M.U.S.E Unofficial

Muse. The line between amusement & inspiration.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [en cours] Un été en montagne (couples divers)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeJeu 2 Oct - 21:41

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Un_ete10



Résumé: trois jeunes femmes de vingt ans partent en vacances à la montagne. Elles ne pensaient pas tomber sur eux mais c'est ce qui est arrivé. Des émotions fortes... Des délires immensément cons... des histoires d'amour....

Titre: Un été en montagne... (où comment l'auteur craque XD)

Couple: pas de liste pour l'instant (non! Cette fic n'est pas une orgie! >< bande de perverses va!)

Chapitre 1: l'arrivée...

Les vacances en montagne. Les pique-niques dans la nature vierge. Les randonnées de dix heures.

« J’AI MAL AUX PIEDS ! » Hurla Nouha en se laissant tomber sur le sol.

Les deux filles devant soupirèrent. C’était la sixième fois qu’elle les faisait s’arrêter en une heure et demi.

« Nou, on arrive dans une demi heure. Courage ! » Déclara Violette en reprenant sa marche.

Nouha soupira et les suivit. La jeune femme avait dix neuf ans, des cheveux bouclés châtains clairs, des yeux verts bruns et surtout, détestait cette idée de randonnée dans la montagne par trente degrés.
Qui avait eu cette merveilleuse idée encore ?
Ah oui ! Ludmia. De taille moyenne, des cheveux rouges, des yeux bleus comme la glace, Ludmia ne suait pas une goutte d’eau. Ca fit enrager Nouha qui avait l’impression de se vider de toute l’eau composant son corps.

« Courage ! » Lui sourit Violette, une petite brune italienne aux yeux brun foncé presque noir.

Elle grimaça un demi-sourire en les suivant.



Ludmia regarda la montagne devant elle. A chaque fois qu’elle escaladait l’un de ses énormes rochers, elle avait la sensation de se trouver elle-même.
Une montagne, c’était immense, fort, infranchissable mais tellement beau, recelant tellement de merveilles.
Les trois jeunes femmes arrivèrent devant un gîte de bois et de vieilles briques. Elles entrèrent dans la bâtisse. Tout y était chaud et coloré. Elles se présentèrent à l’accueil et prirent la clé de leur gîte. Il s’agissait du même style de baraque que l’hôtel principal mais en plus petit et éloigné. Elles avaient voulu quelque chose de plus personnelle qu’une chambre d’hôtel. Un endroit pour elles seules et leur confort.
Un autre gîte se trouvait de l’autre côté de l’immense piscine. Ludmia se demanda qui pouvait bien avoir réservé le second gîte. Mais sa question lui passa bien vite en voyant Nouha entrer en trombe dans la maison en hurlant de joie.

« Je propose de l’abandonner dans un coin reculé de la montagne, demain. » Grimaça Violette.

« Je te couvre ! » Rigola-t-elle en suivant son amie.

Les trois jeunes femmes se connaissaient depuis bien longtemps.
Violette était la plus âgée et Nouha la plus jeune. Mais elles s’entendaient toutes très bien.
Elles avaient su gérer leurs différences – âge, pays, culture- en s’acceptant les unes les autres sans vouloir se changer pour faire plaisir.
Depuis trois ans, elles appréciaient se retrouver au même endroit pour se balader, parler, déconner. La première année, ce fut Nouha qui décida du lieu de rencontre : la plage, le sable le soleil, les boîtes de nuit, les garçons. Elles s’étaient éclatées à sortir et draguer. A la fin du séjour, Lud avait eu le plus de rendez-vous.
La deuxième année, Violette leur trouva une magnifique villa en Italie, à quelques kilomètres d’une grande ville. Là aussi, elles s’étaient éclatées.
Mais cette année-ci, elles avaient opté pour quelque chose de plus reposant. L’année qui était passée, avait été très dure pour chacune d’elles.
Une rupture très éprouvante.
Un contrat de travail non renouvelé dans les temps.
La fin d’une année scolaire et le début de la vie active.
Chacune avait eu son lot de baffes dans la tronche pour espérer des vacances reposantes.
Nouha aurait dû se méfier quand les deux avaient dit, « repos », parce que pour elles, cela signifiait : marches à pieds.
Ludmia prit la première chambre avec vue sur la vallée et s’y installa.
Violette prit celle qui était la plus éloignée et qui donnait vu sur la montagne.
Nouha soupira en prenant la dernière avec vue…. Sur la villa voisine.
Quelques heures plus tard, elles se retrouvaient dans la piscine à faire les idiotes. Le soleil ne tapait pas encore trop fort alors elles en profitaient. D’ici deux heures, il serait juste au-dessus d’elle et la température grimperait encore.

« Oh ! Regardez ! Regardez ! » Rigola Nouha en les tapant sur les épaules.

Violette et Lud se tournèrent pour voir trois garçons porter des tables et des chaises ainsi qu’un parasol sur leur terrasse. De là où elles étaient elles ne pouvaient pas voir grand-chose mais ils semblaient plutôt pas mal.
Violette fut la première à se détourner. Sans lunettes ou lentilles, elle ne voyait rien à moins de dix centimètres de son visage. Elle pouvait juste voir les obstacles. Le reste…
Elle sortit de l’eau et se dirigea vers leur table de jardin pour remettre ses lentilles. A première vue, elle ne faisait aucune allergie.

« J’espère qu’ils sont beaux ! » Gloussa Nouha.

Violette et Ludmia se regardèrent abattues.

« Que pouvons-nous bien faire de toi ? » Soupira Lud.

Nouha fit la moue.

« Vous êtes vilaines, Vilaines ! »

Elles éclatèrent de rire.

Himmel hilf, wohin treibt’s mich heut Nacht?
Keine Frage, weg von hier

Ludmia sentit une sueur froide la saisir. La sonnerie du portable de Nouha résonnait dans toute la vallée. Même les boucs dans les montagnes avaient dû l’entendre cette saleté de sonnerie.

« Faut lui changer cette sonnerie ! » Bougonna-t-elle en prenant place sur un transat.

Violette sourit.

« Tu la détestes vraiment cette chanson ? »

Ludmia leva les yeux au ciel.

« Bien sûr que non mais ça me gave de l’entendre toutes les cinq minutes. A croire qu’elle a toute l’Europe dans son répertoire ! »

Un cri les fit se retourner en vitesse.

« NAN MAIS ARRETEZ ! »

« J’hallucine ma parole ! » Murmura Ludmia en voyant arriver à toute vitesse trois garçons se poursuivant.

« TOUCHEZ PAS MES CHEVEUX JE VOUS DIS ! » Piailla David Bonk, guitariste des Panik.

« Euh… »

« Bonjour, jolies demoiselles, vous allez bien ? »

« On ne répondra qu’en présence de notre avocat ! » Lança Nouha de l’entrée de la maison.

Elle arriva avec un grand sourire sur le visage :

« Bonjouuur ! Vous allez bien ? Moi, c’est Nouha. Voici Violette et Ludmia ! »
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeJeu 2 Oct - 22:04

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Une_re10



Chapitre 2: Une rencontre....et ce qui en découle...


Les trois garçons les saluèrent.

« Vous êtes ici en vacance ? » Demanda Nouha.

« Non, ils sont ici parce que l’air de la montagne donne un meilleur son à l’enregistrement ! » Bougonna Ludmia en levant les yeux au ciel.

Nouha lui tira la langue avant de reporter son attention sur les garçons.

« Vous êtes seulement vous trois ? »

« Non, les autres sont à la maison sur la console. » Répondit Timo.

Ludmia le regarda dans les yeux et eut un sourire en coin en le voyant baisser les siens en rougissant légèrement mais il les releva bien vite, provocateur.
Violette qui vit leur manège grimaça en reportant son attention sur son bouquin.

« Que lis-tu ? »

« Le Compte de Monte-Cristo. » Répondit Violette sans quitter son livre des yeux.

« J’adore ce livre ! »

« J’avais cru comprendre avec ton tatouage… Mais j’avoue que j’ai du mal à comprendre pourquoi tu aimes ce héros ?! »

Ils se mirent à parler littérature pendant que les autres faisaient connaissance.

« Ca te dirait une bonne blague ? » S’enquit Jan à voix basse.

Nouha ricana légèrement en se penchant vers lui.

« Dis-moi tout ! »

Ils partirent jusqu’à la maison des garçons.

Timo et Ludmia se regardèrent en chien de faïence.

« Tu veux ma photo ? » Cracha Ludmia en le fusillant du regard.

Timo fut un peu surpris mais rétorqua :

« Quand je devrai trouver un modèle pour le musé de l’horreur, je pourrai toujours la montrer… »

« Je pense qu’avec ta tête, ils auront déjà du mal à s’en remettre… »

Violette et Linke s’étaient arrêtés de discuter pour regarder la scène. Ils affichaient tous deux une mine légèrement sceptique quant aux évènements à venir.

Ils hurlèrent quand de l’eau les trempa jusqu’aux os. Deux rires machiavéliques les firent lever la tête.

« MON BOUQUIN ! » Hurla Violette. « NOU REVIENT ICI QUE JE TE FASSE LA PEAU ! »

Violette coursa Nou jusqu’à la piscine dans laquelle elle la poussa sans sommation. Timo et Linke avaient attrapé Jan et l’avaient balancé à la flotte. Jan et Nouha se retrouvèrent dans l’eau à se disputer sur leur lenteur de réactions.

« Il est foutu ! » Se lamenta Violette en soupirant.

« Si tu veux, j’ai une copie dans ma chambre. Je te la prête… »

« C’est gentil mais… »

« Pas de mais. Je te l’amène ce soir ! » Sourit Linke en rentrant. « Je vais me changer. Bye ! »

« Bye ! »

« T’aurais pas pu nous prévenir non ? »

« Oh ! J’ai pas des yeux dans le dos moi ! »

« Je n’avais jamais assisté à un coup de foudre mais là, j’avoue que ça me fait plutôt peur ! » Ricana Violette en rentrant.

« On ne s’aime pas ! » Gueulèrent-ils en même temps.

Violette éclata de rire.

Ludmia regarda Timo repartir dans leur gîte en bougonnant. Avec son pantalon qui menaçait de se faire la male d’un moment où un autre, la vision valait le détour.
Un coup de foudre ?
Serait-ce possible ? Dès qu’elle l’avait vu, elle n’avait pu s’empêcher de le vanner.
Un signe ?
Lud secoua la tête et rentra se changer.
Elles allaient manger en ville dans quelques minutes, il fallait qu’elle se dépêche.


« «

« LES PETITS OISEAUX QUI VONT SUR L’EAUUUUU ! » Hurlaient Violette et Nouha en tenant chacune une bouteille dans leurs mains.

« C’est pas des oiseaux d’abord ! » Rigola Jan. « C’est des bouèttes ? »

« Des bouèttes ? » S’enquit Nouha en se pendant à son cou. « C’est quoi ? »

« Ben les machins qui volent sur la mer… Le truc blanc là… »

« Han ! Une mouette, débile va ! » Ricana-t-elle en le frappant derrière la tête puis éclata de rire avec Violette.

« Et c’est un oiseau ! » S’écrièrent-elles en se moquant.

Jan leur courra après pour les frapper.
Il revint plusieurs minutes après les larmes aux yeux. Il se jeta sur Linke.

« Protège-moi de ces vilaines. »

« Que se passe-t-il ? »

« Elles ont essayé de me déshabiller ! »

« OH LE RAPORTEUR ! » S’écria Violette en buvant une autre gorgée de son alcool.

Linke attrapa la bouteille et la porta bien haut. Vu qu’il mesurait vingt centimètre – au moins- en plus qu’elle, elle se mit à sauter sur place en pleurnichant :

« Rends la moi ! Allez, rends la moi ! Méchant ! »

« Tiens, mon amour, je partage avec toi… »

« Oh ! Merci ma chérie que j’aime. »

Nouha et Violette se mirent à boire ensemble, bras dessus, bras dessous. Linke, qui avait relâché sa vigilance, se fit piquer la bouteille par Jan.

« Les filles, j’ai récupéré la bouteille ! »

Les trois amis firent la danse de la victoire devant six regards mi ahuris mi désespérés par tant de connerie concentré.

« Elles sont toujours comme ça ? » Demanda Frank à Ludmia.

« Quand elles ont bu, oui ! Malheureusement… »

« Au moins, elles, elles sont drôles. »

« On t’a rien demandé à toi, tête d’ampoule ! »

Timo allait pour répliquer quand un gros « plouf » le surprit.
Ils étaient arrivés aux gîtes et les deux folles n’avaient rien trouvé de mieux que de jeter Jan à l’eau.

« Dis, il y a un bouton off quelque part ? » Demanda très sérieusement Linke.

Ludmia sourit.

« Vivi, si tu ne vas pas te coucher, interdiction de toucher à mon pc demain. »

Violette sortit de l’eau, salua tout le monde par un maxi câlin , trempant ce petit monde et rentra en courant.

« MON PRECIEUX ! » Hurla-t-elle.

« Nou… Tu tiens à ton i-pod ? »

Nouha lui jeta un regard mauvais.

« Au lit ! »

Nouha dit au revoir aux garçons, snoba Lud et partit se coucher non sans une petite larme pour Jan qui lui faisait ses adieux en agitant un mouchoir blanc.

« Tu sais les mater… »

Ludmia sourit amusée. Non, elle ne les matait pas, elle les connaissait c’est tout.

« Bon.. Bonne nuit. Merci pour la soirée. »

Lud les salua et rentra. Elle soupira.
Elles étaient sorties pour manger un morceau dans la pizzeria du coin quand elles étaient tombées sur le groupe. Jan, qui s’entendait plutôt bien avec Nouha, l’avait embarqué dans un pari stupide : la tournée des bars pour boire trois tequila différentes dans chacun des établissements. Violette avait suivit Nouha et ils s’étaient retrouvé avec trois poivrots sur les bras. Elle, elle avait préféré rester sobre pour la randonné du lendemain.
Ca allait être beau.

« « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeJeu 2 Oct - 22:15

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Nous_n10


Chapitre 3: un petit tour en montagne...

« Maman, ça tourne ! » Gémit Violette dans son lit.

Ludmia lui tendit un cachet d’aspirine et un verre d’eau.

« Mais arrête de bouger, tu me files le tournis. » Râla-t-elle.

« C’est ta tête qui te joue des tours. Je ne bouge pas ! »

Violette tapa son front contre le sol. Ludmia leva les yeux au ciel.
Nouha hurlait avec Jan dehors autour de la piscine. Linke attendait à la terrasse de voir la tête de Vivi. Timo était passé très tôt au matin pour la réveiller à coup de « GEHT AB » version portable. Il s’était mangé une statut de la vierge en pleine tronche. Il ne s’était, visiblement, pas attendu à ce qu’elle sache viser aussi bien, vu son expression de surprise totale.
Ludmia faillit éclater de rire en voyant Violette tituber dans le salon, la cuisine puis manqué de se prendre la porte vitrée, fermée, en pleine poire. La jeune femme se laissa tomber sur sa chaise sans aucune grâce.
Tous la regardaient émerger avec difficulté.

« Quoi ? » Grogna-t-elle en les fusillant du regard.

Peut-être aurait-elle pu les impressionner si ses yeux n’étaient pas quasi inexistants.

« Sinon t’as quel âge ? »

« Nan mais c’est quoi cette question dès huit heures du matin… T’es malade ! » Grinça-t-elle en essayant de la taper mais le manqua de dix centimètres. « Je fais pas de math aussi tôt moi ! »

Et elle replongea dans sa tasse de café au lait et surtout beaucoup de sucres. Elle ne boit peut-être pas de coca ou de limonades mais elle se rattrape le matin avec le sucre au café…
Ludmia était rouge à se retenir d’éclater de rire. Elle inspira profondément et expira. Ca commençait à se calmer.

« JAN DJ DE PACOTILLE REVIENT ICI TOUT DE SUITE…SALETE DE MORFABLE IMPUISSANT… » Hurla Juri du gîte d’en face.

« Que se passe-t-il encore ? » Soupira David, avachi sur un transat.

Jan courut jusque dans le gîte des filles et alla se cacher dans une des pièces de la maison.

« Que t’arrive-t-il ? » Demanda David à Juri.

« Cet abrutit à manger tout le chocolat. » Grogna Juri, de très mauvaise humeur. « IL A BOUFFE LE CHOCOLAT JUSQU’AUX DERNIERS MORCEAUX ! Si je l’attrape, je l’éventre, l’étripe, le pend par les boyaux et fait un collier avec son intestin. »

« Avec ça, il va sortir de son trou à coup sûr ! » Ricana Ludmia.

Juri ne prit pas attention, entra dans le gîte.

« Tu crois qu’il est marqué à l’encre invisible : entrée gratuite, sur la façade du gîte ? » Demanda Violette en baillant.

Lud sourit. Elle entra dans la maison pour trouver Juri assis sur Jan, le frappant avec un gros coussin et l’empêchant de bouger. Elle secoua la tête.
Ils se connaissaient depuis hier et pourtant, ils prenaient déjà leurs aises chez les uns comme chez les autres. C’était ahurissant.
Ils n’avaient pas parlé plus que cela pourtant. Juste un instant sur la terrasse. Une soirée de buverie par hasard et le matin autour d’une table, presque tous ensembles. De loin Lud était certaine qu’on aurait pu les prendre pour un groupe d’amis voyageant ensemble.
Elle vit Timo poser les assiettes et les couverts du petit déjeuner dans l’évier.

« Tiens, t’es devenu serviable toi maintenant ? »S’étonna-t-elle.

« T’y habitues pas ! » Cracha-t-il en sortant.

Ludmia savait son comportement un peu… beaucoup… puéril mais dès qu’elle l’avait vu, elle avait eu envie de lui arracher les yeux. De le frapper. Pour une raison vraiment inconnue.
Il ne lui avait rien fait pourtant.
Oui mais il l’exaspérait au plus haut point. Il la mettait en boule à chaque fois que leurs regards se croisaient. Comme en cet instant.

« Quoi encore ? » Grogna-t-elle.

« Tout doux Médor, je t’ai parlé peut-être ? » Grinça-t-il en se détournant.

Pourtant une partie d’elle avait envie de le prendre par le bras et de l’embrasser.

« N’importe quoi ! » Souffla-t-elle en balayant ses idées de sa tête.

« « « « « « « « « « «

Lud soupira pour la quatorzième fois depuis le début de la randonnée. Frank avait soumis une idée « génial » qui l’avait beaucoup enthousiasmée auparavant mais qu’elle maudissait maintenant : une randonnée commune.
Petit bémol : chaque groupe avait son boulet nommé communément : Timo et Nouha.
Ils n’avaient de cesse de se plaindre.
1 : Du soleil trop chaud… comme s’ils y pouvaient quelque chose.
2 : De la longueur de la marche… C’est une randonnée et qui dit randonnée dit loooongue marche à travers la montagne mais ils semblaient l’avoir oublié.
3 : Du manque de glace… Mais aucun des deux n’avait voulu porter les deux glacières donc ils étaient partis sans. Après tout, les autres avaient leurs sacs avec leurs bouteilles pleines.
4 : Du soleil… oui ! Non ! Ca, elle l’avait déjà dit.
Donc elle soupira une quinzième fois avant d’éclater.

« VOS GUEULES ! » Hurla-t-elle. « Vous me faites chier… Bande de cons ! Jetez-vous de la falaise qu’on en parle plus ! »

Timo et Nouha se regardèrent en s’éloignant légèrement d’elle.

« C’est toi qui a pêté une durite, Ludmia ! » Grimaça Timo. « Faut te calmer. »

Violette attrapa Ludmia par le bras et la força à avancer.
Timo fit des grimaces avant de se manger une pierre en pleine tronche. Il voulut relancer le projectile sur la fautive mais David et Juri l’en empêchèrent. Il se mit à bouder derrière le groupe.

« Ca va mieux ? » Demanda Violette.

Lud fit la moue en avançant à grands pas. Seul Frank avait su suivre le mouvement mais à ce qu’il avait dit, il avait l’habitude des randonnées comme celle qu’il faisait.

« Il m’agace ! »

Violette sourit en comprenant de qui elle parlait.

« Bah ! Ca va te passer… »

Lud secoua la tête négativement.

« Je ne crois pas. »

« Lud… Nous sommes en vacances, profite comme tu l’as toujours fait. On s’en fout du reste ! » Déclara Violette.

Lud pinça ses lèvres. Oui, elle avait toujours profité de ses vacances. Pourquoi pas cette fois ? Parce qu’il s’agissait de stars ? Comme si, elle s’arrêtait à ça… Elle.
Non !
Lud sourit à Violette. Oui, elle profiterait mais ça n’empêchait qu’elle voulait toujours le castrer ce con.

« Elle est génial, Nou ! » Sourit Jan à l’attention des deux filles devant.

Ludmia grimaça :

« Je t’en pris. J’aimerais l’abandonner dans une grotte et me suicider pour qu’elle ne me retrouve jamais ! »

Jan la dévisagea en se demandant si elle rigolait ou pas. Ce fut Violette qui l’éclaira en éclatant de rire.

« Han ! Tu casses mon effet, Vi ! » Rouspéta Ludmia en la tapant derrière la tête.

Violette lui sourit et s’arrêta pour attendre les autres. Ludmia se retrouva seule avec le chanteur.

« Tu en pinces pour notre MC ? » S’enquit ce dernier un demi sourire accroché aux lèvres.

« Retourne cuisiner à poils avec ton tablier, chanteur de pacotille ! » Grogna-t-elle en le dépassant.

Elle était parmi la gestapo ou quoi ? De quoi ils se mêlaient tous.


La randonnée se passa plutôt bien. Entre les gémissements de Timo et Nou, et les arrêts de David qui avait une vessie de la taille d’une balle de ping-pong, ils mirent quatre heures de plus que prévu pour faire leur promenade.
Même Frank avait perdu son sang-froid deux fois contre les deux boulets et il avait fini par interdire à David toute pause pipi sous peine de se retrouver eunuque.

« J’en peux plus ! » Grogna Timo en se laissant tomber sur un transat. « Je bouge plus, je suis mort ! »

« T’es une petite nature en fait ! » Se moqua Violette.

Timo lui tira la langue mais ne bougea pas. Il regarda Ludmia passer. Leurs regards s’accrochèrent. Elle était tentée de baisser les yeux mais s‘y refusa.
Il perdit en détournant la tête gêné.
Violette leva les yeux au ciel en voyant le sourire de vainqueur de Lud. Elle ne changerait vraiment jamais.

« Toi aussi, tu as remarqué ? » demanda Linke à voix basse.

« De quoi ? »

Linke lui désigna Timo et Lud d’un signe de tête.

« Ils s’attendent… »

« Ouais, jusqu’à la fonte glacière si tu veux mon avis. Ils sont aussi coincés l’un que l’autre… »

« Moi j’aurais dit fier ! »

« C’est la même chose ! » Ricana-t-elle.

Linke rigola avec elle.


« Dis… vous êtes venus faire quoi ici ? » Demanda-t-il finalement.

Elle lui tendit un verre de limonade fraîche que Lud et Juri venaient d’amener sur un plateau.

« Se reposer. Chaque année depuis trois ans, chacune à notre tour, nous décidons d’un voyage. Cette année, c’est Lud qui a pris les choses en main. On a voulu recharger nos batteries ici. »

« Désolé si ça tourne court. Nous ne sommes pas vraiment reposant. » Sourit-il avec un sourire d’excuse.

« Quand je dis « reposer », c’est juste ne pas penser à nos factures, nos cours, nos cœurs et le reste de la vrai vie quoi ! » Expliqua-t-elle. « Pas ne pas faire les connes ! »

« Oui, on a vu ça hier soir ! » La charia-t-il.

Violetta piqua un fard monumental. Elle s’était tapé la honte.

Ludmia aimait beaucoup discuter avec Juri. Il était discret mais voyait tout ce qui se passait autour de lui et que les autres ignoraient. Là, il s’amusait à commenter la discussion de Linke et Violette. Ca la faisait marrer comme jamais.

« Le cuisiner à poil en tablier bleu demande s’il peut faire chauffer la viande au barbecue ! » grogna Frank.

Ludmia lui fit un petit sourire.

« Pardonne-moi, Frank. Je n’aurais pas dû te parler comme ça. »

Il la dévisagea légèrement.

« T’es sincère ? »

« Promis ! » Sourit-elle, gênée.

Frank sourit à son tour avant de la pincer avec la pince à viande.

« C’est ma vengeance ! » Ricana-t-il avant d’allumer le barbecue et de mettre la viande sur le grill.

Elle ne fit aucun commentaire mais préparait sa vengeance.

« Bon… Il manque quelque chose à ce souper ! » Déclara Timo en se levant de son siège.

« t’es pas mort ? » Lança-t-elle. « Dommage ! Je pensais enfin être au calme… »

« Va crever ! »

« Après toi… » Sourit-elle froidement.

« Je suis galant donc je te laisse la place. »

« Tu sais où tu peux te la coller ta galanterie à la con ? »

« OH TEMPS MORT ! A TABLE ! » Hurla Frank leur brisant les tympans.

« Normalement, c’est moi qui hurle comme ça pour nos chansons. » Bougonna Timo en prenant place autour de la table. « Mais je veux pas qu’elle soit à côté de moi elle. »

« Le elle a un nom… »

« Je m’en balance figure-toi. Déguerpis. »

« Je suis dans MON gîte, alors va bouffer dans la niche du chien, crevard ! »

Ils se fusillèrent du regard.

« Il me semble que Timo avait raison : il manque le clou de la soirée. » Décréta David.

Lui et Frank attrapèrent Lud qui se débattit. Juri, Linke et Jan prirent Timo.
Les deux victimes hurlaient à la mort, donnèrent des coups mais ils se retrouvèrent tout de même à l’eau.
Lud sortit, trempée. Elle les fusilla du regard mais les snoba. Elle ne leur ferait pas le plaisir de hurler comme une hystérique. Timo grogna des insultes bien senties en rentrant dans le gîte. Il prit la première salle de bain venue et enleva son t-shirt.

« Ca y est, tu te sens chez toi ! » Le fit sursauter une voix dans son dos.

Ludmia était en sous-vêtements en face de lui. Timo déglutit difficilement. Elle était vraiment bien foutue.

« EYH ! Ta porcherie se trouve de l’autre côté de la piscine. » Le réveilla-t-elle en se tenant devant lui.

Timo la détailla. Un sourire carnassier se dessina sur son visage ce qui ne plus pas du tout à Lud.

« Timo, sors de cette salle de bain. MA salle de bain. Dégage. »

Il s’approcha d’elle à pas lents.

« Je te préviens, je hurle. »

« Hurle si tu veux. Ils ne t’entendront sans doute pas. »

Il était proche… Trop proche à son goût.

« Tu ne m’aimes pas hein. » Chuchota-t-il. « Moi, non plus. »

Elle le regarda sans comprendre.

« Pourtant… »

Elle sentit son souffle chaud sur sa peau. Elle frissonna légèrement ce qui ne lui échappa pas. Son sourire s’élargit encore plus. Il s’approcha du cou de Lud et souffla légèrement dessus. La chaire de poule l’envahit.

« Sensible ? »

« Je t’emmerde ! » répliqua-t-elle le faisant rire.

Il plongea son regard dans le sien.

« Je te hais, Ludmia… Sans aucune hésitation. »

Il l’attrapa violemment par la nuque, l’attira vers lui et l’embrassa brusquement en écrasant ses lèvres contre les siennes.
Ludmia répondit à son baiser avec toute sa hargne accumulée depuis leur rencontre.
Ils finirent par se séparer à bout de souffle. Ils se rendirent compte de ce qu’ils venaient de faire, se séparèrent en se fusillant du regard. Timo sortit de la salle de bain sans un mot mais en reprenant un semblant de calme.
Ce baiser l’avait retourné… Complètement mais il préférait s’arracher la langue et la manger plutôt que de l’avouer à voix haute.

Ludmia resta un long moment sur le rebord de la baignoire, les yeux dans le vague à penser à ce qui venait de se dérouler.
Mais qu’est-ce qui lui arrivait ? Elle n’avait jamais ressenti cela avant. Une passion d’une violence inouïe. Elle le haïssait autant qu’elle pouvait le désirer. C’était complètement irrationnel comme situation.
Elle se changea en vitesse, rejoignit les autres sans un regard à Timo. Mais elle croisa celui de Violette. Elle allait se faire cuisiner une fois qu’elles seraient seules.

« « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeJeu 2 Oct - 22:36

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Linke_10


Chapitre 4: Provocations...


Violette l’avait cuisiné une bonne partie de la nuit mais elle avait tenu bon. Heureusement, Nouha était trop crevée pour se joindre à l’inquisition. Elle était partie se coucher dès que les garçons avaient déserté les lieux –après la vaisselle, bien entendu-.
Maintenant, Lud était seule dans le salon. Violette avait abandonné temporairement la bataille. Elle sortit sur la terrasse, il faisait chaud même la nuit. Le ciel était dégagé, les étoiles se voyaient parfaitement dans le ciel.
Elle se coucha sur un transat et regarda les étoiles.

« Si je te dis que je te veux, tu vas te mettre à hurler ? » La fit sursauter une voix grave.

Ludmia se retrouva dans les bras de l’inconnu. Une bouche s’écrasa violemment sur la sienne. Des mains aux doigts fins s’enfoncèrent dans ses bras.
Il n’y avait aucun sentiment entre eux. C’était bestial. Passionné !
Lud agrippa sa nuque en le griffant au passage. Il émit un léger gémissement entre le plaisir et la douleur. Il s’attaqua à sa nuque, essoufflé.

« Tu peux me dire ce que l’on fait ? » S’enquit-il en l’asseyant sur la table en bois de la terrasse.

Il se plaça entre ses jambes et passa ses mains sous son t-shirt.
Lud haletait. Sa tête rejetée en arrière, il mordillait sa peau avec sauvagerie.

« T’es vraiment une chieuse ! » Eclata-t-il en l’embrassant violemment avant de disparaître.

Lud resta sur la table, ébahie. Elle redescendit de son nuage avec peine. Elle entra dans le gîte dans un état second, ne prit pas la peine d’allumer les lampes et se coucha sur les draps, toute habillée. Elle resta longuement les yeux écarquillés, dans le vide. Elle se demandait pourquoi elle s’était laissée faire. Elle se leva lentement et se glissa dans le lit deux places que Violette squattait. Violette se retourna, les yeux à demi ouverts :

« Ca va ? » S’enquit-elle en baillant.

Lud ne répondit rien mais se pressa contre son amie.
Violette fronça légèrement les sourcils mais ne fit aucun commentaire. Elle serra simplement la jeune femme contre elle et se rendormit. Ludmia resta un moment dans l’étreinte de Violette avant de fermer les yeux et de s’endormir.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« DEBOUT ! DEBOUT ! DEBOUT ! » Hurla un garçon dans la chambre.

Violette se détourna de la source du bruit en grognant. Ludmia rigola en la voyant faire. Jan sautillait partout dans la chambre comme un kangourou shooté aux hormones.

« Je peux le tuer ? Il est quel heure ? » Demanda Violette.

« Il est sept heure trente ! »

« Je le massacre au couteau suisse ! » Déclara Violette en balançant un coussin dans la tronche de Jan qui gémit de douleur avant de sauter sur le lit.

Violette lui sauta dessus et se mit à l’étrangler… pour de vrai.

« VENEZ NOUS AIDER ! » Hurla Nouha à la fenêtre.

Les garçons arrivèrent comme une masse, puis éclatèrent de rire en voyant Violette sur Jan à l’étrangler en l’injuriant.
Linke s’approcha, prit la jeune femme par la taille et l’éloigna. Elle se débattit en promettant qu’il finirait en enfers mais il n’en avait rien à faire.
Il sortit de la chambre avec son fardeau en travers de son épaule.

« Ca va Jan ? »

« Elle est folle ! » Grimaça-t-il en se massant le cou.

« Non, juste de mauvaise humeur le matin. » Rigola Nouha en descendant pour déjeuner.

Jan jura un peu puis descendit à son tour suivit des autres qui l’ennuyaient.
Ludmia rencontra le regard de Timo. Ils rougirent mais se fusillèrent du regard.

« Oh ! Les amoureux, vous venez à table ? » Les taquina David.

« Va crever ! » Lancèrent-ils en même temps.

David ricana en sortant. Ils se retrouvèrent seuls à seuls à se regarder en chien de faïence.
Ludmia finit par passer à côté de lui, la tête haute. Timo l’attrapa et la plaqua au mur avant de lui ravir les lèvres.

« Je te hais ! » Murmura-t-il avant de partir rejoindre les autres.

Ludmia se retrouva seule dans l’escalier à fixer un point invisible devant elle.

« Ca va, Lud ? » La surprit Violette, en bas des marches.

Ludmia sursauta mais lui sourit.

« Ca va ! »

Violette ne discuta pas. Elle savait que parfois, il ne valait mieux pas insister avec Lud.
Elles rejoignirent les autres. Linke la questionna du regard mais elle haussa les épaules. Ils se tournèrent vers Jan et Nouha qui envoyaient des boulettes de pain dans les cheveux de David. Ce dernier hurla en leur balançant son assiette à la tronche.
Lud et Violette se regardèrent, consternées.

« Si on les enferme dans la cave, tu crois que ça passera mieux ? » Souffla Lud.

Violette sourit, amusée.

« Tu veux qu’on essaye ? »

Les trois zigotos se retournèrent vers elles, les ayant entendus. Ils les fusillèrent du regard. Violette et Ludmia se levèrent et coururent jusque chez les garçons. Elles entrèrent, écrasèrent Juri qui jouait à sa play et s’enfermèrent dans une des chambres du rez de chaussée. Nouha tambourina à la porte comme une forcenée en hurlant. Violette et Lud éclatèrent de rire avant de se retrouver face à David et Linke. Violette ouvrit la porte mais ce fut le sourire sadique de Nouha et Frank, accompagné de Juri, furibard de s’être fait piétiner, ainsi que Timo qui les accueillirent.

« Euh… promis, on vous aurait pas enfermé dans la cave ! » Siffla Violette, mal à l’aise.

« BOMBONNE DE CHANTILLY ! » Hurlèrent-ils en les aspergeant de chantilly.

Elles hurlèrent en se protégeant. Ludmia attrapa la bombonne de Jan et la lui versa dessus avec un rire sadique. Ce fut le grand n’importe quoi à partir de là. Chacun se tourna sur les autres et s’aspergea mutuellement en riant. Dix minutes plus tard, les bouteilles vides…

« Mais au fait, que faites-vous avec autant de chantilly ? » S’enquit Nouha en prenant de la chantilly sur la joue de Jan pour la porter à ses lèvres.

Jan la regarda faire en rougissant. Ludmia et Violette tombèrent à la renverse, morte de rire.
Ce fut David qui répondit en se retenant de ne pas rire :

« C’était un jeu qui était déjà prévu. »

« Ah oui ? Contre qui ? » Grogna Juri.

Cinq sourires angéliques lui répondirent.

« Bande de boulets ! »

Ils éclatèrent de rire.

« Je propose de se débarbouiller dans la piscine. »

« Le proprio va nous tuer ! » Protesta Linke.

« Pour une fois, je lui donne raison ; »


« MOI LA PREMIERE ! » Hurla Violette en fonçant dans la salle de bain du premier.

Heureusement qu’elle avait remarqué que leur gîte était pareil au leur.
Elle alla refermer la porte mais quelqu’un arriva à entrer in extrémiste.

« LINKE DEGAGE ! » Gueula-t-elle en faisant la moue.

« Je suis chez moi, je reste. Toi dehors ! » Déclara-t-il.

« Non ! » Le fusilla-t-elle du regard en s’asseyant dans la douche.

Linke eut un sourire carnassier et ouvrit l’eau.
Violette hurla en sentant l’eau froide lui tomber dessus. Elle tira le pommeau de douche et lui envoya l’eau dans la tronche.

« Saleté va ! » gronda-t-il en lui arrachant le tuyau de ses mains.

« AU SECOURS ! AU VIOL ! » Hurla-t-elle avant de se faire bâillonner par une grande main.

Elle le fusilla du regard mais il n’y prit pas attention.

« Tu as le choix : soit tu prends ta douche avec moi, soit tu attends dehors… trempée ! »

Violette suivit son regard. Elle était en t-shirt simple blanc avec un short bleu. Autant dire que ça ou rien.
Elle lécha sa main. Linke la repoussa dégoûté.

« Beurk ! Beurk ! » Toussa-t-elle en s’essuyant la langue.

Linke grimaça en la fusillant du regard.

« T’es un pervers en fait ! » L’accusa-t-elle.

Linke sourit, amusé.

« Tu as peur ? »

Un sourire froid se dessina sur son visage.

« Tu paries quoi ? »

« Oh… A toi de voir ! »

Violette le mesura du regard avant de sourire :

« Tu iras en sous-vêtements dans le hall de l’hôtel en disant que tu es le meilleur du monde ! »

« Tu coucheras avec moi. »

Violette s’étouffa.

« Tu rigoles ? »

« Une parole est une parole ! Pourquoi ? Tu as peur ? »

Elle éclata de rire.

« Tu voudrais hein ! »

Elle enleva son t-shirt et son short pour se retrouver en sous-vêtement devant lui. Elle haussa un sourcil, moqueur :

« Tu attends quoi ? Le dégel ? »

Linke enleva son t-shirt à son tour.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «


« Tu crois qu’ils font quoi ? » S’enquit David toujours au sol.

Ils les avaient entendus se disputer, hurler puis le silence.

« On fait rien ! » S’écria Violette en sortant emmitouflé dans un peignoir noir.

« C’est pas le peignoir de Linke ça ? »

Violette rigola en sortant en courant.

« VIOLETTE ! » Hurla Linke dans la salle de bain.

« Ils sont graves ! » Soupira David.

Ils rirent de bon cœur.

« Qui est le suivant ? »

« T’es trop lent, patate ! » Ricana Nouha en entrant dans la salle de bain.

David se laissa tomber en arrière, en pestant.

« VOUS AVEZ VOTRE GITE QUE JE SACHE ! » Fini-il par hurler.

« Laisse tomber David ! » Ricana Jan. « Elles font comme nous, elles se servent ! »

David fit la moue mais aucun commentaire. Combien de fois n’avait-il pas été dans leur frigo se servir. Ok ! C’était de bonne guerre.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Ludmia regarda la montagne. Elle avait hâte d’y être à nouveau.

« Tu as l’air impatiente. » Rigola Violette en la voyant piétiner sur place.

« On part là-haut dans quelques heures. »

Violette sourit en regardant la montagne à son tour.

« J’ai hâte aussi ! » Répondit-elle.

« Ils vont venir avec tu crois ? »

Elles regardèrent les six garçons au bord de la piscine et rirent en voyant qu’ils avaient foutu Jan dans la flotte, tout habillé.

« Je ne sais pas. Tu voudrais ? »

Elle haussa les épaules. Elle n’en savait trop rien. Son regard s’arrêta sur un des garçons.
Leur relation… Ou absence de relation… elle ne savait pas trop décrire ce qui se passait entre eux… enfin… Donc leur relation était chaotique voir limite destructrice.

« Il se passe un truc non ? »

Lud ne répondit rien.

« Ton silence parle pour toi ! » Sourit Violette. « Ne te laisses pas morfondre…Laisse venir les choses. »

« C’est plus compliqué que ça. » Soupira Lud. « Il… Je le déteste… J’ai envie de lui crever les yeux. »

Violette rigola.

« Aimer quelqu’un ce n’est pas nécessairement avoir envie de le cajoler… ca peut être plus violent que ça. »

Lud ne répondit pas. Violette la força à la regarder.

« Laisse faire le temps. Ne te stresse pas. Vois venir et le moment venu, prend tes décisions en te respectant ! Tu n’as que ça à faire. »

Ludmia sourit légèrement. Violette la laissa seule pour méditer.
Que penser ? Elle ne savait pas. Peut-être avait-elle réagi un peu trop violemment avec lui ? Oui mais il n’était pas en reste non plus.
La porte claqua dans son dos, la faisant sursauter.

« Mais…. » Voulut-elle protester mais ses lèvres furent happer par des plus voraces.

Elle s’accrocha à ses épaules, les jambes tremblantes. Comment un simple baiser venant d’une personne hait pouvait-il la mettre dans un état pareil ? Elle était toute retournée, essoufflée, pantelante et elle en passait.

« Comment ? » Souffla-t-il douloureusement. « Je ne t’aime pas… Tu es… »

Il la fixa en s’éloignant d’elle de quelques centimètres.

« Tu es si chiante, si imbu de toi…. Tu m’énerves dès que je te vois… alors pourquoi nous sommes là à faire ça… »

Ludmia ne répondit pas. Elle n’en savait pas plus que lui. Cette fois, ce fut elle qui prit les commandes en l’embrassant goulument.
Bizarrement, leurs baisers changeaient. Ils devenaient plus sucrés, moins amers. Plus doux moins violents mais il restait une parcelle de passion déchainant et qui ne se calmerait sans doute pas de si tôt.
Timo finit par quitter ses lèvres doucement. Il lui agrippa les cheveux et l’embrassa à nouveau. Il n’arrivait pas à se passer de la douceur de ses lèvres.

« OH LES MORVEUX ON S’EN VA ARRETEZ D’ESSAYER DE VOUS TUER ! » Hurla David dans le couloir.

Ils sursautèrent, leurs cœurs battant à tout rompre.
Ils foncèrent dehors rejoindre les autres mine de rien mais gênés comme pas possible.
Violette et Linke haussèrent un sourcil, surpris et méfiants. Ils se regardèrent. Il y avait un hippopotame sous le rocher avec eux deux.
Ils haussèrent les épaules en prenant leurs sacs et se mirent en route.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeVen 17 Oct - 16:13

Hey suite follaceuuh rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Elo
Nouveau
Nouveau
Elo

Messages : 2
Date d'inscription : 14/08/2009
Age : 31
Localisation : Quelque part ...

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeMar 1 Sep - 21:16

Oh Lili il faut absolument la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Nou'
Wot should I do ?
 Wot should  I do ?
Nou'

Messages : 22
Date d'inscription : 06/08/2009
Age : 28
Localisation : Ma-ROCK

[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitimeMer 2 Sep - 14:55

Nexxxxxxxxxxt

G relu et j'ai bien rigolé.

I'm the best oO

_________________
-

{ Il faudrait de l'expérience pour apprivoiser
les différences et se reconnaitre enfin.
Il faudrait. Maintenant , c'est trop tard.
On tente de se reconnaitre et on finit
avec un inconnu.
[en cours] Un été en montagne (couples divers) Icondpey3
B. Giraudeau
Les hommes à terre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.panik-rpg.keuf.net
Contenu sponsorisé




[en cours] Un été en montagne (couples divers) Empty
MessageSujet: Re: [en cours] Un été en montagne (couples divers)   [en cours] Un été en montagne (couples divers) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[en cours] Un été en montagne (couples divers)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.U.S.E Unofficial :: Flood :: Fan fiction :: Les hors Muse [ Fanfic' ou OS ]-
Sauter vers: