M.U.S.E Unofficial

Muse. The line between amusement & inspiration.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 1:31

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) 32623010


1. Zero Roses...

POV…

C’est dingue mais Berlin est vraiment une ville… banale. Elle est comme toutes les autres grandes villes que nous avons traversées jusqu’à présent.
Je soupire en rejetant une bouffée de fumée de cigarettes. Normalement, je ne fume pas mais là, c’est un cas d’exception. J’ai besoin d’extérioriser le trop plein d’énergie positive et négative que je viens d’emmagasiner.
La vache !
Ca a été l’un de nos meilleurs concerts. Et je reste modeste pourtant.
Vous vous demandez qui je suis… Olivia, des « Zero Roses »… Le groupe féminin le plus en vue du moment. Nous chantons en français, allemand, anglais et japonais. Ouais, nous nous sommes diversifiés. Fallait bien ça pour percer dans la musique sans être comparé encore et encore à d’autres groupes.
Si nous n’avions chanté qu’en français, ça aurait été mais nous serions restés cloitrer dans notre petit pays sans espoir de s’expatrier.
L’anglais, nous nous serions noyés dans la masse de ses midinettes qui poussent la chansonnette dans des chansons mièvres ou de ses soi-disant rockeuses qui s’égosillent en injuriant le monde entier. Voir pire, des filles à moitié à poils qui scandent « allonge-moi maintenant ». Très peu pour nous, merci !
L’allemand : vive Tokio Hotel version féminin. J’en ai des frissons d’horreur rien qu’en l’imaginant.
Et le japonais : à part notre première chanteuse – et un peu moi- , aucun des autres ne parlent cette langue mais nous avons une réelle admiration pour ce pays.
Résultat : nous avons réuni les quatre. Et à présent, nous ne souffrons d’aucune comparaison idiote et nous sommes au sommet.
J’écrase ma cigarette au sol.
Donc comme je vous le disais, nous sommes à Berlin, dans une salle de concert. Les fans hurlent à l’intérieur. Il faudrait que je rentre mais bon, notre partie est terminée depuis longtemps.
Je ne vous l’ai pas dit mais nous venons de faire la première partie des Nevada Tan… Enfin les Panik !
Une première pour eux. Enfin, surtout pour nous qui avons toujours refusé de faire des premières parties de concert. Je déteste ça : chauffer une salle puis la donner à d’autres. Je ne sais jamais comment ils vont s’occuper des fans. Si ça tombe, ça sera un bide complet et je ne refuse de devoir assumer après. Bien entendu, j’ai d’abord écouté certains titres de ce groupe allemand. J’ai pas mal accroché et les autres aussi. Nous avons fini par accepter quand leur chanteur nous a contactés pour nous faire écouter une nouvelle démo de leur prochain album.
J’avais peur d’avoir affaire avec des Tokio Hotel bis voir pire des Killmachinchouette mais heureusement pour moi, ce n’est pas le cas.
Je rentre dans la salle et regarde la scène. Ils sont déjà entrain de reprendre le flambeau.
Pas mal du tout.

« Ils sont doués hein ? »

Anna se campe à mes côtés. Elle a de longs cheveux noirs, des yeux bleus incroyablement clairs, une peau mâte. Elle a tout de l’italienne type mise à part son regard polaire.
Anna, c’est ma petite sœur de onze mois. Je suis née fin janvier, elle est née fin de décembre de la même année. Nous nous ressemblons comme deux gouttes d’eau sauf que j’ai les yeux verrons : un bleu et un brun.
C’est ça aussi qui nous a forcé à nous diversifier : nous sommes quasi jumelles.
Comment ne pas comparer à partir de là ?
Nous écoutons le concert en silence.
Ils sont vraiment doués, il n’y a pas de doutes possible.

« Les filles, l’interview va bientôt commencer. » Nous informe Nathan, notre batteur.

C’est l’homme du groupe mais nous sommes quand même appelés « groupe féminin ».
Je m’étire.

« Tu viens An’… »

Ma sœur regarde une dernière fois la scène où se termine le concert avant de se lever et de nous suivre. Nous entrons dans un salon où se trouve le buffet de fin de concert pour l’autre groupe. J’évite de fusiller la journaliste du regard. C’est cette pétasse qui a fait publier des ragots sur ma sœur et Katchina, il y a deux mois. Elle disait qu’Anna et Katchina s’étaient disputées à cause de Nathan qu’elles aimaient toutes les deux.
Ridicule ! Surtout que Nat est marié. Heureusement, personne ne l’a découvert jusqu’à présent. Anna est légèrement crispée. Mal à l’aise.
Katchina menace de sauter sur la journaliste pour l’étrangler.
Nathan boit son coca sans être inquiet.
Et moi, je souris à Miss faux nichons qui n’y voit que du feu.
Au fond du salon, se trouve Micha, notre directeur. Il se bouffe les ongles de stresse. Il croit que je vais encore dire des conneries. Comme si j’allais rigoler avec Miss fausse blonde.

« Nous allons commencer par les présentations… » Sourit-elle.

« Je suis Nathan, batteur depuis mes cinq ans. J’ai vingt cinq ans demain. »

« Célibataire ? » Questionne la fausse blondasse avec un sourire séducteur qui la fait ressembler à une voiture volée.

Nathan se contente de sourire comme il le fait toujours. Un petit air espiègle de garçons pas sages mais qui se cachent.
Ca les fait toutes craquer et ça ne rate pas avec elle.

« Anna, chanteuse depuis mes huit ans. J’ai vingt ans. »

« Olivia, chanteuse et guitariste, vingt et un ans. »

« J’ai entendu dire que vous vous étiez fait larguée par votre copain. » Me lance-t-elle avec son sourire Colgate.

Je me demande si ses dents sont aussi vraies que sa poitrine et ses cheveux.

« Tenons-nous aux présentations pour l’instant ! » déclarais-je, la refroidissant.

« Katchina, la batteuse du groupe. J’ai vingt deux ans. » Crache-t-elle en se retenant de ne pas l’étrangler.

Un sourire nait sur mes lèvres. Katchina a un tempérament assez volcanique et supporte mal de se retrouver en face de ses ennemis sans leur montrer sa façon de penser. Là, c’est un bon exercice pour elle.

« Votre groupe connaît un succès retentissant depuis un an maintenant au Japon et cinq mois, ici, en Europe… Votre album, « Roses Cry », sortit juste après votre premier single, « Get Lost », est allé directement en première position des ventes… Quel effet, cela vous fait-il ? »

« Nous sommes heureux d’être aussi bien accueillit en Europe que nous l’avons été au Japon. » Répond Nathan.

« Il faut dire que nous ne nous attendions pas à cet engouement dans nos pays natals. » Sourit Anna, un peu rêveuse.

Je lève les yeux au ciel discrètement. Anna vit vraiment dans son propre monde. Je vois la porte du salon s’ouvrir sur les Panik qui vont au buffet sans bruit. Même la journaliste ne s’en est pas rendu compte. Ils s’assoient sur les divans, en silence.

« C’est vrai que nos meilleurs fans sont quand même les Allemands et les Français. »

« Les Espagnols ne sont pas loin quand même. » Coupe Kat.

Anna et elle rigolent d’une blague qu’elles-seules peuvent comprendre.

« Et vous, Olivia, quel est votre sentiment face à cette nouvelle notoriété ? »

Je vois Micha me regarder fixement. Je manque de soupirer mais me retiens pour lui répondre, tout sourire :

« J’avoue ne pas trop m’en faire. Le plus important pour moi, c’est faire la musique que j’aime et la partager avec un maximum de gens. Et je pense que les autres sont d’accord avec moi. Maintenant, si toute l’Europe l’écoute, je ne vais pas cracher dans la soupe que l’on me tend. C’est génial !»

Ma réponse n’a pas l’air de lui plaire. Elle s’attendait sûrement à une réplique trash comme à mon habitude mais lui faire plaisir est la dernière de mes intentions.
Mesquin ? Meuh nan !
Elle continue sa série de questions sur le groupe quand vient le moment que je déteste le plus : nos vies privées.

« Olivia, maintenant je peux te poser la question : est-il vrai que ton petit ami t’a larguée, il y a deux mois ? »

Je vois les autres se tendre légèrement. Micha aussi.

« Mouais ! » Soupirais-je. « Le 5 novembre, pour être précise ! Ca vous va ? »

La blondasse peroxydée me sourit encore plus. Si elle essaye de m’éblouir, c’est loupé.

« Et pourquoi donc ? »

Ma rage gronde dans mon corps. Je dois vraiment me contrôler pour ne pas lui bousiller ses fausses dents et lui arracher sa perruque pour la lui faire bouffer.
Je lui demande avec combien de directeurs de journaux, elle a couché avant de finir ici ?

Je crois que j’ai dû penser tout haut.
Micha s’étrangle contre son mur. Ethan se retient d’éclater de rire. Anna et Katchina, elles ne sont écroulées sur leur chaise. Les Panik, eux, sont morts de rire. Y en a même deux qui pleurent et n’arrivent plus à se ravoir.
Miss monde me foudroie du regard. Je lui souris, légèrement gênée, mais ça ne la calme pas du tout. Pour une fois que ce n’était pas voulu.
Le reste de l’interview se passe calmement, si ce n’est le regard acéré de la journaliste qui n’a plus son sourire Colgate. J’ai peur de lire le magasine qui apparaîtra le mois prochain.
Elle va me hacher menu.
Dix minutes plus tard, elle part enfin en me snobant. Comme si ça allait me toucher ! Je vous jure, y a des gens stupides sur terre.

Un silence suit son départ. Les Panik nous regardent simplement et nous faisons de même.

« OLIVIA DANS MA LOGE ! » Hurle Micha de la porte.

Je grimace légèrement. Ca va être ma fête là. Anna me fait un sourire compatissant, Katchina me tape dans le dos et Ethan ricane.

« Merci les amis ! » Ironisais-je en passant devant eux.

Pour la première fois depuis que je le connais, je vais être sincère dans mes excuses !
Au moins, avec ma gaffe, elle a dû en oublier de nous questionner sur des tas de choses dont les plus ennuyantes pour nous. Je sais que nous n''y échapperons pas mais si je peux reculer le moment d'embarras le plus longtemps possible...
Par contre, je ne suis pas certaine de pouvoir échapper aux Panik. Nous allons devoir écrire une chanson ensemble dans peu de temps. Ca voudra dire: du temps les uns avec les autres mais surtout: des yeux et des oreilles indiscrets...
J'en frémis d'avance...

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 1:40

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Anna10



2. Restaurant.


Ambiance: festive

POV…. ( à vous de voir)

Le concert s’est encore déroulé à merveille et comme d’habitude, j’ai assuré un max….
Oui, bon ! NOUS avons assuré un max.
Nous rentrons dans le salon après nous être changé. Tiens ! Pamela est la journaliste qui interview le groupe juste avant nous.
Comment ils s’appellent déjà ?... Mince, j’ai oublié.
C’est marrant mais on pourrait presque croire qu’ils vont la tuer. L’interview se passe pas mal si on omet la gamine qui remet Pamela à sa place plusieurs fois. Quel âge elle peut avoir ? Dix sept ? Dix huit ans ? En tout cas, elle est pas mal et ses copines aussi. La fille aux cheveux rouges me fusille du regard. Je lui souris effrontément.
Plutôt mignonne.
La vache ! La petite est d’un an plus vieille que moi. Oh ! Y a erreur sur le certificat de naissance là. Je proteste.

« Olivia, maintenant je peux te poser la question : est-il vrai que ton petit ami t’a larguée, il y a deux mois ? »

Je vois les trois autres se tendre à côté d’elle. C’est une question normale pourtant. Même son directeur a pas l’air rassuré.

« Mouais ! » Soupire-t-elle. « Le 5 novembre, pour être précise ! Ca vous va ? »

« Et pourquoi donc ? »

Oula ! Pamela a son sourire des grands jours. Celui qu’elle m’a fait le soir où je l’ai dragué en boîte sans me rendre compte que c’était elle. Fallait dire aussi que deux bouteilles de Gin dans la tronche, ça aide pas à voir correctement. Puis elle était blonde avec des formes, j’allais pas cracher quand même.
La petite semble très mécontente de la question.
Pamela attend, avide d’un scoop.

« Je lui demande avec combien de directeurs de journaux, elle a couché avant de finir ici ? » Lâche la gamine sans s’en rendre compte.

Une minute de silence où elle reprend pied et écarquille les yeux. Je vois le directeur du groupe pâlir. Je me demande s’il va s’évanouir.
Franky et moi sommes explosés de rire jusqu’à en pleurer. J’en ai mal au bide là. Même ses copines n’arrivent pas à se ravoir.
Trop forte la petite. Moi qui rêvais de poser cette question à cette garce depuis des lustres. J’ai été devancé par une gamine.
Elle est toute gênée maintenant. Pamela continue son interview mais je la connais suffisamment pour savoir qu’elle va préparer sa vengeance. La petite en est aussi convaincue vu son regard froid mais blasé. A mon avis, ce n’est pas la première fois qu’ils ont affaire avec Pamela.

Quand elle est enfin partie, nous nous regardons tous en silence. Je hais ce genre de silence : lourd. Trop lourd.

« OLIVIA DANS MA LOGE ! » Hurle leur directeur nous faisant sursauter.

Olivia grimace avant de sortir se faire passer un savon.

« Doit-on encore se présenter ? » demande Anna.

Elle ressemble à deux gouttes d’eau à sa sœur mais je lui trouve un quelque chose de plus terne et de moins accrocheur. Ce n’est pas du tout mon style de fille.

« Nous n’avons pas entendu vos prénoms ! » Avoue David avec un sourire d’excuse.

Anna lui rend son sourire ce qui fait briller ses yeux bleus.
Ouais, pas du tout mon style.

« Je suis Anna et la fille qui vient de faire une grosse boulette, c’est ma sœur, Olivia de dix mois plus âgée. »

David fronce les sourcils.

« Vos parents étaient des chauds lapins ! » Lâche Jan avant de rougir gêné.

Anna est sous le choc mais finit par éclater de rire.

« Si on veut ! »

« Moi, c’est Katchina mais vous pouvez m’appeler Kat ! »

« Heureusement ! » Rigola David. « Je ne suis pas certain de savoir le prononcer correctement. »

Kat rigole avec lui. Le courant passe plutôt bien à ce que je vois.

« Nathan. Je suis l’ainé de la troupe. » Se présente le seul mec.

« C’est pas trop dur de ne travailler qu’avec des filles ? » lui demandais-je, un peu moqueur.

Je serai le premier partant mais alors, il faudrait qu’elles soient vraiment canons.

« Tu insinues quoi au juste ? » Me surprend une voix froide.

Olivia se tient à côté de moi et me toise de son regard….

« T’as fait quoi à tes yeux ? »

« Va voir dans le dico au mot : verron. » Se moque-t-elle en allant s’asseoir près de sa sœur.

C’est quand même flippant. Elle a un œil bleu et un œil brun où je ne vois presque pas la pupille.
Bizarre mais ça lui va bien.

« Ca va ? » Demande Anna à sa sœur qui semble ronchonner.

« Ouais ! J’ai vu pire mais il me fait chier. »

« Nous n’avions pas fini notre conversation ! » Gueule leur directeur en entrant dans le salon.

Je regarde mes copains qui sont aussi ébahis que moi.

« Rectification : vous n’aviez pas fini votre monologue ! »

Je suis sur le point de rire mais un coup de coude de David m’en empêche. Le dirlo n’a pas l’air d’apprécier son humour. Il part quand même sans un mot.

« Le verdict ? » Questionne Nathan.

« Interdiction de sortie… »

Kat ricane suivit d’Olivia. Elles se regardent puis rigolent.
Je ne vois pas ce qui les fait rire…

« On va au Lust après ? »

Anna et Ethan lèvent les yeux au ciel mais sont amusés plus qu’autre chose.

C’est étrange mais je sens que nos petites vacances vont être amusantes. Et vu la tête des autres, ils doivent penser la même chose que moi.

« « « « « « « « « « « « «

Narrateur

« C’est quoi ça ? » Demanda Juri en regardant les trucs bruns et verts dans son assiette.

Leurs managers avaient décidé d’un commun accord d’emmener les deux groupes dans un restaurant pour discuter des trois prochains mois qu’ils devraient passer ensembles.

« Des escargots ! » Répondit Kat en les piquants de sa fourchette comme pour s’assurer qu’ils ne bougeaient plus. « C’est de la cuisine française… »

« T’es entrain de me dire qu’ils sont allés chercher des trucs qui rampent et bavent partout en France pour nous les ramener et nous les faire bouffer? » Marmonna Juri, pas convaincu.

Les filles éclatèrent de rire ainsi que ses propres amis. Ils étaient avachis sur la table n’en pouvant plus.

« Quoi ? J’ai dit quoi ? » S’énerva légèrement le jeune homme.

« Rien ! Rien » ! Se calma Olivia. « T’es un comique toi ! »

Juri ne répondit rien ne sachant pas si elle se moquait ou si elle le taquinait simplement.

« C’est pas tout ça mais faut manger ces machins… »

Olivia déglutit ainsi que Juri. Les autres avaient déjà commencé à manger silencieusement.
Olivia piqua un escargot et le regarda de plus près. Elle le remit dans son assiette.

« C’est au-dessus de mes forces ! »

Juri mit sa main sur sa bouche puis courut jusqu’aux toilettes. Il avait été plus courageux qu’elle.

« T’es sûr que t’en veux pas ? » Lui demanda Jan.

Elle poussa son assiette vers lui. Il ne se fit pas prier et mangea les escargots sous ses yeux dégouttés.

« Parlons bien mais parlons peu ! » Décréta Micha une fois qu’ils eurent fini le plat et que les desserts allaient arrivés.

Heureusement pour Juri et Olivia, le plat était normal et ils avaient pu manger correctement.

« Vous allez passer trois mois dans des hôtels. Tous ensembles. Pour pouvoir sortir une chanson unique. »

« Nous aurions pu faire ça par correspondance non ? » S’enquit Nathan.

Micha secoua la tête négativement.

« Vous avez tous la particularité – si je puis dire- d’écrire ce que vous vivez et ce que vous ressentez, nous en sommes donc venus à la conclusion que sans vous connaître, votre chanson n’aurait pas d’âme. » Répondit le directeur des Panik.

« Ouais… » S’écria Kat surprenant tout le monde. « Nous volerons comme des condors vers l’infini… »

« Kat, arrête de piquer les petites pilules bleus de Nat. Ca ne te réussit pas. » Se moqua Olivia.

« Eyh ! » Protesta Nathan.

« Oups ! C’est vrai que les bleus, c’est ton viagra. Désolé ! » Ricana la jeune femme.

La table était explosée de rire devant les joues plus que roses du batteur.

« C’est pas tout ça mais quand commençons-nous au juste ? » demanda Anna.

« Le prochain concert des Panik se passe à Lyon dans deux jours. Vous prendrez l’avion pour vous y rendre tous… »

« C’est notre dernier concert avant nos vacances ! » Les informa Franky en voyant les regards surpris des membres de Zero Roses.

« On va prendre l’avion…. » Murmura Olivia qui avait complètement bugée sur cette information.

« Ca va aller, Oli… » Se moqua Kat.

Olivia la fusilla du regard.

« Il y a un problème ? » S’enquit David qui s’inquiétait de la pâleur soudaine de la jeune femme.

« Aucun ! » Rigola-t-elle, crispée. « J’ai juste peur des avions. »

David haussa un sourcil mais ne fit aucun commentaire. Elle semblait déjà assez perturbée comme ça pour qu’il en remette une couche.

« Bon. Les jeunes, il faut vous reposer. Demain à la première heure vous prendrez… »

« L’avion ! » Couina Olivia faisant rire tout le monde.

Ils s’apprêtèrent à se lever quand Nathan les arrêta.

« Et mon dessert ??? »

« Emporte-le ! » Soupira Kat en levant les yeux au ciel.

Nathan avait beau être le plus âgé du groupe, il se comportait parfois comme un gamin.
Le serveur lui apporte le dessert, une crème glace pistache vanille avec du chocolat dessus, dans un pot en plastique qu’il tint contre lui tout le long du voyage comme Golum et son précieux.

A suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 1:47


Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) 15208210


3. Douches en commun

Ambiance: Vengeance et eau froide...

« Tu es déjà levé ? » S’enquit Jan en voyant Olivia s’avancer vers lui.

Elle faillit se rétamer en essayant de se hisser sur le tabouret. Il finit par la prendre par les hanches et l’aider à rester sur le siège.

« ‘ci ! »

Elle se tapa le front sur le bar. Jan lui tendit une tasse de café mais elle la déclina :

« T’aurais pas du chocolat chaud ? Le café me file des crampes ! »

Jan lui fit sa boisson chaude et la lui mit devant elle.

« T’es un ange ! »

Elle siffla le chocolat en trente secondes.

« Ca vaut pas un café ! » Grogna-t-elle en laissant sa tête rencontrer, une nouvelle fois, le bar.

« Et lever les marmottes, ça te dit ? » S’enquit le DJ avec un sourire des plus innocents sur le visage.

« Dis toujours ! »
Il lui montra deux grandes cruches d’eau. Olivia ricana en s’emparant de l’une d’entre elle.

« J’ai ton copain le rappeur dans le collimateur… »

« Chambre 326. »

« Et ta sœur ? »

« 321 ! »

Ils se séparèrent et entrèrent dans les chambres que leur manageur venait d’ouvrir pour les réveiller.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Jan.

Je m’approchai du lit pour voir Anna étalée de tout son long sur son lit, serrant son coussin dans ses bras, ses cheveux longs faisant une sorte d’auréole autour de son visage. J’hésitai un instant. Ce n’était pas un réveil agréable.
Oui, mais à mon avis, ce sera la seule fois qui me serra donnée pour faire ça. Surtout avec son t-shirt extra large blanc. Je faillis rire tout seul de mes propres bêtises mais me retint. Je me figeai en la voyant se retourner sur le dos.
Ca, c’est un coup en traitre. Quelles fesses, elle a. Je déglutis.
Je le fais ou je le fais pas…
A mon avis, après ça, je n’aurai plus aucune chance avec elle. Tant pis… je m’excuserai.
Je versai la moitié de la cruche sur elle la faisant hurler de frayeur.

« QU’EST-CE TU FOUS LA TOI ? CONNARD ! TU FAIS CHIER ! »

J’éclatai de rire en courant hors de sa chambre pour me diriger vers celle de Linke. Une bonne douche pour mon bassiste préféré.
Oui !Oui ! C’est le seul que je connais mais c’est pas grave, je l’aime quand même mon Linke.
Lui aussi hurla. Bizarre ! Il a le même cri qu’Anna. Je fuis le plus rapidement possible alors qu’il m’insulte.
Droite toute. Anna me cours après comme une furie. En fait, elle est en pétard.
Je vois Olivia d’étaler de la chambre de Franky comme s’il y avait le feu.
Nous courrons quelques mètres ensemble.

« Chacun pour soi ! »

« Salaud ! Et la galanterie alors ? » Me lance-t-elle en continuant son chemin.

Je ferme la porte à clé et soupire de soulagement. J’ai réussi à échapper aux fous furieux qui me courent après. Ce qui n’est pas une mince affaire. Je regarde la chambre. Une robe noire trône sur le dossier d’une chaise. Un soutien-gorge rouge sang est par terre.
Merde ! Je suis dans la chambre d’une fille.
Personne dans le lit. Ca doit être celle d’Olivia.
Dommage ! J’aurais bien aimé réveiller Kat. C’est la seule qui a échappé au réveil douceur.
J’entends un « Maman » avant qu’une porte claque. Olivia a dû trouver refuge quelque part.

« Tu croyais t’en tirer comme ça ? » Me fait sursauter Linke.

« Oh mon ami Linke. Tu sais que tu es encore plus beau avec les cheveux mouillés. »

Les compliments n’ont pas l’air de le toucher vu son regard noir. Anna entre dans la pièce à son tour.

« Salut, douce Anna. Très sympa ton t-shirt large, tu me le prêteras ? »

Elle, non plus, ne réagit pas. Linke m’attrape par le bras. Quand il veut, le pacifique du groupe peut faire preuve de beaucoup de persuasion musclée. Il m’envoye directe dans la douche. Anna allume le jet sur eau froide.
Sa mère…Elle est gelée.
Je les vois éclater de rire après mon cri.

« Vengeance ! » S’écrit Anna avant que nous n’entendions un cri très féminin.

Olivia aussi a dû finir dans la douche.

« « « « « « « « « « « « « «

POV Olivia.

Je poussai doucement la porte de la chambre de Timo et m’approchai du lit. Je restai ébahie quelques secondes. Une fille blonde aux formes généreuses était couchée à côté de lui et ne semblait pas m’avoir entendu. C’est pas ma voisine de chambre elle ?
Si je réveille Timo avec de l’eau, je risque de réveiller la miss.
Bah ! C’est pas grave ! Elle aura pris sa douche au moins une fois cette semaine.
Ouh que je suis vilaine !
Je verse l’eau. Timo sursaute dans le lit et regarde son torse trempé. Je file en quatrième vitesse en hurlant de rire puis entre dans la première chambre que je vois.
Oh ! C’est celle de Franky ! Qu’il est mignon quand il dort.
Il me reste assez d’eau tiens !
J’éclate de rire tandis qu’il saute de son lit pour m’attraper et me faire payer son réveil en douceur.
Je croise Jan dans le couloir.

« Chacun pour soi ! » Hurle-t-il alors que je veux entrer dans ma chambre.

La sienne est à l’autre bout du couloir.

« Salaud ! Et la galanterie alors ! » Criais-je en évitant les quatre poissons qui me foncent dessus.

Je vais passer un sale quart d’heures s’ils m’attrapent.

« MAMAN ! » M’écriais-je en fermant une porte derrière moi.

« OUVRE CETTE PORTE PETITE ! » S’énerve Timo. « JE VAIS VOUS FAIRE PASSER L’ENVIE DE M’ASPERGER ! »

« Dis-toi que, comme ça, tu auras déjà pris ta douche. »

« OUVRE CETTE PORTE ! »

« Je crois pas non ! » Souris-je à la porte.

Je me retourne et reste statique en face de David. Je rougis jusqu’à la racine des cheveux.
Oh la vache ! Je suis sûre qu’il y a des fans qui tueraient leurs parents pour voir ce que je vois. On dirait pas comme ça mais il est vachement bien foutu le guitariste.

« Euh ! Bonjour… » Murmurais-je.

Putain ! La réplique à la con. Il me regarde avec insistance en plus.

« Qu’est-ce que tu fais là ? »

« Euh… ben… En fait, Jan et moi avons réveillé les autres avec de l’eau et ils veulent nous tuer… J’ai pas fait exprès hein… je savais pas que c’était ta chambre… » Bégayais-je.

Oh ! Je voudrais vous y voir à ma place.

« Dis, tu pourrais te tourner pour que je m’habille. »

« Oui ! Oui ! »

Je me tourne vivement. A mon avis, je dois concurrencer les tomates rouges. J’ai la vision d’un David avec pour seul habit, un drap recouvrant juste sa taille à partir des hanches et finissant à une vingtaine de centimètres au-dessus des genoux, collée à la rétine.
Mon cœur bat la chamade.

« Au fait, ma chambre est voisine à celle de Jan… » Me confie-t-il.

Ca veut dire qu’ils peuvent entrer par une autre porte. J’ouvre la porte du couloir à la volée pour fuir…

« Euh… Salut Timo. » Souris-je en voyant le rappeur me fusiller du regard.

Je me détourne pour faire face à Franky.

« A deux contre un, c’est pas loyal ça ! » Murmurais-je en reculant d’eux.

Ils me fixent méchamment.

« C’était juste une blague. »

Le hurlement de Jan me fait frissonner.

« Anna et Linke se sont occupés de lui… » Ricane Franky.

Je leur fais ma bouille de chien perdu.

« Je recommencerai plus. Promis ? »

Ca a pas l’air de marcher.

« On a un avion à prendre, on va arriver en retard…» Tentais-je.

En les voyant fondre sur moi pour m’attraper, je me détourne et entre dans la première pièce que je vois. Je vais pour m’enfermer mais Timo m’a attrapé par la taille et placer sur son épaule comme un sac à patates.
Ouch ! Mal au ventre là. Il y a pas été de main morte.

« Non ! Non ! Promis, je commencerai plus… pas ça ! » Suppliais-je en voyant Franky faire fonctionner la douche. « PITIEZ ! »

J’hurlai quand l’eau froide me tombe dessus.

« C’est froid ! Moi, au moins c’était de l’eau tiède ! BANDE DE MECHANTS ! » M’écriais-je en les fusillant du regard.

Ils sont fiers d’eux ces cons.
Je prends le pommeau de douche et le tourne vers eux. Franky s’approche de moi mais il a dur avec l’eau que je mets sur sa figure.

« VENGEANCE ! » Scandais-je en l’aspergeant.

Pour finir, c’est moi qui suis encore prise à mon propre jeu. Je finis dans la douche avec Franky qui essaye de me noyer.
Je tousse comme une tuberculeuse en phase terminale quand enfin, il daigne me laisser respirer.

« Dis… On a oublié quelqu’un. » Ricane Timo.

Je retire mes cheveux de mon visage en leur lançant un regard interrogateur. Les cris et injures que lance leur victime me renseigne sur leur petite manigance. David finit à côté de moi mouillé de la tête aux pieds. Nos deux bourreaux s’éclipsent en ricanant. David et moi, nous nous regardons un moment, surpris et gênés puis nous éclatons de rire.
Il m’aide à me relever mais au bout de trois pas, je glisse et l’entraîne avec moi sur le sol. Il est étalé sur moi, assommé par notre coup de tête mutuel. Nos visages sont à trente centimètres l’un de l’autre mais ça nous fait rire comme des abrutits. Nous nous relevons et allons chacun de notre côté encore secoués par notre fou rire.

« Alors, elle était bonne ? » Lançais-je à Jan qui sortait de ma chambre.

Nous rigolons en entrant dans nos chambres respectives. Il nous reste une heure avant le départ.
La galère !
Je serai jamais prête à temps avec toute la flotte que je dois éponger dans la salle de bain.
Je commence déjà à essuyer. Ca sert à rien de m’habiller, si c’est pour me tremper une nouvelle fois après. Oui, je sais, l’eau s’évapore mais avant ça, elle fait coller les habits à la peau et je déteste ça.

« Va t’habiller, je vais le faire ! » Me surprend une voix grave.

« T’es déjà prêt ? »

« Non ! Là, je suis encore en boxer… » Se moque Timo. « Allez ! Va te changer… Même si je préfèrerai que tu restes comme ça ! »

Je lui donne une claque sur la tête avant d’aller dans la chambre. Dix minutes plus tard, je suis prête mais je dois encore me sécher les cheveux. Ca, c’est l’Enfers. Ma tignasse m’arrive sous les fesses alors pour sécher ça, c’est pas une mince affaire. Je commence déjà par démêler le tout puis prend le sèche-cheveux.

« Merci ! » Criais-je à Timo quand il sortit de ma chambre.

Il me sourit simplement.

« « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:12

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Olivia11


4. Vol plané.

Ambiance: haut dans le ciel et mélancolie....


« Ca va Oli ? » S’enquit Anna en voyant sa sœur toute pâle.

« Super bien ! » Grimaça cette dernière en fixant les avions qui décollaient du sol.

Et s’ils se crachaient en plein vol ? Ou alors des pirates de l’air et qu’ils finissent écraser sur un building ? Ou pire, les ailes se brisent en plein vol… Plus d’essence ?? En fait, Olivia ne savait même pas si c’était de l’essence qu’ils mettaient dans ces cercueils volant et à la limite, elle s’en foutait. Elle crevait de trouilles. Kat lui tendit une boisson pétillante et sucrée sinon elle allait tourner de l’œil. Quand elle prenait l’avion, elle faisait souvent des chutes de tension… Ou des hausses ?... Peu importe en fait parce qu’elle s’évanouissait toujours.
Berlin vers Lyon en avion, c’était pas la mer à boire…

« Y a pas de mer entre Berlin et Paris, hein ? » Demanda-t-elle soudainement à sa sœur mais celle-ci s’était éclipsée entre temps.

Seul, le rire de Juri lui répondit.

« Oh ! Ca va hein ? Tu vois pas que je suis morte de trouille ! » Gueula-t-elle, énervée.

Elle s’en alla laissant derrière elle un batteur mi mort de rire mi inquiet.
Un quart d’heure plus tard, elle était dans la file des détecteurs de métaux. Heureusement, elle ne portait aucun piercing, aucun bijou. Elle avait tout enlevé avant de partir. Tout était dans la sacoche qui passait au scanner.
Ils purent monter dans l’avion sans encombre. Olivia s’assit sur un siège près des hublots.
Oui, c’est un peu con pour quelqu’un qui a peur mais au moins s’il y a le moindre problème, elle le saurait directement.

« Ca va ? » S’enquit Franky à sa droite.

Elle hocha simplement la tête. Elle ne sentait pas la force de parler sans avoir la voix tremblotante.

« Tu as déjà pris l’avion avant non ? »

Nouveau signe de tête.

« Ca va aller ! » Tenta-t-il de la rassurer.

Elle lui fit un sourire crispée. Un casque et un i-pod lui tombèrent sur les genoux. Elle releva la tête.

« J’écoute toujours de la musique lors du décollage, ça me détend et je n’entends pas les bruits. » S’expliqua Timo.

« Merci ! Mais, et toi ? » Souffla-t-elle.

« T’inquiètes, j’ai ce qu’il faut ! » Sourit-il en lui montrant un autre i-pod.

Elle mit le casque et regarda le contenu de l’i-pod. Il y avait des rappeurs allemands et 30 seconds to mars. Elle écouta ce groupe et ferma les yeux. Quelques secousses l’obligèrent à agripper les accoudoirs.

« On va tous mourir ! » Couina-t-elle en tremblant et en fermant les yeux.

Quand l’avion arrêta d’être secoué, elle ouvrit les yeux et regarda ce qui lui serrait la main droite : Franky qui lui souriait, rassurant.
Elle soupira de soulagement. Pas de dégâts.

« Ca va ? »

« Jusque là, je survis ! » Souffla-t-elle plus pâle qu’une morte.

« « « «

Kat, de son côté, parlait avec Juri.

« Lyon est une superbe ville, tu sais. Y a des tas d’endroits à voir. La Basilique de Fourvière par exemple, elle donne une incroyable vue sur la ville. »

« Tu me feras visiter ! » Sourit le batteur.

« Pas de soucis. Puis on ira manger à la Croix Rousse, je connais un super petit restaurant typique. »

« Eyh ! Les tourtereaux ne nous oubliés pas, non plus ! » Les interrompit Linke avec un grand sourire sur les lèvres.

« Je ne parlais pas d’une visite personnelle, mon grand ! » Se défendit Kat mais elle s’enfonçait plus qu’autre chose.

« Si tu le dis ! » Renchérit Nathan.

« Ils sont graves ! » Bougonna-t-elle faisant sourire Juri.

« Et quelles autres villes avez-vous visité ? » S’enquit-il pour lui faire oublier les fouteurs de troubles devant eux.

Katchina était une grande passionnée de géographie et d’histoire. Chaque ville qu’elle avait visité, seule ou avec le groupe, elle l’avait d’abord étudiée. Lyon, par exemple, était la deuxième où ils avaient fait un concert en arrivant en Europe. Ils y étaient restés une semaine. C’était l’un de ses plus beaux souvenirs. Sans parler, bien sûr, du jeune français qu’elle avait rencontré et qui lui avait enseigné quelques trucs plus personnels. A ce souvenir, elle rigola un peu.


« « « « « « « « « « «

Anna gigota sur son siège. Elle devait aller aux toilettes mais elles lui semblaient si loin de son siège. Et si jamais, elle tombait et qu’elle se fracturait le crâne. Ou pire, qu’elle soit enfermée dans les toilettes.
La honte !

« Ca va pas ? Toi aussi, tu as peur de l’avion ? » Lui demanda Linke.

Nathan ricana à côté d’elle. Lui, il savait bien ce qu’elle avait la puce.

« Tu ne vas pas mourir, tu sais ! » Lui lança-t-il taquin.

Anna le fusilla du regard. C’était déjà assez dérangeant comme ça pour qu’il en rajoute une couche.
L’envie était trop pressante. Elle se leva et s’en alla aux toilettes.
Arrivée à ces dernières, elle soupira. Jusque là, elle était restée bien campée sur ses deux jambes.
Faites que ça dure !
Une fois ressortie, elle inspira profondément et pria le ciel pour qu’il reste sage une minute de plus. Elle arriva à son siège quand l’avion fit un mouvement qui la propulsa sur quelqu’un.

« Tu vas bien ? » S’inquiéta Linke sur qui elle était tombée.

Elle regarda où se trouvait les mains du bassiste qui rougit jusqu’aux oreilles.

« LINKE PELOTTE ANNA ! » Hurla Jan à droite de son camarade.

Anna et Linke rougirent comme deux adolescents et ne se regardèrent plus. Ils passèrent le reste du vol à subir les railleries des autres.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Maman, je vais crever ! » Hurla Olivia quand il fut temps d’atterrir.

Franky ne put s’empêcher d’éclater de rire ainsi que tous les autres. Mais elle, elle ne riait pas du tout. Elle commença à manquer d’air. La crise arrivait.

« Oli, calme-toi ! » Lui lança Anna qui voyait les joues de sa sœur virer à l’écrevisse mais pas à cause d’une boutade.

Franky vit sa voisine essayer d’inspirer le plus d’air possible mais elle n’y arrivait pas.

« Elle fait de l’asthme ? » S’enquit-il, soucieux.

« Non ! C’est une crise de panique. » Lui répondit Nathan. « Oli, regarde moi ! »

La jeune femme leva les yeux vers lui. Elle ne savait plus quoi faire. Elle paniquait et n’arrivait pas à se calmer.

« Ca va aller. On est avec toi. Respire calmement ! » Lui ordonna-t-il.

Elle fit ce qu’il lui disait sans rompre le contact visuel. Les yeux du batteur étaient devenus vert comme la mousse d’une rivière mal entretenue. Cette image la fit sourire malgré elle. C’était vraiment crade comme comparaison.
L’avion se posa sans qu’elle s’en rende compte.

« On est arrivé. » Lui souffla Franky.

Elle poussa un soupir de soulagement.

« Désolée pour… »

« C’est moi qui le suis. Je n’aurais pas dû rire… »

Olivia sourit. Ils descendirent de l’avion et allèrent chercher leurs bagages.

« « « « « « « « « « « « « « « « «

L’hôtel dans lequel ils étaient tous logés était placé à quelques mètres à peine de la salle de concert : « le Marché gare ». Celui-ci était un immense bâtiment conçu pour y mettre le grand marché de Lyon et surtout les évènements de la ville tel que leur concert.
Chacun avait sa chambre avec salle de bain et terrasse. Ils étaient placés au dernier étage gardé par leurs propres gardes du corps. David trouvait cela un peu excessif mais leur directeur arguait qu’à présent, ils étaient un peu trop connus pour voyager sans protection.
Il soupira en fermant la porte vitrée.
Il stressait un peu pour le concert du lendemain mais se répétait que tout se passerait bien. Comme à chaque fois.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Katchina.

C’est ahurissant le nombre de personnes qui sont venues à leur concert.
Je les écoute scander le nom du groupe. Les garçons sont dans leur loge, ensemble. Nous avons préféré les laisser seul à seuls.

« C’est une ambiance de malade ! » Dis-je à Olivia qui regardait le public d’un coin des coulisses.

« Ouais ! J’espère qu’un jour, c’est nous qu’ils appelleront avec autant d’enthousiasme. »

« Pourquoi ? Tu en doutes ? » La taquinais-je.

Elle sourit, amusée.
Oui, un jour, nous serons comme tous les autres groupes : au sommet, et nous serons appelés partout dans le monde. J’en suis certaine.

« Ca commence ! » S’impatiente Anna, faisant rire Nathan qui la charrie sur son vol plané dans les bras de Linke.

Anna rougit légèrement et boude un moment avant de sourire en voyant les Panik entrer en scène. Ils jouent vraiment bien. Même plus que bien. Ils dégagent une énergie unique que j’envie un peu.
Olivia et moi sautons au rythme des musiques et nous poussons même la chansonnette par moment.
Je m’arrête de sauter quand vient la chanson « Alles Endet Hier ». Cette chanson me fend le cœur. Je ne peux pas l’écouter alors je m’en vais.
Olivia me lance un regard compatissant qui me touche. Je sors dehors dans l’allée des artistes et allume une clope. Je rejette la fumée de cigarette avec les paroles de cette mélodie en tête.
Je me demande ce que tu fais là-bas. Je me demande si tu penses encore à moi, à nous et à ce petit être qui n’a jamais vu le jour. Je ferme les yeux, la cigarette entre mes lèvres et le vent soufflant dans mes cheveux.
Aujourd’hui, tout cela est derrière moi mais parfois, tu me rattrape sans que je m’y attende. Comme ce soir. Avec cette chanson.
Dix minutes plus tard, j’écrase ma clope par terre et rentre. Le groupe est passé à « Revolution ». Olivia et Anna hurlent plus qu’elles ne chantent et cela me fait rire.
Ma vie est ici à présent.
Ce groupe que nous avons formé, tous les quatre, je ne le laisserai pas tomber comme je l’ai fait, il y a quatre ans.
Tu peux en être sûr.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Le concert se termine au bout de deux heures de folie. Les garçons sont épuisés. Ils rentrent dans leur loge. Les Zero Roses les laissent entre eux. Ils savent combien il est important pour un groupe de rester ensemble, seuls, même après un concert. Il leur faut recharger leurs batteries, soudés, sans parasites extérieurs.
Olivia regarde la salle qui se vide petit à petit. Même si ce n’est pas elle et son groupe qui étaient sur scène, elle se sent vidée mais heureuse. Quand tout le monde est enfin parti, elle s’aventure sur scène avec Nathan, Anna et Kat. Ils inspectent les instruments.

« Faudra que je demande à Jan de me montrer comment ça fonctionne ! » Rigola Anna en face des platines.

Nathan s’assit à la batterie et tape quelques tempos sur les caisses. Elle est vraiment parfaite.
Kat, elle, prend la basse de Linke et la soupèse. C’est le tout dernier modèle de basses.
Olivia s’assit au piano de David et ferma les yeux un sourire aux lèvres. Quand David avait commencé à jouer, elle s’était sentie transposé comme tous les autres fans. Elle fit une note.

Les trois autres se regardèrent et firent aussi une note avec les instruments. Anna regarda sa sœur jouer du piano. Elle ne s’était jamais rendue compte que ça lui avait manqué. Depuis sept ans, Olivia n’avait plus touché un piano. Plus du tout.
Quand ils eurent fini leur petite mélodie improvisée, des applaudissements les surprirent. Les Panik se trouvaient sur la scène et les acclamaient en souriant.

« Je ne savais pas que tu jouais aussi du piano ! » Lança David à Olivia.

Celle-ci pinça les lèvres comme si elle avait fait une bêtise.

« Elle fait aussi du violon… » Répondit Anna, un peu gênée.

David les dévisagea mais ne fit aucun commentaire. Il sentait que quelque chose n’allait pas mais ce n’était pas dans son caractère d’enfoncer le couteau dans la plaie.

« N’empêche, je crois avoir reçu le plus d’ovation cette fois ! » Clama, fièrement, Juri.

« T’as vu ça où toi ? » Contra Franky. « Elles étaient toutes pour moi ! »

Les deux garçons se chamaillèrent.

« Pas besoin de vous disputer les mecs, de toute façon, elles n’en avaient qu’après mon corps de rêve et ma voix sexy ! » Les coupa Timo.

« C’est ça que je devais demander au directeur ! » Les surprit Olivia.

« Quoi donc ? » S’enquit Timo, les sourcils froncés.

Il sentait venir le coup foireux.

« Ben…De distribuer des lunettes et des appareils auditifs avant chaque concert ! » Ricana-t-elle avant de s’en aller en courant poursuivit par trois musiciens en colère alors que les autres étaient éclatés de rire.


« « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:18


Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Leona110


5. Farniente

Ambiance: poisson à l'air libre et surprise douteuse...


Nathan se laissa tomber sur le divan bleu du salon. Leur maison de disque avait demandé à l’hôtel de leurs réserver le salon du dernier étage pour qu’ils puissent s’y retrouver et commencer à écrire une chanson en commun. Le salon donnait sur le toit de l’immeuble où se trouvaient une grande piscine et des relax. Ca ne donnait pas envie de travailler surtout avec le splendide soleil dehors.

« A la flotte ! » Hurla Jan en faisant une bombe dans l’eau.

Ca, il l’aurait parié. A vingt piges, on n’est pas très sérieux même en étant une star.

« Ils sont déjà tous là ? » Lui demanda une petite voix.

Nathan se tourna vers Anna qui était toute tremblante devant lui. Elle avait ses bras autour de sa taille et ses jambes étaient croisées.

« T’as pas à avoir peur, tu sais ! »

« Mais tu te rends pas compte ! Olivia et Kat ont insisté mais j’avais pas envie… Je suis moche en maillot. Je suis énorme ! »

Nathan vit les yeux bleus d’Anna se remplir d’eau. Il lui sourit aimablement.

« Mais non ! Tu te fais des idées. T’es très bien comme ça ! Allez viens ! »

Il lui prit la main et la força à sortir. Elle se campa sur ses deux jambes quand ils atteignirent la baie vitrée.

« Je peux pas ! » Couina-t-elle.

Elle essaya de faire demi-tour mais Nathan l’attrapa par le bras et la força à la suivre.

« Arrête ! » protesta-t-elle alors qu’ils approchaient du groupe qui jouait.

« Ca va pas, Anna ? » S’enquit Jan.

La jeune fille rougit et baissa la tête, morte de honte.
Que pouvaient-ils donc penser ? Ils allaient se moquer d’elle comme tous les autres avant. Combien de fois lui avait-on dit qu’elle était grosse ? Qu’elle avait du ventre ? Trop fesses ? Trop de bras ? Qu’elle était trop, quoi…
Mais les blagues ne vinrent pas. De l’eau, si ! Anna se retrouva à boire la tasse dans la piscine. Elle revint à la surface sous les rires des autres.

« Ca va mieux ? » Lui demanda Kat qui affichait un sourire niais sur les lèvres.

Anna la fusilla du regard.
Elle eut un peu de mal à se mettre dans les jeux mais quand se fut fait, elle s’amusa comme une folle.

« Merci, Kat ! » Souffla Olivia à son amie.

Kat haussa les épaules.

« Tu sais ce que c’est hein.. »

Olivia hocha la tête. Elle comprenait sa sœur. Après tout, elles n’étaient pas ce que l’on pouvait qualifier de mannequin. Elles avaient des formes et elles devaient vivre avec. Olivia avait fini par s’y faire. Après tout, elle préférait nettement avec des seins et des fesses que de ressembler à une planche à repasser ou à un mec avec des vêtements de femmes. Bien sûr, il lui avait fallu quelques années pour se rendre compte que la plupart des filles dites minces, ne vivaient pas : elles ne mangeaient pas ce qu’elles aimaient, elles faisaient plus de sport que de sorties, elles râlaient tout le temps parce que trop privées. Alors à choisir, elle préférait une glace avec un tas de crème fraîche et avoir le sourire, que de regarder les autres manger et les jalouser. Bien entendu, tout cela sans excès. Une glace sur une journée, pas deux. Et quand même deux heures de sport tous les deux jours.
Deux hurlements la tirèrent de ses pensés. Anna sautillait sur place, en criant, un verre vide à la main tandis que Franky se relevait de son transat mouillé. Olivia éclata de rire avec les autres en voyant ces deux abrutits se regarder comme deux ronds de flans avant que Franky ne jette Anna à l’eau.
Nathan qui était au bord de l’eau ne vit pas Timo et Juri s’approcher de lui et le pousser dans la piscine. Olivia arriva derrière David et le coula. Petit problème, il tira sur son maillot. David remonta à la surface et fixa Olivia rouge comme une pivoine.

« T’as fait quoi là ? »

Il ne répondit rien, prenant la couleur d’une écrevisse trop cuite.

« PERVERS ! » Hurla-t-elle en tapant sur la surface de l’eau pour l’asperger.

David protesta et lui rendit la pareille. Ils finirent par se calmer et s’accouder au bord de la piscine pour discuter.

« Oli, j’ai besoin de toi ! » Lui glissa Jan à l’oreille pour lui pointer Linke et Anna qui parlait sur la terrasse.

« Excuse-moi, David, mais le devoir m’appel ! » Ricana la chanteuse et guitariste.

David haussa un sourcil et regarda son ami et la jeune femme préparer leur coup foireux.
Jan et Olivia s’approchèrent des deux tourtereaux par derrière et crièrent :

« C’EST FROIIIIID ! »

En versant sur eux de l’eau gelée avec des glaçons. Jan et Olivia se séparèrent pour se faire courser par les deux victimes.

« T’as pas eu assez de la douche ? » Demanda Anna à Jan.

« Que ne ferais-je pour te voir me courir après ! » Se moqua le DJ.

Jan se remit à courir autour de la piscine avec Anna qui avait attrapé un verre de glace.

« JE VAIS REFROIDIR TES ARDEURS ! » Lui gueula-t-elle.


« Mon cher petit Linke, tu vas être gentil avec moi, hein ? C’était juste pour s’amuser tu sais… »

« Je rêve où tu me parles comme si j’étais un morveux du jardin d’éveil ! » Gronda le bassiste en l’attrapant par la taille.

« Et ton pacifisme ? » S’écria-t-elle en se débattant.

« Il a fondu au soleil ! » Rétorqua-t-il en la balançant dans la piscine puis en la rejoignant pour la couler.

« PERVERSE ! » Hurla Jan en remettant son maillot de bain en place tout en sautant sur place. « C’EST FROID ! »

Anna se bidonna avec les autres en le voyant se débarrasser des glaçons qu’elle avait placés dans son maillot.

« Il est quelle heure ? » Demanda Kat.

« Onze heures ! » répondit Nathan. « Et si on mangeait en travaillant ? »

Tous acquiescèrent et rentrèrent se changer.

Une demi heure plus tard, ils étaient tous assis autour d’une table basse et mangeaient des parts de pizzas en discutant du thème de leur futur chanson.


« « « « « « « « « « « «

POV Olivia.

C’est étrange mais au bout d’une heure de discussion nous avons notre sujet de chanson. Je ne comprends comment nous pouvons nous entendre aussi bien et pourtant écrire un truc aussi triste que ce que nous avons choisi.

Nous étions fous
Nous étions amoureux
Nous étions nous

Ces quelques mots murmurés par Kat du bout des lèvres. David a pris sa guitare et composé quelques notes un peu au hasard qui m’ont parlé. Timo semble sur la même longueur d’ondes que moi car nos mots collent ensemble sans que nous ayons besoin de nous concerter.

Avons-nous vécu la même histoire ?
Avons-nous porté un masque ?
Nous sommes nous perdus dans cette grande foire ?

Ces mots, nous les avons écrits ensemble. Je pense que nous arriverons à écrire une chanson si pas plusieurs. Le courant passe bien entre nous. Les autres composent des mélodies qui peuvent collés aux paroles que nous lançons pêle-mêle.
Deux heures plus tard, nous recommençons à rigoler.

« Franky, tu me passes une bouteille d’eau ? » Lui demandais-je sans le regarder.

Je prends la bouteille qu’il me tend et la regarde avec de gros yeux. Il se fout de mal gueule.

« Mais je fais pas régime ! »

« Ah bon ? » Me dit-il avec toute l’innocence qu’il peut avoir en lui.

Je vais lui en foutre moi du « ah bon ! ». Je lui balance la bouteille en pleine tronche.
HA ! Il ne s’y attendait pas à celle-là. Il se masse le front en me fusillant du regard alors que je lui fais mon plus grand sourire charmeur.

« Oui ? »

Il me saute dessus et me chatouille en hurlant à la vengeance. J’éclate de rire en me débattant.
Purée ! Je vais mourir.

« Arrête ! Je me rends ! » Hoquetais-je en me tournant vers le sol pour qu’il ne touche plus mon ventre et mes côtes.

« Je suis le meilleur ! »

« Et les chevilles, ça va ? » Ricanais-je en me relevant.

« Il est deux heures et demi, je crois que c’est bon pour le moment ! » Soupira Nathan.

« Oui Chef ! Bien Chef ! » Scandais-je avec Kat et Anna pour nous moquer de lui.

Il nous lança des coussins à la figure.

« BAGARRE GENERAL ! » Hurla Kat en sautant sur David et Juri pour les frapper avec deux gros coussins.

Je m’attaque à Timo sur ma droite avant de me manger un gros coussin envoyé par Franky.
Je passe au-dessus de Timo qui est assommé pour le compte et saute sur le dos de Franky qui se débat pour me faire tomber.

« A mort ! » m’écriais-je en l’étranglant.

Deux bras forts me détachent de Franky et me pousse au sol. Des coussins pleuvent sur moi.

« Traites ! » Hurlais-je à Franky et Timo.

Bizarre que ce soit toujours eux qui me font manger la poussière.

« C’EST QUOI CE BARLOUFFE ??? » Nous surprend une grosse voix.

Nous sommes statiques devant une jeune femme aux cheveux longs châtains clair bouclés et des yeux noisette verts brillants.

« Ma DJ préférée ! » Hurlais-je en sautant sur Melina.

« Et moi alors ? » Protesta Jan en faisant semblant d’être sur le point de fondre en larmes.

« Toi t’es un mec alors c’est pas la même chose ! » Rétorque Nathan. « T’en fais pas ! Je compatis ! »

Jan nous tire la langue et boude.
Oh ! Oh !Les yeux de Lina brillent un peu trop à mon goût.

« Sage, toi ! » Gronda Kat.

« Mais je suis toujours sage ! » Sourit Melina.

Nous levons les yeux au ciel, amusées.

« Au fait, que fais-tu ici ? »

« Ben, Papa m’a demandé de passer vous voir pour savoir si vous n’auriez pas besoin de moi… » Répondit-elle.

Melina est notre propre DJ mais pas à plein temps. Elle passe de temps à autre nous voir pour monnayer ses services mais elle est avant tout notre amie.

« Que lui as-tu encore fait ? » S’enquit Nathan.

Elle leva les mains en l’air.

« Rien du tout ! »

Elle ricana sous nos regards pas du tout convaincus.

« Oki ! Disons qu’il n’a pas apprécié de retrouver Lolita dans son lit, hier soir. »

Nous grimaçons.
Lolita est le doux nom du rat de Melina. Une grosse bestiole noire et blanche qui se trouve toujours là où on s’y attend le moins.
Notre directeur a horreur de cet animal et celui-ci le lui rend bien.

« Tu vas rester avec nous alors ? »

Elle nous fait son plus beau sourire.

« Tous au abris ! » Souffle Anna, défaitiste.

Oh ! Moi, j’adore Lina. Je ne m’ennuis jamais quand elle est dans les parages. Niveau déconne, elle est pire que moi. Je crois que Jan va l’adorer…
Faudra juste que je planque mes vêtements et surtout mes sous-vêtements. La dernière fois qu’elle était restée avec nous, elle avait accroché les boxers de Nathan aux corniches de l’immeuble et un peu partout dans l’hôtel.

Si Dieu existe, il a intérêt à garder un œil sur nous…

« « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:23

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) 15208211



6. Lyon, ville des passions.

Ambiance: petit à petit l'oiseau fait son nid...


« Ca va Oli ? »


Olivia se tourna vers Melina et lui sourit. La chanteuse avait trouvé refuge sur le bord du toit et regardait passer la vie à ses pieds.

« Lis ! »

Elle lui tendit son portable. Melina grimaça.

« Quel con ! »

« Il me rend responsable de tout alors que tout est de sa faute ! » Soupira Olivia.

Melina regarda son amie, en silence. Il n’y avait rien à dire en fait.
Un léger silence se fit entre elles.

« Ton papounet s’inquiétait pour nous ? » Demanda finalement Olivia.

Melina la laissa changer de sujet.

« Tu le connais. Dès qu’il n’a pas un œil sur vous, il panique, le pauvre ! »

Elles rigolèrent.

« Tu vas te plaire avec nous. »

« J’ai cru voir ! Vous alliez commencer une partouze ou quoi ? » Se moqua-t-elle.

« Lina ! » S’écria Olivia, rouge de gêne. « Mais non ! On décompressait, c’est tout ! »

« Et ça va pour écrire votre chanson ? »

« Bah ! Ce n’est que le premier jour des trois mois. »

Melina hocha la tête.

« En tout cas, tu as l’air de bien t’entendre avec le rappeur… »

« Timo ! » Corrigea Olivia.

« Ouais, Timo. Le courant passe bien, à ce que j’ai pu voir ! »

« Avec tous les autres aussi ! » Contra Olivia qui avait un peu peur de savoir où allait son amie.

Melina lui lança un regard moqueur.

« Si tu le dis ! Sinon, Kat est toujours avec sa femme ? »

« Toujours ! D’ailleurs, elle vient ici dans trois jours avec Ludmia. » Répondit-elle.

« Une fan ? » S’enquit Lina.

« Non, c’est une musicienne. Elle fait du synthé et s’occupe du son dans les concerts. J’ai demandé à Julianna de l’amener pour qu’elle nous fasse une démonstration. Nous aurons besoin d’un synthé pour quelques chansons dans le prochain album. Et elle pourrait nous filer des tuyaux sur le son…»

« Et Nat, toujours casé ? »

« Pour encore quelques années ! » Ricana Olivia.

Melina sourit.

« Dommage ! C’est mon style de mec ! »

« Oh ! Je pensais que c’était le DJ des Panik, ton style… »Se moqua Olivia.

« Et ton rappeur ? »

« Mais je te dis qu’il n’y a rien avec lui… » S’écria Olivia.

Melina la taquina tout le long du chemin pour rentrer rejoindre les autres et manger.

« « « « « « « « « « «

(Trois jours plus tard)

« C’EST L’HEUREEE ! » Hurla Jan dans le salon.

Un coussin lui atterrit en pleine tronche.

« La ferme ! » Couinèrent plusieurs voix.

Ils avaient fait la fête la veille – les cadavres de bouteilles en témoignaient- et s’étaient tous endormi pêle-mêle dans le salon au sol ou sur les divans.

« Kat, ta femme va débarquer d’ici quelques minutes. Si elle te voit avachi sur Linke, elle va encore pêté sa durite. » Déclara Olivia en versant deux bouteilles d’eau sur la figure de Timo et de Melina couchés l’un près de l’autre. « C’est plus l’heure des papouilles les tourtereaux ! »

« Oli… »

« Oui, Lina ? Tu veux un cachet ? »

« Cours ou je te tue ! »

« Faudrait déjà que tu te lèves pour ça ! » Ricana-t-elle avant de sursauter.

« Moi, je suis debout ! » Grogna Timo en la fusillant du regard.

Il attrapa une bouteille encore remplie et la lui versa sur la tête.

« TIMOOO ! » Hurla-t-elle en le coursant dans le salon.

Melina les regarda faire avant de lancer :

« Y a des chambres pour faire ça ! »

Timo et Olivia se regardèrent puis rougirent en grognant :

« N’importe quoi ! »

Tout le monde finit par se lever.

« Distribution de cachet ! » Gueula Jan.

« Ca y est, vous vous êtes mis à la drogue ? » Les surprit Julianna, une femme d’un mètre septante, toute en finesse, des cheveux longs blonds avec le dessous rouge vif et de grands yeux bruns verts.

« Ma chérie ! »

Kat sauta dans les bras de Julianna et l’embrassa fougueusement.
Les garçons les fixèrent comme deux ronds de flans.

« Deux femmes qui se bécotent et ils se sentent plus ! » Grogna Melina.

« Tu penses à ce que je pense ? »

Olivia et elle se regardèrent à peine avant de balancer des coussins et de la flotte sur les baveurs de service qui essayèrent de les tuer après.

« EYYH ! » Hurla Julianna. « Olivia, t’as demandé à voir Lud. La voici ! »

Une jolie jeune femme avec des cheveux rouges flaches, des yeux bleu profonds entra dans la pièce.

« ‘lut ! » Lança-t-elle avec un regard froid mais gêné.

Olivia s’approcha et lui tendit la main :

« Olivia mais tu peux m’appeler Oli ! »

« Je vous connais ! » Lâcha Ludmia.

« Ah ? »

« Mouais. Sur internet, vous faites un tabac ! »

Olivia sourit et regarda les autres.

« C’est déjà ça, hein ! »

Ils rigolèrent tous ce qui détendit un peu l’atmosphère.

« Ravi de t’avoir parmi nous ! » Lança Nathan en la faisant entrer.

Chacun la salua cordialement.

« Bon ! Les garçons, on vous abandonne ! »

« Ben pourquoi ? Nous ne pouvons pas venir vous voir travailler ? » S’enquit Juri.

Les Zero Roses se concertèrent du regard.

« Pas de problème. Dans un quart d’heures ici ! »

Ils sortirent tous et allèrent se changer. Seules, Julianna et Ludmia restèrent dans le salon.

« « « « « « « « « «

(une heure après)

« Il fout quoi votre rappeur à la noix ! » Grogna Ludmia impatiente.

« Je vais voir ! » Déclara Olivia qui quitta la pièce sous les sifflements de Melina.

Elle toqua à la porte de la chambre de Timo mais n’obtint aucune réponse. Elle finit par entrer.

« Timo ? » lança-t-elle la tête par l’entrebâillement.

Elle entra dans la chambre. L’eau de la douche lui indiqua qu’il se lavait encore. Son regard fut attiré par un cadre de taille moyenne. Il y avait deux photos, l’une avec ses cinq amis et l’autre avec ses parents sans doute.

« Que regardes-tu ? » La surpris une voix grave.

Elle faillit lâcher le cadre mais réussit à la reposer sans encombre.

« C’est toi là ? »

Il hocha la tête positivement.

« Tu étais mignon ! »

« Merci ! » Rougit-il.

« Mais que t’est-il arrivé entre temps ? » lui demanda-t-elle subitement.

Il resta ébahi quelques secondes avant de lui fondre dessus et de lui ébouriffer les cheveux.

« Tu vas faire des nœuds ! » Rouspéta-t-elle.

Il la lâcha finalement. Elle le regarda de bas en haut avant d’avoir les joues en feu. Il ne portait en tout et pour tout qu’une serviette autour de la taille.
Timo suivit son regard avant de rougir à son tour.

« Je voulais juste te prévenir qu’on t’attendait ! » Réussit-elle à dire.

Puis elle sortit de la chambre en quatrième vitesse.

« Ah ben quand même ! J’hésitais à venir te chercher.» Lança Kat.

« Vous faisiez quoi ? » demanda Anna.

Olivia rougit au souvenir du jeune homme à moitié nu. Enfin, au trois quart.

« Ha ! Ha ! Vous faisiez des cochonneries ! » Rigola Melina en la pointant du doigt.

« Mais pas du tout ! » S’écria Olivia toujours écrevisse. « T’es chiante à la fin ! »

Melina ricana.

« Timo nous rejoindra après ! On y va ! » Grogna la chanteuse et guitariste en sortant.

Il n’y avait vraiment qu’elle pour se mettre dans l’embarras comme ça.

« « « « « « « « « «

(Salle d’enregistrement)

Après avoir attendu Timo un quart d’heures, parcourut en une heure tout Lyon et trouver le bâtiment d’enregistrement, ils se mirent au boulot.
Vinrent les changements de sons, de l’ajout de synthé, de piano – David et Olivia ayant fait un superbe duo- et de violon, ils bouclèrent enfin… UNE chanson du nouvel album des Zero Roses.

« On y sera encore à la semaine des quatre jeudi ! » Soupira Melina en essuyant ses platines.

Jan la regarda faire avec appréhension ce qui n’échappa pas à la jeune DJ.

« Si tu continues, j’envoie tout par la fenêtre ! »

Jan devint plus pâle qu’un mort. Que deviendraient-ils sans son appareil ?

« Lina, arrête donc de martyriser ce pauvre Janouchet ! » Lança Olivia. « Viens nous aider plutôt. »

Melina jeta un regard machiavélique à Jan qui déglutit. Il allait massacrer Olivia dès la fin des enregistrements.

« Janouchet ! Pas mal comme petit nom ! » Renchérit Timo suivit des autres.

« Titichou, tu viens m’aider ! » Lança Melina à Timo.

Celui-ci s’étrangla avec sa salive (et non Valise).

« Comment tu m’as appelé ? »

« Ben quoi, tu n’aimes pas ? Pourtant t’aimais bien celui de Jan ! »

« Oh ! Je vois… Solidarité entre DJ. »

« Pourquoi ? Jaloux ? » Ricana-t-elle.

« Pourquoi ? Intéressée ? »

ET vlan ! Mélina resta scotchée par la réplique du rappeur qui rigola.

« Bon ! Les gosses, j’ai la dalle moi ! » Les coupa Julianna. « Et j’aimerais rester avec ma femme quelques heures avant de partir. »

« Oki ! On prend la journée ! »

« OUUUUAIIIS LA GRANDE ROUE ! » Hurlèrent Timo et Franky faisant soupirer les autres.

Julianna et Kat s’en allèrent les laissant seuls.


« De vrais gamins ! » Soupira Kat en voyant Franky et Jan se bousculer sur le trottoir.

« Je crois que nous ne voyons que le dessus de l’iceberg ! » déclara Ludmia qui commençait à se laisser un peu aller.

« Au fait, tu viens d’où ? »

« Oh ! Un petit village loin en France. »

« Et d’où tu connais Julianna ? » S’enquit Anna.

« En fait, j’ai voulu aider une gamine qui se faisait emmerder par des connards et ils se sont retournés contre moi. Julianna est arrivée à ce moment-là. Ensuite, j’ai joué avec un petit groupe de mon blède dans un café-bar, elle travaillait en tant que serveuse là-bas. Puis on s’est revu plusieurs fois et on a sympathisé. » Expliqua Ludmia.

Les filles regardèrent Timo et Jan s’extasier devant la grande roue juste au milieu d’une immense fête foraine.

« Je vous attends en bas ! » Décréta Olivia.

« On a déjà pris ta place ! » Contra David. « Allez viens ! »

« Non merci ! Sans façon ! »

« Allez ! En avant mauvaise troupe ! » Gueula Franky en attrapant la jeune femme par la taille et en la faisant grimper dans une des nacelles.

« FRANKY LACHE MOI ! » Hurla Olivia en s’agrippant à lui comme à une bouée de sauvetage. « J’ai le vertige ! »

« Tu m’étouffes ! » Essaya d’articuler le chanteur.

« Je vais mourir ! »

A quelques mètres d’eux, Ludmia se foutait de leur gueule en hurlant avec Jan : « Un bisou ! Un bisou ! »

Olivia avait un peu desserré sa prise sur le cou du chanteur mais refusait de regarder autre chose que son magnifique pull noir ou même de lâcher ses bras dans lesquels elle plantait ses ongles. Franky passa ses bras autour d’elle.

« Ca va aller ! C’est pas dangereux ! »

« Et si le type qui s’occupe de la roue n’a pas vérifier une visse ? Et si elle est rouillée et qu’elle se brise ? »

Franky leva les yeux au ciel, amusé.

« Fais-moi confiance ! Regarde-moi ! »

Olivia secoua la tête négativement.

« Regarde-moi ! »

Olivia leva la tête difficilement et le fusilla du regard.
Il prit ses mains dans les siennes sans la lâcher du regard.

« Je te tiens ok ? »

Elle pinça les lèvres avant d’hurler parce que la roue s’arrêtait brusquement.
Ses jambes la lâchèrent.

« On ne risque rien, je te dis. »

Olivia tremblait comme une feuille.
Franky la releva et la fit asseoir du bout des fesses sur un siège.

« Regarde-moi ! Tu ne risques absolument rien. »

Olivia déglutit.
Franky se pencha au-dessus de la balancelle.

« Arrêtes ! Tu vas tomber ! » S’écria-t-elle en le ramenant vers elle.

Il rigola légèrement.

« Mais non. C’est sûr comme attraction. Et regarde, la vue est magnifique d’ici. »

Olivia trembla mais elle essaya quand même de regarder ce qu’il voulait qu’elle voit.
C’était magnifique oui mais vachement haut. Elle se crispa et raffermit sa prise sur Franky. Ses jambes la faisaient souffrir.

« On va tomber ! Je vais mourir ! » Sanglota-t-elle.

Franky la prit dans ses bras.

« Mais non ! Et puis je suis là ! »

« Sais pas si ça doit me rassurer ! »

« Tu vois, tu fais encore de l’humour ! »

« C’était pas de l’humour! » Contra-t-elle pince sans rire.

Ils se fixèrent un instant avant d’éclater de rire.
La roue se remit en marche prenant par surprise Olivia qui couina légèrement de terreur. Frabky du presque la porter pour la faire sortir de la nacelle. Olivia ne sentait plus ses jambes. Comme si on les lui avait coupées.

« Je savais pas que tu avais le vertige à ce point-là ! » Fit remarquer Melina.

« C’est à peine si j’arrive à monter sur un tabouret. » Souffla-t-elle en retour en reprenant peu à peu des couleurs.

« Qui veut une barbe-à-papa ? » S’écrièrent Jan et Anna.

Ils se rendirent tous au stand de confiserie laissant Timo et Olivia, seuls.

« Désolé de t’avoir forcé ! » Murmura Franky, vraiment navré.

« Je suis quand même contente.»

« Pourquoi ? » demanda-t-il étonné.

« D’avoir pu partager ça avec toi… Si on retire mes tremblements et sanglots apeurés ! » Rigola-t-elle.

Ils se sourirent. Franky remit une mèche de cheveux derrière l’oreille d’Olivia.

« On n’est mal barré ! » Soupira Jan en rejoignant Melina qui analysait la situation.

« Je te le fais pas dire. »

Franky et Olivia parlaient sans se rendre compte qu’un autre n’était pas du tout en accord avec ce qui se passait entre eux.
Anna, elle, parlait avec David, Linke et Ludmia qui n’avait pas quitté son air un peu revêche.

« Tu comptes faire quelque chose ? » Demanda Jan.

« Je sais pas encore. Je verrai bien d’ici un ou deux jours. »

« Ca va pas être de la tarte ! »

« Je m’en rends bien compte… Et ce sera même plus compliqué que tu ne peux l’imaginer.»

« A ce point-là ? » S’inquiéta le DJ.

« Au-delà ! »

« Merde ! »

Melina hocha la tête.

« « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:26


Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) 15208310



7. Surprise partie...


Ambiance: Nuageuse avec une touche de soleil.


POV Anna

Je suis recroquevillée sur mon lit. Olivia et les autres sont partis se coucher.
Inspirer.
Expirer.
Surtout ne pas oublier de respirer.
La douleur me submerge chaque jour un peu plus.

« Anna ! » Me souffla Olivia qui vient d’entrer dans ma chambre.

Elle s’assit sur mon lit et me serre la main.
Tu sais grande sœur, rien ne me sauvera, je le sais à présent. Je te regarde rire, aimer, pleurer, essayer de te sortir de ta merde mais…
Et moi ?
Je suis perdue, grande sœur.
Elle me serre contre elle. Son souffle se mélange au mien.
Elle fredonne ma chanson préférée. Himmel Hilf. Les garçons l’ont chanté durant la soirée, elle m’a transpercé le cœur.
Mais tu te trompes grande sœur.
Le ciel ne peut plus m’aider. C’est trop tard.
Surtout ne pleure pas grande sœur. Je l’ai vu, tu es entre de bonnes mains.
Vraiment.
Mon corps est trop torturé par le temps qui passe.
La fin est proche.
Mon âme… je n’en ai plus.
Très proche.
Trop ?

Tu sais grande sœur, tu es tout pour moi. Tu es la seule qui mérite ce qu’il reste de mon cœur.
Le ciel ne m’aidera pas. Cesse de chanter.
Il ne me reste rien d’autres que tes larmes et tes mains qui tentent, vainement de me rattraper dans ma chute.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia sortit de la chambre de sa sœur quand elle fut certaine que cette dernière dormait.
La rage grondait en elle.
Il l’avait détruite.
Olivia se changea dans sa chambre puis descendit dans la salle de sport de l’hôtel.
Elle ouvrit son sac de sport et sortit un magnifique Katana dan son étui noir corbeau.
Elle se déchaîna dessus jusqu’à ne plus savoir se lever. Essoufflée et vidée de ses forces, elle tomba à genoux en tenant toujours son sabre dans ses mains. Elle savait ce qui se passait. Anna partait.
Elle jura au fond d’elle. Il lui aurait vraiment tout prix. Il avait faillit détruire leur vie, à toutes les deux. Elle, elle s’était relevée. Elle avait tout envoyé valser. Ca ne voulait pas dire que c’était facile pour autant.
Une musique la surprit. Qui pouvait jouer du piano à cinq heures du matin ?
Elle s’avança dans le couloir et regarda dans la salle de musique.
Linke était dans la salle et chantait de sa voix grave et douce. Il s’arrêta en la voyant dans l’embrasure de la porte.

« Tu courrais ? »

« Non, je m’entrainais. »

« A quoi ? »

« Au Iaido ! »

Il la regarda sans comprendre.

« Ce que vous faisiez dans votre clip Vorbei ! » Sourit-elle en posant son Katana sur un siège et en s’asseyant devant Linke. « Tu as une belle voix ! »

Il rosit légèrement en souriant.

« Merci ! »

« Tu peux continuer, tu sais. Tu enregistres de nouvelles chansons ? »

Linke se remit sur le tabouret avec une guitare à la main.

« Tu en joues ? »

Il rigola légèrement avant de fermer les yeux et de fredonner en grattant son instrument. Olivia le regarda faire.

Je continue de supporter tous ces crimes
Me dépistant chaque nuit
Faisant tourner ma tête jusqu’à ce qu’elle se perde
J’espère pouvoir agir, j’espère pouvoir choisir

Tu t’en fous de franchir mes frontières
Cela n’a jamais semblé être juste
J'essaye de retrouver le chemin de retour vers chez moi
Je suis tout le temps tout seul

Je continue de tomber de haut
Je meurs
Je rompe
Je ne sais pourquoi
Je suis à genoux
Comment pourrai-je m’appliquer ?
Cela me laisse au dépourvu

Je suis entrain de marmonner des mots mais personne n’entend
Je suis entrain d’écrire ces lignes avec mes propres larmes
Je ne fais que vivre tout ce mensonge
J’aime fuir cette vie et voler
Je pense avoir perdu tous mes rêves
Je me sens aussi pathétique que cela parait
Y a-t-il un chemin en dehors de ce désordre ?
Comment épelle-tu le mot ‘succès’

Tout semble être si bien
Comment tout le monde fait pour être aussi aveugle ?
Personne ne voit que je suis emprisonné ?
Le fait que je regrette peut-il aider ?

Linke s’arrêta de chanter et la fixa, étonnée. Des larmes coulaient le long de ses joues. Elle plaça son visage dans ses mains et éclata en sanglots.

« Pardon ! Ca va passer ! » Pleura-t-elle.

Linke lâcha sa guitare et s’approcha d’elle.

« Je vais y arriver ! » Souffla-t-elle en essayant de reprendre son calme.

Linke ne répondit rien. Il posa ses mains sur ses épaules tremblantes. Olivia essuya sa figure et inspira profondément.

« Je suis nulle hein ? »

« T’as bien le droit de craquer de temps en temps. »

Un léger silence se fit tandis que Linke avait repris sa place sur son tabouret et qu’il recommençait à gratter quelques notes.

« Tu ne veux pas savoir pourquoi j’ai pleuré ? » S’enquit Olivia, surprise.

« Si tu veux en parler, seulement. »

Elle resta interdite avant de sourire.

« T’es vraiment chou ! »

Linke rougit légèrement en évitant de la regarder.

« Merci, Linke. » Déclara-t-elle avant de sortir.

Il était à présent sept heures du matin.
Vive les nuits blanches.

« Ca a pas l’air d’aller… Tu viens d’où ? » S’enquit Ludmia en voyant Olivia dans le couloir en face de la chambre d’Anna.

« Oh ! J’ai été faire du sport… »

« La nuit ? »

Olivia sourit à la jeune femme.

« Désolée mais aujourd’hui, je ne serai pas avec vous… Je vais dormir ! »

Ludmia hocha la tête positivement en la regardant entrer dans sa chambre. Elle était là depuis la veille et l’atmosphère se dégradait un peu beaucoup à son goût.
Enfin surtout du côté des deux sœurs. A croire qu’elles montraient leurs véritables visages seulement maintenant.
Ludmia entra dans le salon commun, se dirigea vers la cuisine. Jan se trouvait déjà assis devant une tasse de café et une brioche chaude.

« Salut ! » lui sourit-il.

« ‘lut ! » Grogna-t-elle en se servant une tasse et en prenant un petit pain mou.

« Pas du matin ? » S’enquit Jan.

« Non, pas avec un mec ! »

Jan la fixa, les yeux écarquillés mais se tut jusqu’à ce que Melina entre dans la pièce.

« Déjà debout ? »

« Olivia ne va pas venir avec nous aujourd’hui, elle dort. » Expliqua Ludmia.

« Elle ne va pas bien ? »

« Sais pas ! »

« On va voir les autres ? » S’enquit Jan en souriant sadiquement.

Melina le suivit.

« Dumb et Dumber le retour ! » Soupira Ludmia en achevant son café. « Ca promet ! »

Un hurlement lui donna raison. Elle vit passer un David aux cheveux étrangement vert. Elle le regarda passer appuyée contre le mur du couloir. Timo sortit de sa chambre couvert d’une substance orange et rose douteuse. Une Julianna trempée coursa Jan. Melina hurla en courant pour échapper à Nathan dont le torse était recouvert d’un beau « j’en ai une petite » au marqueur.
Anna était tordue de rire en les regardant avant de finir avec un seau d’eau sur la tête.

« JAN ! » Gueula-t-elle.

Pour finir, tout le monde retourna dans sa chambre.

« « « « « « « « « « « « « « « « « «

Melina entra dans la chambre de David qui jurait comme un charretier en se lavant pour la dixième fois les cheveux.

« Heureusement pour vous que ça part ! » Grogna-t-il.

« Moi, je te trouve très bien comme ça. »

« Je suis mort de rire ! » Ironisa-t-il.

Il se releva et s’épongea les cheveux. Un soupire lui échappa quand il vit qu’il avait de nouveau sa couleur naturelle de cheveux.

« Il t’en reste un peu là ? »

« Ou ça ? » Paniqua-t-il avant de se retourner et de l’étrangler avec la serviette éponge. « T’es une saleté de chipie. »

Melina éclata de rire.

« Désolée mais.. »

« L’atmosphère est lourde, je sais. » Compléta le guitariste. « Il y a cinq jours, tout allait bien. Et maintenant… »

Melina sourit.

« T’en fais pas. Ca va aller ! »

Elle le laissa se changer en sortant.

« « « « « « « « « « « « «

POV Melina.

Olivia dort dans son lit et ne semble pas décider à en sortir.
Anna parle avec tout le monde mais ceux qui la connaissent savent qu’elle ment. Je pensais toute cette histoire derrière nous mais ce qui est parut dans la presse people hier dément ce que je croyais.
Ils ont mis l’histoire d’Anna en gros titre. Les garçons lisent les articles, sceptiques. Ils savent, tout comme nous, que les journalistes déforment la réalité. Sauf que là… Je vois les Panik nous jeter des regards interrogatifs.
Anna sort, dépitée et furieuse. Cette histoire est apparut, il y a un an au Japon. A présent, elle est à nos portes. De nouveau.
Je prends un des magasines.

« Anna Totzi , à dix neuf ans, l’étoile montante, a vu ses ailes brûlées par un chagrin d’amour qui finit mal. »

Quelle bande de connards. Je jette le magasine dans la poubelle.

« Est-ce vrai ? » Finit par demander Juri.

Je regarde Nathan et Kat qui soupirent. Il faut expliquer.

« C’est vrai ! » Nous surprend une voix légèrement fatiguée.

Olivia se tient devant nous avec un pantalon trois fois trop larges et un top, le tout en noir.

« Anna l’a bel et bien tué. Sauf qu’il s’agissait de légitime défense. »

« Il tapait dessus depuis un an et demi. » Ajouta Nathan. « Il y a eu un jour de trop. »

Un silence pesant s’installe dans la pièce. Ils essayent de dire quelque chose mais que peuvent-ils bien ajouter ?
C’est un fait établi. Passé. Mais qui nous poursuit encore. Peut-on le reprocher à quelqu’un ? Surtout pas à Anna qui en souffre bien plus que nous. Voir sa faute exhibée au monde entier doit être insupportable pour elle. Son ex l’aura fait souffrir jusqu’au bout.

« Ils disent qu’elle a voulu se suicider. »

« Merci ! » Souffla Olivia à Franky qui venait de lui donner une tasse de thé fumante.

Il est vraiment au petit soin avec elle.

« Elle a tenté à quatre reprises mais nous avons toujours été là. » Répond Olivia, laconique.

Se pourrait-il qu’elle se résigne finalement ? J’espère que non. Il s’agit de sa sœur quand même.
Je vois Linke et Olivia se jeter un regard de compréhension. Qu’a-t-il bien pu se passer entre eux que j’ignore ?
Tous les autres sont silencieux.

« Dans deux jours, on repart, ça va aller ! » Soupira Nathan. « Je vais téléphoner à Marie. »

« Je vais reconduire Julianna ! » Déclara Kat en sortant de la pièce avec sa compagne.

Je reste avec Olivia, Ludmia et les Panik dans un silence quasi religieux.

« Ca va pas vous miner le morale non plus ! » Lança Ludmia. « Ca c’est passé, il y a des années et ça va encore la suivre. Surtout si Zero Roses devient célèbre. Faudra vivre avec ! »

« Je sais que tu as raison mais mâche tes mots quand même. » Lui dis-je.

« Oui, je sais mais j’ai l’impression que le ciel vous tombe sur la tête. Vous savez quand même ce que vous encourez en devenant célèbre non ? »

Je souris. Elle a des mots durs mais elle est si naïve. Comme si le fait d’accepter une situation la rendait plus facile à gérer.

« Allez ! Tous au congélo ! »

Olivia et les autres me lancent un regard interrogateur.

« Journée de réconfort ! Tous au glace ! » M’écriais-je.

Jan me suivit en criant comme une fille.

« Je savais que tu n’avais rien dans le pantalon ! » Me moquais-je.

« Tu veux t’en assurer peut-être ? » Me demanda-t-il avec un sourire pervers.

« Une autre fois ! » Rigolais-je en lui faisant un clin d’œil.

Mon regard croisa celui de Linke. Il n’affichait rien du tout.
Je pris un pot de glace vanille chocolat, tendit celui à la fraise à Olivia qui me remercia.
Heureusement que j’avais tout prévu, mes aïeux. Il y avait assez de glace pour tout le monde.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Toute la marmaille débarqua dans la chambre d’Anna qui était sur son lit.

« Fais nous une place, on va te tenir compagnie ! » Lança Ludmia en s’asseyant à sa droite. « Qui mets le film ? »

Après trois heures de discussion sur le film à regarder, ils optèrent pour Gladiateur. Au grand damne d’Olivia et des garçons.

« Allez, Timo, sois gentil, passe-moi de ta glace ! » Chuchota Olivia en louchant sur le pot de straciatela du rappeur.

« Mais moi, j’aime pas la fraise. » Grogna-t-il en retour alors qu’elle plantait une cuillère avide dans son pot.

« J’irai t’en rechercher. » Mâchonna Olivia en léchant sa cuillère sous les yeux attentifs du garçon.

« Quoi ? » Demanda-t-elle quand elle se rendit enfin compte de ce qu’il fixait.

« Rien ! Rien ! » Bredouilla-t-il en retournant au film.

Un ricanement le surprit. Melina lui fit un petit coucou de la cuillère. Il le lui rendit, tout crispé.
Une heure après, il se tourna vers les reniflements insistants qu’il entendait et vit Olivia en larmes. Elle fixait l’écran avec avidité.
C’était la mort du Gladiateur qui la mettait dans un tel état ? Il fronça les sourcils en la surveillant du coin de l’œil. Alors que le générique débutait, elle fondit en larme.

« Ca va ? » Lui demanda-t-il très surpris par son comportement.

Il ne la savait pas aussi sensible.

« Mais oui. Ca me fend le cœur ce genre de film. J’y peux rien. »

Il ne fit aucun commentaire mais son visage parlait pour lui. Il ne voyait pas ce qu’il y avait de si touchant dans ce truc. Ok ! Entre Alexandre et Gladiateur, son cœur ne balançait pas : Il préférait Gladiateur. Même si Melina et Ludmia avaient tenté de lui faire avouer le contraire. Pourtant, il ne pleurait pas toutes les larmes de son corps.

« Cherche pas à comprendre. » Ricana Melina qui savait pertinemment quel chemin prenaient les pensés du jeune homme.

« Les mecs ont autant de sensibilité qu’une cuillère en bois. » Ajouta Ludmia.

« T’es encore gentille toi ! »

Et elles épiloguèrent sur la sensibilité inexistante des hommes.

« Vous savez que nous sommes encore là ? »

« Pourquoi tu te sens viser, Linke chéri ? » Demanda Ludmia, devançant Melina.

« Pas du tout mais ça me dérange que vous parliez de mes copains comme ça ! »

Il se mangea des coussins et des coups partout sur le corps en représailles.

« Il est treize heures. » Déclara Jan. « Allons manger ! »

« On vient de s’enfiler un pot de crème glace, Ventre à pattes. » S’écria Olivia en le voyant partir. « Tu viens avec nous ? »

Anna secoua la tête négativement.

« Je vais me reposer un peu. Je commanderai dans ma chambre ! »

« D’accord ! Préviens-moi si ça ne va pas. »

Anna lui sourit.
Ils sortirent tous de la chambre de la jeune femme, la laissant dans le noir et ses pensés. Elle se leva et alla sur la terrasse.
Le sol était bien loin de là où elle se trouvait.

Ils descendirent au restaurant en rigolant quand Olivia et Melina s’arrêtèrent nettes.

« Ben qu’est-ce qui se passe les filles ? On dirait que vous avez vu un fantôme. »

« C’est pire que ça ! » Murmura Olivia.

Melina lui attrapa la main.

« Que fout-il ici ? »

« Je sais pas. »

Elles regardèrent un jeune homme d’une vingtaine d’années, grand, mince, des cheveux bruns en pique, des yeux chocolats et un sourire charmeur s’avancer vers elles.

« Qui est-ce ? » demanda David qui eut un peu peur de la réponse.

« Mon copain ? » Hasarda Olivia avec un sourire crispé voir quarrèrent flippant tellement il était déformé.

« Lil ! » Sourit le jeune homme. « Tu ne me dis pas bonjour ? »

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:40


Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Danny10



8. Pourri... Pourri... pourri...

Ambiance: meurtrière voir carrément aide au suicide...



POV Olivia.

Putain ! Que fout-il ici ? Je croyais qu’il ne pourrait pas me retrouver.

« Danny ! » Grimaçais-je en le voyant me rejoindre. « Que fais-tu ici ? »

Il sourit effrontément.

« Je suis venue te voir. Ca fait deux mois que l’on ne s’est pas vu ! »

Et je me serais bien passée de le revoir, croyez-moi. Il me prit par la main en ignorant les autres.

« As-tu déjà déjeuner ? »

« Nous allions y aller justement ! » Le coupa Melina, le visage dur. « Ravie de te revoir Danny ! »

« Lina ! »

« Melina pour toi ! » Grogna-t-elle.

Je grimaçai. Melina ne l’avait jamais supportée. Je pouvais le comprendre.
Danny se tourna vers moi.

« J’ai appris que les journaux s’étaient emparés de l’histoire d’Anna. Comment va-t-elle ? »

« Bien ! » Soupirais-je.

Il n’ajouta rien. Nous nous mîmes en route vers le restaurant. Une fois attablée, je me demandai si je serai inculpée de meurtre si je le tuais.

« Il manque quelque chose dans cette purée… » Déclara Danny.

J’évitai de regarder les autres. J’avais honte.

« Et ces carottes ne sont même pas cuites. »

« Tu n’arrêterais pas de critiquer deux minutes ? » Intervint Timo, ses yeux transperçant Danny.

« je n’en peux rien s’ils ne savent pas cuisiner. »

« Moi, ça me plaît comme ça ! » Fit remarquer Jan faisant rire les autres.

« Toi, tout te plaît, tu es un Ventre sur Pattes ! »

Je rigolai avec les autres.

« Tu n’as donc pas vraiment de palets pour parler culinaire. Je m’en doutais ! » Cingla Danny.

Même moi, je restai sur le cul.

« On va vous laisser, hein ! » Déclara David en emmenant les autres.

Encore une fois, je me retrouvais toute seule à cause de lui. Je le laissai en plan et partit dans ma chambre.
Pourquoi revenait-il dans ma vie ? je le vis entrer dans la chambre et fermer la porte derrière.

« Excuse-moi, Lil. Tu me connais, je peux pas m’empêcher de critiquer. »

« Tu pourrais quand même faire un effort ! »

« C’est mon caractère Olivia. Je ne changerai pas. »

« C’est parce que tu ne le veux pas ! » Explosais-je. « Moi, j’ai fait des efforts. Des énormes. Et toi, tu n’en as pas fait ! »

« Tu vois, tu recommences. Tu ne vois même pas ceux que je fais ! » Se lamenta-t-il.

Je le regardai, incertaine. C’est vrai qu’il en faisait quand même. Mais j’avais fait plus qu’il n’en a jamais fait pour moi en deux ans de relation. Ou alors exagérais-je mes actes ?
Non… C’est impossible. Je me connais. Je suis capable de beaucoup de choses mais là, ça va trop loin.

« Pourquoi es-tu revenu dans ma vie ? Je suis partie en te disant que c’était fini ! »

« Tu m’aimes et je t’aime. C’est suffisant pour que je vienne te chercher. » Me sourit-il.

L’aimais-je encore ? Je le connais depuis tellement d’années.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Il est encore pire que dans mes souvenirs ! » Grinça Melina.

« Tu le connais bien ? »

Melina eut un rire cinglant.

« Olivia est avec depuis deux ans mais ils se connaissent depuis leur quinze ans. Ils sont sortis ensemble trois quatre fois mais à chaque fois, ça a merder. Ils se sont revus trois ans après la fin de leurs études, Olivia s’est mise avec et ça a été sa décente en enfers ! »

« Qu’a-t-il fait ? »

« A part la tromper avec son ex et meilleur ami ainsi qu’avoir essayé de s’envoyer en l’air avec des types sur le net ? Oh rien de spécial ! »

« Tu rigoles ? » S’étrangla Ludmia. « Mais qu’est-ce qu’elle fout encore avec ? »

« Elle a du mal à le regarder en face pour lui dire qu’elle a trop souffert. Trop de choses les lient l’un à l’autre. » Soupira Melina.

Melina regarda Timo fixer ses chaussures, les yeux flamboyants de colère.

« Et si elle disait qu’elle a trouvé quelqu’un d’autre ? » Questionna Ludmia.

Tous la regardèrent en attendant des explications.

« Et bien, si elle lui fait croire qu’elle aime quelqu’un d’autre, il s’en ira. Non ? »

« C’est à essayer… » Approuva Linke.

« Oh ! Oh ! Linke chéri serait-il en fait un démon ? » Ricana Melina.

Les joues de Linke rosirent légèrement la faisant exploser de rire.

« Trop chou ! »

Cette fois, il était rouge écrevisse. C’était la deuxième personne en un jour qui lui disait qu’il était chou.

« Bon ! Qui s’y colle ? » Lança Ludmia. « Timo ? »

Melina faillit éclater de rire devant le visage hébété du rappeur.

« Pourquoi moi ? »

« Oh j’ai dit ça comme ça ! » Sourit Ludmia.

Cette fois, Melina ne put s’empêcher de rire.

« Non ! Laissez tomber. De toute façon, c’est trop tard. Ca fera trop louche. » Conclut David en soupirant.

« « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Olivia.

« Il te va bien… »

« Mais ? »

Que va-t-il me sortir encore ?

« Je le trouve trop voyant ! »

« Il te va à ravir ma chérie, ne change pas ! » me lance Ludmia. « On a en ville. Tu veux venir ? »

« Et moi ? Je pue ? »

« Faut croire ! » Se moque-t-elle. « Bon, tu viens ou pas Oli ? »

« Ouais, j’arrive ! »

Je m’habille de mon pantalon large brun, d’un sweet blanc et d’un t-shirt à col en V noir. C’est pas mes fringues habituelles mais je veux être à mon aise pour cette balade.
Danny me suit. Heureusement qu’il ne me tient pas la main.

« Vous avez fait quoi ce matin ? » demandais-je à Franky.

« On a fait le tour du parc devant. C’est super calme. »

Je continue de discuter un moment avec Franky avant de sortir avec les autres. Danny suit sans rien dire. Melina nous entraîne dans une boutique de fringue.
L’horreur !
Je la fusille du regard mais cette garce me lance un sourire Colgate qui fait trois fois le tour de sa tête.
Si vous n’avez pas une idée sur ce que peut être l’Enfers, je vous donne ma place.

« Et si tu essayais ça ? Et ça ? » Déclara Lina en me donnant des vêtements de toutes les couleurs.

Elle le fait exprès. J’en suis sûre maintenant.
Elle m’entraîne dans la cabine avec Ludmia.

« Je me vengerai ! » Lui murmurais-je à l’oreille.

Danny se pose sur le banc vide juste à côté de ma cabine. Je regarde un pantalon large noir, un t-shirt sans manche rouge tapant. J’enfile le tout. Ca me va plutôt bien.

« Montres ! » M’ordonne Ludmia en ouvrant la tenture en grand.

Je dois sûrement concurrencer mon t-shirt.

« Sympa ! »

« C’est agressif ! Puis ça te grossit un peu ! » Me dit Danny. « Mais si tu aimes… »

Mon cœur me tombe dans les talons. Pourquoi ça me fait toujours cet effet-là ? Je devrais être habituée pourtant.
Je referme le rideau sauvagement et m’adosse sur la paroi à ma droite. Je regarde mon reflet dans le miroir.
C’est vrai que ça me grossit !
Là, je me sens énorme et moche.

« Ca va Olivia ? » Me fait sursauter Franky.

« Mouais, ça va. Je vais me rhabiller ! »

« Tu n’essayes pas le reste ? »

« Non, je préfère pas. »

« Minute ! Tu vas pas te laisser influencer par un gars pareil quand même ! » Explose Ludmia.

Je grimace.

« C’est un con ! »

Je souris, amusée.

« Je sais mais… »

« Pas de mais. Il a finit de nous emmerder ce con ! Je te l’assure. Et après ça, je dois croire en l’amour ! Mes couilles oui ! »

« Lud a raison. Te laisse pas abattre. Mais que fous-tu avec ce type ? »

Je baisse les yeux et hausse les épaules.

« Je ne le sais pas moi-même… »

Franky soupire mais ne dit rien. Il me laisse dans la cabine.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «


« Melina, viens m’aider, tu veux ! »

Melina s’approcha de la cabine d’Olivia et entra.

« La vache ! » Souffla-t-elle.

Olivia avait revêtu un pantalon trois-quarts rouge, un chemisier noir et passer une longue veste rouge style Louis XIV par-dessus.

« Ca, ça te va super bien ! Attends… » Elle passa sa tête par la tenture. « Lud, tu vois les chaussures rouges là ! Apporte-les ! »

Ludmia s’exécuta.
Olivia passa les sandales à semelles compensé et se regarda.

« Viens ! »

Milena tira Olivia dans le couloir des cabines.

« N’est-elle pas belle ? »

Danny s’approcha.

« Tu vas te planter avec ces godasses ! »

« Toi, le râleur, va voir ailleurs si elle y est ! Tu fais chier ! » Gronda Timo. « Si elle est pas assez bien pour toi, dégage ! »

Puis il se tourna vers Olivia.

« Ca te va aussi bien que les pantalons larges… »

Olivia lui sourit.

« Merci ! »

Melina échangea un clin d’œil avec Ludmia.

Les heures suivantes firent de la pure déconne. Melina et Ludmia durent essayer un tas de vêtements choisis par les mecs... Ce fut assez bizarre d'ailleurs. Il avait des goûts trop spécials.
Melina et Olivia obligèrent Linke a s’habiller d’un costume cravate noir. Il eut l’air d’être constipé ce qui les fit bien rire. David se retrouva avec un magnifique t-shirt rose à paillète.

« Il parait que ça fait très tendance chez les hommes. » Remarqua Jan.

« Faudra que tu me passes ta source alors parce que j’ai l’air d’un… d’un… »

« Homo ? » Hasarda Juri.


« Merci Juri. Tu sais que je t’aime toi ! »

« Qui me résisterait ? »

« Tout le monde a part ton miroir ! » Ricana Ludmia.

« Que de méchanceté envers moi, je vais me pendre ! »

« Si tu veux, j’ai des cordes dans ma chambre… »

« Mais t’arrêtes ! »

Juri agrippa Ludmia et lui frotta le crâne puis la lâcha quand il fut sûr que ses cheveux étaient bien emmêlés.

« Salop ! » Gueula-t-elle s’en se soucier des petites vieilles qui les regardaient, outrées par tant de grossièreté.

« Vous voulez ma photo ! » Hurla Ludmia en leur tirant la langue.

« Allez, viens ma casseuse préférée. Olivia a l’air inspiré par ce magasin. » Rigola Melina.

En effet la jeune fille s’était arrêtée devant un magasin de vêtements pour hommes. Il y en avait pour tous les goûts.

« Allons faire ton bonheur ! » Décréta Lina en poussant Olivia et les autres dans le magasin.

Tous se mirent à chercher ce qu’ils voulaient.

« Tu cherches pour Timo ? » S’enquit Melina en arrivant derrière sa meilleure amie.

Olivia rougit légèrement.

« J’aimerais lui faire un cadeau pour le remercier. »

Melina sourit. C’était une affaire à suivre de très près.

« Pourquoi pas ça ? »

Elle lui montra un super pull à capuche bleu roi. Il y avait écrit dessus : « King »

« Euh… Il va attraper la grosse tête avec ça et je suis pas certaine qu’il aime le rose fluo! » Glissa Olivia à Melina.

Elle se dirigea vers une vendeuse.

« Vous auriez le même mais sans cet affreux logo ? »

La vendeuse leur répond que non. Tant pis. Elles se remettent à chercher avant qu’Olivia ne tombe sur LE pantalon.

« Noir, des poches partout mais surtout… LE logo sur la fesse droite ! Petite perverse va ! Tu sais les choisir, Oli ! »

« EYH ! C’est toi qui l’as vu ce logo ! » Protesta Olivia alors que Melina se dirigeait vers les caisses.

« Personne en vu ! Allons-y ! »

« Tu sais que j’ai horreur des cadeaux. » Les surprit Danny.

« Mon coco, ça, c’est pas pour toi ! C’est pour un mec autrement plus génial que toi ! » Le désillusionna Melina avec un sourire sadique.

« Tu vas faire un cadeau à un autre type ? Qui ça ? »

« Ca te regarde ? » Grogna Ludmia qui arrivait suivit de Jan et Franky.

Danny les ignora. Olivia paya son achat et sorti attendre les retardataires.

"""""""""""""""""""""""
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:44

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) 15208311


9. Alcool: mauvais...

Ambiance: cascades en tout genre.


« C’EST LA FETE DU SLIIIIPPP ! » Hurla Jan en sautant sur le lit d’Anna.

« JAN T’ES MALADE OU QUOI ?? » Gueula la jeune fille en le voyant fouiller dans sa valise. « Que fais-tu ? »

Jan lui sourit et lui montra un soutien-gorge rose en dentelles.

« TROPHHEEE ! »

« Désolé Anna, il a encore bu ! » S’excusa Linke en passant sa tête par la porte avant de courir après Jan.

« T’ES LE PLUS FORT ! » Entendit-elle avant de claquer la porte et de se recoucher.

Elle était claquée.

Jan courrait partout dans les couloirs avec un boxer noir et un soutien-gorge rose en hurlant « Trophées à vendre ».

« On va se faire virer de l’hôtel s’il continue. » Se lamenta David en regardant l’abrutit hurler à la fenêtre.

« Demande aux miss qui ont eu la brillante idée de se bourrer la gueule avec lui… » Soupira Linke en revenant sur le champ de bataille.

Linke vit Melina danser sur la table qui menaçait de rendre l’âme à tout instant.

« Descends Mel. »

« Mel. J’aime bien ! » Gloussa-t-elle en se laissant tomber dans ses bras. « Mon prince charmant… sans son destrier blanc. Oh je sais ! YURI TU VEUX PAS FAIRE LE CHEVAL DE MON PRINCE CHARMANT ?? »

« Va crever ! »

« MEZANT YUYU ! »

« Tu vas aller te coucher ! » Décréta Linke.

« Avec toi ? »

« Euh… » Hésita Linke très surpris. « Non ! »

« Pourquoi ? Je te plais pas ? »

« C’est pas ça… »

« Je suis moche c’est ça ? » Se lamenta Melina.

« Mais non ! » Grogna Linke qui ne savait pas comment se tirer de ce mauvais pas. « Juste, c’est pas une bonne idée. »

Melina se tortilla jusqu’à se retrouver avachi au sol.

« Je reste là ! » Décréta-t-elle étendu sur la moquette. « Je t’aime pu ! »

Linke soupira avant de grimacer. Olivia était pendue à Timo comme un singe à son arbre…

« Veux un bisoux ! » Se lamentait-elle.

« Lil, viens avec moi ! Lâche ce garçon ! »

« Va te cuire un œuf ! Je t’aime pas toi… Ze veux juste Titi… Et pis, j’aime pas Lil, c’est moche…»

Timo jeta un regard désespéré vers David qui haussa les épaules, aussi impuissant que lui.
Seule, Ludmia semblait calme. Mais vu son regard d’hallucinée, elle devait mijoter quelque chose. Justement. Elle balança une bouteille vide de vin sur la tronche de Danny qui gémit de douleur. Olivia éclata de rire.

« Bien fait ! » Se moquèrent les deux filles.

« OLIVIA ! » Hurla Danny en la prenant par le poignet. « Tu viens maintenant. »

« Tu me fais mal ! » S’écria la jeune fille.

« Tu te calmes et tu la lâches ! » S’exclama Timo en éloignant la jeune fille.

« C’est moi, son copain alors tu me laisses la ramener. » S’énerva Danny.

« Pour le moment, t’es juste un boulet alors tu dégages. On n’a pas besoin de toi. » Rétorqua le rappeur.

Linke regarda la scène, crispé. C’était son jour. En plus, Melina s’accrochait à sa jambe comme une moule à son poteau.

« Ouais, dégage, ducon ! » renchérit Olivia en plaçant sa tête dans le cou du rappeur qui fusillait du regard Danny, rouge de colère.

« On en reparlera. »

« C’est ça ! Bon vent ! »

Danny s’en alla.

« Mon sauveur ! » Couina Olivia en raffermissant sa prise.

« Bon. On les laisse là ? » S’enquit Franky.

« Tu as rattrapé le DJ fou ? »

Franky montra un jeune homme mort saoul étendu élégamment sur le sol.

« Putain ! Attaché cette lampe, elle va me filer le mal de mer… » Grogna Jan.

« Personnellement, j’irai pas bien loin. » Soupira Linke en montrant Miss méduse à sa jambe.

Franky et David se retinrent d’éclater de rire.

« Olivia, ça va ? »

« Dodo ! » Murmura-t-elle en réponse.

« Je vais la mettre dans son lit ! »

« Ca ira ? »

« Occupe-toi d’abord de Médusa. » Ricana le rappeur laissant le guitariste le chanteur avec les cadavres de bières et autres alcools.

« Mais que leur a-t-il pris ? »

« Je crois qu’ils voulaient juste s’amuser. A ce que j’ai compris, c’est parti d’un « action vérité »… Et ils ont tous trichés alors.»

Franky leva les yeux au ciel. Si c’était comme ça durant trois mois, il irait s’exiler au Pôle Nord… le Pérou étant devenu un peu dangereux ces derniers temps.

« Je te laisse avec Miss moule ! » Ricana Franky.

« Faux frère ! »

Franky éclata de rire. Il passa devant la chambre d’Olivia et vit Timo essayer de se défaire de la prise « pieuvresque » de la jeune fille. Il entra dans la chambre et se pencha vers Olivia.

« Il faut que tu le lâches, Miss. »

Olivia gloussa légèrement avant de rependre son sérieux.

« Mais je veux pas dormir toute seule. Anna ne veut pas pour le moment… Et je sais plus dormir. »

Les deux garçons comprirent de suite pourquoi la jeune femme semblait si fatiguée ces derniers temps.

« Tu veux que l’un de nous dorme avec toi ! »

Elle les regarda un instant avant de pointer Franky.

« Ouais, toi ! »

Bizarrement, cela fit un peu mal à Timo mais celui-ci ne dit rien.

« Y a un paquet pour toi, là ! » Lança-t-elle en montrant un sac noir. « C’est à toi. J’ai pas osé te le donner avant… »

Timo prit le sac et l’ouvrit.

« Melina voulait t’acheter un pull avec King dessus mais… t’aurais pris la grosse tête ! » Rigola-t-elle bêtement rouge de gêne. « Pis je préférais ça… »

Timo regarda le pantalon. En plus c’était sa taille. Il voulut remercier Olivia mais il vit qu’elle s’était déjà endormie dans les bras de Franky le tenant comme une grosse peluche.

« Désolé… » S’excusa Franky, soucieux.

« De quoi ? »

Ils restèrent silencieux à se fixer avant que Timo ne coupe le contact et sorte avec le pantalon en main.

« Ca va Timo ? » Demanda David.

« Ouais ! Ouais ! »

« C’est le cadeau d’Olivia ? »

Timo hocha la tête positivement.

« Je me demandais quand elle allait te le donner. » Ricana-t-il avant d’entrer dans le salon.

David entra dans le salon mais s’arrêta sur le seuil. Jan dormait sur le canapé (la prochaine fois, ils ne prendront pas une autre chambre, ils lui laisseront le salon commun), Ludmia ricanait toute seule en équilibre sur une chaise et, Linke et Miss moule n’étaient plus là.
EN EQUILIBRE SUR UNE CHAISE !
David courut jusqu’à elle, juste à temps pour la réceptionner.

« Mon prince charmant ! »

Tiens ! Il avait déjà entendu ça venant de quelque autre à quelqu’un d’autre.

« Je croyais que tu ne croyais pas en l’amour… »

Ludmia gloussa.

« Ben… Si c’est toi ça va. »

Heureusement qu’il était déjà au sol parce que sinon il serait tombé à la renverse.

« Pourquoi moi ? »

Mais Ludmia s’était endormi sur lui. Le sol n’étant pas très confortable, il la plaça sur un des divans mais elle continuait de s’accrocher à lui comme à une bouée de sauvetage. C’est résigné qu’il décida de passer la nuit là.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« AAAAH ! »

David se réveilla en sursaut.

« Mais qu’est-ce que je fais dans tes bras moi ! » S’écria Ludmia.

« Oh ! Moins de bruit… C’est pas la fête du slip ! » Grogna Jan dans son divan.

« Hier, ça l’était pourtant ! » Ricana Linke en entrant dans le salon.

Jan se releva difficilement, se dirigea vers la cuisine, prit un tube d’aspirines et avala trois cachets d’un coup avec un café très fort.

« Qu’est-ce que j’ai fait ? » Demanda-t-il.

« Tu as piqué un boxer à Franky avant de voler un soutien-gorge à Anna et d’essayer de les vendre dans l’hôtel ! » Répondit Timo.

Jan se tapa la tête sur la table en murmurant "pourquoi moi".

« T’es pas avec Oli ? » Interrogea David, surpris.

« Non, c’est Franky qui est avec. »

David ne fit aucun commentaire mais Jan étant le plus gros boulet au monde.

« Tu t’es fait chouré ta copine ? »

Deux regards noirs lui répondirent.

« C’est bon ! Je vais me noyer dans mon café noir… Je me demande s’il bougerait si je le faisais encore plus fort… »

David, Linke et Timo se regardèrent consternés.

« Lut ! »

« Salut ! » Répondirent-ils en même temps.

« Crier pas ! » Baragouina Mélina.

Deux rires se firent entendre. Linke lui tendit deux cachets pour la tête et un verre d’eau.

« ‘Ci ! »

Elle les avala avant de se servir du café dans un gros bol.

« Coucou tout le monde ! » Lança joyeusement Olivia toute fraîche.

« Salope ! » Grogna Mélina.

« Je t’en pris ! » Sourit Olivia en s’asseyant à côté de Timo.

« Ca a été ta nuit ? » demanda David.

« Ouais sauf que je me demande ce que Franky foutait dans mon lit. Enfin ça m'a aidé à me débarrasser de bouletor! Il part dans deux heures... Faudra sortir le champagne.»

Melina s’étrangla avec son café.

« T’as couché avec Franky ? »

« Mais non, Grosse patate ! J’ai dormi sur lui… »

Timo se leva et partit de la cuisine. Olivia le suivit.

« Timo, attends. Frank m’a expliqué ce que j’ai fait hier. Je suis désolée de t’avoir… »

« C’est rien. Laisse tomber ! » Grogna-t-il de mauvaise humeur.

« Ca va pas ? J’ai été si pénible que ça ?»

« Mais non ! »

« Ben alors. Pourquoi tu me fuis ? Tu ne me regardes même pas. »

« Oh ! Tu vas me lâcher oui. Hier, c’était rien ok… Maintenant lâche-moi ! »

« Je m’excuse que je sache. Si ça te gênait tant que ça, fallait me le dire hier et me laisser dans le salon avec les autres… » S’énerva Olivia.

« Tu te calmes oui ! Je te demande de me foutre la paix. Et puis t'aurais dû gueuler comme ça sur ton mec, tu ne nous aurais pas pourri deux jours ! »

"T'es un gros con".

Olivia s’en alla du salon, furieuse, le laissant seul.

« Ah ! La jalousie ! » Se moqua Ludmia dans un des fauteuils.

Timo la fusilla du regard puis s’enferma dans sa chambre

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Melina jeta un rapide coup d’œil à Linke qui s’occupait de beurrer des morceaux de baguettes.

« Désolée pour hier soir… »

« Pas de soucis ! » Sourit Linke.

« T’es toujours comme ça ? »

« Comme quoi ? »

« Calme. Posé. Jamais un mot plus haut que l’autre… »

Linke grimaça légèrement.

« Je n’aime pas crier ou m’énerver. Je préfère canaliser tout ça dans mes chansons. »

« T’es chelou ! »

« Pardon ? »

Linke affichait une mine d’incompréhension totale.

« T’es bizarre comme mec mais j’aime bien. »

Linke sourit légèrement.

« Je prends ça pour un compliment. »

Melina soupira. Le courant passait toujours mais il évitait de la regarder dans les yeux.
Misère !
Il fallait qu’elle arrange la situation. Mais comment ?

« Salut. Ca va ? » Les coupa Nathan.

« T’es de retour ? »

Nathan était parti la veille en leur laissant un mot sur le frigo. Il avait rejoint sa femme à Paris.

« Juste le temps de reprendre mes affaires. Je vous rejoindrai à la salle d'enregistrement plus tard. »

Et il repartit comme il était venu sauf qu’il avait pris un croissant chaud.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Quelques heures plus tard, ils se trouvaient tous dans la salle d’enregistrement à essayer de trouver la suite de leur chanson.
Mais ils n’arrivaient pas à se décider s’il s’agirait d’une mélodie ou d’une chanson plus entrainante.
Linke soupira en s’appuyant sur sa chaise. Il se mit à fredonner suivit de Mélina.


POV Linke.

C’est fou ce qu’elle peut être sur la même longueur d’onde que moi. Je ne l’avais pas remarqué avant hier soir. Notre fredonnement devient une chanson que les autres écoutent avec attention et en souriant bêtement.
Que vont-ils encore imaginé ?
A la fin, Melina me sourit puis tire la langue aux autres qui nous charrient. Elle est vraiment unique.
N’empêche, je ne suis pas certain qu’elle se souvienne m’avoir embrassé hier soir… Faut-il que je lui en parle ou que je taise ça ?

"""""""""""""""""""""""""""""""
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 2:52

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Megane10


10. Feux de l'amour version Rock

Ambiance: baba cool... cocotier... Bouffe... et des hommes...
(chercher pas à comprendre.... je comprends pas moi-même...Very Happy

« C’est pas vrai ! Ils ont recommencé… La barbe ! » Soupira Olivia suivie de Melina, Lud et Anna.

Les six garçons étaient morts pêtés dans le petit salon de leur nouvel hôtel à Hambourg. Depuis qu’ils étaient rentrés, une semaine plus tôt, les garçons avaient décidé de fêter ça… Une fête de sept jours.

« Et demain, ma stagiaire arrive… quelle image elle aura de son groupe favoris… » Se lamenta Lud, pince sans rire.

« Je croyais qu’elle voulait les connaître en tant qu’êtres humains ? » S’enquit Melina en soulevant un David qui ne l’aidait pas beaucoup en se laissant aller.

« Des êtres humains, pas des loques humaines. » Râla Lud.

Olivia et Melina éclatèrent de rire avant de soupirer en déposant leur fardeau sur le tapis.

« Et s’ils gerbent sur le tapis ? » S’enquit Lud.

Melina et Olivia gémirent piteusement. Ils étaient quand même lourds, ces cons.

« Au boulot ! » Soufflèrent les filles en se dirigeant vers la cuisine et la salle de bain.

Elles revinrent quelques minutes plus tard avec des sceaux d’eau rempli à ras bord.

« Vous croyez que c’est une bonne idée ? » S’inquiéta Melina.

Elle baissa les yeux sur Linke qui tirait son pantalon.

« Linke ? »

« Dis… Tu veux bien m’embrasser ? »

Un silence de plomb tomba dans la pièce.

« Quoi ? » S’étrangla-t-elle.

« Tu sais… j’arrive pas à oublier la nuit dernière… tu vois… avant qu’on rentre… » bégaya le bassiste. « Bon, c’est vrai que c’était trop sucré mais… c’était bien, tu sais… »

« Il est mort saoul ! »

« Un baiser… » Se lamenta le garçon.

« A la guerre comme à la guerre ! » Déclara Melina fataliste avant de verser son sceau sur Linke.

Melina versa une partie de son sceau sur David et Franky. Lud s’était occupé de Timo et Jan. Et Anna avait fait de même avec Juri.
Les garçons se réveillèrent en hurlant et trempés jusqu’aux os.

« Enfin debout ! Filez vous coucher dans vos chambres ! » Ordonna Lud.

Ils la fixèrent quelques instants avec des yeux vitreux mais le sceau bougeant devant eux les força à se lever et filer en vitesse.
Les filles se regardèrent puis éclatèrent de rire.

« Ils épongeront demain matin ! » Décréta Melina.

Olivia et Anna restèrent dans le salon.

« Ca va ? » Questionna Olivia.

Sa sœur lui sourit.

« Mouais ! Ca va. »

« Si tu veux, tu peux dormir avec moi cette nuit ! »

Anna déclina l’invitation d’un signe de tête.

« Ca ira. » Murmura-t-elle avant de sortir pour rejoindre sa chambre.

Olivia soupira profondément.

« Ca ne s’arrange pas ! »

Melina et Lud entrèrent dans la pièce.

« De pire en pire ! »

Les deux jeunes femmes ne rétorquèrent rien.

« Je pensais que ça lui ferait du bien d’être ici. Dans cette ville. »

« Mais ça n’a pas l’air de lui faire grand-chose ! »

« Je me demande si elle va continuer la musique… »

« Pourquoi dis-tu ça ? »

« Parce que, même Kat qui est restée en France, arrive à se libérer deux fois par semaines pour venir voir l’évolution de notre chanson. Anna ne participe à rien du tout. Elle végète à longueur de temps ! » Explosa Olivia. « Et Nathan, qui a une femme enceinte, arrive, lui aussi, à participer à cette chanson… Vous trouvez ça normal vous ? »

Elles ne répondirent pas. Qu’avait-il à répondre de toute manière ? Olivia soupira, prit sa veste et sortit.

« On est mal barré ! » Conclut Lud.

Melina leva les yeux au ciel mais ne rajouta rien. Lud avait raison.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

(lendemain : 8h du matin)

« FRANKY ! JURI ! » Hurla Melina en voyant les deux garçons se jeter les essuies à la figure et ainsi, remettre de l’eau partout.

Franky et Juri lui firent des yeux de chiens battus qui ne l’émut pas une seule seconde.

« Si vous continuez, bande de gamins sans cervelle, vous serez les seuls à éponger. »

« C’était la phrase magique, ma chérie ! » Rigola Lud en voyant les deux abrutits s’activer plus que de raison.

(Plus tard)

« Qui s’est ? »

« Ta mère, crétinus ! »

« SUFFIT ! » Hurla Melina en fusillant du regard Franky et Juri.

Olivia et Lud évitèrent d’éclater de rire.

« Les mecs, les filles, je vous présente ma stagiaire : Mégane ou Meg. Au choix ! » Présenta Lud.

Mégane était une jeune fille de vingt ans, aux cheveux blonds soyeux et aux yeux verts brillants. Elle rougit furieusement en faisant la bise aux garçons avant de sourire chaleureusement aux filles.

« Ravie de te rencontrer ! Lud nous a beaucoup parlé de ton don pour le son. Nous avons hâte d’entendre ça !» Déclara David.

Meg rougit encore plus, concurrençant les tomates bien mûres. Olivia, Melina et Lud se jetèrent des regards complices et un brin machiavéliques.

« Allons-y mauvaise troupe ! » décréta Melina en se tournant vers Franky et Juri. « Si vous continuez, je vous jure que je vous ferez dormir dehors cette nuit ! »

« Oui, maman ! » Se moquèrent les deux garçons.

Melina leur fila une baffe derrière la tête et leur tira la langue.

« On va appeler SOS enfants battus ! » menaça Juri.

« Raison de plus pour te priver de dessert ! »

Juri fit la moue et hurla :

« NAAAAN ! pas mon dessert… veux ma glace ! Pitié ! Pitié ! »

Melina et les autres éclatèrent de rire tandis que Juri implorait le pardon de la jeune femme à genoux.

« Je t’avais dit que c’était la folie ! » Chuchota Lud à Meg.

« Non ! Tu as dit : après ça, tu pourras te venter d’être sortie du plus infernal des asiles psychiatriques de la terre ! » Rectifia Meg.

« Lud… Cours ! » Grogna Olivia suivit de Jan et Franky. « A MORT ! »

Leurs cris alertèrent les passants qui se promenaient dans les rues d’Hambourg.
Meg était de plus en plus rouge de gêne. Les gens les fixaient, rigolaient, se moquaient ou affichaient des regards hostiles qui la mettaient mal à l’aise.
Ils arrivèrent enfin devant l’immeuble d’enregistrement.

« Les enfants, finit la déconne… On doit se mettre au boulot ! » Lança Timo en entrant.

« Et c’est lui qui dit ça ! »

« Le ciel va nous tomber sur la tête ! » Soupira Jan en entrant suivit des autres.

« C’est toujours comme ça ? » Demanda Meg à Melina.

« Souvent ! » Sourit cette dernière avant de jeter un regard à Linke qui détourna les yeux aussi vite que son ombre. « Mais tu verras par toi-même que certaines choses restent compliquées même pour des stars. »

Meg lui lança un regard sceptique mais se passa de commentaires.

Pendant plus de deux heures, le groupe de onze personnes essaye de trouver un son aux différentes paroles proposés par les écrivains en herbe.

« J’abandonne ! » Soupira David en lâchant les feuilles griffonnées un peu partout. « Ca fait deux semaines que l’on planche sur ses paroles… Ce ne sont pas les bonnes. »

Tous soupirent, intérieurement ou non.

« Arrêtons pendant quelques jours. » Décrète Olivia. « Ca ne sert à rien. On se met la pression. »

Ils acquiescent.

« J’ai faim ! » Lâchèrent Meg et Jan au même moment.

Un éclat de rire général retentit dans le local faisant disparaître la tension accumulée.

« Allons nourrir les morfals. » Ricana Lud.

Ils sortirent tous sauf Linke qui remettait sa guitare dans son étui puis dans une armoire sous clés.

« Linke… »

Le jeune homme sursauta. Melina sourit légèrement.

« Je crois qu’il faut qu’on parle… »

Linke garda le silence.

« Hier… »

« J’étais saoul. » Murmura-t-il.

« Ca, on a vu ! » Rigola-t-elle. « Tu as dit que je t’avais embrassé. C’est vrai ? »

Linke déglutit légèrement et hocha la tête positivement sans la regarder. Une gêne s’installa entre eux.

« Hier, tu as voulu que je t’embrasse… » Lâcha-t-elle brutalement.

« Hier, j’étais… »

« Saoul ! Je sais ! Mais tu as insisté en disant que tu voulais recommencer depuis ce soir-là… C’est vrai ? »

Linke devint rouge écrevisse mais ne répondit rien. Il sentait son cœur battre dans sa poitrine à tout rompre. Elle le mettait dans l’embarras le plus totale.

« Bon ! Vous venez manger ! » Les coupa Lud en hurlant dans le couloir.

« Faut qu’on y aille ! » S’empressa de dire Linke.

Melina soupira profondément.

Ils rejoignirent les autres mais sans qu’elle s’y attende, Linke se pencha et murmura un léger « oui » que Melina comprit parfaitement bien. Elle le regarda sans comprendre. Si c’était « oui » pourquoi agir comme il le faisait ? Pourquoi ne pas le dire à haute voix ?
Linke alla rejoindre ses amis sans un regard de plus pour elle.

« A ce point-là ? » La surprit Olivia.

Melina lui sourit.

« De quoi tu parles ? »

« Linke…C’est à ce point-là que tu craques ? »

« Et Timo ? Ca c’est arrangé ? »

Olivia grimaça. Depuis leur dispute à Lyon, ils s’évitaient comme s’ils avaient la peste bubonique. Aucun regard. Aucune parole. Ils s’arrangeaient toujours pour qu’une autre personne agisse à leur place.

« Deux gamins ! »

« Tu peux causer hein ? »

« Ah non ! Moi, je lui ai parlé. » Contredit Lina.

Olivia fit la moue et lui tira la langue.

« Fais pas ta chienne et va lui causer à ton bourreau des cœurs… »

Olivia leva les yeux au ciel.

« Va crever ! »

Melina éclata de rire.

« Personne n’est au régime j’espère ? » S’enquit Franky.

Des regards bovins lui répondirent.

« Je voulais être poli moi ! »

« Quand on est con, c’est pas gagné hein ? » Se moqua Lud.

Franky l’attrapa par le cou et frotta sa tête le plus fort possible.

« Saleté ! » Cracha Lud en se recoiffant. « Je vous hais ! »

« Nous aussi on t’aime ! » Lui répondirent-ils tous.

Les joues de Lud rosirent légèrement.

« Bande de décérébrés… » Marmonna-t-elle.

Olivia rigola avant de sortir son portable de sa poche.

« Le dirlo ? » S’étonna-t-elle.

« Et merde ! » S’exclama-t-elle, cinq minutes plus tard.

« Oli ? Que se passe-t-il ? » S’inquiéta Melina.

« Rien ! » Soupira Olivia. « Franky, faut qu’on retourne à la salle d’enregistrement maintenant. »

« Pourquoi ? »

« Un problème avec nos voix pour le CD live de votre concert. Quand on a chanté tous les deux sur Vorbei, il y a eu un problème avec la bande. Ils veulent le refaire mais en studio…»

Franky engloutit le dernier morceau de sandwich et suivit la jeune fille.

« Vous êtes vraiment cons ! » Déclara Melina en voyant Timo les suivre du regard. « Parle lui, stupide bipède ! »

« C’est une insulte ça ? » S’enquit Linke.

Melina lui tira la langue.

« A force de trop la sortir quelqu’un va te la voler ! » Sourit le bassiste.

« Mais je n’attends que ça ! Ca fait longtemps que personne ne m’a embrassé. »

Ils se mesurèrent du regard sous les yeux incertains des autres musiciens.

« Ce n’est pas un asile votre groupe mais les Feux de l’amour version rock ! » Lâcha Meg.

« Je sens que l’on va bien s’entendre tous les deux ! » Rigola Jan. « C’est exactement ce que j’allais dire ! »

"Et toi? personne en vu, beau gosse?"

"Mais c'est qu'elle se lâche la blonde!" S'exclama Lud.

"Tu sais ce qu'elle te dit la blonde?"

"Je suis ton maître de stage... Respect jeune fille!"

"Pas quand on est dans la vie civile, patate!"

Elles se tirèrent la langue...

"Y en a qui manque vraiment de baisers ici!" Se moqua David.

Lud éclata de rire en voyant Meg devenir rouge pivoine.

""""""""""""""""""""""""""""""""
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:02

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Sans_t10


11. Ca bougeotte dans le coin.


Ambiance: amouuuuuur, gloiiiire et straaaassseuh!


« Merci les gamins ! »

« Nan mais tu t’es vu Vieux Chnoque. » répliqua Olivia.

« Laisse tomber, Oli. » Rigola Frank en sortant du studio.

Olivia tira la langue à l’enregistreur avant de suivre le chanteur.

« Je ne suis pas mécontente d’en avoir fini pour aujourd’hui. » Soupira-t-elle.

Frank sourit.

Deux heures non stop. La mort »

« Tu veux aller boire un verre ? » Lui demanda-t-il brusquement.

Olivia rit et approuva.

« Ca va nous faire du bien ! »

« « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Anna.

J’ai toujours su faire la part des choses, êtres forte. J’ai supporté le divorce de mes parents.
J’ai supporté les brimades scolaires.
Mais je ne peux supporter sa mort.
Je n’y arrive pas.
Je ne peux pas vivre sans lui.
Un rire. Un emporte qui claque.
Tout me rappelle Joshua.
Tout.
Mon cœur en souffre de plus en plus.
Le vent soulève mes cheveux.
Dis-moi Joshua pourquoi la Vie t’a-t-elle prise à moi ?
Je soupire et retourne me coucher.
Mon esprit est bien troublé pour exercer mon métier et ma passion correctement.
Je ne suis même plus sûre d’avoir envie de vivre.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Melina ? »

La jeune femme sursauta. Linke se trouvait dans l’encadrement de la porte du studio de l’hôtel.

« Que fais-tu ici ? »

« J’essaye de me calmer. »

« Te calmer ? »

Linke entra dans la pièce, ferma la porte et se rendit près de l’armoire où il rangeait ses affaires.

« Linke ? »

Le jeune homme se tourna vers elle, interrogateur.
Melina le fixa un instant avant de déclarer.

« Quand tu m’as dit que tu voulais m‘embrasser, j’ai été contente… »

« Je sais… »

« Laisse-moi finir. » Le coupa-t-elle. « Linke, je crois… Non. Je sais que je suis amoureuse de toi. Je te considère bien plus qu’en ami. »

« Melina… » Commença-t-il surpris.

Elle lui sourit.

« Ca va ! Je sais que ce n’est pas réciproque. »

« Hein ? »

« Je le vois bien… Me voilà… Fallait que je te le dise… »

Elle sortit de la salle le laissant songeur. Ce qu’il ne vit pas, c’est son léger sourire. Il resta un long moment dans le studio.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Ludmia sauta dans le dos de Jan en hurlant comme une folle.

« Protèges-moi ! »

En effet, Megane lui courrait après, visiblement folle de rage.

« Qu’as-tu encore fait ? » demanda Jan, amusé.

« Moi ? Rien, voyons ! »

« Elle a teint les cheveux de David en violet ! » Hurla Megane faisant rire Jan.

En parlant de David, il entra dans le salon, les cheveux ébouriffés et… VIOLET.

« C’est un nouveau concept de mode ? » S’enquit le DJ, hilare.

« Jan, ne te mêle pas de ça, veux-tu ! » Gronda David en approchant de Ludmia qui se serra dans le dos du DJ.

« Voyons David, c’est une blague. » Tenta-t-il de l’apaiser.

David le fusilla du regard.

« J’ai peur ! » Murmura Lud.

« David, dans une heure, nous avons une séance photo. Si tu ne vas pas te laver les cheveux, tu devras la faire avec cette magnifique couleur. » Déclara Jan.

David pinça les lèvres de mécontentement mais il se détourna et sortit.

« Meg ! » Appela Lud en voyant la jeune femme sortir à la suite du guitariste.

« Quoi ? » Aboya-t-elle.

« T’en pince vraiment hein ? »

Elle la fusilla du regard et sortit. Sûrement rejoindre David pour lui donner un coup de main.

« Tu as fait fort ! » Rigola Jan en s’éloignant d’elle.

Ludmia le suivit dans son rire.
Elle s’arrêta en voyant Jan la fixer calmement.

« Quoi ? » Demanda-t-elle sans se laisser démonter. « J’ai quelque chose sur le visage. »

« Rien ! Tu es gêné ? »

Elle éclata de rire.

« Pas le moins du monde. Je suis curieuse de savoir ce que tu me veux. C’est tout ! »

« Je ne veux rien. »

Ludmia le regarda sans le croire mais sans se départir de son sourire lumineux. Jan s’approcha d’elle. Elle le fixa longuement pour voir ce qu’il allait entreprendre. Il se pencha un peu plus. Leurs visages étaient à cinq centimètres l’un de l’autre. Leurs yeux étaient plongés l’un dans l’autre. Il remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille et attarda sa main sur sa mâchoire. Brusquement, il se recula tout en continuant de sourire.

« Déçue ? »

« De quoi ? » Demanda-t-elle innocemment.

Il rigola et sortit du salon.

« Poule mouillée ! » Gueula-t-elle en s’attirant un éclat de rire.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia pleurait de rire dans le café au point que tous les gens la dévisageaient.

« Allez ! Viens ! » S’amusa Frank en la tirant dehors.

Olivia se pendit à son bras tout en marchant vers leur hôtel.

« Merci de m’avoir débarrassé de mon ex ! »

Frank haussa les épaules.

« De rien ! »

« Et merci pour le verre ! »

« Les verres ! » Rectifia-t-il.

« Oui, les verres ! » Rigola-t-elle. « Merci ! »

« Arrêtes ! » Soupira-t-il. « Ca me fait plaisir de te voir heureuse. »

Elle le regarda sans comprendre.

« Pourquoi ? »

Frank rougit brusquement. Il ne s’attendait pas à une telle question.

« Laisse tomber ! »

Olivia n’insista pas. Ils continuèrent de marcher mais en silence.

« J’aime bien être avec toi. » Déclara-t-elle soudainement. « Tu es calme, gentil, amusant. Tu es un véritable ami. »

Ils se stoppèrent devant l’hôtel, montèrent et entrèrent dans la chambre d’Olivia.

« Je ne suis pas ton ami. »

Olivia se tourna vers lui, surprise et blessée.

« Oh ! Je sais que l’on ne se connaît pas vraiment mais… »

« Je veux plus que ça ! » La coupa-t-il en s’approchant d’elle et en l’empoignant derrière la nuque pour l’embrasser.

Olivia, trop surprise, se laissa faire. Il avait des lèvres chaudes, douces et gourmandes.
Olivia sentit ses jambes fléchir. Il dut presque la tenir à bout de bras pour ne pas qu’elle tombe par terre. Ils se séparèrent. Olivia était à bout de souffle. Les yeux bleus incroyablement profonds de Frank l’hypnotisaient plus que jamais.
Il sourit puis partit.
Olivia tomba à genoux au sol, ébahie.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Megane entra dans la chambre de David. Tout était net. Un peu trop à son goût mais c’était un trait de caractère chez David qu’elle appréciait.
Elle s’approcha de la salle de bain. David pestait en laissant tomber une serviette au sol. Ses cheveux étaient un peu moins mauves mais ça ne l’arrangeait pas.
Elle s’approcha de lui, l’obligea à se pencher au-dessus de la baignoire et lui mouilla les cheveux pour les lui savonner énergiquement. David se laissa faire. Ses nerfs étaient trop en pelotes pour qu’il tente quoi que ce soit.

« Je vais finir par les raser ! » Soupira-t-il. « Ca fait la deuxième fois qu’ils me font le coup. »

« Si tu te rases la tête, je te tue. C’est clair ! » Grogna Megane en recommençant un champoing.

David ne répondit rien mais cette réponse l’avait surprise.
Quatre champoings plus tard, il se relevait enfin. Calme. Fatigué. Les massages de tête de Megane l’avait détendu à un point inimaginable.

« Merci, Megane. »

« Tu peux m’appeler Meg. » Sourit-elle en le regardant se sécher les cheveux.

Elle se leva mais avant de sortir, elle lui dit :

« Ne les coupe pas hein ? Moi, je les préfère comme ça ! »

David fixa la porte par laquelle elle était passée puis se détourna pour se coiffer et s’habiller pour la séance photo.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «


« Putain ! » Hurla Olivia surprenant Melina, Anna, Ludmia et Megane.

« Qu’as-tu ? » Questionna Ludmia en mettant la table.

Olivia se laissa tomber sur un tabouret.

« Il m’a embrassé. »

« Qui ? » S’étonna Megane.

« Frank ! »

Un silence étonné tomba dans le salon.

« Tu rigoles ou quoi ? »

Elle secoua négativement la tête.

« Oh ! Et c’était comment ? » S’intéressa Ludmia.

Olivia sourit, légèrement rouge aux joues.

« Incroyable mais… »

Melina et Lud levèrent les yeux au ciel. Ca, c’était Olivia. Toujours trouver l’ennui dans une situation claire.

« Il ne m’a pas parlé depuis. Il est parti comme un voleur. »

Melina grimaça suivit de Ludmia.

« Ca, c’est bancal ! »

Elles approuvèrent toutes.

« Ca m’énerve ! » Eclata Ludmia. « Je propose de leur rendre la monnaie de leur pièce ! »

Les filles se regardèrent et hochèrent la tête. Megane soupira.
Ca allait partir en couille sans aucun doute possible.

"""""""""""""""""
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:13


Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) 241210



12. Sortie entre non amoureux.

Ambiance: chaud à la maison mes enfants... (je diversifie mes titres dis donc)

Les garçons étaient avachis dans le salon. Ils ressemblaient à des cachalots échoués sur une plage.

« Dites, ça vous dirait de sortir ce soir. Le Lust est ouvert. »

« Ok ! » Approuvèrent les garçons.

Les filles sortirent du salon et allèrent se préparer.

« Dites. Vous croyez que ça va fonctionner ? »

« Sans aucun doute ! »

Olivia resta silencieuse.

« Je vais vous laisser y aller seule. Je suis fatiguée ! » Sourit Anna en les laissant entre elles.

« Viens avec nous ! » La retint Olivia.

Anna secoua la tête négativement.

« Mais putain ! Bouge-toi ! Bats-toi ! Tu es molle ! Ca me fatigue ! » Hurla Olivia.

Anna avait les larmes aux yeux. Elle sortit et s’en alla.
Olivia soupira mais fit comme si de rien n’était.

« On y va ! » S’enquit Jan en passant la tête par la porte.

Les filles le suivirent dehors. Elles avaient toutes des longs manteaux. Les garçons les regardèrent intrigués mais ne firent aucun commentaire. Ils arrivèrent à la boîte de nuit. Les filles se rendirent dans la pièce pour garder les affaires des clients. Elles donnèrent leurs vestes à la gardienne.

« Bonne soirée ! » Sourirent-elles.

La gardienne les salua.

Olivia portait un dos nu bleu ciel, un pantalon blanc trois quart et des sandales de toile avec des semelles compensées. Ses cheveux noirs étaient attachés en un chignon lâche dont des mèches bouclées tombaient le long de son corps.
Melina portait une robe rouge et noir courte avec des sandales en cuir dont les lacets montaient le long de ses chevilles jusqu’aux genoux.
Ludmia avait revêtu un pantalon noir très large, un t-shirt sans manche blanc avec des écrits rock dessus en fluo. Ses cheveux étaient lâchés et ondulaient le long de son dos. Des bracelets tintaient à ses poignets.
Megane, elle, avait fait plus soft en portant un pantalon blanc large, un t-shirt noir décolleté en V avec des strasses, Un chapeau ornait sa tête et mettait en valeur ses cheveux blonds soyeux.


Ils se trouvèrent une table à l’abri des regards qu’ils jumelèrent avec une autre. La musique retentissait. David et Timo allèrent chercher les boissons au bar. Quelques minutes plus tard, ils étaient de retour. Melina et Olivia avaient bien remarqué que les garçons les regardaient avec insistance mais elles les ignoraient royalement.

« Vous voulez bien danser avec nous? » Les surprit trois garçons.

Un grand blond s’approcha d’Olivia et lui murmura quelque chose à l’oreille. Elle éclata de rire et le suivit sur la piste. Un brun ténébreux se pencha vers Lud qui le suivit à son tour. Et Melina ne fut pas non plus difficile à aborder.

« Je rêve ou quoi ? » S’exclama Jan, en colère.

« Je crois qu’on vient de se faire baiser ! » Lâcha poétiquement Timo.

Frank ne dit rien mais son regard accrocha celui d’une jolie blonde à une table voisine. Il se leva et alla discuter avec elle. Olivia qui avait suivit la scène sentit son cœur tomber dans ses chaussures et une rage sans nom la prendre aux trippes. Elle fulminait. Elle abandonna son cavalier pour rejoindre le groupe et boire son verre.

« Jan, va lui parler ! » Cria-t-elle au DJ qui ne se le fit pas dire deux fois.

Il fonça vers Lud qui se frottait sur le débile dégénéré qui la collait. Il les sépara et entraina Ludmia plus loin. C’est en riant qu’ils dansèrent au milieu des autres.

« Ca va ? » Demanda Timo à Olivia qui semblait très mal.

Olivia leva des yeux interrogateurs vers lui.

« Tu as l’air contrarié ! » Fit-il remarquer.

Elle lui sourit gentiment.

« Ca va ! Et toi ? T’es pas en chasse ? »

Il secoua la tête négativement.

« Ce soir, je suis un peu fatigué. »

Elle sourit, amusée.

« Même pour une danse ? »

Ils se rendirent sur la piste pour un slow. Timo enlaça sa taille et elle posa sa tête sur son torse. Elle soupira.

« Je pensais que tu m’en voulais toujours. » Murmura-t-elle à son oreille.

Il se pencha un peu plus.
« J’ai été un peu stupide. Excuse-moi ! Après tout, ce type, tu le connaissais depuis longtemps. »

« Depuis mes quinze ans. J’ai eu un peu de mal à m’en défaire. »

Ils continuèrent à danser en silence.

Melina, elle, s’impatientait. Elle voyait bien que Linke la fixait avec insistance. Elle était collée serrée avec Machin Chouette mais il ne semblait pas décidé à les interrompre. Il lui fallait quoi pour sauter sur ses deux pieds et venir la tirer de là ? Une invitation écrite ? Un faire-part ? Une commission du juge ?

« Tu as l’air ailleurs, princesse ! » Lui fit remarquer Don Juan.

« Ca va ! Je vais aller boire un peu. » Lui sourit-elle en l’embrassant sur le coin des lèvres.

De loin cela ressemblait plus à un baiser qu’à autre chose. Elle s’approcha de la table et prit son verre.

« Tu t’amuses bien ? » Demanda-t-elle à Linke.

Celui-ci ne répondit rien et l’ignora.

« Je te parle ! » S’énerva-t-elle.

« Je crois que ton Casanova t’attend ! » Lâcha-t-il simplement d’une voix égale.

Elle resta deux secondes ébahie avant de se reprendre.

« T’es qu’un crétin ! »

Et elle alla rejoindre son Don Juan qui l’accueillit à bras ouverts. Ils se rendirent au bar pour discuter et boire un bon coup. Melina fleuretait avec Mister Machin outrageusement. Il semblait avoir compris qu’il s’agissait plus d’un jeu qu’autre chose et cela la rassura légèrement. Manquerait plus qu’elle tombe sur un gamin merdeux incapable de se rendre compte qu’elle n’avait ni envie de lui ni envie d’une relation longue durée avec lui.

Jan, Lud, Olivia et Timo se retrouvèrent au milieu de la piste à faire les suaves en dansant sur une musique étrange mais entrainante. Olivia venait juste de voir Frank embrasser Miss blondasse que son cœur la lâcha irrémédiablement. Elle fila aux toilettes et vomit tout ce qu’elle avait bu et manger.
Lud la rejoignit quelques instants plus tard.

« Je vais rentrer ! » Souffla Olivia, au bord de la crise de nerfs. « J’en ai marre là ! »

« Timo sera triste. »

Olivia leva ses yeux brillant vers Lud.

« T’en pinces pour lui, je le sais ! » Déclara Olivia. « Alors pourquoi tu me pousses vers lui ? »

« Parce que vous vous entendez bien, que vous vous connaissez, et que j’ai Jan. » Sourit Lud. « Timo est mignon mais il me ressemble de trop. En plus timide bien entendu. »

Olivia la regarda un instant, sceptique mais ne fit aucun commentaire. Si Lud le disait. Olivia se leva, se rinça la bouche puis rejoignit les garçons avec Lud.

« Ca va ? » S’inquiéta Timo.

Olivia lui sourit puis se cala dans ses bras ce qui surprit le rappeur.

« T’en fais pas ! »

« Vous vous amusez bien ? » Les surprit Frank accompagné de sa blondasse qui gloussa.

Olivia et Lud échangèrent un regard voulant tout dire de ce qui leur passait par la tête en cet instant.

« Voici Florence ! »

« Salut ! »

La dites Florence gloussa plus fort en se pendant au bras droit de Frank.

« On va danser ? » Demanda Olivia à Timo qui hocha la tête positivement.

Un instant le regard de Frank accrocha celui d’Olivia. Il n’y avait plus rien d’amicale dans ses yeux bleu intenses et celui fit frissonner Olivia.
Elle ne savait plus quoi penser de lui. Il avait toujours été sympathique, prévenant, aimable mais là, il devenait froid, dur. Il y avait en lui quelque chose de plus animal qui la faisait rougir pour une raison inconnue. Timo l’entraîna brutalement dans une danse endiablée qu’elle eut du mal à suivre.

Ludmia regarda le couple danser en se marrant comme une folle. Jan se moquait aussi d’eux ce qui les rapprocha encore plus. Ils étaient vraiment sur la même longueur d’ondes. Ils avaient le même humour débile. La même façon de voir le monde. Mais tout comme elle, il ferait passer sa carrière avant ses amours. Elle chassa cette pensée en l’emmenant sur la piste. A un moment, elle lâcha :

« Le DJ est vraiment nul ! »

Jan sourit, lui prit la main, l’entraîna jusqu’à une plate forme qu’il grimpa avec elle. Il parla avec le DJ qui lui donna sa place. Jan lui fit signe de le rejoindre ce qu’elle fit et il lui montra comment jouer avec les platines et le son. Des cris s’élevèrent dans la salle. Les danseurs se firent plus nombreux. Mais une chose est sûre, Lud ne voyait que ses mains longues et chaudes qui recouvraient les siennes ainsi que le souffle dans son cou qui la faisait frissonner.

Melina plaça son dixième verre sur la table. Enfin, elle l’espéra. Elle se leva et se rendit à la table de ses amis. Seul, Linke se trouvait encore assis. Elle se planta devant lui, bien campée sur ses deux jambes. L’alcool coulait dans ses veines et réchauffait son corps ainsi que son cerveau. Ou alors, il le ramollissait un fameux coup.

« Tu m’énerves ! Tu veux quoi à la fin ? » Demanda-t-elle, furieuse.

« T’es saoul ! »

« C’est le seul moment où l’on s’écoute ! » Ricana-t-elle.

Elle s’approcha de lui et planta son doigt sur son torse.

« Tu joues avec mes pieds. Je t’ai dit que je voulais être plus que ton amie et toi, tu ne réponds même pas. Je drague d’autres mecs et tu ne bouges pas. Tu devrais me dire d’aller voir ailleurs ! Ca ferait moins mal ! »

« T’es bourrée ! On va rentrer. » Soupira-t-il en se levant.

Il l’attrapa par le poignet mais elle se détacha.

« Non ! Tu réponds. Tu m’aimes pas, c’est ça ? »

« C’est pas ça ! » Soupira-t-il en levant les yeux au ciel.

Elle le fusilla du regard puis se détourna pour se perdre dans la foule. Linke jura en partant à sa recherche.



Ludmia et Jan finirent par descendre de leur perchoir. Ils étaient hilares.

« Vous n’avez pas vu Melina ? » Leur demanda Linke qui passait devant eux.

Ils secouèrent la tête négativement. Le bassiste s’en alla en marmonnant.

« Que se passe-t-il à ton avis ? »

« Elle a dû vider son sac ! »

Jan haussa un sourcil mais ne répliqua rien. Ils allèrent s’asseoir à leur table.

« Tu veux rentrer ? » Demanda Jan en la voyant bailler.

« Non ! Ca ira. Et puis les autres ont l’air de bien s’amuser ! » Rigola-t-elle en regardant Timo et Olivia danser sur une table.

« Tu n’es pas jalouse ? »

« Mais qu’est-ce que vous avez tous avec ça ? » Explosa-t-elle avant de se calmer. « Désolée mais ça fait la centième fois que l’on me demande si je suis jalouse d’Olivia. »

Jan la regarda sans répondre. Elle le fixa dans les yeux.

« Je ne suis pas jalouse ! »

Une minute de silence tomba entre eux avant que Jan n’éclate de rire la prenant par surprise.

« T’en fais pas. Je te taquinais simplement. Tu réagis toujours au quart de tour. »

Elle grimaça légèrement en buvant son verre.

« Tu savais que Frank avait embrassé Olivia ? » demanda-t-elle pour une raison obscur.

Jan soupira.

« Je m’en serais douté. Il était bizarre en rentrant cette après-midi. »

« Pourquoi l’ignore-t-il maintenant ? »

« Parce que c’est plus facile ! »

Lud le regarda avec incompréhension.


« « « « « « « « « « « « « «

POV Melina.

Je déteste Linke et ses airs de pas y toucher. Toujours calme. Maître de lui. Intouchable.
Tout comme j’en ai marre de tous ces gens qui se touchent sans y paraître. Mon regard se porte sur Frank qui jette un coup d’œil de temps à autres à Timo et Olivia qui se papouillent sur une table. Ludmia et Jin rigolent ensemble à une table. Megane est avec David et Juri au centre de la piste à se lâcher.
Je déteste ça.
Pourquoi ?
Pourquoi nous sommes-nous connus ? Pourquoi nos vies sont-elles à présent liées ?
Sans que l’on ne puisse rien y faire, nos liens se tissent et se resserrent autour de nous comme une corde autour du cou du condamné à mort.
Nous sommes maintenant tous prisonniers de nos liens, affectifs ou non. Nous ne pourrons jamais nous en défaire.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Melina ? »

La jeune femme se tourna vers Linke.

« ca va ? »

« Qu’est-ce que ça peut te faire ? » Grogna-t-elle.

« Tu m’en veux ? »

« T’es un véritable géni ! » Cracha-t-elle en se détournant. « Va voir ailleurs si j’y suis. »

Linke garda le silence mais la suivit.

« Dégage ! » Hurla-t-elle au bout de dix pas.

Mais Linke continua de la suivre.

« T’es saoul ! »

« Non ! » Répondit-elle. « Alors tu peux dégager. »

« Rentre avec moi ! »

Melina se tourna violemment vers lui le faisant sursauter.

« Tu dégages ! Tu me laisses tranquille. Retournes avec ta guitare et ton groupe. Tu vivais bien sans moi alors laisse-moi. »

Linke était choqué par la rage qu’il lisait dans ses yeux. Il y avait tant de haine dans ses yeux verts noisette.

« Tu me détestes ? »

« Il y a une mince séparation entre la haine et l’amour. Tu devrais le savoir pour le chanter assez souvent. » Cracha-t-elle en s’en allant.

« Attends ! » S’écria-t-il en la retenant.

Elle tenta de le gifler mais il lui retint les mains.

« C’est juste que… »

Il hésita.

« C’est comme les autres, nous ne savons pas où ça va nous mener ! Et c’est effrayant ! »

« Je pensais que vous n’hésitiez pour rien ! »

Il sourit légèrement.

« C’est pas faux. Laisse-moi une chance ! » Soupira-t-il.

Elle le regarda sans comprendre.

« De quoi ? »

Il sourit et posa ses lèvres sur les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:18


Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Timo2210

13. Fin de soirée, nuit mouvementée.
Ambiance: dépend de la personne...

Spoiler:
 
« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia et Timo rentrèrent en même temps que les autres, bras dessus dessous. Ils rigolaient jusqu’à s’écrouler par terre. Frank, Ludmia, Jan et Juri les suivaient ne sachant plus que faire.

« Je laisse tomber ! » Soupira Ludmia en suivant Jan et Juri.

Frank regarda Timo aider Olivia à se relever. Elle l’embrassa sur la joue en remerciement. Il poursuivit son chemin non sans s’assurer que les deux malades suivaient.

« A demain. » Gueulèrent Ludmia et Jan qui entrèrent dans leur chambre respective après s’être fait la bise.

Olivia pouffa en même temps que Timo.

« Tu viens ? » Demanda-t-elle à Timo.

Celui sourit et allait pour rentrer dans la chambre d’Olivia mais Frank l’arrêta.

« Mauvaise idée ! » déclara-t-il. « Il vaut mieux que vous fassiez chambre à part. »

« On t’a rien demandé ! » S’écria Olivia en le fusillant du regard. « D’ailleurs, elle est où ta pouf ? Tu as perdu sa laisse ? »

Frank poussa Timo dans sa chambre et ferma la porte.

« Frank ! » S’écria Olivia en s’approchant de la chambre du rappeur.

Le chanteur l’attrapa par les hanches, la souleva et la fit entrer dans sa chambre.

« Lâche-moi immédiatement ! »

« Tu dors ici ! » Ordonna-t-il d’une voix sèche.

Olivia le regarda un instant sans rien dire puis gueula, hors d’elle :

« Tu n’as rien à me dire. Retournes avec Blondasse et fous-moi la paix. Dégage de ma vue ! »

Elle commença à l’insulter mais Frank attrapa sa nuque et l’embrassa avec fougue. Olivia se débattit un long moment avant de ne plus bouger. Frank se détacha.

« T’es un connard ! » Sanglota-t-elle. « Ca t’amuse de me faire mal ? »

Frank effaça ses larmes de ses pouces sans répondre.

« Va-t-en ! » Souffla-t-elle en détournant le regard. « Va-t-en ! »

Frank soupira en la serrant contre elle.

« Je suis un peu maladroit. »

« Tu es une brute. » Cria-t-elle en se dégageant. « Tu te moques de moi. Tu me prends pour quoi ? Un jouet dont tu peux disposer à ta guise ? Si c’est ça, va retrouver Miss Monde. »

Frank posa son front contre le sien. Elle le fusilla du regard.

« Toi et moi, nous sommes des stars. Nous sommes amenés à aller à droite et à gauche sans pause. Dis-moi, saurais-tu vivre sans moi ? Pourrais-tu juste me voir entre deux concerts ? »

Olivia pinça les lèvres.

« Moi, je saurais. Mais toi, non. Tu es trop égoïste pour ça ! Je te déteste !» Lâcha-t-elle en se détachant et en courant hors de la pièce.

Elle entra dans la chambre de Timo et se jeta dans le lit sans voir le garçon abasourdit qui sortait de la salle de bain.

« Oli ? »

« Je peux rester ? » Demanda-t-elle d’une voix hachée.

Timo s’approcha du lit et abaissa un peu la couette. Il vit des larmes couler sur les joues de la jeune femme.

« Je le déteste ! » Se mit-elle à pleurer en cachant son visage derrière ses mains. « Je ne veux pas qu’il joue avec moi ! »

Timo fronça les sourcils mais ne répliqua rien. Il ferma la porte de sa chambre non sans fusiller du regard Frank qui se trouvait dans le couloir. Puis il alla se coucher dans le lit pour la prendre dans ses bras.

« Désolée de t’ennuyer avec ça. » Chuchota-t-elle.

« Tu ne m’ennuies pas. » Rétorqua-t-il.

Ils se fixèrent un moment, se sourirent, puis elle posa sa tête sur son épaule et s’endormit bercer par les battements de cœur du rappeur. Timo caressa longuement les cheveux d’Olivia avant de réussir à trouver le sommeil.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Megane grimaça en voyant le barmaid lui servir un nouveau verre. Ils venaient de parier que la brune du fond du bar sortirait avec le nain qui lui causait depuis quelques heures déjà mais elle venait de partir avec un grand blond musclé. Megane avala le contenu du verre, cul sec en grimaçant. Ca lui brûlait la gorge.

« On va rentrer, Meg. Les autres sont déjà à l’hôtel ! » L’informa David.

« Non ! Non ! Je veux pas perdre… » Déclara-t-elle en tanguant légèrement.

« Meg ! » Soupira David.

« Oh ! Ca va ! » Grogna-t-elle en le suivant. « T’es pas drôle Dav. »

Le guitariste ne répondit rien mais était soulagé de sortir de cette boîte de nuit. Megane marchait à peu près droit à côté de lui mais n’arrêtait pas de parler toute seule.

« Ca va ? » S’inquiéta-t-il en la voyant s’arrêter.

« Tu penses quoi de moi ? »

La question le prit au dépourvu.

« Tu es gentille ! »

« Généralement on dit ça pour une fille sympathique mais un peu conne ! » Grinça-t-elle.

David rougit légèrement. Il s’y prenait comme un manche à ballais.
Il sursauta en la voyant monter sur le mur qui séparait la terre ferme du cours d’eau.

« Descends ! T’es folle ! »

« Il parait que oui. » Rigola-t-elle en commençant à faire des pirouettes sur le petit mur.

« Mais descends ! » Hurla David en la suivant.

« Non ! Non ! C’est marrant ! »

Tout à coup, elle poussa un cri alors qu’elle tanguait vers le cours d’eau. David l’attrapa par la main et la ramena vers lui. Megane tomba dans ses bras.

« Espèce de folle furieuse. Tu as failli te tuer ! On rentre ! » Cria-t-il en la tirant vers l’hôtel.

Megane fit la moue mais le suivit. Ils entrèrent dans l’hôtel et se dirigèrent vers l’ascenseur.

« T’es fâché ? » lui demanda-t-elle une fois qu’ils furent seuls dans la cabine.

David ne lui jeta pas un regard. Il avait les bras croisés sur sa poitrine et ne desserrait pas les dents.

« Désolée. Je ne voulais pas te faire peur. » Expliqua-t-elle toute penaude.

David soupira.

« C’est bon ! Nous allons dormir et demain, tout sera oublié. »

Megane hocha la tête positivement.

« Merci David ! » Lui sourit-elle timidement avant de rentrer dans sa chambre.

David sourit à la porte qui se refermait puis alla se coucher. Il s’était bien amusé avec elle durant la soirée. Il fronça les sourcils en voyant Frank assis dans le couloir, la tête dans ses bras.

« Qu’est-ce que tu attends ? » Lui demanda-t-il.

« Olivia dort avec Timo. Elle me déteste. Je sais plus quoi faire ! »

« Allez ! Viens avec moi. Dormir nous fera du bien ! »

Frank hocha la tête et se laissa diriger par son ami.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:19

Partie 2

Lud papillonna des yeux avant de sourire. Jan dormait à point fermer à sa droite. Elle bailla et se repositionna pour se rendormir mais des cris l’en empêchèrent. Elle se leva tant bien que mal et passa sa tête dans le couloir.
Olivia et Frank semblaient de bonne humeur.
Elle soupira puis retourna dans le lit.
La veille, alors qu’elle lui avait dit bonne nuit, Jan l’avait rejointe dans sa chambre prétextant un mal de crâne abominable. Elle lui avait donné un cachet mais il avait refusé de quitter son lit. Résultat : ils avaient dormi ensemble.
Elle remit les couvertures sur elle avant de sentir un bras fort s’emparer de sa taille et la ramener près d’un corps chaud. Elle soupira. Ils s’expliqueraient plus tard. Là, elle était morte.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Je te dis d’aller te faire voir ! » Hurla Olivia en giflant Frank de toutes ses forces. « T’es un pauvre con sans intérêt. Je te hais ! C’est clair ? Je te prenais pour quelqu’un de bien mais ce n’est pas le cas… »

« J’ai compris que je t’avais blessé, hier soir et j’en suis désolé. » Murmura-t-il sans réagir. « Je ne t’ai pas respecté. »

Olivia l’écouta, effarée.

« Si ça ce terminait comme ça entre nous, je ne le supporterais pas. »

Il plongea son regard bleu dans ses yeux à elle. Olivia sentit son cœur se compresser dans sa poitrine.

« Franky… »

« Ca fait longtemps que tu ne m’as pas appelé comme ça. » Sourit-il.

Olivia ne put s’empêcher de l’imiter. Elle soupira.

« C’est bon. N’en parlons plus. »

Frank s’approcha d’elle et la serra contre lui.

« Excuse-moi ! »

« T’es pardonné, va ! » Rigola-t-elle gênée de cette proximité.

Frank l’embrassa sur le front puis partit au salon.

« Je vais préparer le petit déjeuner. »

« Je vais t’aider. Timo va se réveiller et comme d’habitude, il va dévaliser le frigo ! »

« Dis-moi… Que ressens-tu pour lui ? »

Olivia réfléchit un instant.

« Je l’apprécie beaucoup. Je m’entends bien avec lui. Je ne sais pas trop en fait. Quand je me dispute avec toi ou que tu n’es pas là, c’est vers lui que je vais. » Répondit-elle franchement. « Pourquoi ? »

Il haussa les épaules en lui souriant. Une fois qu’il fut dos à elle, son sourire s’effaça d’un coup. Il ne savait plus ce qu’il ressentait.

« Franky ! »

Il se tourna vers Olivia qui affichait un visage grave.

« Tu sais, je n’ai pas envie de me prendre la tête dans une relation. Alors ne la joue pas façon Roméo et Juliette parce que je fuirai dès que je le verrai ! C’est clair ? »

Il hocha la tête. Elle sourit et s’en alla un plateau entre les mains.

« Je reviens ! » lui cria-t-elle.

Frank se tapa la tête contre une armoire.

« Vous avez fini de crier de bon matin ? » Le surprit Megane tout sourire.

« Ca va ? »

Elle approuva d’un signe de tête en se servant de toast.

« Et toi ? »
Il haussa les épaules.

« Je vois. »

Franky ouvrit la bouche, fixa un instant la nouvelle puis se lança :

« Je crois que je l’ai perdu. »

« Qui ? Olivia ? Tu divagues. Elle tient à toi. Enormément. »

Il fronça les sourcils.

« Les mecs sont tous de grands myopes ! » Se moqua-t-elle. « Elle a été blessé hier donc elle se protège. Puis à ce que j’ai compris, tu n’y vas pas par quatre chemins avec elle. »

Frank rougit légèrement.

« Dès qu’elle est avec moi, je perds les pédales. »

« Ca se confirme ! »

Un léger silence les enveloppa.

« A toi de voir ce que tu veux d’elle. Un relation sérieuse ou autre chose ? »

« Précise le autre chose, s’il te plait ! »

« A toi de voir ce que tu attends d’elle, Frank. Il n’y a que toi pour le savoir mais ne tarde pas, y a du monde dans la file. »

« Timo ! » Souffla le chanteur.

« Sans doute ! »

Megane se leva prit une assiette de toast et s’en alla.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Megane toqua à la porte d’une chambre. Ce fut un David en simple boxer, les cheveux emmêlés qui lui ouvrit. Elle resta debout la bouche ouverte, ébahie.

« Coucou ! Y a quelqu’un ? »

Elle sursauta et rougit furieusement.

« C’est… C’est pour toi. Pour hier… Tu sais… Ma chutte… puis j’avais un peu bu… Voir beaucoup et… Dis, ça te dirait te t’habiller parce que c’est pas que t’es pas sexy mais ça me perturbe. »

David haussa un sourcil mais entra dans sa chambre pour revêtir quelque chose de plus décent. Morgane entra dans la chambre et posa le plateau sur une table.

« Je vais te laisser hein ! »

« Tu ne veux pas manger avec moi ! »

« Vaut mieux pas. » Ricana-t-elle rouge de honte.

Elle sortit en coup de vent sous le regard d’incompréhension de David.

« « « « « « « « « « « « « « «

« Vous pouvez arrêter pour aujourd’hui ! » S’exclama l’enregistreur.

Olivia soupira. Ca faisait trois heures qu’ils étaient enfermés dans le studio. Elle commençait à en avoir soupé. Ils avaient même mangé des sandwichs sur leurs partitions.
Etrangement, Frank avait réussi à trouver le thème de leur chanson et une bonne partie des paroles. Olivia aimait beaucoup cette chanson et la fredonnait déjà avec le reste des deux groupes.
Morgane s’occupait de leur son pour leurs albums et ça donnait un effet d’enfers. Ajoutée à cela le synthé de Ludmia et le savoir faire de Melina, il allait déchirer un max. Olivia n’était pas peu fière de leur boulot collectif. Une vraie petite famille. Deux bras se posèrent autour de son cou.

« Ca va ? »

« Et toi ? »

« Crevé ! »

Elle rigola en se laissant aller dans les bras de Timo.

« Au fait, merci pour cette nuit ! »

« Ca c’est arrangé avec Franky ? »

Elle hocha la tête positivement.

« Je crois bien ! »

Timo n’ajouta rien. Il lui ébouriffa les cheveux puis rejoignit le groupe. Olivia s’assit à côté de Frank et sous les directives de Melina, ils commencèrent à chanter leur nouvelle chanson.
Une chanson faite d’espoir, de vie, de vécu, d’avenir. Tout ce qui les attendait en fait. Tout ce qu’ils espéraient au fond d’eux.

Ca ne pouvait qu’être du bon boulot vu qu’ils y avaient donné leurs cœurs et leurs âmes.


A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:22

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Juri8110

12. Et ça s'en va et ça revient... Mais pas de petits riens!

Ambiance: température ambiante...

Juri haussa un sourcil en voyant Anna assise au bord de la fenêtre du salon.

« Ca va ? »

Elle plongea son regard bleu ciel dans les siens et sourit avec légèreté.

« Et toi ? »

« Ca va ! »

Il s’assit en face d’elle.

« Ca n’a pas l’air d’aller ! Tu es absente, sèche. Tu ne rigoles plus. Tu chantes limite. »

« Ca va ! Ca va ! » Soupira Anna en cachant son visage dans ses mains. « J’ai compris. »

« Que t’arrive-t-il ? »

Anna le regarda un instant.

« J’ai perdu l’être que j’aimais le plus un an après avoir tué mon ex… Je ne sais pas pourquoi mais depuis que je suis ici, j’ai de plus en plus de mal à vivre avec ce poids. Je me noie dans mes souvenirs. »

Juri fronça les sourcils.

« Le passé, c’est le passé. T’y accrocher ne te servira à rien. »

Anna pinça les lèvres. Elle savait tout cela mais elle ne pouvait y remédier.

« J’ai tellement honte de moi ! » Sanglota-t-elle.

Juri la regarda pleurer sans bouger. Que pouvait-il donc faire ? Rien du tout à part être présent comme en cet instant.


« Je ne peux pas ! »

Elle se leva et fila, elle seule savait où.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Naaan mais vous êtes dégoûtants ! » S’écrièrent Kat et Lud. « Arrêtez le massacre ! »

Linke et Melina rougirent légèrement en se détachant.
Tout le groupe avait décidé de se faire une sortie en ville et un cinéma. Ils venaient juste de sortir de ce dernier et parlaient du nanar qu’ils venaient de voir. Un truc horrible sur des morts-vivants revenus à la vie pour une raison X ou Y voir Z.
Et durant tout le film, le nouveau petit couple n’a eu de cesse de vérifier l’état de leurs amygdales respectives.

« Bon ! J’ai faim ! » S’exclamèrent Lud et Jan en même temps.

Ils se sourirent, amusés.

« Vous serez le second couple du groupe ou quoi ? » Demanda David.

Jan rougit légèrement mais répliqua :

« Pourquoi ? Jaloux ? »

David éclata de rire mais ne répondit rien. Il se tourna vers Megane mais cette dernière évita son regard. Depuis le matin, elle faisait tout pour ne pas se trouver dans la même pièce que lui, seul à seule. David soupira mais se promit de régler ce problème avant la nuit.
Ils marchèrent longuement en rigolant, entraient parfois dans des boutiques puis ressortaient.

« Oli ! Regarde ! » Souffla Melina en lui montrant des bijoux dans une vitrine.

Olivia s’approcha et vit une série de bijoux pour homme, superbes.

« C’est super joli ! » Approuva-t-elle.

Elle repéra de suite un bracelet fait de cuir noir fin et d’argent ainsi qu’une longue chaine en argent avec une magnifique chevalière pendue dessus.
Tout simplement magnifique.

« Je… »

« Je te couvre ! » Sourit Melina en lui faisant un clin d’œil.

Quelques minutes plus tard, Olivia cachait ses paquets dans ses poches.


« Vous avez fait quoi ? » S’enquit Frank en passant ses bras autour des épaules d’Olivia dont les joues rosirent légèrement.

« Rien qui te regarde ! » Ricana Melina en rejoignant le reste du groupe.

Frank la regarda partir puis se tourna vers Olivia.

« Ca va ? »

Elle hocha positivement la tête.

« Ca te dirait d’aller à la foire ? Les autres veulent aussi y aller…»

« Ok ! Allons-y ! »

Frank sourit à la jeune femme et la suivit pour rejoindre les autres. Non sans avoir jeté un coup d’œil au magasin devant lequel elles étaient restées quelques minutes. Il fronça les sourcils en voyant qu’il s’agissait d’une bijouterie.

« Vous semblez vraiment accro aux fêtes foraines ! » Soupira Olivia en évitant des enfants qui se courraient après.

« De vrais gamins ! » Soupira Melina avant de s’exclamer. « Et de vrais goulafes ! »

Jan, Lud et Megane s’étaient déjà acheté des barbes à papa et des pommes d’amour.

« Des goinfres ! »

« Bah ! Ce sont des bons vivants ! » Rigola Linke.

Il prit sa copine à part et lui demanda à voix basse :

« Tu étais passée où ? »

« Avec Olivia dans une bijouterie. Elle a un ou deux cadeaux à faire ! » S’amusa-t-elle.

« A qui ? » questionna-t-il, les sourcils froncés.

Elle haussa les épaules. Bien sûr, elle avait bien sa petite idée mais elle pouvait se tromper après tout.

« T’en fais pas ! Ca ira ! »

Melina rigola. Linke était vraiment sur la même longueur d’ondes qu’elle. Elle ne s’y était pas vraiment attendue mais ça lui réchauffait le cœur. Elle l’embrassa tendrement.
Un flash les surprit. Un type courut dans la rue.

« Ca, c’est votre baptême ! » S’exclama Lud. « Votre première photo en amoureux publié dans la presse à scandale ! »

Et elle partit dans un rire fou.

« Vive le soutient ! » Grimaça Linke.

Les garçons se moquèrent de lui en riant.

« On y va maintenant ? »

Ils se remirent à faire les stands.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Je suis mourru ! » Soupira Lud en se laissant tomber sur Jan avachi sur le divan du salon.

« T’es lourde ! »

« Souffre en silence, Homme ! »

Chacun prit place dans la pièce. Ils étaient tous crevés morts. Olivia s’assit dans le fauteuil rejointe par Franky qui s’assit sur l’accoudoir en lui tendant un gros paquet rempli d’ours en peluche.

« Trop mignoooon ! » S’extasia Melina.

Timo haleta en posant son énorme ours blanc avec une tétine bleu dans la bouche et un bavoir autour du cou.

« T’aurais pu m’aider Franky ! Je me suis tapée la honte dans le hall ! » Grinça-t-il.

Les autres se moquèrent de lui un moment avant de se taire. Un léger silence les enveloppa. Linke et Melina s’éclipsèrent. Lud avait fermé les yeux mais personne ne savait dire si elle aussi dormait tout comme Jan, sous elle. David força Megane à le suivre hors de la pièce.
Olivia avait posé sa tête sur la cuisse de Franky et sourit à Timo un peu plus loin. Frank, lui, jouait avec les cheveux de la musicienne, les yeux dans le vague. Timo finit par se lever et sortir. Olivia bailla puis se leva à son tour pour s’étirer. Un paquet tomba à ses pieds. Elle voulut le ramasser mais Frank fut plus rapide qu’elle et s’en empara.

« Qu’est-ce que c’est ? »

Elle tritura ses doigts.

« C’est pour toi ! Je voulais te le donner plus tard… enfin… quand j’aurai trouvé le bon moment ! »

Frank sourit en déballant le cadeau. Il sortit de l’écrin un bracelet fait d’argent et de cuir mélangé.

« Il est superbe. »

Il le passa autour de son poignet.

« Mais en quel honneur ? »

Elle haussa les épaules. Gênée à mort.

« J’ai pensé à toi en le voyant dans la vitrine. »

« Excuse-moi mais je ne peux pas ne pas le faire… » Murmura-t-il en se mettant à sa hauteur.

« Quoi ? »

Il déposa ses lèvres sur les siennes et l’embrassa légèrement.

« Désolé mais je devais le faire ! »

Olivia ne répondit rien. Elle le fixa un long moment avant de sortir de la pièce, le laissant seul.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Bon… je sais que nous ne sommes ensemble que depuis hier mais… » Commença Melina.

« C’est nul ! » S’exclama-t-elle soudainement en soupirant et en se laissant tomber sur le bord de la baignoire.

Cela faisait une heure qu’elle parlait à son miroir en imaginant Linke devant elle. Quelle idée avait donc eu Olivia en lui prenant ce paquet ?

« Tu parles toute seule ? »

Melina sursauta, une main sur le cœur.

« Qu’est-ce que c’est ? » Demanda-t-il en voyant le paquet bleueté argenté sur le rebord de l’évier.

« Oh ! Ben ! Puis zut ! » Craqua-t-elle. « C’est pour toi ! Tiens ! »

Elle lui balança presque le paquet dans la figure tellement elle était brutale. Linke avait les yeux écarquillés d’étonnement mais il ouvrit quand même le paquet. Il sortit de la boîte en velours une chaîne en argent avec une chevalière toute simple à son bout.

« C’est pour toi. Je sais qu’on est ensemble que depuis hier mais j’avais envie de te faire ce cadeau. » Grogna-t-elle super mal à l’aise.

Linke sourit légèrement en passant la chaîne autour de son cou. Il s’approcha de Melina, l’enlaça et l’embrassa.

« Merci ! Vraiment… merci ! »

Elle sourit à son tour.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Il y a des gens dans la vie qui s’arrêtent sur le bas côté du chemin qu’ils poursuivaient, et d’autres qui continuent leur petit bonhomme de chemin.
Anna, elle était des gens qui s’arrêtaient et ne voulaient plus avancer. Elle voyait le monde autour d’elle avancer, tourner rond, se séparer, se recoller, se détruire, faire la paix.
Mais elle… Elle avait cessé tout cela. Ca ne l’intéressait plus. Et qu’importe ce que les autres lui diraient.
Elle avait arrêté de tourner.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

David grimaça en face d’une Megane plus froide qu’un glacier. A son avis, ça devait être ce genre de glacier que le Titanic avait percuté avant de couler.
Froide. Silencieuse.
La seule chose qui lui faisait comprendre qu’elle l’écoutait, c’était ses joues rouges.
Son air buté, ses bras croisés sur sa poitrine faillit le faire rire. Mais il n’y avait rien d’amusant dans leur situation.

« Bon… je ne suis pas stupide alors je vais te dire ceci : t’es sympa, t’es gentille, adorable, intelligente mais je ne te connais pas encore suffisamment pour autre chose qu’une amitié. Je n’éprouve rien pour toi et… »

« T’es un pauvre con ! » Gueula Melina, folle d’humiliation. « Tu crois quoi ? Etre un Don Juan ? Je n’éprouve rien pour toi. Rien du tout ! Que dalle ! Nada ! Niet ! Rien ! Rentre toi ça dans le crâne. »

David la regarda, ébahie.

« Que l’on se comprenne bien, t’es mignon et c’est tout. Ni plus ni moins ! »

David ne réagit pas quand elle mit les voiles loin de lui. Il finit par jurer et se traiter de con.
Là, il avait merder un fameux cou.

Megane essuya ses yeux, une fois qu’elle fut certaine que personne ne la verrait. Mais quel abrutit. Il voulait jouer à ça avec elle ? Elle allait jouer mais il s’en mordrait les doigts un fameux coup.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « [center]
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:39

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Nathan10


13. Un mois de passé. Déjà ?

Ambiance: matinée satinée... après-midi: suicidé...

Melina se réveilla légèrement, agacée par les rayons de soleil qui brûlait sa peau.

« Saleté de soleil ! » Grogna-t-elle en papillotant des yeux.

Elle tourna la tête et sourit. Linke dormait à point fermé. Son visage était détendu comme jamais. Melina embrassa furtivement les lèvres de son petit-ami avant de se lever, de passer un peignoir trainant au sol et d’appeler le room service. Elle avait la flemme de préparer à manger au salon. Et puis elle avait envie de passer son petit déjeuner en amoureux.
Ce fut l’odeur alléchante des petits pains chauds qui réveillèrent Linke. Il sourit en voyant Melina manger à pleines dents un croissant chaud et boire son café.

« ‘Jour ! » Murmura-t-il en s’étirant.

Melina sourit en voyant son corps fin mais ferme se dévoiler à ses yeux. Elle rougit légèrement quand leurs yeux se croisèrent et qu’il haussa un sourcil aguicheur.
Il n’avait pas l’air mais Linke était un véritable pervers.

« Tu as faim ? »

Il hocha la tête en ébouriffant un peu plus ses cheveux.

« Trop mignon ! » Lâcha Melina en se moquant de lui.

Il lui sauta dessus et se mit à la chatouiller.
Elle se retrouva sous lui. Ils se sourirent. Linke se pencha et l’embrassa légèrement puis passionnément.

Une chose était sûre : elle ne se lasserait pas si vite.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Anna regarda le sol sous ses pieds.
Le toit de l’immeuble offrait une très belle vue.

« Tu comptes sauter ? »

« Tu me suis ? » Sourit-elle avec légèreté.

Juri lui sourit en s’accoudant au petit muret qui séparait le toit du vide et sur lequel elle était perchée.

« Non, je ne te suis pas. Je voulais réfléchir. »

« A quoi ? » Demanda-t-elle avec curiosité.

« Linke est avec Melina. David et Megane se sont disputés violemment. Jan et Lud jouent à un jeux dangereux. Et Timo, Franky et Olivia se perdent entre amitié et amour… je me demande où tout cela va nous mener ! »

« Un vrai roman d’amour ! » Rigola-t-elle.

« Qui virera tragédie si tu sautes. » Fit-il remarquer.

Anna le rejoignit sur la terre ferme.

« Je n’allais pas sauter, tu sais. Je regardais les gens en bas. On dirait de toutes petites fourmis. »

Juri était amusé.
Ce n’était pas la première fois qu’ils se retrouvaient seuls à seuls pour parler de tout et de rien. Ce n’était pas la première fois qu’il la voyait hésiter comme à cet instant.

« Tu sais, tu n’as pas besoin de veiller sur moi ! » déclara-t-elle.

Juri la regarda sans comprendre.
Anna lui sourit, l’embrassa sur la joue puis partit en courant.
Juri resta quelques minutes à contempler le ciel. Quand il était enfant, il avait cru aux anges. Cette croyance s’était étiolée au fil des années mais au fond de lui, il espère toujours qu’ils existent vraiment. Parce qu’en ce moment, ils avaient besoin d’être veillé et protéger.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia s’étira en mâchouillant légèrement. Elle avait passé une bonne partie de la nuit à cogiter. Elle avait même entendu quelqu’un passer et repasser près de sa porte pour s’arrêter quelques secondes puis repartir. Elle se demandait toujours qui ça pouvait bien être. Elle se leva, enfila un peignoir puis rejoignit le salon. Il n’y avait personne. Elle fut un peu déçue de ne pas trouver Jan dans la cuisine comme tous les matins. Elle aimait bien sa présence de bonne heure. Il était tout sourire, calme et il la détendait avant de commencer leurs pitreries.
Elle se servit une tasse de café brûlante rajouta du sucre et du lait puis s’assit sur un tabouret à la table de la petite cuisine. Le soleil brillait dehors et ils allaient se retrouver enfermer au studio pour toute la matinée et une partie de la journée. Cette pensé ne la motiva pas.
Elle commença à émietter le petit pain au chocolat qui se trouvait dans un panier le regard dans le vague. Elle pensait à sa « relation » avec Franky et Timo. Elle était étrange, il fallait le dire. Elle porta son attention sur l’énorme ours en peluche dans le salon. Timo le lui avait gagné parce qu’elle le trouvait trop mimi. Franky avait été aux petits soins en lui rapportant un tas de nounours en tout genre et en la gavant de gourmandises.
Elle soupira.
Timo… Elle l’avait pris pour un crâneur et dragueur invétéré. Elle s’était bien trompée. Il était gentil, social, timide, rigolo, prévenant et attachant.
Franky… Elle avait tout de suite accroché avec son côté protecteur des opprimés. Il l’avait couvé dès qu’il l’avait pu. Dans l’avion. Sur le manège. Au studio. Lors de sa dispute avec Timo.
Mais un doute subsistait : ne la prenait-il pas pour une faible petite chose qu’il faut protéger contre le monde entier ? Une sorte de syndrome du héros… Sans la cape et les collants bien entendu.
Elle se tapa la tête sur la table. Elle appréciait vraiment énormément les deux. Et puis, le comble, c’est qu’aucun des deux n’étaient moches. Ca faisait un peu superficielle de penser comme ça mais appelons un chat, un chat.
Elle sursauta en sentant des lèvres embrasser son cou. Timo se versa une tasse de café et se posa à côté d’elle.

« Coucou ! Bien dormi ? »

Elle le regarda toujours sous le choc. Il… Il venait de l’embrasser dans le cou.
Non ! Non ! Elle n’avait rien fumé avant de prendre son petit déjeuner.

« Désolé pour le bisou. » Sourit-il penaud. « Une pulsion. »

Elle leva les yeux au ciel. Le seul défaut de ces deux-là : leur pulsion.

« Pas grave ! » Finit-elle par répondre en souriant. « Bien dormi ? »

Il hocha vaguement la tête en dégustant un croissant.

« Y a pas à dire, je les préfère froid. »

Elle pensa tout de suite : « Franky, lui, les préfère chauds. »
Mais pourquoi elle pensait à ça, elle.
Elle chassa cette pensée et reporta son attention sur Timo qui dévalisait les paniers de petits pains et de croissants.

« Laisses-en aux autres ! » Protesta-t-elle en s’emparant d’une des corbeilles en osier.

« Mais euh ! J’ai faim moi ! »

« Goulaf ! »

« Ah nan ! Ca, c’est Jan et Ludmia. Pas moi ! »

« Tu vaux pas mieux ! » Rétorqua-t-elle en lui tirant la langue.

Ils se fixèrent un instant avant d’éclater de rire devant le ridicule de la situation.

« Qu’est-ce qui vous fait rire de si bon matin ? » Leur lança Frank en entrant dans la cuisine.

Olivia et Timo le regardèrent passer avant d’éclater de rire. Frank avait les cheveux en pétard et la marque de son oreiller sur la figure. Ils en pleuraient presque. Frank les tapa derrière la tête pour les calmer.

« Il nous reste une heure avant de partir. J’y vais ! » Rigola Olivia en se levant et en partant. « Au fait, Franky, Bonjour ! »

Frank s’étrangla avec son petit pain ce qui les fit repartir dans un fou rire incontrôlable.

« « « « « « « « « « « « « « « «

C’est en riant qu’ils débutèrent leur journée dans le studio. Le matin, chaque groupe enregistrait leurs propres chansons.
Les Zero Roses pétaient la forme sous les yeux rassurés de leur manageur qui avait décidé de venir voir comment se passait l’avancement de leur répétition et de leur chanson.
Même Anna semblait en meilleure forme. C’est rassuré qu’il les quitta vers midi.

« Ouf ! J’ai cru qu’il allait s’enraciner là ! » Soupira Kat en se laissant tomber sur un des fauteuils de la salle de répétition.

« Tu le connais. Il s’en fait pour rien. » Rigola Melina en enlevant les écouteurs de sa table de mixage.

« Au fait, Nat, comment va ta femme ? Elle accouche bientôt ? » Demanda Anna en posant son micro.

« Dans un mois. J’ai prévenu le patron que je ne voulais pas de concert durant cette période. Vous ne m’en voulez pas hein ? »

Olivia le frappa derrière le crâne.

« Andouille ! Ta famille avant tout ! »

Nathan sourit. Il savait bien qu’elles allaient dire ça mais il voulait l’entendre de leurs bouches.

« De toute façon, je crois que Megane pourra me remplacer non ? »

« Ah non ! Non ! » Protesta la jeune femme. « Moi, je m’occupe du son et les seuls instruments que je joue, c’est la flûte et la guitare. »

« Donc tu pourras prendre ma place ! » Rigola Olivia.

« Crève ! » Bouda-t-elle.

Megane n’avait aucunement l’intention de remplacer un membre de leur groupe. Hors de question. Leur groupe c’était eux et personne d’autre.
Ils éclatèrent de rire sous son regard outré.

« T’en fais pas ! On te charrie. Reste derrière ta console et fais nous un son d’enfers ! »

Megane sourit en rougissant légèrement. Avec les indications de Lud et ce que celle-ci lui apprenait, elle serait sûrement un bon ingénieur du son. Et elle ne le devrait qu’à elle et pas à son père, patron d’un label très connu de production.

« Je vais voir si les garçons ont fini de leurs côtés. »

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:40

Linke et David se sourirent en posant leurs instruments. Ils avaient craint qu’ils n’arrivent plus à se comprendre après ce mois sans être seuls tous les six mais ce n’était pas du tout le cas. L’entente était toujours la même voir renforcée encore plus. Ils se retrouvaient mais ne se redécouvraient pas. Ils se connaissaient toujours aussi bien et se charriaient toujours autant.
Frank et Timo se lançaient des vannes à n’en plus finir tout en se jetant de l’eau dessus sous les cris de leur ingénieur du son qui crevait de trouille pour sa console. Ils étaient hilares. Le pauvre menaçait de rendre l’âme à tout moment. Leur directeur, lui-même, se tenait la tête en se demandant ce qu’il avait bien pu faire pour mériter six suaves comme eux.
C’est un déluge d’eau qui le coupa dans ses plaintes d’auto apitoiement. Ils sortirent en vitesse de la salle en éclatant de rire. De toute façon, ils venaient de boucler deux chansons de leur nouvel album. Ca irait pour une matinée.


« Et si on allait retrouver les filles ? »

Ils se regardèrent un instant et une même idée germa dans leurs esprits.
Petit soucis : les murs ont des oreilles.


Quelques minutes plus tard, ils approchaient du salon où Micha, le directeur des Zero Roses, leur avait dit que le groupe serait. Ils s’empêchaient de rire. Ils ouvrirent la porte d’un coup mais ce fut eux qui se retrouvèrent tremper de la tête aux pieds.
Et ce n’était pas de l’eau. Nathan regarda la scène, bien à l’abri sur la mezzanine du salon. Il avait refusé net de jouer au jeu. La solidarité entre hommes mais aussi à son groupe l’empêchait de jouer à ça. Et il fallait avouer que regarder c’était mieux que de participer surtout en cet instant.
Parce que ce n’était pas de l’eau que les filles avaient lancé sur les Panik. C’était de la peinture rose flashantes. Les garçons se regardèrent, incertains mais surtout, hallucinés.
Ils fusillèrent du regard les filles qui se dispersèrent alors que les Panik hurlèrent de rage.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Melina ! » Appela Linke.

La jeune fille se mordit les lèvres. S’il croyait qu’elle allait se laisser avoir comme une bleue.

« Tu pourrais répondre ! » La fit sursauter la voix de son petit-ami.

Elle lui sourit craintivement.

« Tu sais que tu as été vilaine ! »

Elle fronça les sourcils. Il posa ses lèvres sur les siennes pour un baiser rapide puis déclara :

« Excuse-moi mais je dois me venger ! »

Et il lui versa dessus un pot de peinture bleu clair. Melina hurla en enlevant le plus gros du liquide de sur sa figure.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Des chuchotements effrayèrent Katchina. David et Jan allaient et venaient dans la pièce depuis quelques minutes déjà. Elle avait trouvé refuge, avec Lud, dans le bureau du grand directeur. Elles n’avaient pas songé qu’ils y penseraient. Elles hurlèrent quand un liquide froid leur coula dessus.
Vert pomme pour Kat et rouge sang pour Lud.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia et Anna pouffèrent dans leur petit réduit. Anna vit passer Timo et Frank qui regardaient partout sauf là, où elles se trouvaient. Au bout de dix minutes, ils sortirent de la pièce.

« On peut changer de cachette, je crois ! » Souffla-t-elle à Olivia qui approuva d’un signe de tête.

Le petit réduit était vraiment… mini. Elles étouffaient là-dedans. Heureusement qu’elles n’étaient pas plus grosses d’ailleurs.
Mais au moment où elles allaient sortir de la pièce, un grand fracas les fit hurler de peur.

Mauve pâle pour Olivia et blanc pour Anna.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Juri rigola en aspergeant Megane de peinture orange. Elle se trouvait sous lui et ne savait plus bouger. Elle avait beau hurler au viol, au meurtre, à l’assassinat, à l’attentat, personne ne venait lui porter secours. Malheureusement pour elle, elle n’avait pas eu le temps de se cacher et même de sortir de la pièce que Juri lui était tombé dessus comme une baleine échouée sur la plage. Pas qu’il était gros mais quand même… Il faisait son poids le bonhomme.

« Sadique ! » Hurla-t-elle alors qu’il étalait bien correctement la peinture sur son visage, ses épaules et le reste de ses vêtements.

« La rumeur était fausse : je ne suis pas gentil ! » Ricana-t-il.

« Oh ! Y a des chambres pour ça ! » Les surprit le reste des deux groupes.

Juri se releva et aida Megane qui croisa le regard noir de David. Elle lui sourit innocemment mais il ne lui répondit pas. Il détourna la tête. Elle leva les yeux au ciel, exaspérée.

En tous les cas, ils n’étaient vraiment pas beaux à voir. Ils dégoulinaient tous de peintures.

« On est dans le caca ! » Fit remarquer Timo avec son franc-parler si poétique.

« J’approuve ! » Soupira Olivia. « Comment va-t-on se changer ? L’hôtel ne voudra jamais nous laisser entrer. »

« Y a un jardin dehors avec un tuyaux d’arrosage. » Déclara Juri. « On peut peut-être se doucher avec ça. Et puis le soleil donne bien aujourd’hui.»

Ils se regardèrent tous puis haussèrent les épaules.
A la guerre comme à la guerre.
Ils se retrouvèrent dehors sur la pelouse… Enfin le petit bout de cinq mètres sur cinq parce que le reste, c’était du béton pas très confortable pour leurs pieds nus.
David et Juri actionnèrent le tuyaux d’arrosage et s’amusèrent à nettoyer leurs amis et amies. C’est grelotant de froids qu’ils se mirent en route vers l’hôtel.
Chance ou malchance, il se mit à pleuvoir brusquement.

« On a la poisse ! » S’écria Melina en courant avec Linke pour se mettre à l’abris.

« Voyons positivement. Comme ça, le fait que l’on soit trempé, passera comme une lettre à la poste ! » Rigola Lud en courant derrière.

Ils rigolèrent tous mais soupirèrent de soulagement une fois dans l’hôtel.

« Dommage ! J’aurais aimé voir la tête de Micha en voyant le carnage ! » S’amusa Olivia.

« Moi pas tellement. » Grimaça Kat. « Il va avoir une attaque cardiaque et nous hacher menu. »

Ils éclatèrent de rire en montant dans leur chambre respective.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Linke prit une grande serviette éponge et la plaça sur les épaules de Melina.

« Ca te dit une douche ? » Lui demanda-t-elle avec un grand sourire.

Il lui répondit par un baiser.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Ludmia épongea ses cheveux avec une serviette rouge. Le seul moyen pour elle de savoir si elle avait encore de la peinture rouge dans ses cheveux… rouges, c’était le peigne fin. Elle grimaça. Elle détestait le peigne. Ca lui faisait un mal de chien à chaque fois. Elle se mit au travail non sans rancœur.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Anna se changea en trois secondes, se sécha les cheveux et rejoignit le salon. Juri était déjà assis dans le canapé à zapper les chaînes télé. Il semblait s’ennuyer ferme.

« Il va falloir retourner au studio. »

Juri fit une moue embêtée.

« On va se faire lyncher. »

Elle approuva de la tête en s’asseyant à côté de lui pour regarder la chaîne… marché économique. Elle lui piqua la télécommande et se remit à zapper.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia grimaça. Ca faisait dix minutes qu’elle se tortillait dans tous les sens pour se faire les cheveux sans devoir aller prendre une quatrième douche.

« JE LES HAIS ! » Hurla-t-elle en les empoignant à pleine mains.

Elle saisit un ciseau.

« NAN MAIS T’ES FOLLE ! » Hurla une voix masculine dans son dos.

Elle sursauta et gémit de douleur quand le ciseau entailla son cou.

« T’as failli me tuer, crétin ! » Râla-t-elle tandis que Frank lui prenait son ciseau et le mettait dans sa poche.

« Tu allais faire quoi ? » lui demanda-t-il d’une voix pleine de reproche.

« Mais j’arrive pas à enlever la peinture. Ils m’énervent. Ils ne ressemblent à rien. » Tenta-t-elle de s’expliquer.

Frank la fit se retourner, dos à lui, et se mit au travail. Une demi-heure plus tard, Olivia regarda ses cheveux tous beaux tous propres.

« Si jamais, votre groupe se dissout un jour, tu pourras devenir coiffeur ! » Le taquina-t-elle.

Il lui mit une légère claque derrière la tête en rigolant à son tour.

« Ca aurait été dommage de te les couper. Ils sont superbes ! »

Olivia rougit légèrement.

« Merci ! Les tiens aussi ! »

« Arrête de te moquer de moi, tu veux ! » Grogna-t-il en la suivant dans la chambre.

Elle sourit, amusée.

« Mais bien sûr, amour ! »

« T’as dit quoi ? » Lui demanda-t-il brusquement.

« De quoi, quoi ? »

Frank s’approcha d’elle et la retourna pour qu’elle lui fasse face. Elle avait le visage cramoisi.
Ok ! Ca lui avait échappé. Et maintenant, elle était dans la merde.

« Tu m’as appelé comment ? » insista-t-il.

« Ca m’a échappé, c’est tout ! » murmura-t-elle, les yeux baissés.

Son cœur menaçait d’exploser à tout instant tellement il battait la chamade.

« Olivia… » Chuchota-t-il.

Elle leva son visage vers lui et plongea son regard dans le sien.
Ca ne devrait pas être permis d’avoir des yeux aussi beaux que les siens. Vraiment interdits. Elle ferma les yeux quand il posa ses lèvres sur les siennes. Leurs langues se cherchèrent et se trouvèrent un long moment. Leur baiser avait un goût sucré, chaud, tendre. Olivia passa ses mains sur la nuque de Frank pour approfondir un peu plus le baiser.
Ils se séparèrent à bout de souffle.
Il posa son front contre le sien sans couper le contact visuel.

« Ca veut dire quoi au juste ? » Lui demanda-t-il à voix basse.

« ON RETOURNE AU BOULOT ! » les surprit Kat en tambourinant sur la porte de la chambre.

Olivia se sépara de lui en quatrième vitesse quand Kat entra.

« Je dérange ? » Demanda la bassiste.

« Non ! Non ! » S’empressa de répondre Olivia en l’accompagnant hors de la chambre.

Frank resta statique au milieu de la pièce, soupira et posa un paquet sur l’oreiller de la jeune femme.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Jan. On retourne au boulot ! » Gueula Lud en entrant dans la chambre du DJ.

Un bordel monstre jonchait le sol de la chambre. C’était effrayant. Lud se fit un passage entre deux pantalons, des cannettes vides, des chips et des boxers pour finir près du lit de Jan. Elle se pencha et le secoua.

« Jan ! »

Mais ce dernier avait le sommeil lourd.

Ludmia le secoua violemment mais la seule réaction du DJ fut de la saisir par les bras et de la bloquer sur lui.

« Eyh ! Boulet ! » Hurla-t-elle. « Tu vas me lâcher ? »

Jan papillonna des yeux et regarda ce qu’il tenait dans ses bras.

« T’as pas pu résister à mon charme ? » Demanda-t-il avec un grand sourire sur son visage.

Lud leva les yeux au ciel.

« L’état de ta chambre m’a rappelé pourquoi ce n’est pas le cas ! »

Jan grimaça mais ne la lâcha pas pour autant.

« Je te plais pas, c’est ça ? »

« Jan, ce n’est pas la question. Là, on a un enregistrement à faire alors lève ton cul et allons-y. »

Mais il n’écouta pas.

« Moi, je t’aime bien. »

Lud réussit à s’extirper de sa prise et le fixa sans se rendre compte qu’elle était accroupie au-dessus de lui.

« Jan, lève-toi ! On y va ! »

Elle se leva et sortit.
Jan resta étendu sur le lit, les yeux écarquillés.

« Et merde ! » Jura-t-il en se levant difficilement.

Pourquoi réagissait-il à sa proximité ?

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:52

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Oli_fr10


14: scènes de futurs ménages...


Ambiance: chaudasseeeeuh!

POV Anna.

Je m’agrippe aux draps en haletant de souffrance. Tu m’avais promis de toujours être près de moi. Que tu ne partirais jamais. Que tu me soutiendrais envers et contre tout. Aujourd’hui, tu n’es pas là. Je suis seule et j’ai mal.
Je sèche mes larmes avec le bout d’un drap. Il faut que je tienne encore.
Je me lève et pars rejoindre les autres. Nous devons terminer notre chanson.
Juri me lance un regard interrogateur auquel je réponds par un sourire qui se veut chaleureux. Mais il n’est pas stupide. Il fronce les sourcils. Ca ne m’inquiète pas. Il ne parlera pas.

Je soupire et suis les autres.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Melina embrassa tendrement Linke sur les lèvres avant d’aller rejoindre Lud et Olivia qui se chamaillaient gentiment.

« Alors ? Ca avance vos amours ? » Lança-t-elle à voix basse.

Elle se reçut deux regards de la mort qui tue la vie plus rapide que la lumière.

« Oula ! Ca ne va pas hein ?»

« Personnellement, je n’ai aucun problème… »

« A part le rentre-dedans de Jan ! » Ricana Olivia.

« Oh ! Tu peux causer avec Frank qui te dévisage depuis notre départ. »

Olivia piqua un fard monumental qui fit rire les deux autres filles.

« Allez ! Expliquez tout à tata Lina. Le bourreau des cœurs. »

« Dis-moi, c’est toi qui a sauté sur Linke ou l’inverse ? » Ricana Lud.

Melina leur tira la langue.

« Ca n’a pas d’importance vu que pour finir, je suis avec lui. »

Lud et Olivia se jetèrent un regard entendu en souriant.

« Mais ça ne règle pas vos problèmes. »

« Laisse tomber Lina. » Soupira Lud.

Melina fit la moue mais en voyant leurs yeux sombres, elle décida de se taire… pour l’instant.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Megane rigola en regardant deux types faire des grimaces aux passants. L’un d’eux, un grand blond aux yeux bleus, lui fit un signe de la main et un grand sourire auquel elle répondit sans gêne.

« T’as fini de draguer ? » Cracha David.

« Non, pas encore ! Je n’ai pas été lui demander son numéro de téléphone. »

David la regarda partir en direction des deux inconnus, les yeux écarquillés par la surprise. Megane qui ne parlait presque pas, qui était d’un calme presque olympien, se lâchait complètement depuis la veille. Elle souriait à tout le monde, parlait à tord et à travers et maintenant, elle draguait.

« Oui, je veux bien… »

« Non, elle ne veut rien du tout ! Tu viens ! » Ordonna-t-il en la tirant par le bras jusque dans le bâtiment de la production.

Morgane se détacha de lui et lui administra une claque monumentale qui les choqua tous les deux.

« Tu l’as dit toi-même, nous ne sommes pas ensembles donc si j’ai envie de draguer, je fais ce que je veux ! » Lui hurla-t-elle dessus.

Elle le laissa en plan, une main sur sa joue brûlante.
Pour qui se prenait ce stupide garçon ? Un jour, il lui disait qu’il n’éprouvait rien pour elle et le jour suivant, il lui faisait des crises de jalousie.
Elle entra comme une furie dans le locale d’enregistrement et alla se taper à côté d’Olivia et de Melina.

« Ca va ? »

« Oui ! » Répondit-elle faisant bien comprendre qu’elle ne dirait rien de plus et qu’il fallait la laisser tranquille.

Ils froncèrent tous les sourcils en voyant arriver David avec une joue toute rouge.

« C’est une main que tu as sur la figure ? » S’enquit Jan.

David le fusilla du regard mais ne répondit pas.
Megane en colère, David froissé portant une belle marque de main sur son visage, il ne fallait pas être un géni pour comprendre que ces deux-là venaient d’avoir une altercation digne de ce nom.

« David a une nouvelle mélodie à vous faire écouter ! » Déclara Melina.

David s’installa au piano et se mit à jouer une mélodie mélancolique qui plongea chacun d’entre eux dans leur pensée. Olivia leva les yeux et tomba dans le regard glace de Franky. Ils se fixèrent un long moment sans un mot, juste avec le son des touches de piano. Une mélodie qui parle à leur place.

« Tu as vraiment un don unique ! » Sourit Lud quand David eut fini.

David sourit à son tour, légèrement gêné quand même. Tous ces visages ravis lui en auraient presque fait oublier la cuisante humiliation d’il y a une demi-heure.
Presque !
Il jeta un coup d’œil à Megane qui ne le regardait pas du tout et trouvait plus approprié de griffonner sur une feuille. Une étrange exaspération prit possession de lui. Elle le mettait vraiment hors de lui quoiqu’elle fasse.
Elle souriait, ça l’énervait.
Elle boudait, ça l’énervait.
Elle parlait, ça l’énervait.
Elle se fâchait ou que savait-il encore, ça l’agaçait au plus haut point.
Et tout cela, sans qu’il n’en sache les causes… Mais les conséquences, elles, étaient marquées à même sa peau. Il ressentait encore des picotements sur sa joue.

« David, ça va ? » Le surprit Frank qui prit place à côté de lui.

Le guitariste et pianiste regarda les autres. Tous étaient occupés à parler, écrire ou ne rien faire mais ça, ça concernait juste Jan qui végétait sur son fauteuil dans une pose très sexy : la tête en bas, les pieds en l’air, la bouche ouverte pour mieux gober les mouches.

« Je ne me comprends plus ! » Soupira David en faisant bien attention à parler bas pour que seul, Frank l’entende.

« C'est-à-dire ? »

« Megane… Elle m’a frappé. J’ai juste voulu la protéger… »

Et il expliqua ce qui c’était passé dehors. Frank sourit légèrement. Il se retenait pour ne pas éclater de rire.

« T’étais jaloux, grand ! »

David afficha un visage outré.

« Mais non ! »

Frank leva les yeux au ciel. David étant très butté, ça n’allait pas être de la tarte pour qu’il prenne conscience de ce qui se passait en lui.

« Laisse faire le temps. »

« C’est ce que tu vas faire avec Olivia ? » S’enquit David, le regard ironique.

« Pourquoi tu dis ça ? »

« Oh ! Ca va. Ne me prends pas pour une bille. Je dis peut-être rien mais je vois tout. Et ce que je vois, c’est clair… »

Frank fronça les sourcils.

« Vous êtes mes meilleurs potes mais vous êtes trop cons ! » Soupira David, taquin.

« Dites, on peut participer ? » Les fit sursauter Lud.

Un silence de plomb tomba dans la pièce. Lud finit par éclater de rire suivit des autres. La tête que tiraient Frank et David était impayable.

« Allez ! Les gosses, au boulot ! » Lança joyeusement Nathan en prenant place sur la grand table où étaient disposées des feuilles, des ordinateurs et divers autres gadgets.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Frank

Je la regarde à l’autre bout de la pièce. Elle est là, souriante, joyeuse. Elle regarde Jan mixer un morceau choisi par Lud : Alles endet hier. Son regard croise le mien. Nos yeux s’accrochent.
Une douleur me serre le cœur. Pas une douleur qui fait mal, loin de là. J’aime ses yeux étranges. Un bleu. Un vert. Mais qui reflètent tellement de choses sur elle.
Timo s’approche d’elle et lui parle. Elle lui sourit chaleureusement. Il touche ses cheveux.
Je ne suis pas jaloux. Non. Timo est mon meilleur ami. Si elle le choisit, ça sera tout aussi bien. Je ne dis pas que je ne souffrirai pas, je dis juste qu’au moins, je saurai avec qui elle est. Je saurai toujours la protéger.
Timo me jette un coup d’œil. Il me sourit légèrement. Je ne peux m’empêcher de lui rendre son sourire. Je le connais bien. Je vois bien qu’il l’apprécie énormément.
Ils reportent leurs attentions sur Jan et Lud qui recommencent à se charrier.
Chacun de nous a trouvé une épaule, un regard, un sourire qui nous réchauffe.
C’est étrange comment nos deux groupes se sont liés même avec ceux qui sont arrivés en chemin.
Sans que j’y peux grand-chose, mes yeux retournent se poser sur elle. Je souris en la voyant éclaté de rire en se moquant de Jan qui a fait un faux mouvement et a raté sa prestation.
J’aimerais la reprendre dans mes bras, reprendre possession de ses lèvres et sentir son cœur battre contre le mien.
J’ai l’impression de voler, c’est une sensation grisante mais la peur s’empare d’une part de mon cœur. Vais-je atterrir en douceur ou trop brutalement ?
David pose sa main sur mon bras me tirant de mes rêveries. Il me fixe d’un regard entendu puis secoue la tête, plus amusé qu’embêté.
Et si je me remettais au boulot. Je n’ai jamais été aussi dissipé qu’en ce moment.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Six heures plus tard, ils sortent enfin de l’immeuble. Epuisés mais contents d’eux. Ils ont réussi à boucler trois chansons potentielles. Ce qui est énorme mais les garçons avaient été très motivés et très inspirés.

« C’est pas tout ça mais moi, j’ai la dalle ! » Bailla Lud.

« J’allais dire pareil ! » Ajouta Jan.

Les autres levèrent les yeux au ciel, amusés.

« Je crois qu’il y a un marché de nuit sur la grand place. Et si on allait y faire un tour. » Proposa Megane. « Y aura surement des stands pour manger ! »

Jan et Lud firent la course jusqu’à l’entrée du marché.

« Mais c’est un marché pour quoi au juste ? » S’enquit Juri.

Un silence lui répondit.

« Ca a une importance ? » Demanda Anna en riant de sa mine déconfite.

Juri fit la moue mais ne répondit rien.
Ils entrèrent dans le marché. Lud et Jan avaient déjà acheté des petits pains pizzas étranges. Olivia et Melina regardèrent ça avec suspicion.

« Vous êtes sûrs que ça se mange ? »

Linke rigola et acheta une vingtaine de petits pains pizzas qu’il distribua après. Les filles s’entreregardèrent puis croquèrent dans le petit pain.

« Pas mauvais ! » Finit par dire Melina.

Linke se pencha et l’embrassa furtivement sur les lèvres. Ils se sourirent.

« C’est fini les amoureux, oui ! » Gueula Kat. « On se remet en marche ! »

Linke et Melina se sourirent, amusés mais obéirent tout de même.

« Oh ! c’est trop chou ! » S’extasièrent Anna et Olivia vite rejointes par Lud qui grimaça.

« Vous allez quand même pas mettre ça ! »

Olivia enfila le bonnet noir et blanc sur sa tête. La bout du bonnet lui arrivait au mollet mais le pompon, lui, touchait le sol.

« On dirait un elfe ! » Commenta David.

« Je dois prendre ça comment au juste ? » Se méfia la jeune femme.

« T’es tellement minuscule que tu vas marcher dessus ! Tu pourrais même en faire une écharpe !» Se moqua Ludmia.

Olivia alla pour enlever le bonnet quand un flash l’aveugla. Elle cligna plusieurs fois des yeux avant de voir Juri se barrer avec un appareil photo.

« JURI ! » Hurla-t-elle en reposant le bonnet et en lui courant après sous les rires du reste du groupe.

Elle abandonna très vite la course, essoufflée.

« Tu payes rien pour attendre ! » grogna-t-elle en reprenant son souffle.

« Faut te remettre au sport hein… » Se moqua Melina.

Olivia la fusilla du regard.

« Le même genre que le tien depuis avant-hier ? »

Melina rougit légèrement.

« Tu aurais plus d’endurance. » Intervint Linke.

« Oh ! Ca va toi ! On va savoir que c’est ta petite amie ! »

Linke prit Melina dans ses bras et tira la langue à Olivia qui le lui rendit.

« Rangez-moi ça avant qu’on ne vous les vole ! » Les coupa Lud.

Ils regardèrent chaque petit stand les uns après les autres en commentant tout ce qu’ils voyaient.
Les garçons se moquèrent de Melina, Olivia et Anna qui s’extasiaient devant chaque petit bibelot un peu trop « miiignooon » pour son bien.
Lud s’arrêta en voyant Jan baver devant des oignons et des champignons fris dans une sauce blanche et verte.

« Tu en veux ? »

« T’es gentille avec moi ? » S’enquit Jan pince sans rire.

Ludmia fronça les sourcils.
Jan rigola et déclara :

« Nan mais comme ça, je peux me préparer à la venue des Cavaliers de l’Apocalypse et la fin du monde ! »

Ludmia le frappa derrière la tête faisant redoubler son rire. Elle le suivit peu de temps après dans son trip. Ils se prirent deux raviers de champignons et d’oignons fris.

« Bande de goinfres. C’est à se demander comment vous faites pour ne pas être obèses ! » Grogna Juri.

Jan et Lud lui sourirent innocemment le faisant enrager. Juri se détourna et poursuivit sa promenade.

Melina s’arrêta devant un stand de bijoux anciens. Linke suivit son regard et rigola.

« Tu as un coup de foudre ? »

Melina secoua la tête négativement mais son regard ne pouvait se détacher du bracelet argenté devant elle. Seulement, le prix était bien trop élevé pour elle. Elle prit la main de Linke et rejoignit les autres devant un stand de boissons en tout genre. Olivia dévalisait littéralement la vendeuse.

« Je vais finir par croire qu’elle est alcoolique ! » Commenta Jan en dévisageant Olivia qui avait les yeux brillants d’envie.

Melina éclata de rire.

« Vous n’avez pas remarqué que tous les produits sont à la rose ? »

Les garçons y regardèrent de plus près et purent en attester.

Olivia revint vers eux avec deux grands sacs.

« Tu as pris quoi ? » Demanda Anna qui revenait d’un stand de confiseries.

« Une bouteille de liqueur à la rose, des loukoums à la rose, des sucres dans du miel à la rose, des cœurs moues à la rose, des oursons parfumés à la rose,… »

« Je crois qu’on a compris ! » La coupa Jan, mort de rire.

Olivia rougit légèrement. C’est vrai qu’elle avait exagéré sur ses achats mais elle tombait rarement sur des produits faits à la rose alors elle pouvait bien en profiter une fois non ?

« Nous allons où ? »

David regarda sa montre.

« Il est vingt trois heures quart. Le temps de remonter à l’hôtel, il sera bien minuit. »

Ils décidèrent donc de rentrer à pieds.

« Minuit pile ! Qui va se changer en citrouille ? » S’enquit Ludmia en riant.

« On va enfin pouvoir voir ton état naturel ! » Lança Jan.

Lud plissa les yeux et le poursuivit dans le hall de l’hôtel.

« De vrais gamins ! » Soupira Melina.

« Tu veux venir avec moi ? » demanda Linke en la tirant vers l’ascenseur.

Melina salua les autres de la main et suivit Linke. De toute façon, elle n’avait pas trop le choix.
Anna rejoignit Juri au bar de l’hôtel pour un dernier verre. Olivia sourit en les voyant partir. Ca lui faisait plaisir de voir sa sœur aller un peu mieux.
David suivit Morgane qui se faisait la malle discrètement. Elle n’avait pas du tout envie de se retrouver avec l’autre énergumène sinon, ça ne serait plus sa main mais son poing. Même si pour ça, elle le défigurait.
Olivia se retrouva donc très intelligente au milieu de Frank et Timo. Elle déglutit.

« Bon… Eh bien… Bonne nuit hein ? »

Elle monta les marches quatre à quatre sans un regard en arrière. Plus gênée que ça, personne ne trouverait sur terre.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:52

Frank et Timo restèrent ébahis en face des marches.

« Je crois qu’elle essaye de nous éviter. » Soupira Frank.

« Je suis du même avis ! »

Ils se regardèrent puis montèrent ensemble.

« Dis-moi, tu attends quoi d’elle ? »

Timo haussa les épaules.

« Si je le savais. Mais que ce soit toi ou moi, on reste pote non ? »

Frank sourit et prit Timo dans une accolade fraternel.

« Bien sûr ! »

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Melina fronça les sourcils en sentant le vent s’engouffrer dans ses cheveux. Où pouvait-il l’emmener ?
Il la fit s’arrêter à quelques pas du bord du toit. Melina resta ébahie en face de la vision qui s’offrait à elle.

« C’est… magnifique ! »

Tout Hambourg était éclairée de milles feux.

« Je viens ici quand je veux écrire ou être seul. »

Melina sourit à Linke, s’approcha de lui et l’embrassa profondément. Leurs souffles se mélangèrent. Leurs langues se mêlèrent, se caressèrent, se domptèrent, se découvrirent sans se lasser. Ils se séparèrent, le sourire aux lèvres, fronts contre fronts.
Leurs mains se lièrent, leurs yeux se coulèrent les uns dans les autres. Il n’y avait plus besoin de mots.
Juste un silence et deux corps qui se découvrent, se redécouvrent et se cherchent pour mieux s’apprivoiser et se connaître.
Linke chantonna doucement à l’oreille de Melina qui frémissait en l’écoutant. Les vêtements tombèrent. La mélodie continua jusqu’à la fin sans se couper.
Pas trop forte.
Pas trop faible.
Juste ce qu’il fallait pour les faire vibrer encore et encore.
Melina sourit à Linke, couchée dans ses bras. Un clic la surprit. Elle regarda fixement son poignet où était accroché un bracelet blanc.

« Linke… » S’écria-t-elle en admirant le bijou.

C’était le bijou hors de prix qu’elle avait vu sur le marché.

« Mais… »

Linke posa un doigt sur ses lèvres.

« Je t’emprisonne maintenant. » Souffla-t-il.

Melina sourit, les yeux pétillants de joie et se laissa de nouveau couler dans le creux de ses bras.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Megane grimaça en laissant entrer David dans sa chambre.

« Que veux-tu encore ? »

« Tu m’en veux ? » Demanda-t-il.

Megane fronça les sourcils et le dévisagea.

« Ca pouvait pas attendre demain ? »

David secoua la tête négativement.
Elle leva les yeux au ciel, exaspérée.

« Non, je ne t’en veux pas. Tu peux t’en aller maintenant ! »

David ne fut pas de cet avis. Il claqua la porte qu’elle avait laissé ouverte et la poussa sur le lit, assise.
Megane voulut se relever, folle de rage mais il la maintint assise.

« Tu restes là et tu t’expliques. »

« Tu fais chier, David. J’ai rien à te dire. »

« J’ai toute la nuit, tu sais ! »

Morgane le fusilla du regard. Elle détourna les yeux et rougit.

« Je n’ai absolument rien à te dire. Si ce n’est que tu dois te mêler de ta vie. Si j’ai envie de draguer ou de me laisser draguer, tu n’as rien à me dire ! Ta petite crise de ce matin ne m’a pas plu du tout et je ne la comprends pas. »

« Moi non plus ! » Soupira-t-il. « Je sais pas… Tu m’énerves, c’est tout ! »

« C’est tout, en effet ! » grogna-t-elle plus pour elle-même que pour lui.

D’ailleurs, il ne l’écoutait pas, tellement il était plongé dans ses pensés. Megane soupire.

« David, tu serais mieux dans ta chambre pour mettre tes idées au clair. Moi, je veux juste que tu arrêtes de me prendre la tête. »

Le jeune homme ramena ses cheveux en arrière, préoccupé. Il ne savait pas mettre de mots sur ce qu’il ressentait et ça l’énervait. Ca ne lui était jamais arrivé avant aujourd’hui. La première fois qu’il avait vu Megane, elle lui était apparue comme une petite chose chétive, fragile, timide, réservée et surtout trop lugubre pour lui. Mentalement parlant. Parce que physiquement, elle était tout le contraire de ce qu’il cherchait. Elle avait des formes généreuses sans être grosses, elle s’habillait de vêtements larges mais très féminin, toujours bien coiffée, légèrement maquillée, tout était assorti sur elle, du collier à son chapeau.
Tout le contraire de son idéal féminin et pourtant, elle le mettait dans tous ses états.
Il s’approcha d’elle et posa ses lèvres sur les siennes. Megane se releva comme une furie et lui assaini une nouvelle gifle.

« Mais t’es malade ! » Hurla-t-elle.

David ne l’écouta pas et sortit de la chambre, la main sur la joue et les yeux dans le vague.
Il avait voulu en avoir le cœur net et il l’avait.
Malheureusement…
Ou heureusement…

Megane fonça sur sa porte et la ferma à double tour.
Son cœur battait la chamade dans sa poitrine. Les larmes perlèrent à ses yeux. Il venait de l’embrasser. Pas un vrai baiser mais presque… Elle se mit à le traiter de tous les noms.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Anna se fit raccompagnée jusqu’à sa chambre par Juri. Ils venaient de passer une heure à parler autour d’un verre. A présent, ils étaient en face de la porte de la chambre d’Anna. Juri pouffa légèrement.

« On dirait deux adolescents à leur premier rendez-vous. »

Anna rigola à son tour. Ils se sourirent. Juri se baissa et lui ravit un baiser aussi léger que des ailes de papillons.

« Juste pour bien terminer la soirée ! » Rit Juri en la laissant sur le pas de sa porte.

Anna toucha ses lèvres du bout des doigts et entra dans sa chambre. Elle se laissa tomber sur son lit.
Là, les larmes coulèrent à flot. Elle se recroquevilla sur son lit en tenant contre elle une longue chaine avec deux plaques en or.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia bailla et se leva difficilement. Elle regarda son réveil. Six heures du matin. Elle soupira et se rendit dans le salon puis la cuisine. Elle avait une soif atroce. Elle prit un grand verre et se servit de l’eau fraîche puis passa directement à la bouteille. Aux grands maux, les grands remèdes.
Elle reposa la bouteille, marqua son nom dessus à l’indélébile puis ferma le frigo avant de sursauter en hurlant de peur.

« T’as essayé de me tuer ou quoi ? »

Frank sourit, amusé. Il la détailla des pieds à la tête, la faisant rougir. Son seul habit était une nuisette courte rouge sang.
En plus, il était en simple jean devant elle.

« Tu… euh… »

Frank s’approcha d’elle en fermant la porte de la cuisine derrière lui.

« Frank… » Souffla-t-elle son cœur menaçant de sortir de sa poitrine tellement il battait la chamade.

Elle recula légèrement jusqu’à se retrouver coincé par le frigo. Il leva une de ses mains et passa les mèches rebelles de la jeune femme derrière son oreille droite. Il sourit légèrement en plongeant son regard dans le sien. Olivia baissa les yeux. Elle savait qu’en le fixant, elle ne résisterait pas une seule seconde.

« Regarde-moi ! » Murmura-t-il.

Elle secoua la tête négativement. Il lui prit le menton entre ses doigts et lui releva la tête, la prenant par surprise. Il l’embrassa passionnément quelques secondes plus tard.
Elle voulut s’agripper à lui mais ne toucha que sa peau chaude. Olivia frémit en sentant la chaleur sous ses doigts. Frank passa ses mains dans son dos et remonta légèrement sa robe au passage. Elle colla son corps au sien en enfonçant ses doigts dans son dos. Olivia gémit légèrement tandis que leur baiser s’approfondissait encore plus. Soudainement, il s’arrêta la laissant pantelante dans ses bras. Il déposa une multitude de baisers sur sa figure alors qu’elle avait toujours ses yeux fermés.

« Sois à moi ! » Souffla-t-il à son oreille.

La chaire de poule enveloppa la musicienne.

« Je… » Commença-t-elle avant de se sentir fondre alors que la bouche de Frank était à la base de son cou et mordillait puis suçait délicatement sa peau.

« Ne pense pas ! » Gémit-il à son tour en la soulevant par les hanches pour la placer sur la table de la cuisine.

Il déposa des baisers tout le long de son bras droit jusqu’à la paume de sa main. Il replongea son regard dans le sien et là, elle sut. Elle sut que malgré tout ce qui allait se passer dans le futur, tout ce qui s’était passé auparavant et tout ce qui les entourait, il l’avait fait prisonnière de ses filets. Elle sut qu’elle mourrait à cause de lui. Elle sut qu’elle vivrait grâce à lui.
Elle écarquilla les yeux et descendit la table se retrouvant collée à lui.
Tout son corps l’appelait. Son cœur aussi. Il posa ses mains sur son visage et replongea sur elle. Olivia se laissa faire mais finit par se détacher. Elle sortit en courant de la cuisine.
Pourrait-elle se donner corps et âme sans le regretter ?

« Olivia, ça va ? »

Olivia regarda Timo en face d’elle.
Mais et lui ? Ne ressentait-elle rien pour lui ?

« « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 3:59

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Jan_et10


15. Soirée de réconciliation.

Ambiance: mouvementé.

La journée s’était plutôt bien passée si on omettait le fait que Megane avait déserté l’hôtel aux petites heures du matin pour une raison inconnue et qu’Olivia ne les avait pas rejoints avant de finir avec eux en boîte de nuit.
Pour détendre l’atmosphère, Jan et Ludmia avaient eu la brillante idée de tous les emmener en boîte de nuit. Cela faisait une semaine qu’ils étaient à Hambourg et ils n’étaient sortis qu’une seule fois, au Lust. Ils avaient envie de réitérer l’évènement.
Mais ils déjantèrent bien vite en sentant les tensions dans le groupe. Frank fusillait du regard Olivia et Timo qui avaient passé la journée avec elle en tête à tête à faire, ils ne savaient quoi. Megane ignorait David qui lui jetait des regards en coin pensant que personne ne le voyait.
Melina et Linke se papouillaient non sans s’inquiéter des tensions. Parce qu’il aurait fallu être aveugle pour ne pas sentir l’atmosphère lourde qui les entourait.
Anna et Juri, eux, discutaient ensemble comme chaque jour qui passait depuis leur retour à Hambourg. Ils ne savaient pas ce qu’ils se racontaient mais leurs liens se renforçaient à vue d’œil.
Jan et Lud se regardèrent et soupirèrent de concert. Ca allait être plus dur que prévu. Ils burent leurs verres avant d’aller sur la piste de dance.

« Tu nous refais une démo Dj ? » S’enquit Lud, tout sourire.

Jan rigola.

« Pas ce soir. Sauf si tu y tiens. »

« Pas spécialement. Cette fois, le DJ n’est pas trop nul ! »

Jan éclata de rire. Lud le suivit peu de temps après. Ils se retrouvèrent collés serrés. Jan derrière elle, ses mains autour de sa taille. Ils rigolaient, se chamaillaient, revenaient l’un vers l’autre sans arrêter de se fixer dans les yeux.
Un petit jeu était instauré entre eux.

« Tu vas te brûler ! » Murmura Ludmia à cinq centimètres des lèvres de Jan.

Celui-ci lui eut un sourire joueur.

« Je ne serai sans doute pas le seul. »

Ludmia posa furtivement ses lèvres sur celles de Jan avant d’éclater de rire et de disparaître dans la mêlée. Jan rigola, amusé. Il partit à sa recherche. Ils se retrouvèrent quelques mètres plus loin pour danser collés serrés mais avant la fin de la musique, ce fut Jan qui disparut. Ludmia partit à sa recherche.

« « « « « « « « « « « « « « « « «

Megane soupira et se retourna d’un coup chopant David qui la regardait. Celui-ci se releva d’un coup, surpris.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Aboya-t-elle, énervée.

David fronça les sourcils.

« Pourquoi tu me regardes ? » Attaqua-t-elle.

« Mais je te regarde pas ! »

« A d’autres oui ! »

« Va te faire voir ! »

David retourna à son verre plus irrité que jamais. Megane, elle, le fusilla du regard puis disparut dans la foule. David releva aussitôt la tête en se demandant où elle était. Il se leva et essaya de la rattraper.

« Mais tu me suis ou quoi ? » S’impatienta Megane, assise au bar.

« Je viens chercher un verre. » Contra David.

Megane lui jeta un regard soupçonneux mais elle ne pouvait rien objecter. Un type s’approcha d’elle.

« Je vous… »

Il déglutit et tourna les talons. Megane se retourna pour voir David détourner la tête.
Elle soupira.

« David… »

Il posa son regard sombre sur elle.

« Ne te mêle pas de ma vie, tu veux ! »

Et elle le planta là.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Anna soupira. Cette soirée ne lui plaisait que moyennement. Juri avait fini par l’abandonner pour une superbe blonde pulpeuse. Adorable la blondasse mais complètement inutile pour la conversation. Mais elle supposait que ce n’était pas pour ce point que le batteur la draguait.

« T’es toute seule ? »

David s’assit à côté d’elle, une bouteille d’alcool dans une main et deux verres dans l’autres. Il remplit les deux verres, lui en donna un et vida le sien cul sec.

« Un problème ? »

« Aucun. » Grogna-t-il en vidant un deuxième verre.

« Megane ! » Rigola Anna.

David fit la moue mais ne démentit rien.

« Je comprends rien aux filles. »

« Tu ne comprends pas ce que tu ressens, c’est différent. » Contra Anna en buvant son verre.

Il la resservit aussitôt.

« Pourquoi me sortez-vous tous cette explication. »

« Peut-être parce qu’elle est vrai ? » tenta Anna.

David émit un soupir méprisant.

« Je ressens rien pour elle. »

« Alors pourquoi la cherches-tu du regard ? »

David ne répondit rien et se noya dans son alcool.

« Tu bois trop. »

« J’oublie. »

« Quoi donc ? »

« Tout ça ! Et elle… »

« Megane. »

« Non ! Sophia… »

Anna lui jeta un regard interrogateur.

« Mon ex… » L’éclaira-t-il. « Une sale garce… Une connasse… Elle m’a trompée tout le temps que l’on était ensemble et elle s’est mariée avec son amant… Au moins, un de nous deux a eu ce qu’il voulait. »

Anna comprenait mieux ce qui se passait dans la tête du guitariste.

« Megane n’est pas comme ça. »

« Je sais. C’est effrayant. »

Elle ne répondit rien. David vida un énième verre puis se leva.

« T’es une chique fille ! »

Elle haussa un sourcil surpris et le regarda partir, plus très frais. Il venait de vider les trois quart de la bouteille tout seul.

« Ca va ? »

« T’as abandonné Barbie à Ken ? » S’amusa-t-elle.

Juri grimaça.

« Elle n’a pas ta conversation. »

Anna éclata de rire. Juri sourit. Il adorait voir ses yeux pétillés comme en cet instant.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Jan finit par trouver Lud au salon au-dessus de la boîte. Elle regardait par la fenêtre teintée les gens danser. Elle se retourna et sourit à Jan qui entra et ferma la porte derrière lui. La musique leur arrivait en bruit étouffé derrière la paroi de verre. Il s’approcha, posa ses doigts le long de son bras, remonta doucement jusqu’au cou puis posa sa main sur la joue légèrement rougies de la jeune femme. Ils s’étaient courus après dans toute la boîte. Un baiser volé. Une caresse appuyée. Un regard profond. Un sourire.
Jan se jeta presque sur elle. Il dévora sa bouche avec force et détermination.

« Tu ne t’échapperas pas. » Chuchota-t-il.

Elle éclata de rire avant de s’étrangler et de gémir quand il lui mordilla le lobe de l’oreille. Il la plaque contre la vitre.

« La… porte ! » Souffla Lud entre deux baisers.

« Fermez ! » Coupa Jan d’une voix ferme.

Ludmia ne discuta pas et se replongea dans leur étreinte. Leurs souffles se firent plus courts, leurs gestes plus brutales, presque bestiales. Comme un trop plein de désir et de vengeance d’avoir trop attendu cet instant et d’avoir perturbé l’autre.
Jan obligea Ludmia à passer ses jambes autour de sa taille, il remonta, de ce fait, la jupe de la jeune femme sur ses fesses. Jan frémit en sentant les cuisses de Ludmia serrer sa taille. Il se mordit les lèvres de plaisir. Elle le rendait sénile. Il passa son t-shirt au-dessus de sa tête et dénuda Ludmia après. Leurs peaux étaient chaudes au possible. Ils avaient l’impression de se consumer sur place. Lud jeta la tête en arrière en sentant les lèvres de Jan sur son cou puis sur tout son buste et sa poitrine. Elle plongea ses mains dans ses cheveux, tira dessus et l’embrassa goulument. Leurs bouches s’entrechoquèrent violemment mais cela ne les perturba pas le moins du monde. Jan la porte à bout de bras pour quasi la jeter sur le tapis de la pièce. Il se retrouva à quatre pattes au-dessus d’elle. Il la regarda longuement. Ses chaussures avaient volé dans un coin de la pièce, sa jupe remontait autour de sa taille dévoilant un string bleu, son soutien-gorge de la même couleur sembla le narguer. Il le détacha lentement ce qui la fit râler.

« Jan… »

Il sourit, goguenard mais obéit à l’ordre muet. Il retira vivement l’obstacle entre eux puis se plaqua contre elle, leur tirant à tous deux un gémissement de bien être.

« Tu es trop habillé à mon goût ! » Chuchota-t-elle en défaisant sa boucle de ceinture puis en abaissant son pantalon à l’aide de ses pieds.

Jan envoya le pantalon quelque part dans la pièce puis retourna s’occuper de Ludmia qui s’accrocha au tapis à mesure que Jan parcourait ses formes. En tout cas, il savait y faire. Elle sentait venir en elle, un véritable brasier. Il retira le dernier vêtement qu’elle portait et l’admira.

« Tu es superbe ! »

Elle rougit en faisant la moue ce qui le fit rire. Il l’embrassa plus tendrement mais bien vite, ils se dévorèrent à nouveau.
Jan passa ses mains sur tout le corps de la jeune femme, celle-ci fit de même le prenant par surprise. Il caressa de sa langue tout son corps en passant par sa poitrine qu’il mordilla et suçotant jusqu’à l’entendre gémir plus fort sans qu’elle ne puisse s’en empêcher. Il passa une main entre ses cuisses la faisant sursauter puis la caressa longuement. Cette fois, le gémissement fut plus long et plus grave. Ses doigts s’aventurèrent en elle, lentement, et puis, plus sauvagement jusqu’à la voir ouvrir la bouche pour crier et ne plus savoir se taire. Si elle avait ouvert les yeux, Lud aurait vu son sourire et ses yeux remplis de satisfaction. Elle était à sa merci et il adorait ça. Quand il sentit qu’elle allait partir, il retira sa main, provocant chez elle un petit cri de protestation.

« C’est bien meilleur comme ça. » Murmura-t-il à son oreille.

Elle frissonna avant de s’accrocher à ses épaules en le sentant entrer en elle. Ils gémirent à l’unisson.

« Jan… »

Il l’embrassa délicatement en allant doucement en elle. Au bout d’un moment, elle commença à bouger un peu plus vite mais il l’arrêta d’un coup. Elle lui lança un regard d’incompréhension auquel il répondit par un sourire carnassier.

« Tu te laisses faire ! »

Elle fit la moue mais ne bougea plus. Jan se mit à aller et venir lentement puis plus vite. Elle avait du mal à ne pas l’accompagner. Mais elle remarqua bien vite que ne pas bouger et se retenir augmentait son désir, son envie de lui.
Les joues rouges, les cheveux collés à son front, elle ne se rendait pas compte de l’image qu’elle lui renvoyait. Jan avait bien du mal à se contrôler et s’il l’empêchait de bouger, c’était surtout dû au fait, qu’il ne saurait pas se contrôler bien longtemps. Elle exerçait sur lui une telle fascination que ça l’effrayait un peu autant que ça le subjuguait.
Il finit par lâcher ses hanches et attraper ses mains pour les lui coincer au-dessus de leurs têtes. Il l’embrassa. Elle enroula ses jambes autour de lui. Ils gémirent à nouveau puis haletèrent. Ludmia rejeta la tête en arrière. Elle avait des étoiles plein les yeux. Elle se sentait monter à mesure qu’ils perdaient pieds dans leurs gestes erratiques.
La voir, les yeux à moitiés fermés, la bouche ouverte en un gémissement sans fin, la peau couverte d’une fine pellicule de sueur froide, lui en elle, le rendait fou. Il marqua la peau de son cou d’une belle morsure rougeâtre. Mais elle n’y prit pas attention parce qu’elle partait déjà. Elle répéta plusieurs fois son prénom avant de tomber essoufflée sur le tapis. Cette dernière vision l’acheva, il monta aussi haut qu’elle et redescendit lentement jusqu’à poser sa tête au creux de son cou. Elle passa ses bras autour de ses épaules et le serra contre elle.
Ils restèrent collés l’un à l’autre un long moment avant qu’il ne se retire d’elle.
Ils n’avaient pas besoin de mots. Ils se relevèrent, s’habillèrent puis se sourirent en s’approchant l’un de l’autre.
Leurs lèvres se scellèrent. Une sorte de promesse à un prochain jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 4:00

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia rigola en voyant Timo danser au centre de la piste. Enfin, danser était un bien grand mot, il s’épuisait à sauter tel un kangourou dans le désert. Il finit par venir la chercher et l’obliger à le suivre dans son délire. Ils se retrouvèrent à sautiller partout. Sur le bar. Sur les enceintes. Parmi les gens. Un slow les coupa dans leur tripe. Ils se regardèrent un moment avant que Timo ne l’attrape par le bras et ne la serre contre lui. Ils dansèrent collé l’un à l’autre en silence. Olivia se mit à réfléchir. Elle aimait bien Timo, il était amusant, charmant, gentil, drôle.
Ils se retrouvèrent front contre front à se regarder dans les yeux.
Sans un mot. Rien que leurs yeux fondant l’un dans l’autre. Ils se sourirent timidement avant de rejoindre leur place. Olivia remarqua que Frank n’était plus là. Elle le repéra sur la piste avec une jolie brune, petite, les yeux verts. Craquante. Olivia sentit son cœur se serrer mais la voix de Timo la ramena près de lui.

« Tu veux quelque chose à boire. »

« Une Vodka redbull, s’il te plaît. »

Il sourit et partit la lui chercher. Quelques minutes plus tard, il revint avec les verres. Ils burent en silence. Pas un silence lourd ou gêné. Non, léger, sincère. Ils n’avaient vraiment pas besoin de mots en cet instant. Une chanson entrainante reprit. Ils se dirigèrent vers la piste main dans la main en riant et reprirent leur danse bizarre fait de sauts et de pas étranges.
Tout à coup, la chanson devint plus torride. Ils se prirent au jeu. Olivia se retrouva dos à lui, sa tête dans son cou à se balancer contre lui de manière très suggestive. Elle frissonna en sentant son souffle chatouiller sa peau. Tous les deux avaient les joues légèrement roses. La musique prit fin. Ils éclatèrent de rire de leur propre gêne. Timo, prit d’une envie soudaine, la serra contre lui en plein milieu de la piste de danse. Heureusement, tous les gens autour d’eux dansaient sans faire attention à eux.

« Tu es vraiment adorable ! »

Le cœur d’Olivia rata un battement. Elle se retrouva assise sur sa chaise, elle ne savait trop comment. Timo avait disparut.

« Ca va ? » Rigola Melina.

Olivia la fixa avec des yeux de hibou perdu. Melina fronça les sourcils, amusée.

« Ca va ! » répondit-elle faiblement.

« Ca n’a pas l’air. »

« Tiens ! » Sourit Timo en lui tendant un verre.

Elle lui sourit faiblement avant de boire son verre.

« T’as une de ces descentes. » S’amusa-t-il.

Olivia rougit furieusement. Quand elle était gênée, Olivia avait tendance à boire très vite même s’il s’agissait d’alcool. Elle reposa son verre sur la table et alla dans les toilettes. Elle se débarbouilla le visage à l’eau clair puis reprit la route de la salle. Elle prit une profonde inspiration et se dirigea vers la table. Timo lui sourit et se pencha vers elle.

« Ca va ? »

Elle hocha la tête ne faisant pas confiance en sa voix. Elle vit arriver Lud et Jan éclatés de rire.

« Lud… Pourquoi tu as un suçon dans le cou ? » Demanda-t-elle.

Lud plaça sa main dans son cou puis demanda du tac au tac :

« Et toi, pourquoi t’es aussi rouge qu’une pivoine ? »

La jeune femme rougit encore plus en détournant les yeux. Lud sourit, fière d’elle.

« Dis, Jan, tu t’es battu avec un chat ou quoi ? » S’enquit Linke en admirant les griffes sur sa nuque.

« Je… Je vais aller faire un tour. Je reviens ! » Bégaya le DJ en s’enfuyant.

Ludmia s’éclipsa à son tour sous les rires des autres.

« Tu viens ? » s’enquit Linke auprès de Melina qui sourit et le suivit sur la piste de danse.

Timo prit place à côté d’elle. Ils burent en silence tout en regardant la piste de danse. Même Anna et Juri dansaient le slow.

« Pourquoi es-tu toute rouge ? » Lui demanda-t-il à son oreille.

Olivia prit une teinte tomate immédiatement. En fait, elle était troublée par son souffle sur sa peau et sa voix grave.

« Un problème ? »

« Aucun ! » S’empressa-t-elle de dire. « Tu veux boire quelque chose ? »

« Vodka... »

Elle hocha la tête et partit sans attendre la fin de sa phrase.
Elle arriva devant le bar sans savoir quoi commander.

« Deux vodka rouge ! » Lança une voix derrière elle.

Deux bras l’entourèrent.

« Si tu m’avais écouté jusqu’au bout. » Rigola-t-il.

Olivia soupira en se détendant contre lui. Elle était ridicule de se mettre dans des états pareils. Timo était son ami. Un baiser dans le cou la réveilla. Timo lui tendit son verre. Olivia le suivit jusqu’à une table un peu plus loin, à l’abri des regards.

« On ferait mieux de rentrer après. » Décréta-t-il.

« Pourquoi ? » S’étonna-t-elle.

« Parce que tu as l’air complètement dans la lune. »

Elle baissa la tête, les joues rouges de gêne.

« C’est pas la peine. Ca va. »

« Tu es sûre ? »

Elle hocha la tête positivement avant de lui sourire légèrement. Timo l’attrapa par la main et la força à le suivre. Olivia soupira mais ne protesta pas. Elle en avait marre de voir Frank avec sa brune sur la piste de danse ou à leur table.
Elle vida son énième verre et regarda Timo qui lui rendit son regard : moitié bourré, moitié brillant.
En gros, ils étaient mal barrés.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

POV Timo.

Comment est-on arrivé dans ce couloir sombre ? Alors là, aucune idée. Tout ce que je sais à l’heure actuelle, c’est qu’elle a un goût de vodka très prononcé et que je ne dois pas être en reste. Deux accros à la vodka, ça ne fait pas bon ménage… A coincer dans un coin de ma tête pour la prochaine fois.
Elle soupire légèrement alors que je caresse son visage du bout de mes doigts. Nos lèvres se cherchent et finissent par se trouver. Nos mains sont sur l’autre à la recherche de nos peaux.
Je sais… Ce n’est pas une bonne idée. Nous ne devrions pas faire ça. Pas ici. Pas maintenant. Pas comme ça. A la sauvette. A la vue de tous. Mais notre désir est présent et je sais que si nous n’étions pas aussi amochés, nous ne passerons jamais le cape des regards et des sous-entendus foireux.
Ou alors l’alcool est juste une excuse pour pouvoir se réveiller demain matin et tout nier sans détruire notre lien affectif…
Nos regards se croisent.
Tu le sais n’est-ce pas ? Un « nous » serait illusoire. Toi et moi, c’est un rêve plus qu’autre chose.
La question est : est-ce que je t’aime ? Je crois bien que oui.
Est-ce que nous pourrions avoir un avenir ensemble ? Je crois bien que non.
Pourquoi ? Parce que nous sommes nous.
Moi, timide, secret, gentil, amicale, parfois stupide mais attachant.
Et toi tellement… Toi.
C’est con mais je n’ai pas de mots pour te décrire. Tu es un peu comme toutes les autres sans être elles.
Ta particularité ? Ton regard qui m’a scotché. Pas la couleur étrange de tes yeux mais leur intensité. Tu ne regardes pas les gens, tu les sondes, tu plonges en eux et les mets à nu.
Mais en ce moment, quand je sens tes lèvres sur ma peau, me tirant des frissons, quand tes doigts parcourent mon dos et que tes yeux me fixent, je ne peux plus songer à tout cela.
Pourquoi appelles-tu à l’aide silencieusement ?
Pourquoi malgré le fait que nous sachions tout cela, sommes-nous attirés l’un vers l’autre ?
Pourrions-nous seulement nous aimer une seule nuit sans nous dévorer ?

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Timo se jeta corps et âme sur ses lèvres. Il les dévora sans retenu laissant Olivia pantelante dans ses bras.
L’alcool ne les grisait plus. Ils savaient ce qu’ils faisaient, où ils allaient. Front contre front, le souffle court, ils se fixèrent un instant. Timo caressa son visage. Elle serra le bas de son t-shirt dans ses mains.
Pouvaient-ils braver les interdits ? Leurs interdits ?

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « «
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 4:13

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Groupe10


16. L'amour...

Ambiance: aux larmes!

David soupira. Voilà dix minutes qu’il cherchait Megane mais cette dernière était introuvable.

« Tu me cherches ? » Le surpris Megane derrière lui.

David sursauta et la dévisagea.

« Non ! Pourquoi ? » Objecta-t-il d’une voix froide.

Elle le snoba en ricanant puis passa devant lui sans le regarder. Il lui attrapa le bras et l’obligea à lui faire face.

« T’as un problème ? »

« C’est toi le problème, David Bonk, pas moi ! » Cracha-t-elle se détachant de lui.

Il resta planté là un instant avant de la suivre à l’extérieur d’un pas rageur.

« Tu peux me dire ce que je t’ai fait ? »

Elle se retourna d’un coup, piquée au vif.

« Tu te fous de ma gueule ? C’est toi qui n’arrête pas de me chercher. Tu me dis que nous sommes de simples amis, que tu ne ressens rien pour moi alors que je ne t’ai jamais fait croire un instant que je puisse en pincer un tout petit peu pour toi. Pour après, me faire des crises de jalousies aigües. Tu te trouves très logique ? »

Il ne répondit rien. Mais sa colère, elle, avait chuté en piqué libre.

« C’est bien ce que je pensais ! » Renifla-t-elle, méprisante.

Elle se remit en route.
David la suivit de deux trois pas de distance, perdu dans ses pensés.
Arrivé devant l’hôtel, Megane se tourna vers elle.

« Bon. On fait une trêve. C’est stupide comme dispute. » Commença-t-elle. « On va reprendre depuis le début, si tu veux bien. »

Il hésita un instant avant de sourire.

« Tu as raison. »

« Rentrons, il commence à faire froid et je suis crevée. »

Ils montèrent chacun dans leur chambre après s’être salué. Sauf que pour David, la hache de guerre était loin d’être enterrée. Très loin. Parce qu’il ne se comprenait plus.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Ils restèrent là à se regarder longuement. Front contre front. Les yeux dans les yeux.
Une question muette entre eux qui dansaient lentement et déchiraient leurs cœurs.
L’alcool n’était plus une excuse valable parce que s’ils passaient le cap, s’ils franchissaient la ligne de non retour, cela voudrait dire beaucoup de choses. Notamment qu’une tierce personne serait évincée et blessée. Une personne qui leur était chère. Beaucoup trop.
Ils soupirèrent en même temps. Ils éclatèrent de rire. Timo la serra dans ses bras. Elle ferma les yeux en inspirant profondément.

« J’ai vraiment envie de toi ! » Lui souffla-t-il la prenant par surprise.

« Tu ne m’aimes pas ! » Murmura-t-elle difficilement.

« Toi si peut-être ? »

Elle se crispa.
L’aimait-elle ? Oui… sans aucun doute. Depuis le début, quelque chose les unissait l’un à l’autre.
Il rigola doucement. Un rire étranglé.

« Je t’aime. » Murmura-t-il au creux de son oreille avant de partir.

Olivia plaqua sa main contre son oreille, ébahie. Elle se laissa glisser le long du mur et se recroquevilla pour pleurer douloureusement.

« Olivia ? » La surprit une voix grave.

Elle essuya ses larmes à la va vite et se releva.

« Tu n’es plus avec miss aux yeux bleu ? » Cracha-t-elle le faisant reculer d’un pas.

Frank la dévisagea. Oui, c’était stupide mais elle avait besoin de vider sa colère sur quelqu’un et qui mieux que Frank serait approprié ?

« Chloé ? »

« Je m’en fous de son nom ! » Hurla-t-elle en le dépassant.

Elle sortit de la boîte en courant, les larmes coulant sur ses joues.

« Saleté de groupe à la con ! » Jura-t-elle à voix basse. « Je les hais ! Je les hais ! »

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «


« Quelqu’un a vu Olivia ? » S’enquit Lud en s’asseyant sur les genoux de Jan.

Ils secouèrent tous la tête négativement.

« C’est bizarre ! Son lit n’est pas défait… »

Melina et Lud se jetèrent un regard inquiet.

« On appelle la police ? » S’enquit Melina, inquiète.

Un lourd silence tomba dans la pièce.
Lud fusilla du regard Timo et Frank qui ne firent pas attention à elle. Elle leva les yeux au ciel. Ces deux abrutits s’inquiétaient autant qu’elles.

« On va encore attendre. Si elle a été dormir ailleurs, elle rentrera dans l’après-midi sûrement. » Fit remarquer Melina.

Ils hochèrent la tête mais un malaise subsistait.

« On fait quoi ? » demanda Juri.

« Vous n’avez qu’à aller répéter. Nous attendrons ici. »

Les garçons acquiescèrent et allèrent se préparer. Ils se rendirent à leur salle d’enregistrement mais se stoppèrent en entendant un piano et une voix. Ils se regardèrent incertains et entrèrent dans la salle d’où provenait le son.
Olivia et Anna se trouvaient devant le piano de David et composaient une mélodie mélancolique.
Ils les écoutèrent attentivement. Anna avait une voix douce et légère. Olivia avait un ton plus grave et plus sec. Mais leur duo se mariait à la perfection.
Elles se stoppèrent en se rendant compte qu’elles étaient observées.

« Les filles s’inquiètent pour toi Olivia. » Déclara Juri. « Vu que tu n’as pas dormi dans ta chambre cette nuit. »

Olivia fit un petit sourire embêté.

« Je vais les appeler. »

Elle sortit sans un regard. Anna la suivit des yeux ne cachant pas son inquiétude.

« Ca va ? » S’enquit Jan en prenant place à côté d’elle.

« Je ne sais pas trop. Je l’ai trouvé ici ce matin en venant chercher mon cahier de musique mais elle ne m’a rien dit. » Expliqua la jeune femme à voix basse.

Olivia revint en faisant une grimace.

« Ca ne va pas ? »

« Lud vient de me passer le savon de ma vie ! » Grogna-t-elle en soupirant.

« Tu t’attendais à quoi en disparaissant toute une nuit ? » Rétorqua Frank, ses yeux bleu assombris par la colère.

Elle le fusille brièvement du regard avant de l’ignorer.

Frank serra les poings et sortit de la pièce, suivit de Timo puis des autres qui saluèrent les filles.

« Olivia… » Soupira Anna.

« Ne dis rien. Ca ne te regarde pas ! » La coupa-t-elle. « C’est… »

Anna se leva et se posta devant sa sœur.

« Tu es stupide. » Gronda-t-elle. « Il est raide dingue de toi… »

« Ce n’est pas vrai ! » Hurla Olivia en se relevant comme une furie. « Je les hais, tu entends. Je les déteste ! »

Elle laissa en plan sa sœur, choquée et partit autre part.

« Anna ? »

Elle se tourna vers Juri qui la regarda, incertain.

« Pourquoi vous déteste-t-elle ? » Demanda-t-elle d’une petite voix.

Juri soupira.

« Je ne pense pas que ce soit nous qu’elle déteste mais plutôt le fait d’être démuni en face de deux abrutits amoureux mais cons ! »

Anna ne rigola même pas à sa boutade. Juri soupira et s’approcha d’elle. Il lui releva le visage pour qu’elle le regarde.

« Ca va s’arranger, miss. Crois-le ! »

Anna expira profondément. Elle ne s’était même pas rendu compte qu’elle avait retenue sa respiration.[center]
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 4:24

Lud soupira avachie sur son canapé. Où en était-elle ?
Ah oui ! Une araignée au plafond côté gauche, une toile qui s’étendait jusqu’au lustre au-dessus de sa tête.

« Je vais demander à être remboursé ! » Lâcha-t-elle.

Melina se sépara de ses platines pour donner son attention à son amie.

« Qu’est-ce que tu as ? »

Ludmia soupira.

« Y a une araignée sur le plafond et une toile… »

« Tu sais bien que je ne parle pas de ça. »

Un léger silence tomba.

« Tu crois que l’on s’en sortira en une pièce ? »

Melina afficha une mine interloquée.

« De quoi tu parles ? »

« De nos relations avec ces emmerdeurs que sont les Panik. » Dit-elle en se relevant pour plonger ses yeux dans ceux de son amie.

Melina se mordit la lèvre inférieure, embêtée.

« Personnellement, je ne vois pas ce qui pourrait foirer avec Linke mais toi… »

« Moi, il n’y a rien ! »

« Et Jan, il pue ? Tu crois que personne n’a rien vu ? Vous vous êtes encore plus rapprochés l’un de l’autre. Tu étais sur ses genoux pour déjeuner. »

Lud rougit légèrement et fit la moue.

« En fait, j’en sais trop rien. On n’est pas vraiment ensemble…. Enfin, je sais pas. »

Melina rigola légèrement, amusée par Lud. Elle qui savait toujours où elle allait, elle se retrouvait larguée au milieu de nulle part à se demander quoi faire.

« Parle-lui. Mets carte sur table ! »

Lud grimaça.

« C’est pas mon fort ça. »

Melina leva les yeux au ciel.

« Va falloir faire un effort si tu veux une histoire un peu plus solide que les précédentes. »

Lud se laissa retomber la tête en arrière puis demanda :

« Et Anna ? »

« Elle s’entend bien avec Juri mais le fantôme de Joshua traine toujours dans les parages. Ca va être dur pour Juri s’il veut vivre quelque chose avec elle. »

Lud acquiesça en silence même si Melina ne pouvait pas la voir.

« Et Olivia ? » demandèrent-elles en même temps.

Elles rigolèrent mais se calmèrent vite.

« Je ne sais pas trop ce qui se passe mais ça m’a l’air d’un joli trio. » Ricana Lud.

Melina posa ses écouteurs à terre et s’assit sur le divan devant Lud qui se plaça correctement sur son fauteuil.

« Un trio qui va se détruire, si tu veux mon avis ! »

Melina ne répondit rien.

« Je ne sais pas si c’est de l’amour mais en tout cas, c’est quelque chose de fort qui les bouffe littéralement. Soit l’un des trois s’efface mais ça détruira les deux autres, soit Olivia disparaît de leur vie à jamais et les garçons reprennent leur petite vie tranquillement, soit ils restent comme ça et finiront par se jeter du toit de l’hôtel, soit ils font ménage à trois. »

« Ca fait beaucoup trop de soit pour moi ! » Conclut Lud.

Melina eut un sourire amer. Beaucoup trop de possibilité et aucune solution possible.

« On va les séquestrer dans une chambre, qu’ils s’entretuent ou s’envoient en l’air une bonne fois pour toute ! » Décréta Ludmia.

Melina la dévisagea.

« Oh ! Redescends de ton nuage, Georgette. Tu peux être sûre qu’ils s’entretuent. »

Lud fronça les sourcils. Connaissant Frank et Timo, plus fiers que des cerfs, ils préfèreront se massacrer plutôt que d’admettre un partage potentiel.

« Donc il faut que l’un des deux se retire ! »

Melina hocha la tête positivement.

« On n’est pas dans la merde ! »

Melina éclata de rire.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Anna soupira pour la vingt cinquième fois. Elle avait cherché sa sœur partout mais elle restait introuvable. Elle décida de rentrer et trouver tout le groupe, garçon compris, attablé. Elle prit place à côté de Jan et se servit à manger.

« Toujours pas de nouvelles ? » S’enquit Melina.

Anna secoua la tête de droite à gauche.

« Elle est plus têtue d’une mule. »

« Quelqu’un est allé vérifier dans sa chambre ? » S’enquit Juri.

Ils se regardèrent tous. Frank et Timo se levèrent comme un seul homme et foncèrent jusqu’à la chambre.

« Ah ! L’amour ! » Ricana Lud.

Jan leva les yeux au ciel, amusé. Ils se regardèrent déclenchant un feu entre eux. Leurs yeux flamboyèrent d’un coup.
Ils s’éclipsèrent après avoir posé leurs assiettes sur l’évier.

« Et après ça, il n’y a rien entre eux. » Se moqua Mégane.

Melina rigola légèrement avant d’embrasser Linke du bout des lèvres.
Ils se sourirent et s’en allèrent à leur tour.
Megane se retrouva avec Juri et David. Mais le batteur s’en alla aussi vite que les autres la laissant en tête à tête avec Mister Bonk. Un silence gêné s’installa entre eux.

« Ca a été votre répétition ? »

« Oui ! Oui ! »

Un silence encore mais plus lourd que l’autre. Ils ne savaient pas quoi se dire et ça les stressait. David posa son assiette sur l’évier en même temps que Morgane.
Tout à coup, il explosa :

« Ca suffit ! »

Elle sursauta et le regarda, légèrement effrayée par le ton dur qu’il employait.

« Tu me plais, ça te va ? »

Elle ouvrit la bouche pour répliquer mais aucun son n’en sortit.

« Oui, tu me plais bien mais je n’ai pas envie de me caser maintenant… J’ai trop de travail. Je te mettrai de côté, tu m’en voudras, on se disputera et pour finir, on se détestera. Je n’ai pas envie de gâcher ça maintenant ! »

Megane le laissa parler.

« David, tu n’as pas besoin de me dire ça maintenant. Je vais repartir pour mes derniers mois d’étude, on ne se reverra sans doute jamais, tu sais. »

David en resta sans voix.
Megane eut un sourire triste.

« Donc ça ne sert à rien que tu te prennes la tête. Profitons juste pour nous connaître un peu et après, on se dira au revoir plus facilement. »

David la dévisagea.

« Tu es sérieuse ? »

« Pourquoi ? De cette façon, tu arrêteras de nous pourrir notre mois et demi qu’il nous reste. »

David baissa les yeux. Plus qu’un mois et demi…

« Tu ne peux chambouler ma vie et repartir comme une voleuse… Ca ne peut pas se passer comme ça. » Murmura-t-il assez fort pour qu’elle l’entende quand même.

Megane fronça les sourcils. Elle ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait. Il devenait vraiment étrange.
David finit par la fusiller du regard et partit.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« Ce n’est que du sexe ? » demanda Lud dans le grand lit de Jan.

Elle avait remis ses sous-vêtements mais pas ses vêtements et était étendue sur les draps blancs.
Jan caressa du bout des doigts sa jambe droite.

« C’est toi qui vois ! Que cherches-tu ? »

Ludmia se releva légèrement pour le regarder. Leurs yeux s’accrochèrent. Ludmia se laissa aller dans son regard bleu clair puis se laissa retomber sur le matelas pour fixer le plafond.

« Je n’ai jamais eu de relations qui ont duré plus d’un mois, j’avoue. Et si je veux quelque chose qui dure avec toi, ça ne va pas être de la tarte, tu seras d’accord. »

Jan embrassa sa cheville pour réponse. Ludmia frissonna. Elle en était certaine après leur petite escapade. Il y avait plus qu’une attirance physique entre eux.

« Tu voudrais essayer avec moi ? » Demanda-t-elle soudainement. « Même si j’ai un caractère de merde, que je suis irascible, rancunière et parfois dictatrice ? »

Jan éclata de rire avant de se mettre au-dessus d’elle.

« Tu n’es pas dictatrice mais tout le reste, si. C’est ce qui me plait ! » Sourit-il.

Les joues de Ludmia rosirent légèrement. Ils s’embrassèrent de nouveau.

Heureusement qu’elle ne s’était pas rhabillée.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Olivia essaya de se calmer mais ses larmes ne voulaient pas s’arrêter de couler. C’était abominable. Elle n’avait jamais autant pleuré qu’en cet instant.

« Tu nous détestes vraiment ? » La fit sursauter Frank en entrant dans la pièce.

Elle se détourna de lui et continua d’essayer de sécher ses larmes.

« Va-t-en ! » Sanglota-t-elle. « Laisse-moi tranquille ! »

Une porte claqua. Elle soupira et se coucha dans son lit. Elle écarquilla les yeux en sentant deux bras l’approcher d’un torse ferme. Elle releva la tête et croisa les yeux bleu intenses de Frank. Elle baissa rapidement la tête. Si elle le regardait trop longtemps, elle craquerait de nouveau.

« Nous détestes-tu vraiment, Olivia ? » demanda-t-il doucement.

« Pourquoi veux-tu savoir ça ? »

Un léger silence les enveloppa. Un silence rempli de questions et de doutes.

« Parce que moi, je ne te déteste pas…. Je… »

Elle plaça sa main sur sa bouche avec une expression d’horreur sur le visage.

« Ne dis rien ! Je t’en pris. »

Frank se releva en lui prenant les mains dans les siennes.

« Il te l’a déjà dit. C’est pour ça que tu ne veux pas nous voir… »

« Dis quoi ? Lâche-moi ! Va-t-en ! » Paniqua-t-elle en pleurant à chaudes larmes. « Va-t-en ! »

« Non ! Ecoute-moi ! »

Olivia secoua la tête de droite à gauche en tentant de se dégager. Ses larmes coulaient à flot sur ses joues légèrement rouges.

« Olivia ! » S’énerva-t-il. « Regarde-moi ! »

Elle ne releva pas sa tête. Frank l’attrapa à bout de bras et la coucha sous lui.

« Ecoute-moi, Olivia. Ca ne va pas te tuer ! »

« Tu ne comprends pas, je ne veux pas…. Laisse-moi ! Va-t-en ! » Hurla-t-elle en fuyant son regard.

Frank prit beaucoup sur lui pour ne pas la gifler. Elle était plus têtue qu’une mule.

« Même si tu ne me regardes pas, je vais te le dire… »

« Non ! » Gémit-elle. « Je t’en pris, Frank… Tais-toi ! »

Là, elle le regardait dans les yeux. Elle le suppliait.

« Je t’en pris… J’y arriverai pas, Frank. »

Il faillit se mettre à pleurer avec elle mais il fallait qu’il tienne bon.

« Olivia… »

Elle trembla dans ses bras mais elle le regardait toujours dans les yeux.
Une supplique silencieuse planait entre eux. Frank inspira et souffla :

« Je t’aime… vraiment… sans me moquer. Je t’aime, Oli… »

Il vit ses yeux se briser de l’intérieur. Elle éclata en sanglot. Il la prit dans ses bras et la berça longuement sans cesser de lui répéter qu’il l’aimait. Olivia s’accrocha à lui comme à une bouée de sauvetage.


A suivre...


Dernière édition par Lili le Sam 18 Oct - 11:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 4:25

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Lina_l10


17. Réveil matin: câlin


Ambiance: blagues pourries prêtes à l'emploi

Ludmia ouvrit les yeux lentement et regarda le visage serein de Jan à côté d’elle.
Elle bailla en le fixant. Il avait l’air tellement calme. Ludmia s’assit sur le lit.
Que ressentait-elle exactement ? Elle se leva, un drap autour de son corps, et se posta devant la grande porte vitrée… Pourrait-elle tout sacrifier pour lui ? Non ! Il n’y avait que sa musique, son boulot. Rien d’autre. Elle avait bien des sentiments pour Jan mais ça ne dépasserait pas sa passion. Ca ne pouvait pas être possible.

« Lud ? »

Elle se tourna et sourit à Jan.

« Ca ne va pas ? » lui demanda-t-il en la rejoignant près de la fenêtre.

« Si ! Ca va. » Sourit-elle simplement.

« Alors pourquoi es-tu debout à trois heures du matin ? »

Elle reporta son attention sur la ville. Il faisait nuit noir, pas de pleine lune, juste un ciel éclairée par le trop grand nombre de réverbères.
Elle posa sa tête sur son épaule, près de son cou et soupira.

« Une petite baisse de régime. C’est tout ! »

Jan ne répondit rien. Il sentait qu’il devait se contenter de cette réponse et ne pas chercher à aller plus loin. Il resserra sa prise sur la taille de la jeune femme et lui mordilla le cou délicatement. Lud sourit en frissonnant.

« Laisse-moi te réconforter alors ! »

Elle éclata de rire en tombant dans ses bras.
Non ! Rien d’autre que sa passion…

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Melina sifflotait en préparant le déjeuner. Elle rigola en sentant deux bras entourer sa taille et une bouche se poser sur son épaule droite. Elle tourna la tête et happa les lèvres de Linke qui lui sourit une fois qu’ils furent séparer.
Un véritable petit couple. Normal. Sans tâche. Du bonheur, en somme.
Une vague d’illusion les entourait en réalité. Car ils savaient l’un comme l’autre qu’une fois le dernier mois passé, leur véritable vie reprendrait le dessus et là, ils ne seraient plus aussi sûrs d’eux qu’en cet instant.

« Tu veux venir te balader avec moi en ville ? » S’enquit Linke en prenant place à table.

« On doit répéter aujourd’hui ! » Lui répondit Melina avant de l’embrasser furtivement avant de remplir son assiette.

« Eurk ! Je suis allergique à la mignognitté de si bon matin ! » Les surprit Lud qui arrivait avec Jan.

Ce dernier éclata de rire en s’asseyant à côté de sa petite amie. Elle ne changerait jamais.

« Salut Meg ! »

Megane les salua brièvement avant de s’avachir à sa place. Quelques minutes plus tard, David arriva tout sourire et fit la bise à tout le monde sous les regards suspicieux de Linke et Jan qui le connaissaient un peu trop bien à son goût.

« On fait quoi aujourd’hui ? »

« Bonne question. Je crois que vous devez répéter non ? » S’enquit Linke auprès de Melina et Lud.

« Ouais… C’est vrai ! » Approuva Lud la bouche pleine.

Linke grimaça de dégoût tandis que Jan et Lud se mirent à se jeter des boulettes de pain à la figure.

« De vrais gamins ! » Soupira David avant de se prendre un déluge de petites boulettes dans les cheveux.

« Bande de boulets ! » Hurla-t-il en se levant pour secouer ses cheveux.

Tout le groupe était mort de rire. Ils passèrent le déjeuner à se lancer des aliments et à rire de la tête de la victime.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Frank s’étira légèrement pour ne pas réveiller la jeune femme qui se servait de lui comme d’un oreiller. Olivia avait passé son bras autour de sa taille et agrippé la main. Son visage était légèrement crispé sans doute par un mauvais rêve. Frank pouvait encore voir sur ses traits les larmes qu’elle avait faites couler la veille et une bonne partie de la nuit.
Il repoussa lentement une mèche de cheveux qui barrait le visage de l’endormie. Elle frissonna légèrement et se cala un peu mieux sur lui. Frank sourit légèrement mais son sourire s’effaça bien vite en repensant à ce qui s’était passé la veille. Elle avait pleuré pendant des heures en s’excusant sans arrêt. Comme si elle était fautive de tout ce qui arrivait en ce moment. Il ne comprenait pas son comportement excessif. Ce n’était quand même pas dur d’avouer ses sentiments. Si ? Il suffisait qu’elle dise à celui qu’elle aimait vraiment, qu’elle partageait ses sentiments et l’autre s’en irait sans un mot.
Il ne voyait pas où était la difficulté. Ou alors quelque chose lui échappait.

« Bonjour ! » Souffla-t-il en la voyant papillonner des yeux.

Elle le fixa longuement avant de sourire timidement.

« ‘lut ! »

Elle reposa sa tête sur son torse et soupira. Il lui serra la main en retour.

« Ca va mieux ? »

Elle hocha la tête positivement. Un silence tomba entre eux. Ils avaient peur de le briser pour ne pas devoir se faire face à nouveau.

« Oli… »

Elle releva la tête vers lui, les yeux remplis de questions. Il lui caressa légèrement la joue.

« Je vais te laisser du temps, d’accord ? »

Elle fronça les sourcils.

« Tu me diras ce que tu ressens quand tu te sentiras prête. D’ici là, sache juste que je suis toujours là. »

Il se leva, l’embrassa au coin des lèvres puis sortit. Olivia resta sur le lit. Elle se laissa tomber dans les draps. Tout autour d’elle était imprégné de Frank. Son odeur flottait dans toute la pièce. Une larme s’échappa de ses yeux. Elle posa son bras devant son regard et mordit l’intérieur de ses joues. Non ! Elle avait assez pleuré comme ça.
Elle se leva difficilement. Une grosse journée s’annonçait. Quelqu’un la surprit en toquant à la porte. Elle alla ouvrit et tomba nez à nez avec Timo qui portait un plateau couvert de nourritures.

« Petit déjeuner ? » Sourit-il les joues légèrement rouges.

Elle le laissa entrer en souriant.

« Ca va ? »

Elle hocha la tête. Elle avait peur de parler et de fondre en larmes à nouveau. Timo la dévisagea mais ne rajouta rien. Il posa le plateau sur le bureau de la chambre et l’approcha du lit. Il lui tendit une tasse de chocolat chaud couvert de chantilly.

« Ca, c’est la pire chose que tu puisses faire ! » Rigola-t-elle en prenant la tasse.

« Tu n’as pas besoin de régime ! » Rétorqua-t-il d’une voix grave.

Elle rougit légèrement. Ils mangèrent dans un léger silence ponctué de remarques qui les firent rires.
Olivia finit par poser sa tasse sur le plateau.
Ils se regardèrent un instant, gravement.

« Frank a passé la nuit ici ! » déclara-t-il.

Olivia ne répondit rien. Ils se fixaient simplement. Sans colère. Sans peine.

« Je suis désolé de t’avoir dit que je t’aimais. » Soupira-t-il.

Olivia fronça les sourcils.

« Ce n’est pas le cas ? »

Il la dévisagea avant de reprendre son explication.

« Hier, nous étions un peu saoul. Nous nous plaisons aussi, ça ne fait aucun doute mais… de là à parler d’amour… »

Elle eut un sourire amer.

« Toi aussi, tu penses que c’est déplacé, n’est-ce pas ? »

Timo soupira sans oser la regarder en face.

« C’est ce que je ressens. Oui, je t’aime mais… Je sais pas. C’est compliqué. Et il y a Frank. Je crois qu’il serait prêt à beaucoup de choses pour toi. Sans doute plus que moi. »

Olivia ramena ses genoux sous son menton.

« Je t’aime aussi, tu sais. » Murmura-t-elle. « Je t’aime… vraiment. »

Ils se regardèrent.

« Alors pourquoi avons-nous du mal à nous mettre ensemble ? Pourquoi avons-nous besoin de Frank pour nous donner l’illusion que c’est à cause de lui que nous ne pouvons pas être ensemble ? »

Olivia haussa les épaules. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi toutes ces questions n’avaient pas de réponses. Timo se pencha et posa ses lèvres sur les siennes. Ils échangèrent un baiser profond et sincère mais ils se séparèrent amers.
Olivia comprit que toutes les larmes versées la veille étaient dues à une prise de conscience de sa part. Ils s’aimaient mais ne pouvaient se retourner leurs sentiments. C’était impossible ! Ils étaient trop eux-mêmes pour ça. Timo était un passionné de la vie. Olivia était plus calme et réservée. Elle allait à son rythme. Timo, lui, brisait tout sur son passage parce qu’il jugeait qu’il n’avait pas assez de temps. Il voulait le plus possible.
Ils finiraient par se perdre en chemin. Timo irait plus vite qu’elle. Ils le savaient.
Olivia rigola. Le malaise était enfin parti. Ils avaient enfin mis carte sur table. Ils avaient enfin crevé l’abcès.
Timo se leva, s’étira sous les yeux d’Olivia. Il se pencha et lui tendit la main. Elle se leva mais tomba dans une étreinte très serrée.

« Je trouve que c’est dommage ! » Chuchota-t-il en posant son front sur le sien.

Olivia sourit légèrement. Il l’embrassa rapidement.

« En plus, tu n’auras même pas pu profiter de mon corps de rêve… Quel gâchis ! »

Olivia lui jeta un coussin à la figure.

« Crétin ! »

Ils éclatèrent de rire. Olivia se changea rapidement et le suivit pour rejoindre les autres.


« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «


Dernière édition par Lili le Sam 18 Oct - 11:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lili
No hope has gone
No hope has gone
Lili

Messages : 208
Date d'inscription : 05/09/2008
Age : 34
Localisation : à la recherche du Cognecogne perdu! XD....

Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitimeJeu 25 Sep - 4:38

Anna essuya ses joues trempées et reprit son souffle. Il pleuvait à verse et elle était sur le toit de l’hôtel. Il fallait qu’elle rentre se changer et filer à la répétition. Juste après ce mois-ci, leur groupe reprendrait les tournées et présenterait leurs singles et albums à venir. Avant de faire demi tour, elle regarda longuement une bague en or dans le creux de sa main. Jamais elle ne lui avait paru si petite. Elle la posa sur la rambarde et se détourna. Il fallait laisser tout cela de côté.
Anna se changea puis sortit pour trouver Lud entrain de taper Jan avec un énorme coussin rose. Jan hurlait de rire sous elle. Anna les regarda faire, interdite.

« Je peux savoir ce que vous faites ? »

Le nouveau couple s’arrêta et la regarda dans l’entrée avant d’éclater de rire.

« Ravie de savoir que je vous amuse ! » Bouda-t-elle.

« Mais non ! » Rigola Lud. « C’est juste que cet abrutit m’a offert ce coussin. »

Elle lui montra mieux l’énorme coussin avec un sourire et des cœurs à la place des yeux. Anna pouffa et déclara :

« C’est une horreur ! »

« Et bien, Jan l’aime bien. »

Anna rigola et se moqua du Dee Jay avec gentillesse. Jan finit par partir bouder ailleurs sous les yeux moqueurs de Lud.

« T’es ne vilaine fille, Lud ! » déclara Anna, tout sourire.

Ludmia rigola.

« Il s’en remettra… »

« Ouais, avec une bonne partie de jambes en l’air, tout se décoince ! » Lança Olivia en entrant dans le salon.

« T’en sais quelque chose toi ? »

Olivia tira la langue à Lud qui émit un ricanement.

« Et avec les deux hommes de ta vie, ça avance ? » Questionna Melina en entrant dans le salon en compagnie de Megane et en fermant la porte derrière elles.

« C’est au clair avec Timo, on est juste proche. » Répondit Olivia.

Elles lui jetèrent toutes un regard étrange.

« Quoi ? » S’écria-t-elle sur la défensive.

« Rien ! » Rigola Melina en se retournant. « Si on y allait ! »

Les filles acquiescèrent et se mirent en route vers le studio d’enregistrement.
Là-bas, Kat et Nathan les attendaient déjà.

« Vous en avez mis du temps ! » Râla Kat.

« J’ai ma femme à aller soutenir ! » Ajouta Nathan qui semblait très impatient.

« Il arrive pour quand ? » S’enquit Melina.

« Fin du mois… Si tout se passe bien ! » Répondit-il nerveusement.

« Tu crois que tu vas arriver à travailler ? » Demanda Lud en s’attirant un regard noir de la part du batteur.

Lud leva les mains au ciel sur la défensive. Il était prêt à lui bondir dessus pour lui arracher les yeux. Une paternité, ça rend un homme psychopathe. Lud en avait la preuve sous les yeux avec Nathan qui tournait comme un lion en cage. Enfin… le lion aurait l’air plus gentil quand même.
Ils commencèrent à enregistrer les premières chansons.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« C’est chiant ! » Soupira Jan, la tête à l’envers, les pieds en l’air, avachi sur son fauteuil. « Sans les filles, c’est mort ! »

« Vous savez que dans un mois, elles vont partir ? » S’enquit David en pianotant sur le clavier de son portable.

Il ne vit pas les regards noirs de ses camarades mais les devina ce qui le fit sourire légèrement.

« Et si on travaillait notre nouvel album nous aussi ! » Proposa Timo.

Ils se levèrent et se rendirent dans la chambre de David. Là où étaient rangés tous les portables et le matériel nécessaire aux petits changements sur leurs chansons.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Les filles s’avachirent sur leurs fauteuils, exténuées.

« Ca n’a pas l’air d’aller ! » Se moqua Linke en entrant dans le salon.

Il se pencha et embrassa vite fait Melina qui fit la moue en le voyant partir aussi vite qu’il était venu mais elle sourit en remarquant qu’il amenait une cannette de soda pour elle.
Elle le remercia d’un baiser.

« Vous êtes agaçant ! C’est trop mignon ! Vous allez me tuer ! » Grogna Lud en fermant les yeux comme pour se protéger d’une vision affreuse.

« Rho mais tout le monde sait que tu caches tes cassettes bisounours sous ton oreiller pour les regarder le soir avant de t’endormir ! » Lâcha Olivia, morte de rire.

« Oui mais moi, au moins, je ne me suis pas arrêtée au stade de Bob le bricoleur et de Oui-Oui ! »

Ils éclatèrent tous de rire.

« Vous êtes vraiment des cas ! » Soupira Timo.

« Toi, va jouer avec tes barbies que tu caches dans ta baignoire ! » S’exclamèrent Lud et Olivia en même temps.

Elles se regardèrent et explosèrent de rire.

« Je suis persécuté David ! »

« Comme toujours ! »

« Merci du soutient ! » Rouspéta Timo en croisant les bras.

« Pas de quoi ! » Sourit David sans lever une seule fois la tête de son écran d’ordinateur.

Timo pinça les lèvres et se mit à bouder. Olivia s’approcha et lui pinça les joues avant de le chatouiller.

« Ca va ! Je me rends ! » Supplia-t-il, les larmes aux yeux.

Olivia se releva de sur lui et croisa le regard bleu de Frank. Elle rougit brusquement et détourna le regard. Melina et Lud ricanèrent mais restèrent muettes.

Soudain le téléphone de Megane sonna. Elle décrocha et grimaça. Elle raccrocha cinq minutes plus tard.

« Ca va ? » Demanda Anna en la voyant soucieuse.

« Mon père veut que j’aille travailler sur la maquette du son des Tokio Hotel ! »

Un cri déchirant retentit dans le salon.

« Ne prononce pas ce mot ici, traîtresse à ton sang ! » Hurla Jan en s’éloignant. « Vade Retro ! »

Megane le regarda avec de gros yeux, surprise et choquée.

« Tu crois pas que tu exagères, Jan. Ils sont pas si mal ! » Ajouta Anna.

« Elles sont touchées par le virus! » Souffla Frank en se rapprochant de ses amis plus loin.

« Ne vous en faites pas, on va vous soigner ! » Assura David, le visage grave.

« Lud, viens ici, s’il te plaît. Tu risquerais de finir contaminer ! » Déclara Jan en lui tendant une main.

« Et s’il me plaît pas ! » Contra la jeune femme.

« Je t’en pris. Je tiens à toi, moi ! »

Lud leva les yeux au ciel mais entra dans le jeu.

« Mon sauveur ! » S’écria-t-elle en lui tombant dans les bras.

Jan rigola en l’embrassant furtivement.

« Oli, rassure-moi, tu ne fais pas partie de cette secte… » S’enquit Frank.

Olivia rigola avant de lui faire de pauvres yeux de chiens battus.

« Désolée, Franky mais j’aime bien ! »

« Adieu mon amour, je te garderai précieusement dans mon cœur ! » Lâcha-t-il en essuyant une larme invisible.

Olivia lui fit de grands signes de son fauteuil comme si elle s’en allait.

« David ! » Hurla Melina. « La prochaine fois que tu veux te shooter, évites de mettre ta drogues dans nos verres ! »

« Mais ! Pourquoi c’est moi le drogué ? » Protesta le guitariste.

« Parce que t’as la tête de l’emploi ? »

David plissa des yeux et lui fonça dessus. Elle se mit à courir hors du salon.

Les autres étaient morts de rire.

David attrapa la jeune femme et la plaqua au sol pour une séance de chatouilles. Melina se tortilla sous lui un instant avant qu’il n’accepte ses demandes de grâce. Ils restèrent un moment les yeux dans les yeux avant que David ne pose ses lèvres sur celles de la jeune femme. Elle écarquilla les yeux en grand. Elle le repoussa avec force.

« Mais t’es malade ! »

David ne répondit pas.

« Linke ! » S’exclama Melina en se relevant et en courant vers le jeune homme qui partait ailleurs.

« Et merde ! » Jura David.


Dernière édition par Lili le Sam 18 Oct - 11:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Empty
MessageSujet: Re: Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)   Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Zero Roses Tome 1: Get Lost (s'égarer)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.U.S.E Unofficial :: Flood :: Fan fiction :: Les hors Muse [ Fanfic' ou OS ]-
Sauter vers: