dévisagea le plafond avec un mélange de haine et de défis.

- Ce que tu ressens est ce que tu es …

Lud’ soupira. Pourquoi n’arrivait-elle pas à aller au-delà de cela ? Pourtant elle s’en donnait les moyens, elle s’en donnait l’apparence chaque jour lors du chemin de retour vers la villa. Chaque pas était sensé la fermenter. Chaque mètre était sensé la réchauffer. Mais elle n’arrivait toujours pas à voire cette chose différente qui pourrait la changer. Tout changer.

- Mon Dieu je sais que j’ai tord mais …

« C’est comme ça que tu es ! »

- C’est trop difficile de le dire … Je continue d’aller dans cette voie irréelle, tenant bon comme si c’était tout ce que j’avais encore …

« Mais … »

- Je suis fatiguée de me battre pour un spectre, pour une présence mystique qui ne me quitte jamais … Je veux qu’elle revienne encore cette fois !

« Je ne peux pas »

- Juste encore cette fois …

« Je ne peux pas »

- Encore quelques minutes dans ses bras …

« Je ne veux pas …
Pas quelques minutes
Je veux
Toute une vie
Mais je n’ai plus ma vie
»


La jeune femme aux cheveux couleur feu se leva de son lit, elle resta stoïque pendant quelques instants au milieu de la pièce, les yeux écarquillés et le cœur saignant. Inconsciemment elle attendait toujours cette étreinte imaginaire. Une étreinte qui ne viendra jamais.

Durant les première minutes Ludmia sentit l'espoir battre en elle, puis au fil des secondes, il se mit à la quitter cruellement. Elle réprima une larme puis sortit de sa chambre. A peine eut-elle ouvert la porte que son regard azur rencontra celui chocolat de Timo. Il lui sourit timidement.

- Je voulais voire comment tu allais . Expliqua-t-il.

Lud' sourit touchée.

- Comme tu peux le constater, je vais bien. Merci Tim'.

Le jeune MC rougit.

- Dans ce cas je m'en vais ... Siffla-t-il en baissant les yeux.

Comment pouvait-il espérer plus qu'une amitié avec elle ? Depuis deux mois, l'attachement qui l'unissait à ce petit bout femme forte et fragile à la fois prenait des teneurs autres ... Son coeur rata un battement lorsqu'il releva les yeux sur elle.

- A plus Lud'. Sourit-il en continuant son chemin.

Ludmia n'objecta pas, elle le laissa partir en continuant de regarder sa silhouette s'éloigner peu à peu d'elle. Son estomac se noua quand il disparut totalement au détour du couloir.

- Je l'aime pas ! Je l'aime pas ! Mentit-elle.

« Aller au delà de la timidité
Aller au delà de l'amour
Oui, la timidité est le premier pas
vers l'amour ...
»


--

Lina se redressa péniblement de son lit. Elle sentait son désarroi craquer à l’intérieur de son corps rabougri. Elle s’ébouriffa les cheveux après avoir posé un regard furtif sur la place vide à coté d’elle.

- Linke … Chuchota-t-elle en se caressant les lèvres. Ses yeux s’embuèrent de larmes, elle renifla puis se dirigea vers la salle de bain d’un pas lassé.



« Cette romance lacérée
Cet amour mutilé
Pourquoi fais-tu tout cela ?
»

Lina s’accouda au lavabo, puis étala quelques gouttelettes d’eau tiède sur son visage. Ses mouvements étaient animés par la lassitude. Ses deux mains bougeaient au rythme de ses sanglots silencieux. Et cette mélodie lui nouait la gorge. Elle étouffait les battements de son cœur dans un faible écho.

- Ce rythme est le battement de cet autre cœur …

« Lina …
Je ne peux pas me contenter
De regarder …
»

Lina se redressa et enfouit son visage dans une serviette jaune pale. A ce moment là, la commode derrière elle se mit à vibrer faisant ainsi tomber le peu d’affaires qu’elle contenait. La jeune brune fit volte face et jura en se penchant afin de tout ranger.
Elle prit les brosses à dents, les bouteilles de shampoing, d’huiles essentiels et le …

- 13 ! S’étonna-t-elle en enlaçant la chaîne qu’elle avait jetée il y a quelques jours.

Elle la regarda longuement puis leva les yeux vers le ciel qui s’étendait au-delà de la fenêtre close.

« Je savais que tu ferais le lien
N’oublie jamais que …
»

- Himmel Hilf ! Souffla-t-elle.

« Voilà »

- D’accord, je garderai ce mensonge enfouit à l’intérieur de moi !

« Mais je suis le mensonge
Auquel tu peux aveuglement
Croire !
»

- Alors soit mon mensonge ...


--

- Papa je veux pas que tu partes !! Pleura la petite fille en s’accrochant au bras de Frank. Il s’était absenté depuis quelques jours déjà et son travail l’attendait. Notamment trois dates de concerts en Allemagne. Néanmoins, malgré la fougue qu’il vouait à la musique, malgré sa passion pour chaque couplet, il se sentait peiné de laisser ce petit bout de chou seule ici. Il soupira et la prit dans ses bras.

- Oli, regarde moi dans les yeux ! Demanda-t-il à la petite fille qui continuait de pleurer contre lui.

- Non je veux pas que tu partes ! Couina-t-elle.

Frank s’assit et la serra contre lui.

- Ecoute moi …
- Je veux pas que tu reviennes, je veux que tu restes !

Le jeune homme sentit son cœur se briser à l’intérieur de lui. Ses cris étaient déchirants. Ses pleurs poignants. Il la berça pendant quelques minutes afin de la clamer, puis il lui releva le menton.

- Maintenant écoute moi …

Le regard électrique du chanteur eut le don de captiver l’attention de la petite qui se tut.

- Papa doit aller préparer ta chambre en Allemagne pour que tu viennes avec lui, mais avant tu devras être sage et rester encore avec Anabel. D’accord ?

La petite fille de cinq ans esquissa de la tête.

- Et Anabel elle viendra avec nous ? Demanda-t-elle innocemment.

Frank releva la tête et sourit à la jeune perceptrice. C’était une jeune allemande de 4 ans son aînée. Elle avait de longs cheveux au brin qui tombaient en cascade le long de son dos. Sa taille fine et son sourire chaleureux lui donnaient de faux airs de petite fille timide et candide. Frank n’avait pas eu beaucoup de mal afin de lui faire confiance, et de lui laisser le soin d’éduquer la petite Oli et de lui inculquer les valeurs et la culture allemande.

A vrai dire, Frank planifiait depuis quelques temps déjà à emmener sa fille avec lui. Il avait même presque tout préparé. Oui seulement presque. Il appréhendait un peu la réaction du reste de la troupe et surtout celle des filles.

- Ecoute ma puce, bien sur qu’Anabel vient avec nous. Sourit-il.

Oli sourit aux anges. Elle se détacha de son papa.

- Alors tu vas vite et tu reviens pour nous chercher ?
- Oui. Sourit-il.
- Tu promets ?
- Oui je promets. Fit-il amusé.
- Tu tiendras ta promesse hein ? Souffla la petite fille soudain triste.
- Mais oui ma puce. Dit-il en se penchant sur elle afin de la prendre une dernière fois dans ses bras. Il avait mal pour sa petite fille, tout ce qu’avait traversé ce petit bout d’innocence durant ces 9 neufs années d’existence. Allé mon avion va partir sans moi …
- C’est mieux ! Ria la petite fille avec plein de malice.
- Petite chipie !

Frank embrassa la petite fille sur le front puis s’avança vers Anabel.

- Merci beaucoup Ana, je ne vous remercierez jamais assez.

La jeune perceptrice rougit furieusement.

- Ce n’est que mon devoir …

Frank la saisit par les mains.

- Non c’est plus qu’un devoir, vraiment merci.

Ana sourit.

- Bon vol Monsieur Ziegler.
- Combien de fois faudra-t-il le répéter. Appelez moi Frank. Sourit-il amicalement.
- D’accord Frank.

Frank lui serra la main puis se dirigea vers l’embarquement.

- Allemagne me revoilà ! Soupira-t-il en montant dans l'avion.


Dernière édition par Lina Li le Lun 27 Oct - 0:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeJeu 16 Oct - 16:04

J'aime vraimetn beaucoup. Quelque larmes on couler.
Je suis sans voix Nou', c'est magniphique.

Je t'aime
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeVen 17 Oct - 16:08

Oh merci oO

Suite ce soir ou demain matin ça dépend ^^ j'ai envie de reprendre Crawl ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeVen 17 Oct - 23:39

Ce soirrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!

Je veux une suite ce soir. Dit moi je t'ai pas souler toi avec mon voeux du moment. Demande a Lili comme je l'ai babater avec ça. Je veux un bisoux dans un ascenseur, comme dans le film Roméo+Juliet avec Léonardo Dicaprio. Le meme baiser. Je veux pareilllllllllllllll. Hihi Ludi est folle ce soir.

Nounou adorée chérie que je vénère tout beaucoup tout plein. Met moi la suite ce soir s'il te plait.

Je t'aime beaucoup fort

Ludi
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeSam 18 Oct - 18:38


J'éditerai ce soir, mon écran est mort et je ne vois pas ce que je fais donc s'il y a des contrastes dans le montage je décline toute responsabilité mais en ce qui concerne la nullité du texte à venir là je peux plus me défiler ... oO C'est bien de ma faute !!




Chap Four :

Au temps suspendu [Fiction en cours] Img-201250z611b

Là où l'amour devient une obsession ...




« Ne jamais devoir choisir
Vénérer le tout
Où négliger quelque détail
Pourtant au-delà de mes tords
J’ose le vouloir
J’ose le penser
»

Timo soupira puis leva timidement les yeux vers Ludmia. A son plus grand bonheur, ils étaient les seuls à la table du petit déjeuner et elle était assise juste en face de lui. Le jeune MC sourit à la demoiselle qui faisait palpiter son esprit puis il replongea sa cuillère dans son bol de chocolat chaud. Il le sirota avec une expression désinvolte. Il avait un goût fade, tellement fade qu’il lui parut presque normal. Son cœur qui semblait être traqué par ses sentiments accélérait ses battements au fur et à mesure que les secondes défilaient. Pire chaque bruissement de cils de la part de la jeune femme contractait ses muscles engourdis, et les différentes notions de bon/ mauvais s’entrechoquaient bruyamment dans sa tête.

- Bon je vais y aller. Fit soudain Lud' se levant.
- Où ça ? Questionna Lina qui venait de descendre. Tu travailles d’aprem aujourd’hui.


Lud’ sourit.

- Tiens tu es réveillée toi.
- Muais. Siffla la jeune brune. Alors tu vas où ? Répéta-t-elle avec un regard septique.

Le sourire de Lud’ disparut tout à coup. Pourtant elle avait tenté de changer de sujet.

« Tant pis ! »

- Eh bien … Je dois chercher les affaires de Lili de son bureau, sa directrice a appelé … ça fait tout de même deux mois ^^
- Okay. Soupira-t-elle en traînant les pieds jusqu’à la table. Moi je bosse jusqu’à tard le soir Timo ira avec toi.
- Quoi Timo ? Sursauta le jeune homme qui rêvassait depuis un bout de temps déjà.

Lina bailla exaspérée.

- Tu accompagnes Lud’ au bureau de Lili, il est hors de question qu’elle y aille seule.
- D’accord. Approuva-t-il en se levant. Je vais me préparer alors.

Lorsqu’il quitta la pièce Ludmia fendit sur Lina.

- Non mais t’es malade ?
- Euh … Oui. Répondit-elle simplement.

Lud’ pesta puis monta s’habiller à son tour.

Lina sourit puis s’accouda à la table le regard vitreux. Elle était fin seule ; face à la douce brise du matin qui s’échappait du revêtement de la fenêtre. Une mélancolie démesurée frôlait suavement ses orteils, puis remontait le long de ses jambes afin de se nicher dans son bas ventre. La jeune brune se caressa le ventre avec une boule dans la gorge.

« You begin to crawl
Da Da Da
You begin to crawl
»

- Allé ma petite au boulot ! Souffla-t-elle pour s’auto encourager. Elle se leva sans rien avoir avalé mais rencontra le regard neutre de David au moment de quitter la pièce. Elle lui sourit.

- Salut le pianiste.
- Bjour . Souffla-t-elle.
- Je vois que tu es encore du matin donc je te laisse.

Il sourit.

- Non attend, tu n’as pas vu Timo ?
- Euh il se change dans sa chambre, il va accompagner Ludi ce matin.
- AH non on devait aller chercher Frank à l’aéroport.
- Ben tu iras tout seul.
- Comme quoi l’amour est plus fort que l’amitié.
- L’amour est un bien grand mot ^^
- Timo est fou d’elle oui !
- Je sais, ça se vois de sa manière de « ne pas la regarder »

David ria.

- Oui, sa timidité le perdra.
- Et sa fierté à elle aussi.
- Pourtant elle l’aime.
- Elle a peur de l’aimer … Nuance!!! Lud' ne se donne pas l’occasion d’analyser ses sentiments.
- Hmm perspicace comme remarque !! Fit-il impressionné.
- Non, juste du déjà vue.
- Déjà vécu aussi ?
- Possible. Sourit-elle tristement.
- Lina que se passe-t-il avec Linke ? Osa-t-il demander.
- Je ne sais pas, lui je n’ai pas peur de l’aimer … Je l’aime déjà mais je ne supporte plus d’être heureuse en sachant qu’elle patauge en plein néant.
- Ce n’est pas ce qu’aurait voulu Lili ! Rappela-t-il serein.
- J’ai une façon très bizarre des choses tu sais.
- J’aurai dit égoïste !

Lina le toisa du regard, elle avait horreur d’être traité d’égoïste et David le savait très bien.

- Je pense à Lili avant tout !! Bourgeonna-t-elle.
- Tu te défiles oui ! Et Linke dans tout ça ?
- Mais pourquoi vous le défendez ? Jan puis toi … Si c’était aussi peinant il serait venu !
- Tu le connais Lina ! Il est du genre à prendre sur lui et toi si tu l’aimais tant tu aurais vu qu’il souffrait …
- AH bon ? Ironisa-t-elle.
- Il a fait que des fausses notes lors de l’enregistrement d’hier, ça ne lui était encore jamais arrivé !


Lina soupira les yeux emplis de larmes de colère. Elle fit volte face puis se dirigea vers l’escalier. Elle gravit la première marche puis s’arrêta. Marquant un léger silence.

- Je suis fatiguée de me sentir misérable pour vous, mon cœur s’embrouille tout seul dans des battements un tantinet trop rapides. Ce n’est pas de ma faute si je suis comme ça David. Je suis là et … J’aurai voulu pouvoir choisir moi aussi.

Elle n’attendit pas de réponse puis monta s’habiller à l’étage. En longeant le couloir elle percuta une silhouette familière. Linke. Son cœur se serra dans sa poitrine, et ses mains cherchèrent le 13 autour de son cou. Lina lui lança un regard empli de détresse puis continua son chemin.


--


Tout le long de la route les séparant du centre ville, Lud’ avait su faire preuve d’un mutisme hors du commun. Elle tentait tant bien que mal de réprimer ses émotions lestes et crues.

« Imagine
Alors tes murmures dans le silence
Me garderont près de toi
»

Une fois, arrivés en face de l’énorme édifice, le cœur de la jeune femme rata un battement. Elle osa enfin lancer un regard au coin à Timo qui, perdu, se tenait à ses cotés. Lud’ marmonna un simple merci puis pénétra dans l’enceinte de l’immense immeuble. Ils se dirigèrent vers l’ascenseur. Timo appuya sur le bouton puis sourit à Lud’, pendant une fraction de fraction de seconde il osa plonger son regard dans le sien. Lorsqu’il desserra l’étreinte douceâtre de leurs deux âmes il découvrit ses mains enlacées dans les siennes. Il rougit.

- Euh … Désolé …

Lud’ rougit à son tour puis sourit gênée.

- Ce n’est rien … Ce n’est pas si comme si tu avais péché … Ria-t-elle.
- Si j'ai profané avec mon indigne main cette châsse sacrée, je suis prêt à une douce pénitence : permet à mes lèvres, comme à deux pèlerins rougissants, d'effacer ce grossier attouchement par un tendre baiser.

Elle n’en cru pas ses oreilles, elle le questionna du regard.

-Timo ?

Le jeune homme se pencha à sa hauteur puis murmura : Je refuse de vivre toute ma vie l’affront d’avoir osé frôler la douce peau de la plus belle sainte …

- Mais alors, tu es trop sévère pour ta main … Les saintes aussi ont des mains qui peuvent toucher celles des pèlerins, et cette étreinte est un pieux baiser.
- Les saintes ont des lèvres aussi. Sourit-il en s’approchant un peu plus d’elle. Lud’ sentit une chaleur bénigne consumer tout à l’intérieur d’elle.
- Pour prier …

Elle déglutit.

- Les saintes ont des lèvres pour prier. Répéta-t-elle troublée.
- Alors, chère sainte, que les lèvres fassent ce que font les mains. Elles te prient ; exauce-les, de peur que leur foi ne se change en désespoir. Supplia-t-il en sentant le désir gronder à l’intérieur de son corps à lui en faire presque mal.
- Les saintes restent immobiles, tout en exauçant les prières. Chuchota-elle rouge pivoine.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent tout à coup.

- Reste donc immobile. Siffla-t-il en la prenant dans ses bras, il la serra puis l’entraîna à l’intérieur de l’appareil. Timo la regarda dans les yeux.


- Reste donc immobile tandis que je recueillerai l'effet de ma prière. Il l'embrassa en surface, sans tenter de demander l’accès à sa langue.

-Tes lèvres ont effacé le péché des miennes. Sourit-il en se détachant d’elle. Il fit volte face afin d’appuyer sur le bouton. Mais la jeune femme au tempérament aussi feu que ses cheveux ne le voyait certainement de cet œil là. Et ce fut le souffle saccadé par l’envie qu’elle le rattrapa. Elle se serra contre son dos puis le fit se retourner.

- Dans ce cas là, mes lèvres ont gardé pour elles le péché qu'elles ont pris des tiennes.
- Tu as pris le péché de mes lèvres ? ô reproche charmant ! Alors rends-moi mon péché. Ria-t-il.

Lud’ n’émit aucune objection puis ravit voracement ses lèvres en passant sa main dans sa nuque. Elle s’agrippa à lui en haletant.

- Timo … souffla-t-elle au bord de l’extasie.
- Non Roméo. Répondit-il en la ré embrassant.

« Du Shakespeare ! »

Il avait récité la scène préférée de la jeune femme. Leur petite escapade théâtrale avait prit fin au moment où ses lèvres avaient relâchés les siennes pourtant au fond de lui, ses sentiments refusaient de suivre le créneau. Il voulait encore.
Lud elle se serra contre lui, malgré elle ses larmes se mirent à rouler le long de ses joues. Son cœur ressentait, ce que son corps interdisait, ce que sa tête réprimandait. Elle gloussa de peine puis frôla son visage.

- Je perds tout contrôle de mes mains, caressant ton visage en secret. Je n’aspire qu’à me rendre hors de vue … Je veux tout rendre invisible. Marmonna-t-elle en pleurs.
- Non ! Reste près de moi. Je veux ton corps matériel. Je veux tes regards concrets. Lud’ je crois que je t’aime… Avoua-t-il en la serrant contre lui.

La jeune femme le regarda désemparée, elle se serra contre lui dans un premier temps puis se décala.

- Et depuis quand ?
- Depuis le premier jour j’ose avouer. Rougit-il.
- Non ! Tu ne peux pas …
- Je l’ai réalisé depuis … Lud’ chacune de tes larmes roulait sur mes joues, chacune de tes peines transperçait mon cœur avant de fouler le tien.
- Timo c’est de la pitié.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent à nouveau. Lud’ fit volte face et se dirigea vers le premier bureau à gauche sans lui laisser le temps de répliquer. Pourtant elle voulait savoir ce qu'il avait à dire. Le jeune homme la suivit dérouté. Sa timidité qui s’était évaporée le temps d’une montée en ascenseur venait de reprendre le dessus. Il soupira peiné malgré tout. Mais comment lui expliquer plus que par des mots ?
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeLun 20 Oct - 1:16

Oo
c'est quoi cette fin???

JE VEUX LA SUITEUH
la suiteuuuuuh
la suiteuuuh.... alien alien alien alien (-> parce qu'il le vaut bien XD)

JTM fort fortè I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeLun 20 Oct - 1:19

JE VEUXXXXXXXXXXXX AHHHHHHHHHHHHH

UNE SUITEUHHHHHHHH!!!

J'aime, j'adore, je re aime. Mais cette fin en suspen. Rahhhhh

Je t'en pris, une suiteeeeee.

Pauvre Linke, pauvre Timo. Linke souffre a en crever et Timo pour une fois qu'il souvre ... vilaine Ludi.

Mouahaha on est des vilaines L, toutes les trois.

Je t'aime

Je vous aimes mes deux L
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 21 Oct - 1:18

Chap five :


Au temps suspendu [Fiction en cours] Sans_t11

Une présence dans le silence ???



« Cours, cours !!
Je te poursuivrai
Je suis juste derrière toi
Je te rattrape toujours
»

Frank prit sa valise puis jeta un dernier regard sur le panneau d’affichage. Les lignes s’effaçaient une à une, laissant place à de nouveaux vols … Vers d’autres endroits … Il sourit avec un soupçon de narquoiserie.

- Mais je sais qu’il y a pas d’échappatoire !

Le jeune chanteur fit volte face puis se dirigea vers l’accueil. Il n’eut pas le temps d’attendre avant que la bouille souriante de David lui apparaisse parmi milles visages. Il s’approcha de son ami et le serra contre lui. David n’émit aucun son. Il savait toute la détresse que tentait vainement de refreiner Frank. Il le savait car …

« Il l’aurai ressenti
Dans une autre vie ?
»

- Non ! Pensa le pianiste. Non pas une autre vie …

Il se décala de Frank.

- Alors comment va-t-elle ?
- Elle a encore pleuré. Avoua-t-il. David je vais la faire venir le mois prochain !

David sourit tout simplement.

- Je crois bien que c’était inévitable !
- Tu devrais la voire toi aussi, lui parler …
- Non ! Répliqua-t-il. Tu es son père et moi le simple tonton ! Insista-t-il.
- D’accord. Murmura Frank.
- Par contre tu devra en parler aux filles n’est-ce pas ?
- Oui, je m’en tiendrai à la version officielle !
- Elles ont le droit de savoir …
- Je ne crois pas non !
- Lili …
- Elle n’est plus là ! L’interrompu-t-il d’un ton sec.

Il tira sa valise derrière lui puis avança vers la sortie.

- Je prends le volant ! Informa-t-il son ami.
- Okay ! Marmonna David en lui tendant les clés de la Jeep.


--

- Il fait froid. Grommela le bassiste en mettant ses mains dans les poches de son jean délavé. Il sourit avec un air débile puis leva les yeux vers le soleil tapant qui brillait au dessus de sa tête.

- Oui il fait froid. Répéta-t-il dans un ton convaincu.

Le jeune brin au regard fade se sentait intérieurement givré. Le souffle tiède tel un grand hôte hypocrite le serrait contre lui avec et une froideur, et une férocité atroces. Et il ne pouvait que se sentir dépourvu de patiences : Celle te pardonner, d’oublier et de l’aimer elle. Depuis deux mois il ne faisait que prier tout les Dieux que tout autre que lui avait pu vénérer dans une autre vie. Depuis deux mois il implorait la grâce des morts et des vivants et pourquoi pas celle de ces créatures entre les deux mais la délivrance ne montrait toujours pas le bout de son nez.

- Je suis fatigué de me sentir misérable sans elle ...

Sa tête était tout le temps remplie de douleur, d’amertume. Il savait qu’elle était la seule à blâmer pourtant il ne se pouvait de s’accrocher à elle. Le preux soldat qu’il était continuait d’avancer vers l’ennemi en tenant promptement le drapeau de tous ses espoirs envolés. Envers et contre tout.

Linke passa la rue principale puis s’arrêta face à une énorme vitrine de bijoux. Il l’avait demandé en mariage ce jour là mais elle ne l’avait plus jamais regardé. Il grimaça puis entra tout de même dans le magasin. Une raison insuffisante mais pourtant très convaincante à son sens guidait ses pas. Une raison comme un chant lyrique qui bourdonnait dans ses oreilles.

« Cœurs brisés
Flammes attisées
Cette fois sera
La dernière où tu la suppliera
»


---

Les notes du piano se suivaient suavement. Chaque note pourchassait son aînée dans une mélodie douce mais pas assez agréable à l’oreille de la jeune brune qui se tenait, silencieuse au pas de la porte. Elle pénétra dans la pièce puis marcha vers le fond sans aucun bruit. Elle empoigna son violon et se mit à frotter prudemment l’archet contre les quatre cordes de nylon.

Les vibrations parvenaient de l’âme du violon elle-même, puis passaient directement au cœur de Lina. Aucun défaut d’ajustement, aucune difformité de sonorité. Les deux instruments chantaient à deux la complainte de ces trois cœurs perdus.

« Le violon n’est pas un art
C’est une science infuse
Elle observe ma vie
Analyse ses palpitations
Puis m’invente une nouvelle démonstration
Mon cœur est un petit violon

Je ferme les yeux
Mes rêves se chevauchent bêtement
Ils s’entrechoquent, s’entremêlent
Mais se séparent toujours à la fin
Eparpillés dans un tout autre espace
L’espace de deux autres vies
Et vos deux cœurs sont deux autres petits violons
»

Lina se mordilla la lèvre inférieure puis serra l’instrument entre son épaule et son menton déjà rougit. Elle compressa ses yeux puis se laissa aller avec la mélodie. Machinalement, elle faisait balançaient ses bras dans des mouvements emplis de spontanéité.
La jeune brune au regard ambre faisait part d’une franchise remarquable. Pourtant elle savait éperdument que la franchise engendrait toujours la haine des autres.

Cette pensée ravivait ses émotions. Cette raison stimulait sa rage.

Le violon prit le dessus sur le piano qui se tut l’espace d’un solo. Lud’ qui était assise sur le tabouret de bois n’avait fait depuis le début que frôler le clavier. Elle ferma ses yeux bleus à son tour puis se concentra durant quelques minutes. Lud’ devait elle aussi vivre sa partition imaginaire, elle se mit à pianoter avec autant de droiture et de loyauté que son amie.

Cette démo était une petite escapade nocturne, un abîme entre deux mondes. Ce genre de pseudo gouffre qui ne creusait pas vraiment de cavité entre la vie et la mort. Mais qui laissait planer un silence morne. Un silence ou pourtant subsistait un léger souffle de vent : Une présence dans le silence.

« Moi !! »

- Elle. Siffla Lud’ les larmes aux yeux.
- Oui elle. Répéta Lina d’une voie rouillée.
- Tu crois qu’elle nous entend de là ou elle est ? Demanda la jeune rousse d’un ton las.
- Elle nous vois aussi !
- Je t’envie ta foi !
- Et moi je t’envie ta carapace de glace !

Lud’ sourit.

- Je crois bien que dans ce domaine là on est bien égales.
- Ne me dis pas que …
- Il m’a embrassé et puis je l’ai embrassé. Rougit-elle.
- Et ?
- Rien, il y avait les affaires de Lili à chercher et …

Ludmia se tut, elle savait bien qu’elle avait l’air ridicule.

- Tu crois que c’est mort ?
- Non ! Timo est hélas un immortel >< … La preuve : Ma massue n’a aucun effet sur lui.

Son ami laissa échappé un rire malicieux.

- Je vais lui parler …
- Non …

Lud’ la regarda surprise.

- Non tu n’ira pas lui parler … Je te connais … Tu voudras mis tu n’iras pas comme toujours !
- Cette fois c’est différent …
- Et en quoi ?
- Méchante, gentille et victime ! Voilà comment tu as répartie les rôles … Maintenant que le poste de gentille est vacant je me sens obligé d’assurer son rôle …
- Le spectacle doit continué malgré la tombée de rideau, n’est-ce pas ?
- Voila !

Les deux amies se sourirent mutuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 21 Oct - 1:25

Oo

Lili?? Quoi Lili??? elle a quoi à voir avec la petite? JE VEUX SAVOIR MOI! ><je bude! vilà

nan, je t'aime coconne! ^^

Bon, j'y go!
j'adore comme d'habitude mais ce soir, je me sens étrangère à mon corps alors.... Je vais cogiter demain en journée et je te dis quoi le soir.

Bisoux!
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 21 Oct - 1:32

Sad J'aime, j'aime j'aime.

C'est super splendide magnifique. Je veux une suite.
Ce soir j'ai bien l'impression que les mots me manque.

C'est superbement bien écrit et tes idées sont toujours aussi extra.

La suite nou' s'il te plait.

Jtm fort fort

PS: le coup de massue, je me vois désormais comme l'ogre d'Harry Potter. Je suis dingue ce soir.^^
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 21 Oct - 21:39

Hey pas de suite ce soir puisque je me connecte pas mais j'en promet une super longue demain matin dès que j'ai le pc ...


Je vous aime fort



I love you I love you

++
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMar 21 Oct - 22:47

Je bosse demain matin, snifffff.
Vivement la fin de mon taf alors^^

Hey dimanche on aura plus qu'une heure de décalage avec toi ma Nou'.^^
Ralala moi qui m'était enfin habituer au deux heures de décalage. rohhhh

Jtm ma Nou'
Jtm ma Lili
Je vous aimes mes puces
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 22 Oct - 0:23

j'ai cogité cette journée et j'ai toujours pas mes réponses

JE VEUX MES REPONSEEEEUUUH! XD

je vous aime mes chéries.... beaucoup... très fort.... beaucoup...

I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 22 Oct - 14:11

Hey girls, voila comme prévu la suite ... Elle devait être plus longue mais je me suis dis ( dans un commun accord entre moi et moi-même) que c'était mieux ainsi ... Pas vraiment de réponses mais presque hein ? Oo

Ps : Je ne serai pas là ni ce soir, ni demain soir ni après demain ... Donc je vous dis à Samedi ?

Je vous aime fort

Votre Nou' - Lina Li - ( plus lessivée et fatiguée que jamais )

++


Chap six :


Au temps suspendu [Fiction en cours] Porte-10

Une porte ... A moitié ouverte ? Ou à moitié fermé ?




Lina se tenait droite au milieu de sa chambre. Le souffle court ; elle jetait tout de même des regards furtifs à son reflet dans l’immense glace en face d’elle. Tout le temps, oui, tout le temps que ses yeux rencontraient son reflet elle ne pouvait s’empêcher de se sentir en peine. Une douleur dur et austère comme une douve à ventouses multiples qui se frayait un chemin jusqu’à son cœur avec la ferme intention de ne plus jamais le quitter.

Elle se mordit les lèvres en sentant le désarroi s’emparer d’elle.

« [b] Plus jamais
Plus jamais,
Il ne la laissera
»

Dès lors les larmes effectuaient une attaque massive sur ses yeux ternie par l’usure du temps. Elle avait pitié d’elle-même, une commisération hautaine et pleine de dédaigne.

« Non, ce n’est pas toi
Ce n’est pas la vraie toi
»

Lina se tint le ventre en grimaçant de douleur, ses sanglots s’étouffaient au fond de sa gorge mais ses larmes continuaient de rouler le long de ses joues.

- Je sens mon cœur désorienté, complètement perdu dans ses battements …Il bat un peu trop pour moi … De l’avant vers l’arrière et chaque bond me broie de l’intérieur, je n’ai jamais fais ce choix … Lili quand reviendras-tu ?

« Toi,
Quand me rejoindras-tu ?
»

- J’essaye de me relever mais j’atterris toujours dans ce même endroit …

« Je sais !
Parce que c’est de là
que tu viens !
»

- Je voulais juste entendre ce que tu avais à dire, je voulais que tu m’expliques que je puisse te pardonner …

« Pourtant
Nous savons toute les deux
Tu m’as déjà pardonné !
»

- Je me cache derrière des mensonges …

« Non, c’est de la vanité ! »

- Lili, j’ai mal … Une douleur palpable, que je peux sentir et toucher …

« Là aussi,
Nous savons toute les deux
C’est une tout autre douleur
»

- Pourquoi tant de souffrances ? Qu’ai-je fait pour mériter une telle pénitence ? Lili, je le perdrai n’est-ce pas ?

« Tu le perdras
A trop vouloir le garder !
»

- Linke … Couina-t-elle avant de se laisser tomber sur le sol, en larmes. Lui aussi je le perdrai … Mais je ne sais plus comment l’aimer ? Comment le garder près de moi ?

« Chut … »

La voix de Lina se perdit dans le vide qui emplissait la chambre. Elle plaqua ses mains sur le sol puis se mit à les dévisager sans aucun objectif fixe. Elle s'oubliat juste dans ses pensées.

--

Frank lança sa valise dans un coin de la pièce puis il s’avança timidement vers son lit. Il se laissa tomber, écrasé par le poids de ses doutes quand la porte s’ouvrit à la volée. Il se redressa brusquement et grimaça en voyant les mines déconfites de David et Juri.

- Mais vous n’étiez pas obligé de frapper voyons! Grinça-t-il.

David fit un sourire d’excuse.

- Frank … Commença-t-il sans pouvoir achever sa phrase.
- Frank, nous devons parler d’Olivia ! Lança Juri plus objectivement.

Le sang de Frank ne fit qu’un tour, sa grimace s’accentua.

- Oui ?
- Elle ne peut pas venir ! Fit Juri.
- Elle ne peut pas rester toute seule là-bas non plus … C’est ma fille !
- Non Frank, ce n’est pas ta fille ! Corrigea David en tremblant.
- Je suis le seul père qu’elle n’ait jamais connue ! Fulmina-t-il.
- Nous comprenons que tu sois attaché à la petite vu tout le passé qui se cache derrière elle, mais … Arrête de te leurrer … Elles ont peut-être le même prénom mais Olivia n’est pas Lili !
- Mais de quoi tu parles ? Je ne cherche pas à faire d’Olivia une prototype Lili … Cette gamine a besoin d’une présence à ses cotés, d’un père et d’une famille, je serai ce tout pour elle parce que …
- Parce qu’elle est sa fille !
- NON ! Gronda-t-il. Parce qu’elle a besoin de moi …
- Les filles ne seront pas d’accord ! Frémit David.
- Les filles, les autres … David assume-toi merde ! Depuis le début tu ne fais que te défiler comme un trouillard !
- Je sais mais …
- Il n’y a pas de mais qui tienne, tu as abandonné Olivia, je suis son père et elle viendra vivre avec moi voilà tout !
- D’accord, d’accord … Mais comment comptes-tu la présenter ? Demanda Juri d’un ton serein.
- Je dirais la vérité : Olivia est ma fille !
- Et la mère ? Qui sera la mère ?
- Je ne sais pas, une femme X ! De toute façon ça ne les regarde pas …
- Tu connais Lina, elle te tirera les verres du nez quant à Lud’ elle te haïra jusqu’à ce que tu craques ! Prévint David.
- Qu’à cela ne tienne ! Tonna Frank en se levant. Je vais prendre ma douche, quand je reviendrai je ne veux plus vous voire ici … Ma décision est prise et elle est bel et bien incontestable !!!
- Je vois ! Soupira Juri. Tu cours vers ta perte à petite foulée Frank …
- Non, je guette l’affranchissement …
- Etre le faux père de cette fille ne te soulagera en rien ! C’est quand son « vrai » père se déclarera que tu pourras te sentir libéré …

David déglutit.

- Pour l’instant, elle sera Olivia Ziegler !

--

Linke s’était dirigé d’un pas certain vers la chambre de Lina. Il avait gravit les marches dans un rythme imposé par les frictions de son cœur. Pourtant une fois devant sa porte il se sentit fléchir. Il serra la petite boite qu’il tenait dans sa poche puis s’adossa au mur.

« Entre !
Entre idiot !
Elle t’attend …
»


- Je ne sais pas ! Soupira-t-il.

De là où il était, il pouvait non pas entendre mais sentir les sanglots de sa bien-aimée se déverser sur le sol brûlant. Pourquoi à chaque fois qu’elle avait besoin de lui ressentait-il cette envie de fuir ? Non pas par lâcheté, mais par peur de ne pas être à la hauteur de leurs espérances à tout les deux.

« Entre Linke
Je t’en supplie !
»

Il regarda la porte avec un mélange de crainte et d’incertitude.

« Souviens-toi ! »

Linke ferma les yeux puis se laissa glisser le long du mur au fur et à mesure que ses souvenirs venaient hydrater sa mémoire sèche.


- La première fois … Marmonna-t-il.

Il s’en rappelait de la première fois qu’elle avait timidement frôlé ses lèvres. Qui l’eut cru ? Elle si extravertie et expansive avait fait preuve d’une pudeur et d’une timidité tel qu’il en avait presque eu l’envie d’éclater de rire. Non pas un rire moqueur, mais un rire de bien heureux. Mais il avait réprimé son envie lorsque ses yeux rencontrèrent les siens emplies de sincérité.

- Je suis désolée, je sais que tu m’aimes pas beaucoup et que …

Il avait posé son index sur ses lèvres pulpeuses épris par une envie d’effleurer sa peau qu’il camoufla en une tentative de la faire taire.

- Je te le dis souvent que tu es bizarre ! Sourit-il.

Elle hocha la tête troublée.

- Tu m’insultes, tu me rabaisses, tu te moques de chacun de mes faits et gestes … Commença-t-il à énumérer.

Le cœur de Lina faillit lâcher prise, là ça sentait pas très bon. Elle lui lança un regard suppliant.

"Pitié, ne m’achève pas !! "Pensa-t-elle en continuant d’hocher la tête.

- Et aussi invraisemblable que cela puisse-t-il paraître, tu réussis à me faire sortir de mes gonds … Tu es bien la seule je crois. Sourit-il en approchant son visage du sien. Tes mots sont blessants, tes phrases visqueuses et à chaque fois je me noie dans tes injures … Tu écorches mon cœur et tu ternie mon talent … Plus je te vois, plus je suis sure … La souffrance, la colère et l’indignation que tu me fais ressentir sont les unités avec lesquelles je mesure mon attachement pour toi …

Le jeune bassiste combla la fine distance qui subsistait encore entre ses lèvres et celle de la jeune femme perdue qui se tenait en face de lui. Il les frôla suavement puis finit par les ravir avec un peu plus d’assurance et d’appétit. Lina se serra contre lui en rougissant.

- Linke, je t’…

La porte s’ouvrit à la volée.

- AH JE VOUS L’AVEZ DIT !! JAN ABOULE LE FRIC J’AI GAGNE … Brailla Lili en entrant dans la pièce suivit de Jan, et Frank.
- Non, non … Tu avais dit qu’en entrant ils seraient entrain de faire l'amour or là ils s’embrassaient ! Bouda Jan.
- Espèce de grippe-sou ! Là ce sont les préliminaires, t’aurai pas ronchonné pour rentrer plus tard on les entrain pris en flag !! Cria Lili en sautillant partout. AH ET DE UN COUPLE … UN … QUI DIT MIEUX ???
- Moi ! Sourit Frank en fendant sur elle afin de l’embrasser.
- C’est vrai que là c’est mieux … Rougit la jeune femme en se serrant contre son petit ami.

Lina se leva, mit ses mains dans son dos puis se contenta de les fusiller du regard sans aucun mort tandis que Linke ,lui, souriait bêtement. Il passa sa main sur le dos de la jeune femme puis serra doucement sa main contre la sienne.

Elle se retourna surprise puis lui sourit.


Linke soupira à ce souvenir. Comment avaient-il fait pour tendre vers le zéro de la sorte.

« L’amour est l’inflexion
Quand la dérivée est nulle
»

Le jeune bassiste se leva, il regarda pour la énième fois cette porte close.

Lud’ qui, elle, aussi venait de vivre le même moment d’extrême doute s’était résolu à tenter sa chance le lendemain. Elle vanit de quitter la porte de la chambre de Timo et se traînait le long du couloir quand elle aperçu le jeune homme. Elle s’approcha de Linke.

- Tu devrais entrer.
- Toi aussi tu devais pourtant ...
- Moi je n’ai pas une bague dans la poche !

Elle passa son chemin laissant Linke au dépourvu. Il inspira puis se résigna à toquer à cette fichue porte.

« Cette fois sera la dernière
Alors supplie-la bien !
»
Revenir en haut Aller en bas
Lud'
The Red flag wavin' never meant ze same
The Red flag wavin' never meant ze same
Lud'

Messages : 311
Date d'inscription : 04/09/2008
Age : 32
Localisation : Dans le monde de la musique

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 22 Oct - 17:26

OO une bague??? Wahhhhh Ta vu Nou' il te dira ouiiiiiii
Je craque...

J'aime toujours autant machéwie. C'est splendide. J'aimerais avoir le quart de ton talent ou le quart su talent de Lili.

Je vous aime mes puces.

Snif snif Sad a samedi^^
Revenir en haut Aller en bas
https://muse.forumactif.com
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitimeMer 22 Oct - 23:15

tout simplement sublime....Mais je me demande qui est la maman d'Olivia. J'ai eu un doute mais il est presque passé. J'ai hate de savoir.... What a Face
La fin est magistrale! Comme d'habitude en résumé....

Les mots m'échappent.

JTM fort?
a samedi peut-être
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Au temps suspendu [Fiction en cours] Empty
MessageSujet: Re: Au temps suspendu [Fiction en cours]   Au temps suspendu [Fiction en cours] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Au temps suspendu [Fiction en cours]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.U.S.E Unofficial :: Flood :: Fan fiction :: Les hors Muse [ Fanfic' ou OS ]-
Sauter vers: